Avertir le modérateur

04/06/2010

Dangers du portable

?id=725X1342&site=combuzz.wordpress.com&url=http%3A%2F%2Fcombuzz.files.wordpress.com%2F2010%2F03%2Fsteve-jobs-with-iphone.jpg&sref=http%3A%2F%2Fcombuzz.wordpress.com%2F2010%2F03%2F27%2Fsteve-jobs-apple-comment-reussir-ses-presentations%2FLa chose est assez terrible. Pris en tenaille entre la nécessité d’aider financièrement leurs familles demeurées au pays et une forme de refus d’un travail abrutissant fort mal payé, certains ouvriers chinois de l’usine Foxcomm préfèreraient en finir avec la vie sachant qu’après leur disparition leur employeur verserait à la famille une somme allant de 10 000 à 40 000 euros. Pour évoquer le succès de l’iPhone, de certains appareils Nokia, de la console de jeu Sony ou des ordinateurs Dell on mettait jusqu’ici en avant le design, l’ergonomie, la technologie ou la convivialité, il convient d’y ajouter aussi la déprime et le stress d’ouvriers payés 150 euros par mois pour douze heures de travail par jour, des chaines fonctionnant 24 heures sur 24 avec une pression sans mesure.

Ce malaise généralisé et ces suicides traduisent une situation déplorable qui accouche aussi de grèves sauvages organisées clandestinement. D’ailleurs les experts de la Chine commencent à pronostiquer des tensions et le fait que Honda vienne d’accorder à ses salariés chinois quelques 24% d’augmentation de salaires est, à cet égard, assez significatif.

Bienfaiteur de l’humanité et du peuple chinois, Steve Jobs le charismatique patron d’Apple est bien le seul à nier le calvaire des ouvriers de Foxcomm qui dépriment tout en agençant son foutu iPhone. Jobs, arpentant il y a quelques jours un salon californien a déclaré confus que les ouvriers de Foxcomm disposaient tout de même de restaurants, de cinémas, d’hôpitaux ainsi que de piscines précisant au final, et je cite, que « c’était plutôt chouette » (Libération du 3 juin). L’histoire ne dit pas si emporté par l’émotion, le patron d’Apple était prêt à offrir une morgue toute neuve à ceux de Foxcomm. Il n’empêche que nous pouvons tous nous demander s’il nous est vraiment indispensable d’acquérir un iPhone bien que, très officiellement, après enquête, Apple a tenu à préciser que toutes ces rumeurs concernant Foxcomm étaient infondées.

Lyon, le 4 juin 2010.

Photo: DR

04:35 Publié dans Ainsi va la vie... | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : iphone, apple, dell, chine, sony, honda, libération, foxcomm, steve jobs, lyon | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

28/02/2010

Voodoo Year

jimi-hendrix.jpgC’est donc dans huit jours que sort le « nouvel » album du Jimi Hendrix, « Valleys of Neptune », 12 titres pour l’essentiel enregistrés en 1969 qui, si l’on tient compte des avis des critiques les plus fiables, sont très loin d’être des rogatons. C’est à l’occasion du rachat par Sony du catalogue de Jimi Hendrix que ce disque nous est proposé et en parallèle on publie une première vague de réédition, « Electric Ladyland » et « Are you experienced » en tête, avant qu’en septembre prochain, pour la date anniversaire de sa mort, on nous propose des archives jusqu’ici inexploitées.

Il y a bien entendu de quoi être méfiant sur ces « inédits » promis. En effet, quand il disparaît, Jimi Hendrix n’a enregistré que trois disques studios. Depuis cette date, une bonne centaine d’albums du génie de Seattle circulent, le meilleur du « Live » côtoyant les pires prises studios. Compte tenu du fait que l’affaire coûte bonbon à Sony-Legacy, tout nous porte donc à croire que c’est avec sérieux et application que cette politique de publication d’archives va se déployer. Autant dire que les fans de toujours comme les jeunes adeptes du guitariste doivent dès à présent mettre quelques billets dans leur tirelire. Un coffret reprenant la chronologie de la carrière est en préparation, la vidéo du mythique « Miami Pop Festival » de 1968 vient d’être restaurée sans oublier les centaines d’heures d’enregistrements faites à l’Electric Ladyland Studio de Greenwich Village qui attendent preneurs. L’année 2010 sera « Voodoo ». Pourquoi s’en offusquer ?

> Jimi Hendrix Experience, « Valleys of Neptune », Sony-Legacy, sortie lundi prochain 8 mars.

Lyon, le 28 février 2010.

10/05/2009

Dylan is Dylan

Bob dylan together trough life.jpgTrès franchement, si vous me posiez la question et je sais que vous mourrez d’envie de me la poser, je vous conseillerais de faire désormais l’économie d’aller voir Bob Dylan sur scène. Accroché à un clavier qui semble être un déambulateur géostationnaire, exposant le profil de son stetson à un public dont la présence semble très secondaire, le génie de Duluth n’est qu’un fantôme peu concerné porté par d’excellents requins de studio. Ma dernière expérience Dylanienne remonte maintenant à quelques années du côté de Saint-Etienne et je me suis juré ce soir là que l’on ne m’y reprendrait plus jamais. Si je décode bien les choses, même François Bon l’excellent biographe du Maître ose de temps à autre expliquer que son aveuglement n’est pas total en nous disant que Zimmerman sur scène c’est un peu la loterie. Il y a quelques semaines Bon indiquait d’ailleurs aux lecteurs du JDD que parmi les spectateurs de la dernière tournée française de Dylan il y avait les chanceux et les punis à savoir ceux qui étaient au show de Grenoble oubien à celui de Toulouse. La belle affaire. S’il faut maintenant parcourir de long en large l’Europe entière pour avoir le plaisir d’assister à un concert convenable, autant renoncer. C’est, vous l’avez compris ce que je vous invite à faire.

Pour ce qui concerne les albums convenons que le problème est de toute autre nature. Déjà en 1997 avec « Time out of mind » mais surtout en 2006 avec « Modern Times » Dylan avait sonné le rappel (et le réveil) des fans qui, comme moi, s’étaient permis depuis des lustres de laisser au dernier quarteron de la secte le plaisir d’apprécier un vieillard marmonner des textes sur une musique arthritique. Avec ce tout nouveau « Together Through life » même constatation que pour « Modern Times ». La démarche roots de Zimmerman fonctionne presque à merveille et en l’espèce, mis à part peut-être le lamentable « Life is hard » l’ensemble proposé est digne. Le blues fatigué et le boogie usé de Dylan agrémentés souvent d’un tonique accordéon seront le compagnon idéal des conducteurs qui, le limitateur de vitesse convenablement réglé, pourront avaler les kilomètres avec bonheur.

 

Bob Dylan, « Together Through Life », Columbia

Lyon, le 10 mai 2009

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu