Avertir le modérateur

20/06/2010

Dieu est-il à nos côtés ?

bob_dylan.jpgCe soir, comme j’imagine pas mal d’indécrottables admirateurs, je vais assister au concert de Bob Dylan à la Halle Tony Garnier. Pourtant mon dernier souvenir « Dylanien » remontre à quelques années, plus particulièrement à Saint-Etienne, et ce soir-là, à la sortie du show pitoyable du Zimmerman je m’étais promis de ne jamais me faire avoir une nouvelle fois. Appuyé sur son clavier, comme d’autres à un déambulateur, plaquant des accords dispensables tant le groupe de requins mobilisé pour l’occasion faisait très bien l’affaire, Dylan, Stetson sur le crâne et de profil, imposait une soupe recuite à un public bon enfant. Je connaissais bien entendu la théorie des Dylanologues les plus avertis répétant qu’un seul concert sur quatre du génie de Duluth méritait le détour. Pas de bol à Saint-Etienne ce soir-là on avait droit à l’un des trois concerts les plus minables et chacun devait bien s’en contenter. Pour tout vous dire les trois ou quatre derniers albums de Dylan conviennent parfaitement à mon oreille et à la différence de pas mal de fans de la première heure, je m’intéresse au travail d’un homme qui, bien qu’avançant en âge, poursuit avec une musique de plus en plus roots un authentique cheminement. Le concert lyonnais de ce soir sera-t-il l’un des quatre dignes de rester dans nos esprits ou bien un énième fatras désobligeant à l’égard du public, même Dieu ne le sait point et Dylan encore moins.

Lyon, le 20 juin 2010.

10/05/2009

Dylan is Dylan

Bob dylan together trough life.jpgTrès franchement, si vous me posiez la question et je sais que vous mourrez d’envie de me la poser, je vous conseillerais de faire désormais l’économie d’aller voir Bob Dylan sur scène. Accroché à un clavier qui semble être un déambulateur géostationnaire, exposant le profil de son stetson à un public dont la présence semble très secondaire, le génie de Duluth n’est qu’un fantôme peu concerné porté par d’excellents requins de studio. Ma dernière expérience Dylanienne remonte maintenant à quelques années du côté de Saint-Etienne et je me suis juré ce soir là que l’on ne m’y reprendrait plus jamais. Si je décode bien les choses, même François Bon l’excellent biographe du Maître ose de temps à autre expliquer que son aveuglement n’est pas total en nous disant que Zimmerman sur scène c’est un peu la loterie. Il y a quelques semaines Bon indiquait d’ailleurs aux lecteurs du JDD que parmi les spectateurs de la dernière tournée française de Dylan il y avait les chanceux et les punis à savoir ceux qui étaient au show de Grenoble oubien à celui de Toulouse. La belle affaire. S’il faut maintenant parcourir de long en large l’Europe entière pour avoir le plaisir d’assister à un concert convenable, autant renoncer. C’est, vous l’avez compris ce que je vous invite à faire.

Pour ce qui concerne les albums convenons que le problème est de toute autre nature. Déjà en 1997 avec « Time out of mind » mais surtout en 2006 avec « Modern Times » Dylan avait sonné le rappel (et le réveil) des fans qui, comme moi, s’étaient permis depuis des lustres de laisser au dernier quarteron de la secte le plaisir d’apprécier un vieillard marmonner des textes sur une musique arthritique. Avec ce tout nouveau « Together Through life » même constatation que pour « Modern Times ». La démarche roots de Zimmerman fonctionne presque à merveille et en l’espèce, mis à part peut-être le lamentable « Life is hard » l’ensemble proposé est digne. Le blues fatigué et le boogie usé de Dylan agrémentés souvent d’un tonique accordéon seront le compagnon idéal des conducteurs qui, le limitateur de vitesse convenablement réglé, pourront avaler les kilomètres avec bonheur.

 

Bob Dylan, « Together Through Life », Columbia

Lyon, le 10 mai 2009

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu