Avertir le modérateur

15/09/2010

Philippe, Michel, Fabienne et les autres…

Fouette.jpgPhilippe veut être le cocher de l’Union Manichéenne Populiste. Michel, avare de sa notoriété, – c’est « l’inconnu » comme le qualifie un sondage récent de Mag2Lyon - essaie d’exister à côté du premier. Fabienne les vit tous les deux comme des copains et continue imperturbable à se glisser sur toutes les photos où il y a Borloo : le côté fripé de l’écolo-valoisien l’avantage.

À regarder de près les projets et les dires de la triplette de la belle ville, on se dit qu’à part enfourcher la bicyclette UMP pour exister, c’est assez léger.

Si côté sympa, Michel Havard arrive largement en tête, que dire de ses projets ? Il affirmait récemment « En ville il faut faire du métro à chaque fois qu’on peut le faire ». C’est plutôt court : vise-t-il la seule faisabilité technique ou l’usage le plus efficient des deniers publics ? Rapprocher des gens et des territoires par un tram qui coûte 3 à 5 fois moins au kilomètre qu’un métro est-il si aberrant ? Ou bien s’agit-il seulement pour lui d’exister un peu en fouettant Collomb à l’instar du cocher ? Quant il prône par exemple un métro qui irait de la gare Saint-Paul à celle de la Part-Dieu, il oblige les voyageurs de l’Ouest-Lyonnais allant de l’Arbresle à Part-Dieu et au-delà vers Meyzieu à changer de moyen de transport ; le tram-train est bien moins cher et beaucoup plus attractif. Et lorsqu’il affirme que l’extension du réseau de métro tel qu’il le souhaite prendra peut-être dix ans, il faut soit une belle méconnaissance des délais nécessaires (études, avant-projet, projet, consultations publiques, votes, expropriations, réalisation…), soit plus vraisemblablement – l’homme n’est pas sot – une bonne dose de mauvaise foi.

Côté Fabienne, l’élue radicale du 1er, on joue de la brosse à reluire : « Michel est un chef d’équipe élégant, efficace et discret qui donne sa place à chacun et à chacune. ». La vacherie est dans le sourire, mais c’est bien dit. D’autant qu’avant de se glisser sur la photo à côté de l’inénarrable fripé lors des ateliers du parti qui n’a plus de radical que le nom, elle prend soin d’ajouter à propos de Michel « C’est un homme comme Borloo qui arrive à mettre des gens différents autour de la table et à les faire bosser ensemble » (gageons qu’à table, Borloo sait aussi les faire trinquer).

Vous me direz que notre avocate radicale a déjà tant à faire sur son blog pour le remettre à jour que cela ne lui laisse guère le temps pour faire dans la dentelle. Elle s’y laisse aller à une « caCAphonie » qui mélange allégrement dissonances et matières fécales. Le reste dudit blog est d’une richesse confondante : « Oui, le centre est peut-être un solution jamais miracle mais pragmatique. Oui Jean-Louis Borloo est peut être celui qui la transformera demain avec vous. ». C’est « le stress au lieu et place de la sérénité »…

Jean-Paul Schmitt

07/04/2010

Sottise et bouclier

Un Havard fiscal.jpgSottise que ce bouclier fiscal et sottises doctement énoncées par ces pauvres ministres envoyés en défenseurs par Nicolas Sarkozy. Sottises bêlées par les députés UMP du Rhône, petit doigt sur la couture du pantalon.

Sottises têtues. Ânonnées par Philippe Cochet. Le député-maire de Caluire-et-Cuire, en bon godillot, y va de son « Ce serait la pire des choses que de renoncer sur des engagements pris devant les citoyens ». Il ignore délibérément les écarts incommensurables entre ce que gagnent la plupart des citoyens et les quelques riches épargnants pour lesquels une plus grande solidarité serait scandaleuse quand d’autres manquent et s’endettent pour consommer le nécessaire.

Sottises simplistes. Rabâchées par Michel Havard : « Si nous voulons que les contribuables les plus riches quittent le pays, il faut le supprimer. Je pense que c’est la volonté du PS qui fait la chasse à ceux qui réussissent. Je suis favorable au bouclier fiscal ».

L’idéologie débridée qui nous a mis dans cette crise aliène leur bon sens. Ils en sont réduits à radoter les vieilles antiennes d’un PS lutteur de classes et de foire. Ils refusent de voir qu’il y a deux sortes de ce qu’ils appellent les « contribuables les plus riches » : ceux qui épargnent et ceux qui investissent dans l’économie, ceux qui vivent de leurs rentes et les capitaines d’industrie. Ceux qui épargnent déjà ont largement de quoi vivre très bien et tant mieux pour eux. Faut-il leur permettre d’augmenter encore leur épargne ? Les 100 restitutions les plus élevées faites par l’État (un tiers du coût) vont à des ménages qui détiennent 16 millions d’euros en moyenne. « Merci Nicolas, on va rajouter ça dans le bas de soie » ! Ceux qui investissent et qui fuiraient ne sont pas à craindre. S’ils sont des investisseurs, c’est dans les pays industrialisés et non dans les paradis fiscaux qu’ils investiront. Et la France, en matière d’investissements étrangers est plutôt bien placée.

Les Michel, les Philippe et toute la confrérie locale de l’UMP sont-ils aveugles et sourds pour ne pas voir ni entendre que ce bouclier reporte la fiscalité des plus riches vers les moins riches ? Est-il normal par exemple que le RSA soit financé par 1,1% des revenus fonciers et de l’épargne – un impôt payé par tous… sauf ceux qui sont cachés derrière le fameux bouclier ?

Non. Ils savent bien qu’il ne s’agit là que d’un élément d’une idéologie plus large dont ils sont les hérauts et dont la réforme de 2007 sur les droits de succession, l’ISF, la baisse de la TVA sur la restauration, le refus de remettre en cause les niches fiscales constituent les marqueurs. Toutes ces mesures vont dans le même sens : reporter la fiscalité des plus riches vers les moins riches. L’ensemble de la politique fiscale du pouvoir va dans ce sens… avec les résultats que l’on connaît.

Droite aveugle, crains la réaction de tes électeurs ! Léonard le génial peintre et inventeur le disait déjà : « La sottise est le bouclier de la honte, l’insolence est celui de la pauvreté. »

Jean-Paul Schmitt

16/02/2010

Qualificatif

PhilippeCochet.jpgInterviewé dans le dernier numéro de Lyon People, Philippe Cochet le député maire de Caluire et président départemental de l’UMP apparaît toujours aussi agressif mais beaucoup moins péremptoire. On est loin de 2007 où, dans Lyon Capitale, au lendemain de son élection comme secrétaire national à je ne sais quoi de son parti, il se prétendait plus important qu’un ministre. C’était le temps béni des lendemains de victoire. Depuis la vie a fait son œuvre. Pour les municipales de 2008 Cochet avait lancé une véritable fatwa contre les élus du groupe Synergies au Grand Lyon intimant à tous les maires de sa circonscription de rejoindre l’UMP. Résultat : tous les nouveaux élus sont allés à Synergies entrainant même avec eux un maire sortant du groupe UMP. Le genre de claque qui rend modeste et qui fait dire aujourd’hui à l’intéressé qu’il ne pense pas à la présidence du Grand Lyon tous les matins en se rasant. Mais il ne supporte toujours pas la présidence de Gérard Collomb dans cette assemblée qu’il situe à droite. Alors il cherche les angles d’attaque et après avoir dit tout le bien qu’il pense de la gestion de Michel Noir puis de Raymond Barre il reproche au président actuel son exécutif ouvert à l’opposition et ses 40 vice-présidents présentés comme un armée mexicaine. Seul détail c’est Raymond Barre lui-même qui a inauguré ce mode de gouvernance et son exécutif d’alors n’écartait que les représentants du FN et du Parti Communiste, encore que puisque Maurice Charrier y siégeait. Certes il n’était plus encarté au PC mais l’avenir a montré qu’il n’a jamais coupé les ponts en laissant au moment de son départ volontaire les clés de Vaulx en Velin à un membre très officiel de ce parti. Certes Barre avait ses raisons : il lui fallait contenir l’influence qu’il jugeait trop forte des amis de Noir regroupés autour d’Henri Chabert cela valait bien une alliance avec la gauche. Pourtant Philippe Cochet ne rechigne pas à prendre appui sur le passé pour poser la question qui lui paraît fatale : quel qualificatif donneriez vous aux années Collomb ? Pour Noir dit-il c’était propreté et lumière, pour Barre l’UNESCO, pour Collomb il ne voit rien même pas les Berges du Rhône par exemple ou peut-être a-t-il oublié ce qu’elles étaient avant. Mais son objectif aujourd’hui est de faire de Caluire un modèle pour le dupliquer au niveau de l’agglomération alors attendons et on verra bien quel qualificatif on pourra donner à la gestion Cochet en 2014.

Philippe Dibilio

Photo: DR

12/05/2009

Punition

cravache.jpgSarkozy et son gouvernement auraient-ils décidé de punir Lyon et son agglomération ? La question mérite d’être posée au regard de quelques faits récents.

Il y a eu, tout d’abord, le revirement inacceptable de la ministre de l’intérieur sur le projet de caserne de gendarmerie à Sathonay Camp. Un projet travaillé et pour lequel le Grand Lyon a engagé financement et travaux, de voirie en particuliers. Un projet bouclé par un groupement d’entreprises qui y a investi des sommes respectables et du travail de préparation au détriment d’autres marchés et qui se retrouve maintenant le bec dans l’eau.

Puis est tombée l’annonce de la participation financière de l’état aux transports de l’agglomération : 28 millions pour le Sytral contre 21 milliards pour Paris, soit environ 1000 fois moins et de toute façon un montant en baisse par rapport aux prévisions. Deux dossiers qui interrogent sur la validité du « plan de relance » du gouvernement qui passe ainsi à coté de chantiers prêt à partir.

On peut en tout cas s’interroger sur de telles décisions, Lyon serait-il devenu un territoire oublié du gouvernement ou bien veut-on punir cette ville qui s’est installée à gauche ? Il serait à ce propos intéressant de savoir ce qu’en pense François Noël Buffet, parlementaire en charge du suivi de l’application du plan de relance en Rhône-Alpes, à moins qu’il ne se sente plus concerné en matière de transports maintenant que les travaux du métro à Oullins sont engagés. Certes il n’y aurait rien d’extraordinaire à tout cela lorsque l’on regarde la pratique politicienne d’un Sarkozy toujours à l’affût d’un petit coup tordu pour déstabiliser son opposition. Sans aller jusqu’à penser que le Philippe Cochet soit derrière la manœuvre car il se dit que depuis l’épisode de la mayonnaise qu’il a monté autour des deux œufs lancés sur la caravane UMP lors de son passage place Bellecour sa côte a sensiblement baissée auprès d’un Xavier Bertrand qu’il a engagé dans cette manip médiatique dont le secrétaire général du parti sarkozyste a eu du mal à se sortir.

Mais l’on ne peut exclure que cette volonté de nuire à l’agglomération ne cache l’idée de gêner Gérard Collomb dans la réalisation de son mandat et ce en vue des prochaines échéances. C’est en tout cas bien à la mesure d’une opposition locale qui peine à se trouver un angle d’attaque et qui ne joue en fait que de son pouvoir de nuisance comme elle le fait déjà à propos du Grand Stade à Décines.

Philippe Dibilio

25/10/2007

Tsunamis sur Caluire

medium_Jarring_effects.jpg

Je me devais de relayer aujourd’hui le communiqué de presse de l’équipe de Jarring effects, tout d’abord pour vous informer de modifications dans l’organisation du « Festival Jarring effects, Riddin collision # 9 » mais aussi pour vous indiquer que l’on peut pratiquer « les musiques de jeunes » et avoir de l’humour même par gros temps. Voici tout d’abord le communiqué :

 

« Selon l’Unité de Mesures des Précipitations de l’antenne météo de la Mairie de Caluire… des risques avérés de Tsunamis et de vents déviants… nous empêchent de réaliser cette nouvelle édition sous chapiteaux. Heureusement, plusieurs salles lyonnaises ont répondu présents en urgence pour nous accueillir et éviter l’annulation du festival. Un immense merci à elles pour leur solidarité.

Voici donc en détails les petites modifications, persuadés que ces contretemps n’entacheront pas notre envie de faire la fête. »

 

Concernant l’événement il aura lieu le :

  • Mercredi 31 octobre à l’Epicerie moderne de Feyzin avec Double Nelson, Revo, Strings Of Consciousness, l’Oeuf Raide…
  • Jeudi 1er novembre au Transbordeur avec High Tone, Filastine, Vunemy Sopot…
  • Vendredi 2 novembre au Marché Gare ( Lyon 2ème) avec Virus Syndicate, Reverse Engineering Featuring Blu Rum 13 et M.Sayyid, Sibot, Dragongaz.
  • Samedi 3 novembre au Marché de gros (à la place du site de Caluire)

Pour des informations plus précises et pour l’achat direct de billets se rendre sur www.riddingcollision.org ou sur jarringeffects.net

Puisque nous en sommes à Jarring sachez que l’album de High Tone et celui de Filastine sont dans les bacs depuis le début octobre.

Quant au « Cape Town Beats » (double album de Sibot) il sera disponible dès le 5 novembre. Bon festival à tous.

Lyon, le 25 octobre 2007.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu