Avertir le modérateur

09/08/2010

N comme "Neverland"

N.jpg

Le pauvre Michael Jackson devrait encore rapporter quelques sous d’ici la fin de l’année puisque une sorte de jeu vidéo à mi chemin du karaoké devrait s’imposer pour les prochaines fêtes de noël. Cela étant, à mon sens, il y a pire. En l’occurrence « Neverland Lost », une exposition de photographies de Henry Leutwyler proposée à la Fnac Montparnasse il y a encore tout juste deux mois, qui fait également l’objet de l’édition d’un couteux album et qui, à mon sens, fleure bon le malaise. De quoi s’agit-il ?

Comme l’écrivait Next le très chic supplément de Libération, avec ces photographies présentées comme une collection d’objets personnels ayant appartenus à Jackson on a constitué une sorte de « mausolée d’un vieil enfant de 50 ans ». En vérité, c’est quelques temps avant de les voir partir aux enchères que Leutwyler a photographié, à Neverland, des objets qui seront miraculeusement rachetés par Jackson lui-même afin de bloquer leur vente. Tel un rapace, Leutwyler avait mitraillé comme un dingue ces objets entreposés et une fois Jackson passé dans l’au-delà, voilà que certains clichés apparaissaient. Si certains objets comme des meubles, bibelots ou tableaux ont le mérite, même s’ils n’offrent strictement aucun intérêt, de ne poser aucun problème, d’autres, à mon sens, frisent l’obscénité propre à toutes les reliques. Chemise de scène légèrement souillée par le fond de teint ou des escarpins de scène déformés inspirent un certain malaise. D’ailleurs Leutwyler dira que photographier ces reliques lui inspirait « une grande tristesse ».

Neverland.jpgGrand photographe, il paraitrait que ce bien triste personnage détient des photographies de l’harmonica de Dylan ou du révolver de Chapman l’assassin de Lennon. En y ajoutant les frusques de Bambi il s’apprête à nous sortir un nouvel ouvrage qui est destiné à recenser les objets mythiques de la culture pop. Pauvre Michael, pauvre Leutwyler.

Lyon, le 9 août 2010.

10/11/2007

Richard Bellia

medium_Richard_Bellia.jpg

« Un œil sur la musique – 1982/2007 » l’ouvrage du photographe Richard Bellia est enfin disponible. 260 pages, 2 kilos, le bébé se porte bien, il est même magnifique. Le tirage est limité et les librairies qui diffusent le bouquin ne sont pas légion. Avec certitude je peux vous dire que « Le bal des ardents » situé rue Neuve dans le 1er arrondissement fait partie du lot. On peut également contacter Richard Bellia sur : troischansonsflash@gmail.com.

C’est le cadeau de Noël des amateurs de rock et de photographie.

Lyon, le 10 novembre 2007.

05/08/2007

I comme Images

medium_I.jpgAujourd'hui je rentre d'un court séjour à Rome, je vous propose donc une petite compilation des images qui ont fait l'actualité, au jour le jour, de ce blog pas toujours bon, comme disent certains, pour mon image. Ca bouge et c'est en couleur. Demain, je vous parlerai des chaussettes de Sarkozy.

 

09:30 Publié dans Ainsi va la vie... | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Images, photos, saison 1, rome | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu