Avertir le modérateur

07/11/2010

Ainsi soit-il

olympia_600.jpg?w=500&h=500Ici à Londres comme là-bas en France, l’occasion de la sortie de « Olympia » la dernière production de Bryan Ferry est le prétexte incompréhensible pour un hommage un peu boursouflé à l’ancien de Roxy Music. En faisant sa danse du ventre devant un artiste bien en peine depuis des lustres, on se demande ce qui a bien pu piquer une presse devenue subitement a-critique. Soyons clairs, « Olympia », avec sa Kate Moss en jaquette, n’est pas un de ces rogatons casé en contre-bande par quelques rockeurs gériatriques. « Olympia » est un disque correct, une sorte de best of de Ferry qui ne voudrait pas dire son nom mais en aucun cas le disque génial du renouveau que la critique tente de nous imposer. Bien modeste sur le plan musical, cet « Olympia » bénéficie des yeux de Chimène et à coups d’interviews aussi exclusives les unes que les autres, on fait comme si la belle prestance de Ferry devait s’imposer aristocratiquement à tous. « Gentleman », « latin Lover », « sensuel », « glamour », on nous distille, comme au bon vieux temps d’ « Avalon », les poncifs à propos d’un crooner devenu un simple chromo. Pour ce qui concerne l’idéologie du beau gosse, il est manifeste que cela ne fait pas partie des questions qui s’abordent. Les errances du fiston, la fascination répétée de Ferry à l’égard du nazisme ne sont en aucune façon un sujet à traiter. On a décidé que Ferry était plus jeune que jamais, lisse comme la peau d’un bébé, en regain de forme musicale et entouré de jeunes talents comme Jonny Greenwood (Radiohead) ou Mani (Primal Scream). Ainsi soit-il !

Londres, le 7 novembre 2010

Photo:DR

10/08/2010

O comme "Olympia"

O 2.jpgA quelques encablures de la fête de Marie je me dois de rester léger et donc de vous livrer une de ces informations qui, je dois vous le confesser, me laisse presque sans voix. La scène se passe à l’Olympia il y a tout juste un mois, Iggy Pop achève son set et par la même occasion son public. Il quitte la scène et va enfiler, backstage, un costume à la blancheur persil pour, dans la foulée, aller remettre au dénommé Philippe Manœuvre la médaille de chevalier dans l’ordre des Arts et des Lettres. Vous avez bien lu, Iggy Pop épinglant Manoeuvre à l’Olympia. En échange de cette distinction toute républicaine, le rayonnant juré de la Nouvelle Star va quant à lui coller au vieil iguane un de ces disques d’or dont le show biz a le secret. En l’occurrence Manœuvre, aux anges selon l’expression de quelques témoins, refile au rocker gériatrique un disque de platine correspondant aux 100 000 exemplaires de « Raw power » vendus en France selon une police pour une fois d’accord avec les organisateurs.

iggypop.jpgCette cérémonie officielle et républicaine organisée dans les coulisses du célèbre music-hall en dit long sur les mœurs de la république et d’un ministre de la culture qui sous traite à une pop star sur le retour le soin de distinguer une nouvelle star de la télé tout en notant que la légalité de la manœuvre est avérée puisque le Iggy en question est dépositaire de cette distinction depuis 2003. A quand Manœuvre remettant une médaille à Lady Gaga ?

Lyon, le 10 août 2010.

Photo: DR

09/08/2009

M comme « Melody »

M 2.jpgIl y a quelques mois atterrissait dans les bacs, souvent à des prix hyper-concurrentiels, le premier disque d’une suave ricaine inconnue au prénom prémonitoire de « Melody », Melody Gardot. Ce premier enregistrement, « Worrisome heart » édité en France avec des délais peu raisonnables avait le grand tort d’arriver par chez nous au terme d’une période d’overdose de filles jazzy plutôt formatées. Suivez mon regard …

Cette jeune chanteuse belle et cabossée suite à un terrible accident de la circulation du côté de Philadelphie mérite pourtant plus que le détour et sûrement pas le fait d’être réduite à une anecdote. Son second disque « My one and only thrill » paru au début de l’été devrait être, porté par une superbe voix et un savant mélange de jazz et de folk, un véritable tremplin pour la belle Melody qui, croyez-moi, devrait devenir un phénomène suite à son Olympia de novembre prochain.

A condition que la légende qui la précède (longues jambes, séductrice et dévoreuse, accro Sôka Gakkaï…) et que l’accident qui hâtise l’intérêt des médias pour une belle blonde marchant avec une canne ne viennent transformer Melody Gardot en bête de cirque, je vous assure que l’américaine est une magnifique chanteuse magnétique, en aucun cas le énième avatar de Diana Krall. La révélation de l’hiver prochain.

Depuis que son annonce historique de devenir citoyenne française fait le buzz, « la Gardot » devrait aller aguicher Eric Besson histoire d’être dans ses papiers. Profitez de cet été 2009 pour écouter Melody Gardot, peut-être que dans un an, en 2010, on en aura ras-le-bol ?

Amsterdam, le 9 août 2009.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu