Avertir le modérateur

17/06/2009

La mercerie du Père Michel

Mercier.jpgMichel Mercier pourrait « donner une assise plus large encore à Nicolas Sarkozy » affirmait récemment Dominique Paillé, le porte-parole de l’UMP en vadrouille à Lyon. D’ailleurs « il apporte régulièrement les voix qui manquent à l’UMP pour être majoritaire dans cette assemblée [le Sénat] », rajoutait-il.

Certes, Michel Mercier a les épaules larges et de quoi bien remplir toute assise ministérielle suffisamment confortable proposée par Nicolas Sarkozy dans un souci d’ouverture bien compris. Les rumeurs – ces bruits qui transpirent avant d’avoir couru – sont allées bon train ces derniers temps. Et pas un train de sénateur. On le voyait à la Réforme Territoriale récemment, ensuite à l’Agriculture ou, si l’on en croit l’Express de la semaine passée, au Logement à la place de Christine boutée ailleurs.

L’homme connaît son terrain. Un terrain bien centriste, notamment celui de l’Ouest du département où l’on s’affirme sans étiquette pour taire une sympathie somme toute bien démocratique pour la politique qui conserve les choses en l’état et qui craint la nouveauté. Un terrain où l’on n’aime pas trop parler de politique. Où, dans le même temps, la solidarité et le bien vivre ensemble (parfois un peu trop entre soi) jouent plutôt bien. Sa solide silhouette lorsqu’elle arpente ce terrain cache bien la souplesse de son échine.

Sans y toucher, en l’intégrant au gouvernement, Nicolas Sarkozy fait la nique à la direction nationale du PS pour qui les territoires sentent par trop la province et le méthane. Il envisage donc d’acheter le fonds de commerce de Mercier. Le magasin pourrait en même temps lui servir de vitrine Modem. Car il y a de tout dans la mercerie rhodanienne du Père Michel. Même du Modem pas tout à fait Modem. Et il y a du choix si l’on en juge par quelques clients.

En 2008, Azouz Bégag venu chercher de quoi faire un patron pour une veste aux municipales et quelques ourlets façon Modem, est reparti les points dans ses poches. Dans le même mouvement, il a fourgué tout un lot de toile que l’on se ramasse à Geourjon.

Pour la couture dont il est un expert, il excelle à emmêler des fils de diverses nuances pâles - en camaïeux de bleu toujours - et il n’hésite jamais à une petite démonstration de son art. En témoigne l’une des dernières leçons du madré sur du Madras, le mois dernier. En fin de réunion de quartier dans son bourg, fuse la question qui tue « Quand allez-vous redevenir maire de Thizy ? » : le doigt habile et sans dé quittant la couture du pantalon, Michel a cousu d’un joli fil décoloré un « Il faut que je réfléchisse à comment répondre à votre question. Reposez- moi la dans un mois et demi ».

J’oubliais : la mercerie est aussi abondamment dotée de toile thermocollante double face dont il maîtrise toutes les techniques. Jusqu’aux étamines à fromage que les fabricants de Rigotte de Condrieu reconnaissants lui achètent désormais en quantité pour son intervention en faveur de l’inoubliable AOC.

Quant aux boutons, il ne les vend pas. Parfois, il en donne...

Jean-Paul Schmitt

05/12/2007

Azouz Begag lâche prise

aa8c660c5a8fefa621949371ca3b0f63.jpgAvant qu’Azouz Begag annonce hier soir sur le plateau de Canal plus son retrait de la compétition à l’investiture municipale lyonnaise, la situation était déjà tendue au sein du Modem rhôdanien. Le blog de Robert Marmoz l’attestait et donnait déjà quelques indications sur l’issue possible de cette confrontation qui n’aura donc pas lieu.

« Absence de sérénité et de transparence », « ambiance délétère », « manœuvres sourdes » sont manifestement les ingrédients qui permettent d’expliquer le renoncement d’Azouz Begag. Le regain de tension intervenu depuis quelques semaines au sein du Modem lyonnais ne devrait pas s’estomper.

Au train où vont les choses, bien malin celui qui serait capable aujourd’hui de dire de quoi demain sera fait mais, car c’est une évidence, le travail de sape effectué depuis des mois par Michel Mercier aura eu raison d’Azouz Begag et de quelques uns de ses amis.

Le Modem lyonnais, loin des principes mis en avant par François Bayrou lui-même, risque de redevenir un simple outil destiné à assurer la prospérité du Président du Conseil Général du Rhône. L’émotion du congrès de Villepinte passée, la dure réalité d’appareil risque d’invalider l’engagement de celles et ceux que se faisaient fort de changer la donne.

Lyon, le 5 décembre 2007.

31/05/2007

Les jeunes pousses toussent

medium_MJS_in_vitro.2.jpgOn ne plaisante pas au M.J.S. Dans une toute récente résolution de leur Conseil National, les jeunes socialistes s’en prennent à « certains », mais aussi à « certaines », coupables selon eux de ne pas avoir « un programme clair ». Jusque là que du classique me direz-vous.
Les choses deviennent intéressantes dans le dernier paragraphe d’un texte intitulé « Aucune connexion avec le MoDem » puisque le M.J.S. exprime son refus de toute tentative de rapprochement avec le MoDem aux Législatives comme aux Municipales. Cerise sur le gâteau les jeunes socialistes mettent les points sur les « i » en annonçant « qu’ils ne feront pas campagne aux côtés de soit-disant Socialistes alliés au centre-droit ». (lien).

Désolés les jeunes mais vous avez une longueur de retard. Dans l’agglomération lyonnaise c’est déjà le cas depuis 2001. L’ensemble des élus socialistes vous expliqueront qu’à la Communauté urbaine des élus, jadis à l’U.D.F. et aujourd’hui au MoDem, participent à un exécutif à majorité socialiste et présidé par Gérard Collomb.

En ce qui concerne les prochaines échéances municipales vous pouvez toujours demander à Bertrand Delanoë ce qu’il compte faire des élus verts qui viennent de rejoindre le MoDem. Quitte à passer pour un « soit-disant socialiste », j’ai la très nette impression que le Maire de Paris n’accèdera pas à votre ultimatum même s’il doit en payer le prix, à savoir se passer des services du M.J.S. dans sa campagne.
 
Lyon, le 31 mai 2007.

06:00 Publié dans Politique & politiques... | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : MJS, PS, Collomb, Delanoë, Modem, UDF, Législatives | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

16/05/2007

48 heures chrono

medium_baylet.jpgJe crois que dans ses rêves les plus fous, Sarkozy ne pouvait imaginer une telle bénédiction. Les uns après les autres, à coups de promesses ministérielles, de missions plus ou moins floues et d’échanges sur lesquels l’avenir nous dira sur quoi ils sont fondés, les rats quittent les grands et petits navires. Après l’UDF des Morin, Leroy et autres Bourlanges, on nous annonce maintenant à gauche, après le chiffreur chiffonné devenu traitre et le grossier Allègre, le départ vers d’autres rives des Jouyet, Védrine, Kouchner sans oublier Attali et quelques autres. Cerise sur le gâteau, histoire d’apporter sa contribution personnelle à l’opération de communication de Sarkozy, le patron des radicaux de gauche, cornaqué parait-il par Tapie, s’est fait inviter pour deviser avec le nouveau président.

Objet du délit, le rapprochement des troupes de Borloo avec celles du PRG. A 48 heures du dépôt des candidatures aux législatives, ce comportement de Baylet pose de toute évidence un grave problème politique. En effet, en agissant ainsi, les radicaux encore à gauche risquent de faire voler en éclat l’accord PS-PRG signé il y a quelques mois. Autrement dit, les électeurs de gauche, si ce rapprochement se confirmait, seraient conduits à chausser de nouvelles lunettes pour se confronter à une nouvelle réalité. Vendredi, 18h, dans toutes les préfectures de France la messe sera dite. Il ne reste plus que 48 heures pour tirer cette affaire au clair.

Lyon, le 16 mai 2007.

Photo: DR

14:00 Publié dans Politique & politiques... | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Baylet, PRG, Kouchner, Allegre, Sarkozy, UMP, UDF | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

10/05/2007

La soupe de Sarkozy

medium_Bayrou-fond-bleu.2.jpgC'est fait. C'est dérisoire mais c'est fait. Dans une tribune confiée hier au Figaro, les députés UDF passés armes et bagages chez Sarkozy se trouvent enfin de bonnes raisons pour laisser tomber François  Bayrou. Convergences politiques sur le rôle de l'Etat, l'économie, la proportionnelle, l'Europe... tout y passe au point que l'on peut se demander pourquoi les Leroy, Morin et autres Sauvadet se cherchent à présent des raisons de fonder politiquement ce lâchage.  Ils vont ainsi rejoindre Blanc, Santini et Robien "les traitres" du 1er tour, grand bien leur fasse.

Dans cette affaire, en guise de conclusion politique, la seule chose tangible à relever est que pour nos affamés, la certitude d'une soupe chez Sarko est préférable à un incertain velouté chez Bayrou. Nos députés qui pérorent aujourd'hui sur les grandes qualités du bouillon Sarkozyste reprochent qui plus est à leur ex-ami et leader d'avoir expliqué, entre les deux tours, son refus de Sarkozy ce qui pour eux, mais après-coup, semble être la plus terrible obscénité politique.

Alors, à vous qui, dans l'euphorie de la campagne présidentielle, avez imaginé que le centre pouvait enfanter quelque chose d'étonnant et d'original dans ce pays, je sais que cette réalité qui rattrape aujourd'hui François Bayrou doit peiner les plus résignés et révolter les autres.

Il est trop tôt pour évaluer la suite de l'aventure de François Bayrou mais les élections législatives approchent et constituent un rendez-vous crucial. En vérité c'est notre dernière chance de stopper la concentration des pouvoirs dans les seules mains de Nicolas Sarkozy et d'un appareil UMP digne héritier d'un véritable savoir faire du RPR dans ce domaine.

A vous de réfléchir à la meilleure façon d'y parvenir dans cette campagne qui s'annonce. J'y reviendrai d'ici quelques temps. 

Lyon, le 10 mai 2007. 

07:00 Publié dans Politique & politiques... | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : Bayrou, UDF, Sarkozy, Nicolas, François, députés, UMP | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

26/04/2007

Du courage, du courage, du courage (air connu)

medium_Bayrou-fushia3.jpgDans ce deuxième round de la campagne présidentielle, les lignes bougent. En décidant de faire preuve de l’ouverture nécessaire au regard de la situation politique et de ses enjeux, Ségolène Royal démontre une nouvelle fois les qualités qui sont les siennes depuis le début de cette campagne : l’audace, le courage et une volonté de liberté de pensée quasi inoxydable.

Pour ce qui le concerne, François Bayrou dans sa conférence de presse, tout en maintenant fort logiquement ses propres options, a, me semble-t-il, tout fait pour ne pas insulter l’avenir. En répondant favorablement à la proposition de rencontre avec Ségolène Royal, en se gardant bien d’exprimer sa préférence tout en critiquant sur le fond un Nicolas Sarkozy comparé à Berlusconi, le leader de l’UDF laisse la porte entre ouverte et surtout veut bien laisser croire à ses électeurs que voter pour Ségolène Royal dans ce second tour n’entrerait pas en opposition majeure avec son projet politique au centre.

Comme je vous le confiais avant hier, François Bayrou, contrairement à ce qu’il veut bien indiquer, ne peut rester sur sa montagne à contempler le deuxième tour. Qui sera le prochain Président de la république n’est pas chose secondaire. François Bayrou, comme la grande majorité de ses électeurs, sait très bien que la France de Sarkozy ne sera pas de la même nature que celle de Ségolène Royal. Le refus de trancher pourrait lui être reproché non pas aujourd’hui mais très probablement à l’orée des législatives.

Trois jours à peine après l’issue du 2ème tour, les premiers petits pas de François Bayrou sont importants ce d’autant qu’ils sont les plus difficiles à accomplir. En nous confiant ne pas avoir encore fait son choix, mais en laissant une liberté de vote à ses élus, Bayrou ménage manifestement l’avenir. Ces premiers pas sont courageux mais du courage il va lui en falloir encore quelque peu. Je souhaite donc du courage, du courage, du courage à François Bayrou (air connu).

Lyon, le 26 avril 2007. 

06:00 Publié dans Politique & politiques... | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : Bayrou, Sarkozy, Royal, Ségolène, segolene, UDF, 2ème | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

25/04/2007

Bayrou, ce héros de feuilleton

medium_bayrou-tf1.2.jpgLe pitch du nouveau feuilleton est simple. Bayrou se dirige vers un « ni-ni centriste», ni Royal, ni Sarkozy. Le patron de l’UDF veut donc faire l’impasse sur les présidentielles renvoyant dos à dos les deux candidats qualifiés pour le 2ème tour.

A la fin du premier épisode le Béarnais rebelle décide de concentrer ses forces sur une offensive législative prélude à la fondation d’un nouveau mouvement politique. Au passage notre héros taille quelques croupières aux socialistes et se retrouve incontournable jusqu’en 2012, à la tête d’un groupe parlementaire de plus de soixante députés unis dont le destin est entre les mains d’un chef victorieux.

Bayrou se rêve donc en héros récurrent du grand feuilleton de la politique française mais ce que le leader centriste oublie c’est que les héros, même très sympathiques, ne sont pas, dans les bonnes comme dans les mauvaises séries, ceux qui écrivent le script. Ils ne sont pas maîtres de leur avenir. Sans scénariste, point de feuilleton et dans celui qui nous préoccupe en ce moment, ceux qui vont écrire l’histoire sont nombreux.

Par ordre d’entrée en scène, on trouve tout d’abord les Français et singulièrement ceux qui vont, pour écarter Sarkozy, voter Ségolène Royal. Dans tous les dénouements qu’il imagine, François Bayrou ne peut s’empêcher de penser qu’un « happy end » se dessine en sa faveur dans tous les cas de figure. Quel aveuglement !

 Au terme de l’épisode qu’elle sera la crédibilité d’un Bayrou qui aura choisi de ne pas engager sa responsabilité ? Si par malheur Sarkozy devenait le 6 mai président de la République quelle serait alors la côte d’amour de notre héros centriste ? Pire ne serait-il pas montré du doigt ? Drôle de destinée pour un héros qui se veut positif.

Dans le même temps d’autres scénaristes s’activent. Ils tiennent le stylo de Sarkozy. Ils s’appellent De Robien, Simone Weil, Méhaignerie, Santini et probablement demain Borloo. Dans leur scénario Bayrou est le chef du Fort Alamo UDF. Un irresponsable à l’égo surdimensionné, un traître doublé d’un forcené. Collaborent déjà à ce « pilote » un quarteron de parlementaires UDF passés sous la coupe de Sarkozy. D’ici le 2ème tour, ils devraient être nombreux à renouer avec le réalisme et à quitter François Bayrou. Pierre Albertini, le député et Maire de Rouen, par ailleurs auteur du projet du candidat Bayrou, est sur le départ. Dans les jours qui viennent ils seront nombreux à l’imiter.

Lâcheur pour les uns, traître et irresponsable pour les autres la destinée politique de François Bayrou ne va pas s’écrire en dehors des conventions du genre.

En choisissant de devenir un héros positif dans ce feuilleton national, Bayrou doit se convaincre qu’il y a des règles et qu’il convient de parler clair, « vrai » comme le disait Michel Rocard.

Dimanche dernier Bayrou a été retiré de l’antenne. S’il ne se montre que calculateur et uniquement préoccupé par son propre sort les Français pourraient y trouver à redire pour les épisodes suivants ce d’autant que lundi en huit il sera trop tard pour réécrire un nouveau scénario présidentiel.

Lyon, le 25 avril 2007.

13/04/2007

Bayrou enterre Barre

medium_Raymond_Barre_NB.jpgBayrou vient donc d’enterrer Barre. Dans cette campagne, François Bayrou fait feu de tout bois. Hier, alors que les agences annonçaient l’hospitalisation de l’ancien Premier Ministre, Bayrou, toujours à l’affût des micros et des caméras, livrait à l’AFP l’oraison funèbre de Raymond Barre.

« Bien sûr je pense à lui, je pense à ce chemin, je pense à ce qu’il a représenté pour beaucoup de Français, comme un repère ». (...) Je pense à cette épreuve qu’il est en train de traverser, c’est pour moi une grande émotion. J’espère qu’il va franchir ce pas. » 

Puisqu’il ne lui reste plus qu’une semaine de campagne, je suggère à François Bayrou d’écrire ce week-end l’hommage funèbre à Giscard, son ancien mentor.

Lyon, le 13 avril 2007.

07:00 Publié dans Politique & politiques... | Lien permanent | Commentaires (22) | Tags : Bayrou, Barre, UDF, Ministre, hospitalisation, AFP | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

27/03/2007

Gouvernement Bayrou, tout est dans Harry Potter

medium_Harry_Potter.jpgLa vérité, paraît-il, ne peut sortir que de la bouche des enfants. Je vous livre aujourd’hui cette hypothèse. La vérité peut-elle sortir également des livres pour enfants ?

A celles et ceux qui s’interrogent encore sur le futur gouvernement « de l’extrême centre-gauche-droite présidé par un Delors jeune » que le Président Bayrou nous concocte voici un extrait prémonitoire (?) contenu dans « Harry Potter, à l’école des sorciers » (Folio junior, Gallimard jeunesse, 2003, page 69.)

« Harry resta assis en silence pendant que hagrid lisait son journal, La Gazette du sorcier. Harry avait apprit au contact de l’oncle Vernon qu’il ne fallait jamais déranger quelqu’un qui lit son journal, mais il avait tant de questions à poser qu’il était très difficile de résister.

- Le Ministère de la Magie ? demanda Harry

- Bien sûr. Ils voulaient nommer Dumbledore ministre, mais il ne quitterait Poudlard pour rien au monde et c’est ce vieux gâteux de Cornelius Fudge qui a hérité du poste. Un vrai gaffeur, celui-là. Chaque matin, il envoie un hibou à Dumbledore pour lui demander conseil.

- Et ça sert à quoi, un ministère de la Magie ?

- Oh, ça sert surtout à garder nos secrets. Il ne faut pas que les Moldus sachent qu’il y a toujours des mages et des sorcières d’un bout à l’autre du pays. Sinon ils essaieraient de faire appel à nous pour résoudre leurs problèmes. On préfère qu’ils nous laissent tranquilles.

A ce moment, le bateau heurta en douceur le quai du port. Hagrid replia son journal et ils montèrent l’escalier de pierre qui menait à la rue ».

Lyon, le 27 mars 2007

19/03/2007

Nouvelles du perdreau de l’année

medium_bayrou-tf1.jpg Hier dimanche, devant les élus Socialistes et Républicains, j’ai entendu Dominique Strauss-Kahn reprendre sa formule testée la veille dans les Ardennes, « Ségolène Royal a 100 propositions, François Bayrou est sans propositions. »

Histoire probablement de faire mentir celui dont il rêvait de faire son Premier Ministre, à quelques centaines de mètres du rassemblement des socialistes, plus précisément au salon de l’étudiant, François Bayrou a fait une proposition qui risque de faire date. De quoi s’agit-il ? Doter son futur et désormais célèbre « gouvernement gauche-droite présidé par un Delors jeune » d’un nouveau ministère « de la société française » qui aurait, accrochez-vous, compétence en matière de jeunesse, de personnes âgées, d’internet, de vie associative et peut-être même d’immigration.

Je sais bien qu’après la proposition de fusion des départements et des régions hâtivement dessinée il y a une paire de semaines et aujourd’hui repoussée dans les limbes centristes, Bayrou n’est plus à une approximation près, mais l’idée d’un Ministère des problèmes de société dépasse les bornes.

L’opinion risque de ne pas rester dupe bien longtemps face à cette démagogie à l’œuvre depuis quelques mois. La dernière production littéraire du Béarnais qui nous était présentée comme le programme du candidat demeure d’ailleurs aussi vide que les réserves de gaz naturel à Lacq.

Le perdreau va-t-il perdre quelques plumes dans les prochaines semaines ?            

Lyon, 19 mars 2007.

medium_Programme_Bayrou_introuvable.3.jpg
Vu aujourd'hui sur le site du Monde, ce petit gag en forme de point de vue sur le programme de François Bayrou. Voir le site

 

18:10 Publié dans Politique & politiques... | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : Royal, Bayrou, UDF, DSK, Strauss, Kahn, présidentielle | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

12/03/2007

L'Expert

medium_Brolliquier.jpg

Ce matin dans Le Progrès, Franck Viart interroge nos neufs Maires d’arrondissement pour savoir qui ils parrainent dans le cadre de l’élection présidentielle.

Pour celles et ceux qui s’interrogent encore sur le positionnement politique de François Bayrou, je préfère laisser la parole à Denis Broliquier, Maire Milloniste du 2ème arrondissement qui, lui, est capable de déterminer qui est de gauche ou de droite. Laissons-lui la parole.

« Par le biais des clubs nationaux de l’Embarcadère, dont je suis Président, j’ai adressé une série de questions sur des thèmes fondamentaux pour l’avenir du pays à divers candidats proches de la sensibilité des clubs - Nicolas Sarkozy, François Bayrou, Philippe de Villers et Edouard Fillias. Dans l’attente de leurs réponses, je réserve ma décision. ». CQFD.

Lyon, le 12 mars 2007.

09/03/2007

Sa différence

medium_Bayrou-affiche.jpgSous la plume de Sophie Landrin, je lis ce matin dans Le Monde qu’un étudiant de l’IEP de Lyon s’est entendu répondre par François Bayrou à propos de son futur Premier Ministre, « Je sais qui c’est, mais je ne l’ai même pas averti ».

Déjà le 21 février dernier, je m’étais interrogé sur qui serait le Premier Ministre du Président de la République François Bayrou. Vous avez peut-être le souvenir que certains indices distillés étaient contradictoires puisque le candidat UDF souhaitait, pour parler vite, un socialiste catholique. Un Delors jeune si vous préférez. Faisant état de certaines pistes empruntées alors par la presse, il m’avait fallu écarter DSK, Kouchner et Borloo qui ne correspondaient pas au portrait robot.

Aujourd’hui Bayrou nous explique donc qu’il connaît le nom de son futur Premier Ministre mais le type en question n’est pas au courant. Traditionnellement en politique c’est le contraire. En général, à moins de dix semaines d'une échéance électorale, il y a plein de prétendants qui s’imaginent devenir Premier Ministre, Ministre des Affaires Etrangères ou de l’Intérieur.

Bayrou c’est vraiment différent.

(c) Photo: Monique Sicard 

01/03/2007

L’impossible inventaire

medium_Bayrou-portrait.jpgLa bébête Bayrou grimpe. Le candidat de l’extrême-centre-fusionnel serait à portée de la  barre des 20% si l’on en croit l’IFOP.

On me demande parfois qui sont ces gens qui souhaitent voter Bayrou et que mes interlocuteurs, comme moi d’ailleurs, ne rencontrent jamais au quotidien. Pourtant 20% ce n’est pas rien. Essayons d’y voir plus clair.

Bayrou c’est tout d’abord l’UDF. Si on rajoute à cela, des gens de droite qui affirment être ni de gauche, ni de droite, une louche de chiraquiens génétiquement anti-Sarko, ainsi que quelques électeurs de droite qui ne peuvent plus voir Sarkozy en peinture, nous sommes tout de même loin du compte. Je veux  bien rajouter pour faire bon poids quelques démocrates sincères qui pensent vraiment que Bayrou peut gouverner en transcendant la gauche et la droite. Vous êtes témoin de mes efforts et vous devez vous aussi admettre que nous sommes encore loin des 20% annoncés.

Jouons le jeu. Ajoutons, même si cela est difficile à évaluer, des nostalgiques de la Marche du siècle et la partie du public de Patrick Sébastien qui croit que le petit bonhomme en mousse était la métaphore par anticipation de François Bayrou. Continuons, additionnons en vrac, les ennemis de Christian Blanc, ceux, experts en mauvaises blagues qui espèrent succéder à Santini, quelques journalistes du Monde qui veulent garder l’anonymat, quelques abonnés à des revues de machinisme agricole et très probablement l’ennuyeux Finkielkraut. Vous voyez bien que l’on flirte tout juste avec les 7% ou 8% même en y mêlant quelques quarterons qui attendent avec impatience l’augmentation de 5% de la TVA concoctée par Bayrou et Arthuis.

Lire la suite

21/02/2007

Qui va être le Premier Ministre du Président Bayrou ?

medium_Bayrou-fond-bleu.jpgC’est le dernier truc à la mode, la énième péripétie de campagne, l’ultime roucoulade des coteries informées. Et si François Bayrou gagnait l’élection présidentielle de 2007 ? Cette question qui agite le microcosme des professionnels du thermomètre électoral et de leur fidèle clientèle peut prêter à sourire mais c’est pourtant l’interrogation du moment.

Bien entendu, comme moi, vous vous dites que la condition minimale pour prétendre devenir Président de la République est d’être présent au 2ème tour de l’élection. Mais comme moi vous vous demandez peut être si on ne nous prépare pas une entourloupe qui, si elle venait à prospérer, nous vaudrait d’ici quelques jours l’apparition d’une série de sondages nous indiquant que Bayrou et Sarkozy figureraient avec certitude au 2ème tour.

Pour le reste, il est inutile de poursuivre l’investigation puisque depuis quelques jours on nous annonce que dans n’importe quel cas de figure, Bayrou taperait Sarko et Ségo au 2ème tour.

En marge de tout cela vous aurez par ailleurs noté que Le Pen ne figure même plus dans les préoccupations des zins-zins du commentaire politique. D’ailleurs ceux qui s’interrogent le mardi de manière très pénétrée sur l’hypothèse Bayrou-Président sont les mêmes qui nous indiquaient le lundi en quoi un Le Pen recentré demeurait un compétiteur redoutable dans la course au 2ème tour. Exit donc Le Pen, exit Ségolène et Sarko. Bayrou est donc élu Président de la République.

Passons vite fait sur le programme de notre nouveau Président aussi épais qu’une tranche de jambon de Bayonne pour nous poser la question qui hante les médias. Qui serait le Premier Ministre du Président Bayrou ?

Bayrou a son idée mais il la garde pour lui. Pas de problème, nos plus fins limiers du commentaire politique nous livrent depuis quelques jours quelques lumineuses options. Bien sûr on ne peut, sans risque de se disqualifier, évoquer le nom de Michel Rocard. En plus Bayrou distille des indices et quand il parle d’un « Premier Ministre idéal » (sic !) il parle d’une sorte de « Jacques Delors jeune » (re-sic !). Pour donner plus de crédibilité à l’affaire certains éditorialistes n’hésitent pas d’ailleurs à nous décoder la formule en évoquant le portrait-robot « d’un catholique issu des rangs socialistes ».

Lire la suite

00:30 Publié dans Politique & politiques... | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : Bayrou, UDF, Président, Royal, candidat, candidate, PS | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu