Avertir le modérateur

25/10/2010

Le bleu et le rouge

334906.jpgPlutôt que de faire une fixation impuissante sur Claude Puel, les associations de supporters de l’olympique lyonnais devraient plutôt s’occuper de deux députés du coin, l’un étant UMP et s’appelant Philippe Meunier, l’autre communiste et se nommant André Gerin, ces deux-là venant de co-écrire une lettre contre l’ « OL Land » dont je suis l’un des nombreux destinataires. Nos deux « coco », ou plutôt nos deux compères, dénoncent avec appétit « ce foot business et tous ses excès qui n’en finissent plus » sans oublier de préciser, par précaution, leur attachement aux « valeurs du sport ».

Qu’un député bleu horizon également repérable par quelques taches brunes signe une missive avec un paléo-communiste n’est vraiment pas pour me surprendre ce d’autant que le second a déjà fait ses preuves en exécutant le même type de glissade avec son ami Eric Raoult. Ce qui est intéressant dans la démarche réside aussi dans des arguties qui jusqu’ici étaient la spécialité des discussions avinées dans certains rades de nos quartiers. En effet nos deux députés dénoncent aussi dans les quelques lignes de cette lettre aux relants démagogiques le « cash pour régler les commissions délirantes liées aux transferts » ainsi que « les salaires supérieurs à 400 000 euros par mois ».

Si cette nouvelle définition du front républicain enfantée par Meunier et Gerin ne fait pas dans la dentelle, nos deux clients poussent un peu loin le ballon au point d’exiger de la ville de Lyon l’agrandissement de son stade municipal de Gerland. On a connu plus élégance de la part de députés de la république mais surtout plus de compétence, sachant que ces deux-là ne sont pas, loin s’en faut, effrayés par leurs propres limites dépassées depuis belle lurette. Il n’empêche qu’au-delà du triste combat de Meunier et Gerin et bien loin du strict dossier de l’OL Land, le football professionnel est sur le point de rentrer dans une zone des tempêtes que nous ne mesurons encore qu’avec imperfection. Devenu spectacle, le football doit s’interroger sur la validité de son modèle économique. Largement sous perfusion des droits versés par les télévisions, le désengagement d'orange ne sera pas sans conséquences et il suffit de voir la sur-activité de Fréderic Thiriez pour la création d’une chaîne de la ligue sur la TNT pour s’en convaincre. Sur un autre registre, la suggestion intéressée du président de Canal Plus visant à diminuer le nombre de club de L1 va dans le même sens. A L’heure ou en Europe la mauvaise santé du football professionnel est sur le point de produire des facteurs de déstabilisation et voire même de véritables dépôts de bilan, ceux qui font profession de nous indiquer l’avenir devraient se montrer particulièrement actifs. Dans cette catégorie ne figurent ni Rama Yade, ni sa surveillante Bachelot, encore moins nos deux agents d’ambiance locaux, je veux parler de Meunier le bleu et Gerin le rouge.

Lyon, le 25 octobre 2010

Photo:DR

10:11 Publié dans Politique & politiques... | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : meunier, genin, football, stade, gerland, ol land, lyon | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

12/12/2009

Tournants et tourments

claude.jpgDemain soir, à Gerland, ce pourrait-être un tournant du championnat de ligue 1 puisque l’O.L. affronte les Girondins de Bordeaux. C’est bien installé face à ma télé que je vais assister à ce « choc » car les places de la ville de Lyon sont réservées pour cette prestigieuse occasion à ceux qui se sont engagés pour la candidature de Lyon à l’Euro, une candidature que quelques-uns aimeraient voir plombée.

En effet, la grande aventure du « grand stade » connait quelques mésaventures supplémentaires et Jean-Michel Aulas qui déclarait après la victoire sur Debrecen que « le sourire était dans les rangs lyonnais » a peut-être un moment vu le sien s’évaporer en apprenant que le sort de l’O.L Land était à nouveau à un tournant suite à une décision de justice.

C’est après avoir fait valoir par écrit quelques arguments en faveur du « grand stade » sur le registre de l’enquête publique que l’on ma annoncé que la révision du PLU n’était même plus dans un tournant mais dans le décor. C’était heureusement, aller vite en besogne.

Hier matin, le Maire de Lyon s’est exprimé sur la question alors que l’exercice devait être uniquement consacré à la présentation du budget qui sera examiné lundi par le Conseil Municipal. C’est donc un Gérard Collomb particulièrement affûté qui s’est exprimé devant la presse, à croire que le Maire de Lyon est bien le seul à être en forme sachant que lui, au moins, n’a pas à subir les entraînements concoctés par Claude Puel. Le message du Président du « Grand Lyon » a, comme vous vous en doutez, le mérite d’être clair, sachant que lui, au moins, n’a pas à s’inscrire dans la langue de bois du même Puel.

C’est donc sans douleurs aux adducteurs et sans pathos que le Maire a pointé l’étonnante décision de la justice administrative précisant que pour le Grand Lyon l’agenda fixé devrait être maintenu. Autrement dit pas de quoi se tourmenter.

Pour ce qui concerne le football, les yeux rivés vers mon écran très plat, à la différence de ceux qui siègeront en tribune présidentielle, je pourrais me délecter des inévitables propos alambiqués de Claude Puel qui en cas de victoire expliquera de toute façon que tout n’était pas satisfaisant et, si la défaite était au rendez-vous, qu’il ya des raisons de se satisfaire.

Lyon, le 12 décembre 2009

Photo:DR

21/05/2009

J’écris ton nom

Grand Stade.jpgVous le savez peut-être, ici à Lyon, les socialistes dont je suis n’ont pas la chance d’être frappé de cette onction de gauche qui gagne notre Parti. Notre direction nationale, quant à elle, renoue avec une orientation de gauche qui s’illustre dans la plupart des questions qui interpellent nos concitoyens. Etre « socialiste de gauche » ou « socialiste de droite » n’est vous l’imaginez pas la même chose. C’est ainsi qu’une politique « socialiste de droite » ne s’illustre pas du tout au quotidien comme une politique « socialiste de gauche ». Je ne suis pas un spécialiste, mais il ne faut pas être grand clerc pour penser que de telles différences d’approche doivent se marquer dans la plupart des domaines de la vie publique. Je pense à l’économie, à la mixité sociale, à la culture… Bref, tel un bon coup de gourdin les dures réalités idéologiques partagent les socialistes entre ceux qui de gauche, conduisent des politiques de gauche, et ceux de droite qui mettent en œuvre celles de droite. Prenez la question des grands stades de football, voilà un domaine qui n’échappe pas à ce phénomène indépassable, à cette règle intangible.

C’est ainsi qu’à Lyon, le grand stade de l’Olympique Lyonnais sera financé par de l’argent privé. La direction de ce club va donc un de ces jours vendre le nom du stade à une compagnie privée, c’est ce qu’on appelle le « naming », et un beau matin on apprendra que ce stade s’appellera « Nike Stadium », « LG Aréna » ou « Axa Sport Center ». Voilà un exemple de politique produit du laissez-faire de socialistes de droite.

Prenez Lille, c’est tout le contraire. Le grand stade de football destiné au LOSC va être payé par de l’argent public. La collectivité propriétaire de l’équipement pourra donc un de ces jours vendre le nom du stade à une compagnie privée. Un beau jour le stade public s’appellera donc le « Reebok Aréna », le « Cassegrain Stadium » ou « Generali Sport Center » et ce n’est qu’ensuite que le LOSC sera contraint de payer un loyer en contrepartie de l’utilisation d’un équipement qui portera le nom de la société choisie.

Dans le premier cas, honteuse, la collectivité locale pourra tristement constater que le « LG Stadium » est la propriété de l’Olympique Lyonnais, dans le second c’est avec fierté que pendant 30 ans les Lillois paieront le stade Cassegrain qui sera loué au LOSC.

J’espère que vous avez enfin compris la différence entre le socialisme de droite et le socialisme de gauche. Si tel n’était pas le cas, un de ces jours je pourrais aborder le cas des vélos dont certains sont « Lib », la mixité sociale ou les questions de rénovation urbaine.

Lyon, le 21 mai 2009.

12/05/2009

Punition

cravache.jpgSarkozy et son gouvernement auraient-ils décidé de punir Lyon et son agglomération ? La question mérite d’être posée au regard de quelques faits récents.

Il y a eu, tout d’abord, le revirement inacceptable de la ministre de l’intérieur sur le projet de caserne de gendarmerie à Sathonay Camp. Un projet travaillé et pour lequel le Grand Lyon a engagé financement et travaux, de voirie en particuliers. Un projet bouclé par un groupement d’entreprises qui y a investi des sommes respectables et du travail de préparation au détriment d’autres marchés et qui se retrouve maintenant le bec dans l’eau.

Puis est tombée l’annonce de la participation financière de l’état aux transports de l’agglomération : 28 millions pour le Sytral contre 21 milliards pour Paris, soit environ 1000 fois moins et de toute façon un montant en baisse par rapport aux prévisions. Deux dossiers qui interrogent sur la validité du « plan de relance » du gouvernement qui passe ainsi à coté de chantiers prêt à partir.

On peut en tout cas s’interroger sur de telles décisions, Lyon serait-il devenu un territoire oublié du gouvernement ou bien veut-on punir cette ville qui s’est installée à gauche ? Il serait à ce propos intéressant de savoir ce qu’en pense François Noël Buffet, parlementaire en charge du suivi de l’application du plan de relance en Rhône-Alpes, à moins qu’il ne se sente plus concerné en matière de transports maintenant que les travaux du métro à Oullins sont engagés. Certes il n’y aurait rien d’extraordinaire à tout cela lorsque l’on regarde la pratique politicienne d’un Sarkozy toujours à l’affût d’un petit coup tordu pour déstabiliser son opposition. Sans aller jusqu’à penser que le Philippe Cochet soit derrière la manœuvre car il se dit que depuis l’épisode de la mayonnaise qu’il a monté autour des deux œufs lancés sur la caravane UMP lors de son passage place Bellecour sa côte a sensiblement baissée auprès d’un Xavier Bertrand qu’il a engagé dans cette manip médiatique dont le secrétaire général du parti sarkozyste a eu du mal à se sortir.

Mais l’on ne peut exclure que cette volonté de nuire à l’agglomération ne cache l’idée de gêner Gérard Collomb dans la réalisation de son mandat et ce en vue des prochaines échéances. C’est en tout cas bien à la mesure d’une opposition locale qui peine à se trouver un angle d’attaque et qui ne joue en fait que de son pouvoir de nuisance comme elle le fait déjà à propos du Grand Stade à Décines.

Philippe Dibilio

28/04/2009

Tacle

Olympique lyonnais.pngOlivier Margot, qui fut le premier rédacteur en chef de l’Equipe Magazine, est un talentueux journaliste et un homme plein d’humour. Lorsqu’il voyait une faute sur un terrain de football où le défenseur avait ostensiblement décollé les pieds du sol il parlait de « tacle à la carotide ». Dans l’interview qu’il donne cette semaine à Tribune de Lyon, Jean-Michel Aulas ne lève pas le pied aussi haut mais il tacle fermement son ami Gérard Collomb à propos du Grand Stade.

Ce dossier commence sérieusement à énerver le président de l’OL qui aimerait que les choses bougent de manière plus active. Et il supporte de moins en moins de voir Gérard Collomb passer de la réponse péremptoire à la colère intempestive chaque fois qu’ils abordent ce dossier. Et moins encore de s’entendre sans cesse dire que ce sont ses « amis » de l’UMP qui bloquent la situation ; lui qui mouille sérieusement la chemise jusqu ‘au sommet de l’Etat. Aussi il profite de l’interview pour rappeler tout d’abord que c’est « le maire de Lyon et président du Grand Lyon qui a choisi le site de Décines » histoire de mettre chacun devant ses responsabilités. Puis il tape où ça fait mal : « Le problème de départ est venu de la communication. Les opposants politiques expliquaient qu’ils n’avaient pas été associés au projet. Cela doit être résolu. C’est normal que messieurs Meunier et Forissier soient associés au projet. Et s’il y a eu une erreur de communication, je veux bien tenter de le résoudre en essayant de me mettre à la portée de tout le monde, et en intégrant dans les groupes de réflexion tous les élus locaux des communes avoisinantes. » Le propos a le mérite d’être clair, en soulignant la principale faille du dossier, il lance une pierre dans le jardin de Gérard Collomb.

Ainsi le président de l’OL commence à pointer les responsabilités au cas où le Grand Stade n’irait pas jusqu’au bout. Et puis Jean Michel Aulas aimerait que le temps qui s’écoule dans l’attente de la loi sur les stades soit mieux utilisé par les services de Collomb pour anticiper sur les sujets à débloquer car si cette loi est nécessaire elle ne sera pas suffisante et face aux questions qui se posent l’entourage de l’élu a tendance à afficher des réponses dont la validité n’est pas toujours avérée. Avec ce premier tacle public JMA lève donc le voile sur la tension qui commence sérieusement à monter entre les acteurs principaux de ce dossier. Car, comme il le dit si bien : «  Tant que la première pierre n’est pas posée, il y a toujours un risque » et il ne veut pas prendre celui d’avoir à assumer l’échec.

Philippe Dibilio

08/10/2008

Coup de bluff ?

Grand Stade.jpg« Si, pour des raisons politiciennes les premières grues n’étaient pas installées en 2010 je pourrais aller emmener ce projet (de Grand Stade) ailleurs ». Cette déclaration intempestive faite par Jean Michel Aulas quelques heures avant la rencontre OL Bayern relève-t-elle du coup de bluff ? On pourrait le penser si l’on s’en tient aux contorsions qu’ont engendré la reprise de ces propos sur le site de l’OL. Mais dans le contexte de tension qui monte autour de ce dossier d’OL land à Décines il faut peut-être y regarder de plus prêt.

Chacun, en effet, y va de sa petite musique pour mettre de l’huile sur le feu. Après Michel Noir qui affirme qu’il faut sauver le soldat Aulas  lequel serait en droit « d’en vouloir à Gérard Collomb de l’avoir conduit dans une telle impasse » c’est le « Progrès » qui sort un sondage, très aléatoire puisque fait auprès de ses lecteurs internautes, qui donne 76% d’avis opposés à l’implantation à Décines. Ce dossier, engagé de manière trop solitaire pas Gérard Collomb, n’a donc pas fini d’être confronté à des embûches ou autres soubresauts. Et cela, il est vrai, pourrait sensiblement agacer Jean Michel Aulas qui a du mal à comprendre et plus encore à admettre le fonctionnement des collectivités et leur mode  de décision. Il faut lui reconnaître que ce n’est pas d’une simplicité biblique. Pour lui en tout cas, c’est le maire qui lui a présenté ce terrain et lui a promis la construction du stade et de l’activité commerciale qui va avec. A partir de là il s’est engagé de manière forte, auprès de ses actionnaires, des autorités de la bourse. Il s’est aussi engagé dans le temps et c’est bien là que le bât blesse.

Le fait que la date de 2010 ait été avancée pour l’inauguration laisse planer un malaise sur le projet vu l’avancement des choses et même si aujourd’hui on parle de 2012 sans que personne puisse y mettre sa main à couper. Bref la tension monte et si, comme cela semble s’annoncer, l’enquête publique était relancée les nerfs seraient une nouvelle fois mis à rude épreuve.

Aussi on peut se poser la question de savoir jusqu’à quand ceux de Jean Michel Aulas tiendront-ils ? Avec cette forte phrase le président de l’OL a certainement voulu lancer un avertissement aux acteurs de ce dossier, ceux du Grand Lyon en particuliers qui sont en première ligne. Mais au-delà peut-on faire  comme si cette menace était totalement irréalisable ? Rien n’est moins sur. Les clubs de football ne sont plus l’apanage d’une municipalité ou d’une association locale ce sont aujourd’hui des affaires conduites comme des grandes entreprises et l’OL est la figure de prou de ce système en France. Alors, si Aulas veut importer cette société ou la vendre il peut le faire. Encore faut-il trouver acquéreur, certes, mais si les fonds de pensions connaissent une passe difficile les fonds souverains eux se portent bien. Alors l’OL et son stade à Dubai où Jean Michel Aulas intervient déjà, introduit par Gérard Collomb d’ailleurs, ce n’est pas impossible. Et puis comme le dit Cécilia ex-Sarkozy qui vit beaucoup sur place avec son nouveau mari : « on est à deux heures de l’Inde et à trois heures de la Chine » l’endroit où il faut être si on veut suivre le mouvement du monde des affaires et de la Jet Set.

Philippe Dibilio

Lyon, le 8 octobre 2008.

12/07/2008

Communiqué du gouvernement

202970934.jpgNous ne financerons plus le campus universitaire
Nous ne financerons plus le stade du campus universitaire

Nous ne financerons plus la route qui conduit au stade du campus universitaire.
Nous ne financerons plus l’autobus qui emprunte la route qui conduit au stade du campus universitaire.
Nous ne financerons plus les lampadaires qui éclairent la route qui conduit au stade du campus universitaire
Nous ne financerons plus les éoliennes qui alimentent les lampadaires qui bordent la route qui conduit au stade du campus universitaire
Et, comptez sur nous, nous ne serons plus jamais là pour les projets de votre enfant.
Parce que au fond, c’est pour nous que nous financerons plus, les éoliennes qui alimentent les lampadaires…
Ni gouvernement des villes.
Ni gouvernement des gens.
Sarkozy-gouv.fr.

Lyon, le 12 juillet 2008.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu