Avertir le modérateur

30/06/2010

Travailler moins et jouer plus.

Mouilllac micro.jpg« On travaille moins et on joue plus ». Le slogan de l’affiche de la fête de la musique à Lyon a décoiffé la belle chevelure de la droite lyonnaise. En l’occurrence, celle bien ordonnée de Thierry Mouillac, élu dans le 6ème arrondissement. Jamais à court de coups de cymbales et de grosse caisse dans sa fanfare anti-Collomb, le déjà vieux jeune sarkozyste Mouillac dénonçait la semaine passée une Fête de la Musique « support de propagande à grande échelle, basée sur un « slogan gauchiste » et dont le message est « choquant, mensonger et irresponsable »…

Bigre, quel émoi et pour quelle grande et noble cause !

Las, c’est pourtant vrai qu’on travaille moins puisqu’il y a davantage de gens qui pointent au chômage. Heureusement, tout le monde n’est pas logé à la même enseigne : voir les infirmières débordées, les agents des pôles emploi qui ont parfois 200 dossiers à suivre, j’en passe et des quantités. Tout ce monde-là travaille de plus en plus… Tout en gagnant moins ou pas plus.

Qui joue et à quoi, cher Mouillac ?

On connaît la musique, donc la réponse pleine de dièses : c’est la faute aux 35 heures et à tous ces paresseux de gauchistes aux poings gantés de rouge ; ce rouge qui affole les signataires du traité UMP-PC chinois comme la muleta un taureau. Il leur fait oublier qu’en matière de musique et de fête à Neuneu détournée, ils en connaissent un brin. Faut-il leur rappeler que créer de la musique est aussi un travail ? Et qui doit être rémunéré, comme tout le monde le sait.

Petit da capo après l’air du grand émoi chevroté par le fêtard musical Mouillac qui se proclame sur son blog farouche défenseur de la liberté individuelle (ça sonne fort façon cymbale et ça plait bien aux amateurs de fanfare) : pirater « Kids » du groupe MGMT comme ses chers amis Unionistes Musicaux Protestataires n’ont pas hésité à le faire, c’est pas très joli, joli. Ce vol du bourdon a été pénalisé avec comme altération à la clé, une amende de 30.000 euros. Ça devrait l’inciter à quelque gargarisme avant la prochaine aria.

Jean-Paul Schmitt

12/12/2008

Tavernier

Tavernier.jpgDemain Bertrand Tavernier va recevoir, à l’hôtel de ville, des mains de Gérard Collomb, la médaille d’honneur de la ville de Lyon. Dimanche il dédicacera vers 11H00 la magnifique réédition de son « ami américain » (Actes-Sud) à la librairie Passages et jusqu’au 25 janvier l’Institut Lumière consacre beaucoup d’énergie dans la présentation d’une rétrospective intégrale de son œuvre.

Nul ne sait exactement combien de paires de pantalons Tavernier a pu user sur les fauteuils des salles obscures depuis sa plus tendre jeunesse. Probablement des centaines et ce pour notre plus grand bien. En effet, Bertrand Tavernier est non seulement un cinéaste important, c’est aussi, plus qu’un ancien critique et attaché de presse, un « fondu de cinéma ». La nouvelle publication de son « ami américain » est à la fois l’œuvre d’un cinéphile mais aussi celle, d’un vrai « fan ». Militant dévoué du cinéma, passionné communicatif, le Président de l’Institut Lumière est non seulement un puits de connaissance mais aussi un ami généreux du cinéma, de tout le cinéma. Pour vous en convaincre voici un document vidéo qui devrait vous en convaincre. Bertrand Tavernier y commente « Noblesse oblige » de Robert Hamer (1960).

Contact : www.institut-lumière.org

> A lire :« L’ami américain », Actes-Sud, 69 euros.

Lyon, le 12 décembre 2008.

04/12/2008

Enjeux métropolitains

PRAM.gifLe sujet est loin d’être « sexy », il est pourtant au cœur de toutes les réflexions, voire même de toutes les interrogations. Gérard Collomb d’ailleurs, suite à sa réélection comme Président du Grand Lyon il y a quelques mois, avait de manière « référencée » utilisé le terme de « nouvelle frontière » pour indiquer à tous la nécessaire voie de la métropolisation. De toute autre façon, Daniel Navrot, le rédacteur en chef de la lettre hebdomadaire d’information politique « Prospective » consacrait à cette question un éditorial particulièrement juste et argumenté la semaine passée (www.informations-politiques.com) sorte de mise en bouche pour nous lecteurs du numéro hors-série de la revue intitulé « Lyon, la possibilité d’une métropole ».

Les enjeux métropolitains commencent donc à se faire une place et même à s’imposer dans la réflexion des uns comme des autres. C’est le cas pour les responsables politiques, quelques milieux journalistiques mais aussi les autorités universitaires comme consulaires. Nous l’évoquions d’ailleurs ici même avec Philippe Dibilio les 11 et 14 novembre derniers à propos de la saine vigueur des propositions des Présidents des CCI de Lyon et St Etienne.

En donnant la parole aux personnalités qui comptent pour notre métropole, je veux parler des Maires de Lyon - St Etienne – Bourgoin-Jallieu, des Présidents de Rhône-Alpes comme du Conseil Général de l’Ain, mais aussi du PDG du groupe Casino, « Prospective » livre un travail vivant, car loin du jargon, et documenté faisant le point sur les démarches et les procédures essentielles à connaître pour qui s’intéresse à cette question métropolitaine.

La lecture de ce « Lyon, la possibilité d’une métropole » est vous l’avez compris plus qu’utile pour chacun tant, avec soixante-dix pages serrées et en donnant la parole à tous, Daniel Navrot et Bernard Lachaise proposent en cette fin d’année une somme nulle autre pareille. Comme l'écrivait hier ici même Philippe Dibilio, ce sujet est "dans l'air du temps". Je vous renvoie aussi à mon billet du 14/11 sur ce thème. Autant dire que ce numéro de "Prospective" arrive à point.

  • Prospective, « Lyon, la possibilité d’une métropole », 2008, 15 euros. Commande et règlement à IRES – 2, Place de la bourse – 69002 Lyon - Tél. 04 78 37 25 99.

Lyon, le 4 décembre 2008.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu