Avertir le modérateur

11/01/2010

Night club

senat.jpgLe Nouvel Obs publie cette semaine une de ces curieuses enquêtes dont la presse magazine a le secret. De quoi s’agit-il ? De demander aux Français leur Top 25 des professions qui méritent le respect en fonction de critères de « prestige », « d’utilité » et de « niveau de salaire ». Arrivent en tête les chercheurs, toubibs, infirmières et instits. En queue de peloton les traders, employés de banque, secrétaires et présentateurs télé. Nous voilà donc bien renseignés ce d’autant que dans ce palmarès nulle trace en tête des pompiers et en queue des profs. Quant au marais, on retrouve les préfets, les journalistes, les plombiers, les policiers et les députés se retrouvent en 20ème position entre les caissières du supermarché et des ouvriers qui bénéficient de « deux étoiles » à la rubrique « utilité » contre seulement une pour les députés.

Je ne sais si dans l’esprit des sondeurs et du Nouvel Observateur les sénateurs sont logés à la même enseigne que nos députés mais, quelques pages plus loin, Gérard Larcher indique, quant à lui, que nos représentants à la Haute Assemblée bossent très dur. Que dit Larcher ? Qu’en 2009, les sénateurs ont siégé « durant 41 semaines, 151 jours et 1200 heures, soit 46,7% de plus qu’en 2008 et travaillé près de 30% de plus de nuit ».

Si d’aventure, l’an prochain par exemple, les sénateurs se retrouvaient au sommet de cet inédit hit parade coincés entre infirmières, les instits et le généraliste, le résultat ne me surprendrait pas ce d’autant que parmi les professions qui travaillent de nuit il n’y a pas pléthore.

Lyon, le 11 janvier 2010.

29/05/2009

Pousse mousse, on presse et ça mousse

suite hotel.jpgMême si c'est le privilège des "petits", il n'empêche que la chronique hebdomadaire de Nelly Kaprielan dans les Inrockuptibles est en général tout sauf de l'eau tiède. Celle de la semaine intitulée "Objectif pub", frappe fort et dit tout haut ce que nous constatons tous dans notre coin. Que dit l'incorruptible inrockuptible ? Que chacun à leur manière, Franz-Olivier Giesbert (Le Point), Jean Daniel (le Nouvel observateur) bénéficient, à l'occasion de la sortie de leur énième bouquin, d'une couverture hors norme et d'une complaisance presque généralisée et grossière qui malheureusement est habituelle. Mieux la journaliste se demande comment des personnalités aussi "bookées" en arrivent à trouver le temps d'écrire des "bouquins". Pire pourquoi de tels auteurs ne rougissent pas de honte en se mettant en valeur dans leurs hebdos respectifs. L'un dialoguant avec un écrivain connu, l'autre se faisant tresser des lauriers par un collaborateur de sa propre publication.

En mettant ainsi les pieds dans le plat Nelly Kaprielan ne pouvait pourtant dénoncer une chose probablement encore plus étonnante, à savoir un papier de Bertrand de Saint Vincent apparu mardi dans Le Figaro c'est à dire quelques jours après la sortie des Inrockuptibles. On savait nombre de journalistes enclins à renvoyer l'ascenseur suite à quelques douceurs, autrement dit à avoir la reconnaissance du ventre, mais avec Bertrand de Saint-Vincent on dépasse les espérances les plus folles de nombre d'annonceurs. Son éditorial du cahier "Le Figaro et vous" sobrement titré "Sur invitation" on ne fait rien moins que raconter par "le menu" un week-end à Malte manifestement payé par Moët Hennessy.

On connaissait le journalisme "Relais et châteaux", les journalistes "relais du château", avec le Figaro on vient d'inventer "la vie de château" puisque, et j'ose espérer que c'était de la part de Bertrand de Saint Vincent un pari arrosé avec des confrères, on décrit avec "luxe" de détails les délices et les charmes de l'hospitalité maltaise.

Avec Bertrand de Saint Vincent un nouveau genre, le "gonzo journalisme mondain" est après tout peut être né ?

Lyon, le 29 mai 2009.

07/04/2009

Si tu as des désirs cachés…

Obama&Carla.jpg« Si tu as des désirs cachés laisse parler le cochon en toi, tu es là où il faut : chez les filles du magazine Swank ».

Joyeuse information délivrée la semaine passée par le Nouvel’Obs (c’est plutôt rare dans l’hebdo en question, Wiaz mis à part) : c’est ce que des journalistes qui devaient participer à une conférence de presse téléphonique sur les préparatifs du sommet l’Otan à Strasbourg se sont entendu répondre par une voix langoureuse.

La Maison-Blanche n’explique pas comment un numéro vert donné à ceux qui désiraient joindre l’ex-First Lady et actuelle secrétaire d’État américaine s’est transformé en téléphone rose.

S’agirait-il d’une étourderie d’Hillary Clinton qui aurait par inadvertance utilisé le répertoire téléphonique de son Bill de mari ?

Imaginez un instant que cela arrive au Vatican et que les correspondants du Saint Siège cherchant à joindre Benoît XVI entendent au bout de la ligne une belle voix grave leur déclarer « Vous êtes bien chez Maxi Condom. Afin que nous puissions vous guider dans vos choix, dites-vous si vous êtes plutôt coquin ou sauvage ? ».

Ou encore que les journalistes accrédités à l’Élysée cherchant à joindre Nicolas Sarkozy entendent comme musique d’attente Carla Bruni qui chante : « Quand je pense à Fernande, je bande, je bande », avec YouTube en prime.

Ou encore DSK qui cherche à joindre Martine Aubry à propos des présidentielles en utilisant l’iPhone d’Anne Sinclair et qui tombe sur Stéphane Guillon que sa chère épouse écoute en boucle.

Improbable poisson d’avril en retard de 3 jours et déjà daubé ? Qui sait ?

Peut-être que d’ici quelque temps en tapant http://www.thierryphilip.fr sur votre clavier, votre navigateur vous enverra sur http://peillon.typepad.fr

En attendant, Thierry vous donne le lien avec le blog de l’excellente Martine Roure qui, hélas ne se représente pas. En cherchant bien, vous arriverez à y retrouver Vincent peillon. Un lien qui n’a rien de coquin.

Jean-paul Schmitt

18/03/2009

Obama l’Afghan

OBAMA.jpgAvec son crane rasé et son visage très souvent inexpressif, Gérard Chaliand est un spécialiste de la geo-politique connu et apprécié des Français. Très souvent invité à la télévision, à la tête d’une impressionnante bibliographie, Chaliand était l’invité, il y a peu, de Gilles Anquetil et François Armanet, journalistes au Nouvel Observateur.

Alors que le nouveau Président Obama souhaite engager son pays dans une présence encore plus active en Afghanistan, il est probablement utile de se pencher sur le concept de « guerre zéro mort » mis en avant par Gérard Chaliand. Echaudés, depuis le Vietnam, par des pertes en hommes politiquement inassumables, les Etats-Unis militent, depuis la première guerre en Irak, confortés par l’intervention au Kosovo, pour ce type de « guerre propre » et « sans mort ». Il est bon tout d’abord de rappeler, comme le fait Gérard Chaliand, que ces guerres « zéro mort » ne sont pas une réalité. C’est ainsi que la première guerre d’Irak, si elle s’est soldée par environ 70 morts du côté américain, n’en totalisait pas moins de 40 000 dans le camp opposé. Plus décisif, l’actuelle guerre en Irak enregistre, quant à elle, de très lourdes pertes parmi les GI démontrant ainsi que, malgré un désir de « guerre propre », le bilan est catastrophique. Au bout du compte, en Irak, comme en Afghanistan, la simple présence aérienne est un leurre. C’est « au sol » que se conduisent de telles opérations et les armées occidentales connaissent le prix à payer pour de tels choix.

Le Président Obama a beau considérer que la présence renforcée des troupes américaines en Afghanistan est essentielle, cela ne le dédouane pas d’une réflexion sur l’utilité politique de son choix et du « prix à en payer ». Obama est loin d’être un imbécile, il mesure bien la nécessité de déboucher, au terme du renforcement de la présence militaire en Afghanistan, sur des négociations dont il est juste de dire qu’elles ne sont pas envisageables pour l’heure. Comme le dit d’ailleurs Gérard Chaliand, nous sommes, loin d’une « guerre zéro mort » et « le temps ne travaille pas pour les occidentaux ». Dans ce type de guerre considérée par les militaires comme « asymétrique », il est clair que les talibans intègrent l’impossibilité pour les occidentaux d’utiliser les moyens technologiques les plus en pointe et, sont prêts à assumer des pertes par dizaines, par centaines et voire même par milliers. De ce point de vue de réajustement prévisible des relations avec Téhéran pourrait s’avérer porteur d’avenir pour une politique américaine fort heureusement moins manichéenne que celle de G.W.Bush.

Barack Obama devra donc prendre en considération l’ensemble de ces éléments, une « guerre propre à zéro mort » étant à l’évidence contradictoire avec les inévitables combats au sol, leurs tristes bilans mortuaires et au bout du compte une issue politique particulièrement incertaine.

Lyon, le 18 mars 2009

Photo:DR

23/02/2009

Tout, tout. Vous saurez tout !

perret.jpgCela faisait quelques jours que je voulais parler d’une chose secondaire mais néanmoins pathétique, « l’affaire Pierre Perret ». Le chanteur est depuis quelques semaines, suite à un travail d’investigation journalistique de première bourre, accusé d’un terrible crime.

Selon le Nouvel Obs, le chanteur n’aurait jamais rencontré l’écrivain Paul Leautaud contrairement à ce qu’il affirmait depuis des dizaines d’années. Chacun le sait, le Nouvel Obs ne plaisante pas avec ce genre de trucs. Aujourd’hui par simple effet de contagion, quelques belles âmes vigilantes se plongent dans l’épais journal de Leautaud pour voir si le vieux avait, à un moment ou un autre des années cinquante, fait état de sa rencontre avec celui qui était encore loin d’être l’auteur du célèbre zizi.

Le pierrot a tellement les boulles qu’il envisage de saisir un juge pour retrouver ce qu’il estime être son honneur perdu ce d’autant qu’on lui cherche également querelle à propos de Brassens et d’un supposé plagiat de quelques vers de Lorca.

Si je peux me permettre, j’accuse personnellement Perret de très rarement préciser qu’un bon cassoulet convient d’être fait avec des haricots Tarbais et je ne suis pas loin de penser que le natif de Castelnaudary s’approprie de façon honteuse des recettes qui sont en vérité Toulousaines.

Il faut donc en finir avec le mythe Perret. Merci encore une fois au Nouvel Observateur de mener les plus justes combats et j’espère que Denis Olivennes dispose encore de quelques amis à la FNAC pour faire retirer des rayons les livres et disques de ce Monsieur Perret.

Lyon, le 23 février 2009

---------------------------------------------------------------------------------

Information "Anti-crise"

JEUDI 26 FEVRIER 2009 à 19H30

Salle Jean Couty 56 Rue Sergent M.Berthet - 69009 LYON

pour plus d'informations voir site Fédération du Rhône du PS

10/02/2009

Le modèle Dati

dati.jpgLe Nouvel Observateur de la semaine ne fait pas de sa "Une" la promotion de cet artisanat délicat qu'est la dentelle. Il nous fait la promesse, ni plus, ni moins, de nous en dire plus sur "La vraie vie de Rachida Dati" en s'appuyant sur les bonnes feuilles "d'un livre explosif" (sic!), celui de Mickaël Darmon et Yves Derai. Calmons-nous.

Bien entendu quelques anecdotes particulièrement édifiantes aident à brosser le portrait d'une arriviste qui, depuis des années, joue des coudes et de la séduction en réseautant de façon quasi-obsessionnelle. A cet égard, l'anecdote contée par le publicitaire Philippe Lorin qui croise la route de Dati à un moment très pénible de sa vie est un réquisitoire tout comme les rapports de celle que nos deux auteurs nomment "Belle amie" va entretenir avec Albin Chalendon et une kyrielle de seconds couteaux. Dati est donc une ambitieuse doublée d'une opportuniste et la charité la plus élémentaire doit nous interdire de commenter les assassins propos de Hortefeux qui dira de sa collègue "on sait très bien comment elle a progressé, de piston en piston. De ce point de vue, c'est une grande pro. Mais pour le reste, c'est le vide absolue".

Plus essentiel, mais ce n'est pas une révélation, Rachida Dati est avant tout une création, celle de Nicolas Sarkozy mais force est de constater que la créature va slalomer avec talent et efficacité aux confins de la vie privée de celui qui deviendra Président s'assurant ainsi un label de proximité qui fonctionnera comme une rente.

Attirant les objectifs des photographes comme les feux d'une bagnole les insectes dans les nuits les plus noires, Rachida Dati ne quittera plus d'une semelle son mentor à la vie privée si compliquée. Pour ce qui concerne son activité politique, Dati va compenser ses faiblesses en usant de ses capacités de ventriloque - ce qui est après tout la qualité première d'une porte-parole - et en transformant au quotidien son entourage en cercle de larbins provoquant, on s'en souvient, quelques crises dans son cabinet.

Avide de reconnaissance et de réussite, la seule question qui se pose aujourd'hui concernant une Rachida Dati esseulée et sans assise est de savoir si "Belle amie" ne va pas quitter définitivement la scène politique en partant dans cette confortable terre d'exil qu'est Strasbourg. Certains diront que s'interroger de la sorte sur le sort de Dati est sans intérêt. Ce n'est pas si certain. Rachida Dati est, en elle même un modèle de la promotion personnelle. Un modèle d'opportunisme lèche-botte, de carriérisme forcené mais un modèle tout de même.

Plus globalement quelques appareils politiques pratiquent de plus en plus ce mode de promotion qui pourrait rentrer en crise avec la chute de la maison Dati. Paradoxalement dans le même numéro du Nouvel Observateur on évoque, côté PS cette fois-ci, le cas d'une jeune femme, Sibeth N'Diaye, promue récemment au Secrétariat National et qui avait été intégrée en 2003, après tout juste un an d'adhésion, au Conseil National lors du Congrès de Dijon. Fort heureusement la trajectoire empruntée par cette personne semble se situer aux antipodes du modèle décrit plus haut. Manifestement dotée de convictions, d'un sens de l'engagement et de motivations nullement carrièristes, Sibeth N'Diaye, peut compter sur nos encouragements mais aussi nos conseils. Parmi ceux-là, compter sur sa famille et se tenir à distance de ses parrains. Avec un père fondateur du Parti Africain de l'indépendance et aujourd'hui membre du Parti démocratique sénégalais, cette jeune dirigeante socialiste peut envisager avec sérénité la construction de son parcours. Avec Claude Bartolone comme parrain, c'est à elle de voir...

Lyon, le 10 février 2009

Photo:DR

 

30/09/2008

EDVIRSP

Oeil.jpgComme l’écrivait très justement dans le Nouvel Observateur Matthieu Croissandeau, les socialistes ont raté la bataille contre EDVIGE trop occupés pour l’essentiel à construire d’improbables coalitions pour estourbir Ségolène Royal. Prenez Bertrand Delanoë, grand spécialiste de la lutte anti-Modem, qui en d’autres temps a préféré faire élire Tiberi plutôt qu’un centriste, il a très certainement constaté que Bayrou s’était montré particulièrement actif contre EDVIGE. Hollande quant à lui (voir mon billet du 3/09) s’étant contenté d’une petite phrase sibylline au milieu d’un très long discours à la Rochelle plutôt que de monter au créneau. En attendant que les uns et les autres réfléchissent à tout cela, je veux vous dire aujourd’hui que le « Collectif Non à EDVIGE » reste mobilisé, même si la nouvelle version du fichier baptisée EDVIRSP( ?) est une avancée produit de la mobilisation citoyenne.
Sachez tout de même que le nouveau fichier va s’intéresser aux « personnes dont l’activité individuelle ou collective indique qu’elles peuvent porter atteinte à la sécurité publique ». Peut-être pire, la notion de « trouble à l’ordre public » devient « atteinte à la sécurité publique ». Bref le collectif appelle, le 16 octobre prochain à une manifestation destinée à exiger que le nouveau texte ne sauvegarde pas, sous une forme déguisée, les atteintes aux libertés qui figuraient dans EDVIGE.
Je l’évoquais en juillet dernier, alors que « De Lyon et d’Ailleurs » prenait ses quartiers d’été en publiant l’abécédaire du même nom, ce blog s’ouvre à d’autres contributeurs permanents. Dès demain Philippe Dibilio, ancien journaliste et observateur politique particulièrement à l’affût, postera un billet hebdomadaire. Pour en savoir plus sur notre nouvel invité permanent, il suffit de cliquer sur sa photo et ainsi accéder à sa « biographie express ». Demain, « De Lyon et d’ailleurs » fait donc sa révolution d’octobre et ce n’est qu’un début…

Lyon, le 30 septembre 2008.

14/12/2007

Idées réveillons

ad163e88592831769b61893584027602.jpgBon dossier sur le pouvoir d’achat cette semaine dans le Nouvel Observateur sous la plume de Sylvain Courage. L’hebdomadaire dresse, entre autre, la liste des produits « tendance » qui connaissent le hausses les plus fortes.
Les réveillons approchent et je conseille à ces Français qui s’enrichissent, puisqu’ils travaillent plus, de s’offrir pour l’occasion, des réveillons de rêve avec la garantie que les produits sélectionnés sont en hausse vertigineuse donc de plus en plus inaccessibles à la grande masse des fainéants. Avec des filets de maquereaux accompagnés de Volvic et des Knacki trempés dans la crème Montblanc ils épateront leurs convives. Voici deux propositions de repas, hausse maximale des prix garantie.

Menu de Réveillon « Prestige »
  • Apéritif : verre de lait entier (+32,1%) accompagné d’olives vertes dénoyautées (+51,5%)
  • Entrée : Rillettes du Mans (+31,5%)
  • Plat : Steak haché extra moelleux (42,7%) sur son lit de coquillette Panzani (+32,8%)
  • Dessert : Petit écolier au chocolat au lait (+28%)

Menu de Réveillon « Bling bling »
  • Apéritif : filets de maquereaux au vin blanc (+42,7%) sur son toast pain grillé Pelletier (+24,7%) accompagné d’un verre de Listel (+24,9%)
  • Entrée : Délice de chair de crabe (+41,1%) sur une cracotte au froment Lu (+35%)
  • Plat : loyal au bœuf (à partager avec le chien, +28,1%) et ses pâtes alphabet Panzani (+31,4%)
  • Dessert : Mikado au chocolat noir (+32,8%)

Ces deux merveilleuses « idées réveillons » gagneront à être agrémentées, selon vos goûts, d’un Yop au chocolat (+33,8%) ou d’eau de Volvic (+26,7%).

Bon appétit !

Lyon, le 14 décembre 2007

24/09/2007

Vroom vroom

medium_Vroom_vrom.jpgCe week end je lisais le nouvel observateur et en particulier un assez bon dossier intitulé "Faut-il supprimer la voiture ?" avec de pages en pages des vélos, des trams, des vélos, à nouveau des vélos et un article tout à fait sympathique sur Gérard Collomb, pionner des Vélo'v. Le problème avec le Nouvel Obs' c'est qu'on vous explique en page 10 que "la chasse à la bagnole est ouverte" et que par ailleurs ce magazine (que j'aime bien) nous inflige une infernale promotion de la voiture et pas de n'importe quelles caisses. Etat d'une contradiction:

  • page 5, pub pour des tennis, problème il s'agit de pompes Dolce & Gabbana
  • page 13, Peugeot 308
  • page 27, Golf TDI pack
  • page 38, publi redactionnel BMW X5
  • page 40 et 41, chaussures... JM Weston
  • page 43, Alfa 159
  • Page 44 et 45, lexus IS 220d
  • page 49, Land Rover Freelander 2
  • page 50, Mazda CX-7 (la voiture zoom zoom)
  • page 53, Citroën C5 sillage
  • page 89, Honda civic
  • page 99, Chevrolet captiva
  • page 105, Toyota
  • page 113, Kia cee'd SW
  • page 119, Concours Nostalgie avec la voiture de Magnum à gagner !

______________________

Je viens d'apprendre le décès de notre amie Annie Marula, élue socialiste du 6ème arrondissement.

Nous sommes tous tristes. J'adresse mes plus sincères condoléances à sa famille et à ses proches. 

______________________ 

Lyon, le 24 septembre 2007.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu