Avertir le modérateur

20/10/2010

Embrasser le passé…

L'Origine du monde.jpgKiss the Past Hello fait scandale paraît-il. L’exposition du photographe Larry Clarck au Musée d’Art Moderne de Paris est interdite aux mineurs. Les « déviances » des adolescents de celui qui est aussi l’auteur de Ken Park font crier à la pornographie.

Curieuse époque. Et parfois sinistre dans son rejet de ce qui en fait est vital. Même nos amis Suisses s’y mettent : le musée des beaux-arts de Berne et le centre Paul Klee qui devaient exposer deux photos de Clarck dans l’exposition « Vice et Volupté » consacrée aux sept péchés capitaux viennent de décider d'exclure deux clichés jugés trop choquants.

Kiss the Past ?

Quel passé embrassons-nous et avec quel manque de confiance ? Faut-il que nous revenions aux excès de pudeur, à la pudibonderie de certains passés qu’on croyait révolus ? Si dans d’autres cultures que la nôtre la nudité n’est justifiée qu’en privé tout comme le dévoilement de la sexualité, faut-il désormais mettre au ban des musées des mineurs à cause de représentations que certains jugent pornographiques ? Les mêmes qui souvent se soucient comme d’une guigne de la violence de certains jeux de rôle qu’ils laissent au libre arbitre de leur mineur chéri ?

Je ne suis pas un fervent admirateur de Larry Clarck. Les grands adolescents à la mine havre qu’il met en scène se shootant devant son objectif ne sont pas ce que je préfère et j’ai admiré des œuvres d’art avec d’autres ambigüités, beaucoup plus fortes. Mais la censure des œuvres de Clarck me gêne bien plus que leur exposition. Les corps nus de son couple d’ados faisant l’amour dans une baignoire sont plutôt beaux, même si je leur préfère l’érotisme brûlant de l’origine du monde de Courbet. Quant à la leçon de guitare de Balthus, elle est infiniment plus forte, plus fiévreuse, plus provocante et plus mystérieuse. Là déjà, les pudibonds de service hurlaient à la pornographie et si le mot avait couru comme il court aujourd’hui ils auraient aussi hurlé à la pédophilie…

«  Aujourd’hui, l’érotisme dans l’art est la seule chose qui fasse encore sursauter les pantins… » écrivait Balthus en 1934. Parole d’actualité.

Jean-Paul Schmitt

Image: (c) Courbet : l’Origine du Monde

26/05/2010

Pleure Margot !

Pleure Margot!.jpgUne de mes amies, enseignante à Villiers le Bel, vient de m’adresser un courriel de colère : une fois de plus, les médias – de droite comme de gauche – traitent de la vie des gens en choisissant de colorer la vie de peur et d’angoisse, plutôt que d’en montrer aussi la lumière :

« Bonjour à tous,

J'aime peu cet exercice du mail collectif mais il m'apparaît nécessaire aujourd'hui de contrecarrer les médias, de donner une autre parole sur le quotidien des personnes qui vivent, aiment, apprennent, travaillent, désespèrent, se recroquevillent, dans cette ville de Villiers le Bel.

Hier après-midi une de mes élèves de 5° a été poignardée par une autre du même âge. Elle n'est plus en danger, les professeurs titulaires d'un brevet de secourisme sont intervenus très vite, le SAMU et les pompiers ont suivi. Puis la police : interrogatoire pour ces petits témoins de 11 - 12 ans, reconstitution de la scène, photos, etc. Quadrillage du quartier pendant la soirée. Ce matin cellule d'écoute, présence de la police, du recteur. Et, et c'est là le problème, des télévisions.

Nous, professeurs, artistes, éducateurs, historiens, associations, travaillons au quotidien à dénouer comme nous le pouvons tout ce qui peut être porteur de violence, nous tentons par divers dispositifs de libérer la parole, d'affiner les sensibilités. D'apporter le savoir que nous avons reçu en tant que spécialistes de nos disciplines, en cherchant à le faire s'entrechoquer avec celui encore embryonnaire et fruste des jeunes, pour que nous grandissions tous en intelligence. Je dis nous tous, parce que ces enfants et adolescents, tout engoncés dans leur mal-être, les influences qu'ils subissent de la part de groupes parfois violents et sectaires, dans leurs rancoeurs vis-à-vis des représentants de l'état, sont pour beaucoup des intelligences vives et qui nous bousculent, nous évitent la sclérose mentale et morale.

Bref, on bosse, oui, nous les faignasses de fonctionnaires avec nos 4 mois de vacances par an, et notre étendard c'est ça : "Tout ce qui travaille au développement de la culture travaille aussi contre la guerre". Einstein à Freud.

Malheureusement les émeutes de 2007 et tout ce qui s'en est suivi ont déjà émoussé de façon frappante la motivation des élèves, leur désir de se construire un avenir. La violence des événements ne fut pas la seule responsable. Le "travail" ravageur des médias sur l'image donnée à toute une population y est pour beaucoup. On devrait revoir le terme d'"objectif" d'appareil photo ou de caméra. Derrière la lentille il y a un journaliste, et derrière lui un directeur de presse, derrière encore des politiques, eux aussi largement engoncés dans leurs représentations, leur tour d'ivoire intellectuelle d'"élite" française, et leurs luttes de pouvoir et d'influence.Lorsque nous avons créé, patiemment, des ateliers, des événements culturels fortement mobilisateurs pour les jeunes et dans lesquels ils se déployaient, commençaient à prendre leur place d'individu et de citoyen, et que nous avons convié les médias pour rendre compte de cette réalité concrète et positive, pas un seul n'est venu. Pas même la presse de gauche. Le Canard Enchaîné est allé se planquer.

Lire la suite

28/11/2009

Violences

symbole-femme.jpgIl est souvent de bon ton de persifler à propos de Zapatero, en particulier quand au sein du Parti Socialiste français on affiche volontiers des positions « de gauche » qui selon la formule de Caillois confèrent « une gloire du meilleur aloi ». Alors que la lutte contre la violence faite aux femmes est à nouveau dans l’actualité, il n’est peut-être pas inutile de rappeler que pratiquement dès son installation, le gouvernement socialiste espagnol s’est doté en 2004 d’une loi dite organique « contre la violence de genre » visant à prendre en compte l’ensemble des aspects de ces violences. Dans un pays encore particulièrement marqué par certains réflexes datés issus des rangs de l’Eglise (souvenons-nous des récentes manifestations contre l’avortement), le gouvernement Zapatero, en faisant même mention de l’oppression spécifique des femmes dans les attendus de la loi, a pris cette question frontalement au point qu’aujourd’hui la loi espagnole pourrait aller jusqu’à représenter un véritable modèle en Europe.

De toute évidence notre pays devrait trouver quelque inspiration dans une telle démarche. On nous dit qu’une proposition de loi devrait émerger suite à la mission parlementaire qui a produit l’été dernier un rapport. Comme le disait cette semaine le « collectif national pour les droits des femmes » par l’intermédiaire de ses porte-parole, en indiquant sans cesse que notre pays est celui « des lumières » on pourrait avoir la triste impression que « cela le dispense de tout ». En s’affichant comme le pays des droits de l’homme il serait vraiment temps que la France devienne aussi celui des droits des femmes.

  • Le Monde du jeudi 26 novembre, Tribune de Suzy Rotjtman et Maya Surduts, Co-Porte-parole du collectif national pour les droits des femmes.

Lyon, le 28 novembre 2009.

20/11/2007

Contre les violences conjugales

52bcbde58b57155dc70cca844bdf62f2.jpgLe Festival « Brisez le silence - contre les violences conjugales » commence ce soir pour s’achever dimanche prochain à la salle Garcin.

Cette 3ème édition est largement tournée vers la musique mais le village installé par « Filactions » sur la place Louis Pradel le mercredi 21 et samedi 24 offre une large place aux associations impliquées dans la lutte pour les droits des femmes, à des expositions dont celle de photographies de Gilles Garrigos, à des spectacles pour enfants et à un espace littéraire. Voici quelques-uns des rendez-vous proposés sachant que www.filactions.org donne les précisions nécessaires de l’ensemble de cette semaine « Brisez le silence » :

  • Mardi 20, 19h30 - chansons avec Oshen au Ninkasi Café (gratuit)
  • Mercredi 21, 20h - chœurs de Femmes au Centre d’Arts plastiques de Saint-Fons (gratuit)
  • Jeudi 22, 19h30 - soirée chansons avec Carmen Maria Vega, le rap musette de Syrano et Debout sur le Zinc. Ninkasi Kao (12 Euros)
  • Vendredi 23, 20h - Cie Imaginoir, au CCO (5 Euros)
  • Samedi 24, 19h30 - soirée rock au Marché Gare avec Prohom, A Song et Maczde Carpate (13 Euros)
  • Dimanche 25, 20h - danse avec la Compagnie Gesticulation à la salle Paul Garcin (5 Euros)

Lyon, le 20 novembre 2007.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu