Avertir le modérateur

04/08/2009

L comme «Lévi (Primo), Kahlo (secundo) »

L1.jpegTout le monde connaît l’écrivain de la Shoah - quelques-uns l’ont lu – auteur de l’inoubliable « Si c’est un homme ». Peu connaissent le poète de « À une heure incertaine ».

Primo, quelle mouche me pique de faire référence à l’aventure terrible de Lévi dans les camps, en plein milieu du temps des vacances et des plages dorées ? Secundo, pourquoi accoler à son nom celui de Frida Kahlo ?

Tout ce que je peux vous dire, c’est que lorsque j’ai retrouvé hier, en feuilletant un livre consacré à l’œuvre de Kahlo, la reproduction du tableau « Colonne brisée » qu’elle a peint en 1944, le nom de Lévi s’est imposé. Etrangement.

L’arrière-plan du tableau avait des allures incertaines de mer ou de plage, mais ce n’est certainement pas ce détail, fut-il de saison, qui a retenu mon attention. Et d’ailleurs si c’était le cas, pourquoi Primo Lévi ? C’est plus vraisemblablement à cause de la souffrance qui suinte du tableau et du regard de cette femme ; ou du blanc en deuil de sa robe ; peut-être de la belle peau satinée aux seins fermes mais semée de clous ; ou des larmes de sueur. Non so. No sé…

ColonneBrisee.jpg

J’admets qu’il y a dans ce choix une bonne part d’arbitraire. Plutôt que le Primo Lévi de la description de l’horreur des camps, c’est l’auteur des poèmes que je relie dans un rebond second et irraisonné, au portrait déchiré de Frida.

S’il fallait raisonner, je dirais : même angoisse sourde ; même souffrance morale autant que physique ; même douleur dans les yeux de Kahlo autant que dans le cœur de Lévi quand il a écrit :

Since then, at an uncertain hour,

Dopo di allora, ad ora incerta,

Quella pena ritorna,

E se non trova chi lo ascolti

Gli brucia in petto il cuore.

Depuis lors, à une heure incertaine,

Cette souffrance lui revient,

Et si, pour l'écouter, il ne trouve personne,

Dans la poitrine, le cœur lui brûle.

Et puis, si vous m’en voulez de nous ramener à des choses trop graves en des heures de congés qui devraient n’être faites que d’insouciance, laissez-moi encore vous citer pour faire bonne mesure cet extrait de Primo Lévi dans « Le système Périodique » (Albin Michel) :« Il faut le désaccord, le différent, le grain de sel et de séné ; le fascisme n’en veut pas, il les interdit, et c’est pour cela que tu n’es pas fasciste ; il nous veut tous pareils, et tu n’es pas pareil… »

Jean-Paul Schmitt

08:34 Publié dans Jean-Paul Schmitt | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : primo levi, frida khalo, peinture, shoah, lyon, albin michel | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

29/11/2008

Crimes de masse et génocides

genocide.jpg« A l’heure où renaissent l’intolérance et la haine, avons-nous suffisamment tiré les leçons du passé, suffisamment analysé ce basculement possible de l’homme ordinaire en un criminel contre l’humanité ? ». Telle est la question que pose Ugo Iannucci, le Président de la « chaire lyonnaise des droits de l’homme » dans l’avant propos de ce « Crimes de masse au XXème

siècle », ouvrage qu’édite ces jours-ci l’association lyonnaise.

Ce livre concis, précis et pédagogique, confié à une dizaine de spécialistes, recense les crimes, massacres et génocides d’un siècle barbare en réussissant, à l’aide de chapitres d’une dizaine de pages tous agrémentés d’une courte bibliographie, de faire le point à destination d’un public que l’on suppose être étudiant, enseignant ou plus généralement composé de citoyens souhaitant être mieux informés. De la shoah au génocide des Arméniens, du Rwanda au régime Khmer Rouge non sans faire l’impasse sur les crimes contre les Tziganes mais aussi d’effectuer un retour sur certaines mécaniques sanglantes développées en URSS ou dans l’ex-Yougoslavie, ce petit livre en mobilisant des auteurs spécialistes de la mémoire, qu’ils soient historiens ou juristes, atteint son objectif visant à mettre à disposition du lecteur une information cernée et de qualité.

Spécificité lyonnaise, pour le lecteur « d’ailleurs », je veux préciser que la « chaire lyonnaise des droits de l’homme » regroupe autour de la ville de Lyon, de l’Ordre des avocats et Bioforce, l’ensemble des grandes institutions universitaires de l’agglomération qui agissent ainsi ensemble dans un cadre commun. Organisatrice de cycle de conférences et manifestations ouvertes à tous, la « chaire lyonnaise » inaugure avec ce « Crimes de masse au XXe siècle » un travail d’édition dont on doit saluer la qualité et l’approche et qui, tout du moins je l’espère, mériterait de se poursuivre.

. Chaire Lyonnaise des Droits de l’homme, « les crimes de masse au XXe siècle, génocides, crimes contre l’humanité » Editions Aleas, 10 euros.

. Contacts :

>Aleas Editeur, 15 Quai Lassagne - 69001 Lyon. Site

> Chaire Lyonnaise des Droits de l’Homme, 42 rue de Bonnel - 69484 Lyon Cedex 03. Tel : 04 72 60 60 14. http://www.aidh.org/cldh.

Lyon, le 29 novembre 2008.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu