Avertir le modérateur

13/07/2010

B comme "Berninger (Matt)"

B Abécédaire.jpg

Alors que nous entamons à peine ce nouvel abécédaire de l’été il me fallait absolument vous dire quelques bonnes choses de The National une formation américaine peu connue mais heureusement programmée ce soir aux « Nuits de Fourvière » en compagnie des proto-Talking Heads des années deux-mille, je veux parler de Vampire Weekend. Votre « B » d’aujourd’hui est donc celui de Berninger chanteur et leader d’un groupe qui a déjà, en comptant « High Violet » un disque sorti début mai, cinq albums à son actif.

Originaire de l’Ohio, c’est à New York que The National a pris son envol et si le groupe demeure peu connu au sein du grand public il peut se vanter d’afficher une belle côte d’amour parmi la critique et les amateurs éclairés sur les deux rives de l’atlantique. Il est bien entendu difficile de décrire la musique de The National autrement qu’en essayant de la comparer à d’autres uniquement dans le but de se faire comprendre. Même si l’exercice n’est pas sans danger on pourrait dire que derrière la musique de Berninger et des deux Dessner (Aaron le bassiste et Bryce le guitariste) il y a du Velvet matiné d’un Nick Cave aux accents de Tindersticks.

The+National+2.jpgPrésent deux soirées de suite aux « Nuits de Fourvière », figurant en première partie de Pavement il y a quelques semaines à Paris, The National, engagé dans une tournée mondiale d’importance, pourrait être une des révélations (tardives) de 2010 tant l’album « High Violet » est excellent et son prédécesseur « The boxer » tristement magique. Malgré ce nom accrocheur, les amis d’Eric Besson ne seront pas autorisés à monter à Fourvière ce soir pour applaudir « The National », il convenait de le préciser.

> Vampire Weekend et The National, « Nuits de Fourvière », 13 juillet 2010, 21h00, tarif 27 euros.

--

J'étais l'invité vendredi dernier de la web TV lyonnaise Surf TV. L'émission animée par Daniel Dubois avait pour thème l'affaire Bettancourt.

JYS Surf TV.jpg
(Cliquer sur l'image pour voir la vidéo)

Lyon, le 13 juillet 2010.

Photo: DR

12/07/2010

B comme "Brooklyn"

B 3.jpg

Ce soir, avec leur Nuit Brooklyn, « Les Nuits de Fourvière » frappent juste et fort en accueillant en particulier Sharon Jones et The National, deux des meilleurs ambassadeurs de ce quartier mythique de la grosse pomme. Nous reviendrons demain sur The National dont les accents velvetiens et indie méritent un vrai détour, la formation de Matt Berninger partageant l’affiche avec Vampire Weekend. Aujourd’hui, pour vous convaincre de monter à Fourvière ce soir, je veux vous dire le plus grand bien de cette chanteuse formidable qu’est Sharon Jones et qui, accompagnée de ses Dap-Kings, est un authentique bonheur et la chose la plus rafraîchissante de ce bon vieux R’N’B qu’il convient de ne surtout pas confondre avec ce piètre « are end bee » comme quoi le mot « Soupe » n’est pas la traduction française de « Soul ».

Née en 1958, ancienne surveillante à la prison de Ryker Island et convoyeur de fonds, ce n’est qu’en 1996 que Sharon Jones devient l’énergique chanteuse des Dap-Kings, le plus beau fleuron du label Daptone et ainsi la sublime incarnation du renouveau de la soul music à l’ancienne. A ce jour Sharon Jones et ses Dap-Kings sont à la tête d’une discographie, toute recommandable, enclenchée en 2004 avec « Dap Dippin’with Sharon Jones », « Naturally » (2006), « 100 days 100 nights » (2007) ainsi que le tout nouveau « Learning the hard way ». Ayant mis peu à peu de plus en plus de soul dans son funk, Sharon Jones, petite bonne femme dont l’intensité vocale est merveilleuse et étonnante, mériterait de connaître une reconnaissance internationale même si la France est loin d’être le dernier pays à lui faire la fête. Vue il y a deux ans au Ninkasi-Kao, le passage de ce soir aux « Nuits de Fourvière » mériterait d’être transformé l’an prochain par un mémorable concert pour le public de « Jazz à Vienne » histoire d’asseoir définitivement la notoriété de Sharon Jones.

> « Nuit Brooklyn » avec Sharon Jones and the Dap-Kings, Dirty Projectors, The National et invités. (Direction artistique the National). Lundi 12 juillet 2010, 21h00, tarif 27 euros.


Nuit Brooklyn
envoyé par NuitsdeFourviere. - Regardez d'autres vidéos de musique.

Lyon, le 12 juillet 2010.

03/07/2010

Opiums des peuples

sommaire_2292_grand.jpgEn ce dimanche si décisif dans cette coupe du monde de football 2010, si l’envie vous prenait de lever le pied en vous intéressant également au rock and roll, précipitez-vous sur le numéro de juillet de Rock & Folk qui nous livre un dossier très opium du peuple puisque consacré au foot et au rock. Cette semaine dans Libé c’est le guitariste ricain de The National qui nous expliquait que le football était un sport roi, ce mois-ci, Rock & Folk nous rappelle cette interview de Rivers Cuomo, le binoclard des américains de Weezer, qui rentrait en lévitation en abordant le sujet dans l’excellent « So Foot ». Bref, de Bob Marley qui, avec ses Wailers rencontrait régulièrement en tournée les journalistes lors d’une partie de football, à Rod Stewart ou Iron Maiden, les fans de football sont légion dans le rock. C’est donc essentiellement du côté d’une Albion, automatiquement perfide, que le foot recrute les meilleurs rockeurs. Ils s’appellent les frangins Gallagher et soutiennent Manchester City, Damon Albarn qui ne rêve que de Chelsea F.C., Lily Allen en fan de Fulhan ou les liverpuldiens de the Coral adeptes des Reds. Discographie, article sur le rock des stades, beaux gestes, tout y passe grâce à Jean-Vic Chapus, Basile Farkas, Jérôme Reijasse et quelques-autres. A lire donc dans Rock & Folk, Juillet 2010, numéro 515,6, 10 euros.

Renseignements sur www.rocknfolk.com

Lyon, le 4 juillet 2010.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu