Avertir le modérateur

16/10/2009

Cuisine bio

Les verts.jpgLes Verts, dont certains commencent à dire qu’ils ne se sentent plus, viennent de renvoyer François Bayrou derrière ses talenquères. Cette fin de non-recevoir pour une alliance de premier tour lors des prochaines régionales avec le Modem devrait ramener le parti écologiste à la réalité, non pas que Cécile Duflot aurait ainsi fait le mauvais choix, mais tout bêtement parce que cette décision renvoie au véritable bilan que son Parti se doit de tirer des récentes élections européennes.

Ici comme ailleurs, nous étions nombreux, dès le lendemain du scrutin européen, à mettre en garde les Verts sur la véritable nature d’une victoire qui était avant tout celle de Daniel Cohn-Bendit et très secondairement celle des Verts. Depuis pratiquant une sorte de captation d’héritage, les écologistes, Cécile Duflot en tête, faisaient mine de ne pas tenir compte de cet état de fait. A la tête du pactole de Cohn-Bendit, Cécile Duflot, parfois même avec une certaine arrogance, ne cessait de se comporter comme « une nouvelle riche ». Depuis hier la réalité frappe à nouveau la maison verte. Les frères Cohn-Bendit sont furieux et dénoncent « l’esprit de fermeture de leur partie ».

Plus décisif « Europe Ecologie » vient de rappeler au Parti de Cécile Duflot, que « ce ne sont pas les Verts, qui dirigent le rassemblement Europe Ecologie » rappelant par ailleurs à tous que la double appartenance est chose permise, façon sympathique d’indiquer qu’il y a en vérité en France deux partis écologistes, l’un qui s’appelle les Verts, un second nommé « Europe Ecologie ». J’imagine que pendant encore quelques jours, les Verts, Cécile Duflot en tête, vont nous expliquer que cette mini tempête est « un problème de riche ». En attendant, au plan interne grenouillages et tapages vont constituer le quotidien d’un parti qui devra bien annoncer un jour aux français qui sont ses têtes de listes aux régionales. Déjà en Alsace cela sent la tambouille, les amis de Dany cherchant à se rapprocher du transfuge des Verts, l’ancien secrétaire national passé au Modem, je veux parler de Yann Wehrling.

En Rhône-Alpes il y a déjà pléthore de candidats au sein des Verts sans parler du pédagogue Meirieu qui bénéficie du soutien de Cohn-Bendit. A propos de pédagogie, voilà très certainement une bonne opportunité pour l’ancien conseiller de Claude Allègre de passer enfin de la théorie à la pratique.

Lyon, le 16 octobre 2009

09/01/2009

Lettre ouverte

meirieu.jpgPhilippe Meirieu, professeur à l’Université de Lyon 2 vient de prendre la plume pour écrire une lettre ouverte à Xavier Darcos. La version intégrale de ce texte est disponible sur le site de Philippe Meirieu, www.meirieu.com

"Monsieur le Ministre,

Je suis, comme professeur, comme citoyen et comme socialiste, profondément attaché à l’Ẻducation nationale et au projet républicain de notre école. C’est pourquoi je crois que votre politique est particulièrement dangereuse. Elle sacrifie l’avenir de notre pays à des équilibres financiers à court terme dont on a vu, avec l’octroi par l’Etat de plusieurs millions d’euros de garantie aux systèmes financiers, à quel point ils n’étaient qu’un prétexte.

Votre politique est dangereuse parce qu’elle ignore toujours les coûts sociaux de ses choix : coût de l’échec scolaire et de la désespérance de jeunes qui y sont assignés à résidence, coût des conflits et des gaspillages provoqués par la concurrence organisée entre l’Etat et les collectivités territoriales entre les parents et l’école, entre les établissements, voire entre les enseignants eux-mêmes.

Votre politique est dangereuse parce qu’en externalisant le traitement des difficultés d’apprentissage vers une multitude de structures de soutien ou vers les secteurs pharmaceutique et médical, elle vide inexorablement la classe de sa substance. Au lieu de travailler à mobiliser tous les élèves sur les savoirs, on se résigne au darwinisme scolaire, sous prétexte qu’à côté, il existe assez de déversoirs pour récupérer les inadaptés ! En réalité, notre système scolaire tout entier n’est plus qu’une usine à gaz totalement incompréhensible pour les familles populaires. Tandis que les enseignants deviennent des « guichets de service » pour les familles plus fortunées.

Votre politique est dangereuse parce qu’en faisant des enseignants du primaire les boucs émissaires de l’échec scolaire, vous exonérez la Nation du sursaut éducatif qui s’impose en matière d’éducation familiale et de réflexion sur les médias, comme dans la lutte contre les inégalités sociales.

Votre politique est dangereuse parce qu’en supprimant les Instituts Universitaires de Formation des Maîtres, vous atomisez la formation des enseignants et oubliez que transmettre des savoirs exigeants à des élèves concrets est un métier de plus en plus difficile et qui s’apprend. En privant les jeunes professeurs d’une vraie formation pédagogique par alternance, vous les condamnez à osciller entre la dépression (pour eux) et la répression (pour les élèves).

Monsieur le Ministre, vous avez engagé beaucoup de réformes sans véritable travail en amont avec l’ensemble de vos interlocuteurs : enseignants, cadres éducatifs, parents, élèves, collectivités territoriales. La seule ligne de force qui s’en dégage est un recul sans précédent des ambitions du service public d’éducation. Beaucoup d’enseignants sont en colère, d’autres sont complètement découragés. Il ne suffit plus de vous récrier pour les apaiser. Il faut vraiment et radicalement changer de politique".

Lyon, le 9 janvier 2009

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu