Avertir le modérateur

18/10/2007

Divorce

medium_divorce.jpgC’est fait, ils divorcent. Passons sur les conséquences financières de cette rupture, l’intéressant est de noter que l’ex-épouse devra s’interdire toute expression publique concernant la période de leur union. Vous l’avez compris Paul Mc Cartney et Heather Mills en parvenant à un accord basé sur un échange « silence contre livres sterling », 25 millions en l’occurrence, soldent une période particulièrement agitée. Le deal concernant le bassiste gaucher avec l’ex-mannequin pourraît-il être généralisé ? Autrement dit peut-on avancer la maxime « mariages heureux, divorce taiseux » pour d’autres séparations ? Avouez que la question n’est pas subalterne en particulier pour celles et ceux qui vivent sous les feux de la rampe. Imaginons un instant que Popaul, le bassiste gaucher, ne soit point arrivé à un accord avec la petite Heather et que la garce se mette à raconter qu’il laisse traîner ses chaussettes sales ou qu’il fait pipi dans l’évier, cela ferait désordre. Aujourd’hui avec l’accord « silence contre livres sterling », le Paulo est tranquille et si demain l’ex l’ouvre aussitôt une armée d’avocats lui coupera le sifflet avant d’en passer aux vivres.
Dans ce genre de situation il convient donc, à l’instar de ce qu’à fait Maca, d’avancer une bonne et saine maxime du type « A mariage bruyant , divorce taisant ». Je ne sais pas pourquoi je vous parle de cela aujourd’hui. Cela étant si cela peut être utile à d’autres, pourquoi se priver de quelques conseils.
 
Lyon, le 18 octobre 2007.

08/10/2007

L’ami l’a mis là

medium_Horfeux.jpgIl paraît que Brice Hortefeux fait la gueule. Il en a marre d’être le salaud de la bande, marre probablement d’être dans l’obligation de justifier le mot « détail » prononcé par Fillon. Marre d’être le ministre des expulsions, des tests ADN, celui qui doit endosser la défenestration du jeune Ivan et la mort récente d’une femme chinoise. Marre aussi des délégations des églises, lui le catholique, qui viennent protester jusque dans son bureau. Marre de ce qu’il appelle « la désinformation », marre de Libération à qui il vient de dire « puisque vous savez parfaitement ce que vous pensez de moi, cet entretien va durer quarante-sept secondes ».

Il faut dire que pendant que son ami de trente ans fait le beau sans lui, mais avec Rachida Dati et Christian Clavier, à Cardiff aux basques de Laporte, pendant qu’il se fait allumer par certains de ses amis de l’UMP- le sénateur Pinte le qualifiant même de « garçon ambigu » - Hortefeux trinque. A lui le sâle job. A lui de se faire pourrir l’image au point que ses chances de ravir Clermont-Ferrand à la gauche s’amenuisent chaque jour. A lui le rôle de cogneur alors que Alliot-Marie préfère s’occuper des chiens méchants. Brice de Neuilly, l’ami de l’ami qui l’a mis là, a donc du vague à l’âme et voilà que Christine Lagarde en rajoute.

En effet, la Ministre de l’économie, afin d’engager des financiers étrangers et leurs familles à venir s’installer à Paris, a promis de faire le siège du Ministre Hortefeux pour le convaincre de simplifier la procédure d’entrée en France de cadres de la finance internationale et de leurs familles. Pour cela Christine Lagarde suggère d’ouvrir un guichet unique assorti de procédures administratives accélérées.

Tant qu’il s’agissait, pendant la campagne présidentielle, de faire le méchant pour draguer l’électorat de Le Pen, Hortefeux, rappelez-vous, ne mégotait pas. En contrepartie il postulait à un poste régalien qu’il estimait lui revenir légitimement. Au bout du compte, Sarkozy lui a refilé ce sâle boulot à l’Identité Nationale alors que certains de ses petits camarades du gouvernement jouent les chouchous dans les médias. Aujourd’hui l’affaire est  réglée, Brice ne sera jamais « The nice ». En lui demandant, dès que possible, de favoriser l’accueil et le regroupement familial des Factotum de la finance internationale, Lagarde ne fait que traduire la pensée de celui qui l’a mise là et Brice sait très bien que, même quand on est las, on ne peut rien refuser à celui qui vous a mis là.

Lyon, le 8 octobre 2007.

(Photo: www.g8russia.ru)

02/10/2007

Pouvoir d'achat

medium_Ferrari.2.jpgIl y a quelques temps, l'hebdomadaire "Les potins d'Angèle" persiflait aimablement au sujet de mon incapacité à m'intéresser à des véhicules automobiles telles que des Ferrari et autres Aston Martin. Prenant subitement conscience, à la lecture de l'article, que cette cause méritait elle aussi d'être défendue, je voudrais aujourd'hui tenter de vous convaincre que de petits drames se nouent dans notre région alors que votre ignorance protège votre paix intérieure.

Je dois très secondairement cette révélation à Gérard Angel, qui je l'espère, ne m'en voudra pas, mais avant tout à sa consoeur du Figaro Magazine, Diane de la Tour qui signait samedi dernier un article qui pour tout vous dire me trouble.

Tout commençait pourtant bien puisque d'entrée la chroniqueuse du Figaro nous expliquait que "jamais le marché des voitures de luxe ne s'était aussi bien porté" mais les choses se gâtaient quelques lignes plus bas en nous annonçant que les futurs acquéreurs lyonnais d'une Ferrari devaient attendre entre 14 et 24 mois pour rouler au volant de leur bolide. Imaginez ces clients qui travaillent comme des forçats pour gagner plus et qui, au final, doivent attendre preque deux ans pour dépenser le fruit de leur dur labeur. Pour tout vous avouer, je me disais que tout cela ne devait être que la rançon du succès du célèbre constructeur italien. Plus je me pénétrais de cet article et plus je me rendais compte que les moqueries "des Potins" étaient fort mal venues. En effet, au terme de l'article, j'apprenais que du côté de la concession Porsche de Lyon, l'heure était à la pénurie. Sachez en effet qu'aujourd'hui dans notre ville, à cause du développement du marché chinois, nous ne disposons plus que de 160 véhicules à la vente chaque année contre près de 200 il y a tout juste deux ans. Pour preuve, le responsable de la concession indiquait au Figaro, "pour l'instant je n'ai qu'une GT2 disponible alors que j'ai déjà quatre à cinq demandes".

Je sais bien que depuis l'arrivée à l'Elysée de notre Président le nombre de ceux qui sont sur le point de s'enrichir augmente sensiblement. Même si l'efficace politique gouvernementale qui tend à libérer l'économie est un succès indéniable, je doute que d'ici la fin de l'année, des centaines de lyonnais se ruent vers les concessions Porsche et Ferrari. Un conseil tout de même à ceux qui travaillent de plus en plus n'attendez pas trop longtemps pour dépenser votre argent.

Fort heureusement il reste quelques robes chez Prada, des montres chez Rolex et pour ceux qui ne sont pas nécessairement riches mais qui veulent ressembler au Président, "Grand optical" n'est toujours pas en rupture de stock de Ray Ban.

Lyon, 2 octobre 2007. 

08/08/2007

L comme Laporte (Bernard)

 

medium_L.jpgDans le cadre de son casting ministériel, Nicolas Sarkozy a choisi Bernard Laporte pour occuper le poste de Secrétaire d'Etat en charge des sports. Le pari est risqué dans la mesure ou l'homme de Gaillac est un sacré loustic doublé d'un néophyte absolu.

La chose est tout bonnement extravagante. Nommé par anticipation, histoire de préparer la coupe du Monde de Rugby, le sort ministériel de Laporte est d'une certaine façon suspendu à sa réussite à la tête de la sélection nationale. Par ailleurs sa connaissance extrêmement vague du mouvement sportif et l'absence quasi-totale de convictions font de cette nomination amicale un facteur à risques.

Autre problème, autres risques, Sarkozy en le désignant Ministre ne pouvait ignorer que son poulain était l'objet d'interrogations sur ses multiples activités économiques. L'homme du jambon Madrange qui se vente tel un Sarko d'avoir été à la rencontre des ouvriers de l'entreprise de salaison avant d'accepter de faire la pub, est un démagogue et un arriviste. C'est aussi, si on consulte le dossier intéressant produit par L'Equipe Magazine il y a quelques mois de cela, un homme d'affaire redoutable et paraît-il "border line".

Laporte sera-t-il le premier maillon faible du gouvernement? En attendant si vous voulez lire son autobiographie publiée par Michel Lafon, je vous assure quelques moments de franches rigolades au milieu d'un ensemble pathétique faisant passer Dominici pour un futur prix Goncourt.

Je quitte Lyon demain matin pour le pays du rugby, vers ces contrées ou le député UMP est devenu chose rare et où l'on préfèrera toujours le jambon de Bayonne au Madrange. Un vaste sujet de méditation pour Bernard Laporte.

 


Lyon, 8 août 2007.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu