Avertir le modérateur

27/06/2008

Colon à Lyon

Il paraît que adolescent, Willie Colon était tout sauf un virtuose. C’est pourtant aujourd’hui une des gloires de la Salsa et celui que l’on surnommait alors à New York, « El malo » (le méchant), en raison de son style peu orthodoxe constitue aujourd’hui une référence majeure du trombone mais surtout une star incontestée des musiques latines.

En compagnie de Hector La Voe au chant, Colon va traverser la Salsa des années soixante-dix avec succès, originalité, force mais aussi un regard concerné sur le monde qui sera encore plus aiguisé lors de son association avec Ruben Blades qui malheureusement prendra fin au début des années quatre-vingt.

C’est donc une immense star qui se produit ce soir à « Y Salsa Festival » sur l’Ile Barbe (9ème arrondissement). Un musicien consacré dans le monde entier, honoré par ses pairs, un leader qui occupe une place privilégiée au sein de la Communauté Latino-américaine en raison de son soutien aux combats pour les Droits, les Arts, sur le Sida au point que « Willie » Colon sera un moment candidat malheureux au congrès dans le district de New York.

Star du mythique Label Fania, producteur à succès, adaptateur de chansons de Brel, Carole King, Caetano Veloso, Willie Colon était l’an passé au Festival Tempo Latino pour ce qui était alors présenté comme sa dernière prestation scénique en France. Ses passages à Lyon ce soir et à Paris en juillet sont une nouvelle fois annoncés comme la « der des ders » des tournées françaises. Une occasion à ne surtout pas rater.

Renseignements sur www.y-salsa.com et 04 78 39 52 78.

Clermont-Ferrand, le 27 juin 2008     

26/06/2008

Le retour des fils du parrain

285039481.jpg Après le concert de Neil Young d’hier soir, profitons de ce jeudi plutôt calme, pour réfléchir à la soirée de demain puisque Jazz à Vienne et Y Salsa ouvrent les hostilités le 27 mai. D’un côté Willie Colon à l’Ile Barbe pour un show qui devrait être mémorable mais aussi, et c’est là qu’est le problème, « Still Back, Still Proud, an African Tribute to James Brown » au théâtre antique de Vienne.
Nous parlerons d’Y Salsa festival demain mais force est de constater que la concurrence est sévère car jazz à Vienne avec ce spectacle consacré aux enfants américains (et africains) du Godfather disparu inaugure de manière magistrale son édition 2008. Ce « Tribute » à James Brown est la réunion du tromboniste Fred Wesley, ancien directeur musical de la formation du parrain et membre des JB’S de Bootsy Collins, et de Pee Wee Ellis lui aussi vieux compagnon de route de James Brown. Nos deux compères du Funk accueilleront pour un show tiré probablement à quatre épingles deux personnalités majeures de la musique de l’Afrique de l’ouest, Cheikh Lo et Simphiwe Dana.
Avec Maceo Parker, Fed Wesley et Pee Wee Ellis sont les authentiques représentants de la musique funk mijotée pendant plusieurs décennies par James Brown. Tromboniste issu du jazz et spécialiste du « phrasé pneumatique », Fred Wesley, qui jouera par ailleurs avec le Count Basie Orchestra, est non seulement un magnifique instrumentiste mais aussi un compositeur hors pair doublé d’un arrangeur de première. Chef d’orchestre et directeur musical de la formation présente à Vienne demain soir, Pee Wee Ellis est quant à lui le compagnon de scène du James Brown de la fin des années soixante et l’auteur de quelques perles devenues des classiques du Godfather comme « The Chicken » et « Cold Sweat ».
Entre la 28ème édition de Jazz à Vienne et la 5ème d’Y Salsa Festival comment éviter que le cœur balance. Demain je compte pourtant essayer de vous convaincre d’aller applaudir cet autre trombone de première bourre, Willie Colon, Cette fois-ci à Lyon.
 
Clermont Ferrand, le 26 juin 2008.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu