Avertir le modérateur

27/02/2010

Raccommodage

Du temps de nos grands parents, « Faire une reprise » voulait simplement dire qu’il s’agissait de raccommoder le talon d’une chaussette ou le coude d’un pull-over. Aujourd’hui pour nombre d’artistes, le plus souvent en mal d’inspiration, proposer au public des reprises c’est tout bêtement y aller de sa collection de standards plus ou moins ripolinés au goût du jour. Depuis une bonne dizaine d’années, de Rod Stewart à Eddy Mitchell, on ne compte plus les tentatives assez systématiquement ratées, visant à livrer au public pour des raisons trivialement « contractuelles » des albums destinés à boucher, comme pour les chaussettes, des trous.

Avec « Scratch my back », le dernier opus de Peter Gabriel nous étions probablement nombreux à imaginer que l’anglais, en décidant d’y aller de sa collection de « reprises », n’allait pas tomber dans le piège. C’est consternant mais c’est ainsi, l’album de Gabriel avec sa douzaine de compositions chipées aux Talking Heads, Randy Newman, Les Kinks, David Bowie ou Radiohead, se vautre. Entre prétentions symphoniques et ron-ron sans guitares ni batterie, ce « Scratch my back » est à ranger entre le pire de « Nice » et les tentatives malheureuses de « Deep Purple » et de quelques autres délires des seventies.

Que les choses soient claires, cet échec de Peter Gabriel conduit en compagnie de Bob Ezrin, ne saurait remettre en cause les « Solsbury Hill » et autres « Up » qui marquent une discographie rare mais de qualité. D’ailleurs, si afin d’oublier cet accès de mauvais goût dont en passant on nous prédit un autre volet à l’automne prochain, remettez-vous en mémoire l’œuvre de l’ancien Genesis en lisant en particulier le numéro de février de « X Roards », ce magazine jugeant lui aussi ce « Scratch my back » comme mineur.

Lyon, le 27 février 2010.

10/01/2010

Best of de la dizaine

Les Inrockuptibles, Rock & Folk, Rolling Stone, chacun dresse la liste des meilleurs disques de la décennie qui vient de rendre l’âme. L’affaire est d’autant plus sérieuse car ces sélections iront nourrir dans quatre-neuf ans, toujours dans les Inrockuptibles, Rock & Folk et Rolling Stone la discographie du siècle. Alors que la plupart de ces publications dressent de longues listes d’albums, même si l’exercice est plus difficile, voici mes dix albums de la dizaine, autant vous dire qu’il y a de la casse. Voici mon impitoyable sélection dans le désordre le plus total.

  • Alain Bashung, Bleu pétrole. (Barclay)
  • The Last Shadow Puppets, “The Age of the Understatement” (Domino)
  • Amy Winehouse, “Back to Black”, (Island)
  • The White Stripes, “Elephant”, (XL)
  • Jonny Cash, “American IV : The Man comes around” (American)
  • Arcade Fire, “Funeral”, (Rough Trade)
  • The Libertine, “Up The Bracket”, (Rough Trade)
  • Elvis Costello & Allen Toussaint, “The river in reverse”, (Verre)
  • Emiliana Torrini, “Me and Armini”, (Rough Trae)
  • Radiohead, “Kid A”, (EMI)

Désolé pour les fans des Strokes (“Is this it”), de REM (“Accelerate”), Bob Dylan (“Together through life”), Brian Wilson (“ Smile”), The National (“Boxer ”), Elysian Field (˝The After Life”), Brian Jonestown Massacre, Neil Young, Alela Diane, Jean-Louis Murat …

Lyon, le 10 janvier 2010

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu