Avertir le modérateur

11/03/2009

Le mariage Morano et Boutin est compromis.

Morano-Boutin.jpgQuand Nadine présente le projet de loi sur la famille qui vise à donner un statut aux beaux-parents, Christine Boutin se récrie, outrée : "Je n'accepterai pas que l'on reconnaisse l'homoparentalité et l'adoption par les couples homosexuels de façon détournée".

Or, si le projet évoque en effet, pour la première fois, des "foyers composés de deux adultes de même sexe", on est encore très loin de "l'adoption" et des demandes de parents homosexuels.

Ce qui ne laisse pas d’étonner c’est le silence du PS dans cette discussion où la sarkozyste Nadine risque d’apparaître aux yeux de l’opinion comme progressiste sur un sujet où la gauche pourrait au moins faire valoir son point de vue. Par exemple qu’en matière de droit des couples homosexuels, la France accuse un retard important par rapport à beaucoup d’autres pays où le mariage de personnes du même sexe est possible. C’est le cas notamment du Canada, du Royaume-Uni, de la Belgique et de l’Espagne pourtant assez « catholique » dans sa culture. Elle pourrait aussi rappeler que les couples de même sexe danois, norvégiens, suédois, anglais, islandais, espagnols, canadiens, australiens peuvent adopter. Tout cela ne serait que rappel, regard dans le rétroviseur, quand il faudrait être en avance sur notre temps.

Qu’on ne me dise pas que le PS a peur de parler de ces sujets de société parce qu’il ne serait pas compris en ces moments de crise économique sans précédent où il conviendrait d’être davantage centré sur les problèmes sociaux que sur les problèmes sociétaux.

Récemment, Robert Badinter sur France Inter parlait de l’état honteux des prisons françaises. Il témoignait d’une réaction désabusée de Pierre Mauroy à propos du combat que l’ancien garde des sceaux continue à mener : « en ces temps de difficultés, le sort des prisonniers n’est pas la première priorité des Français » (je cite de mémoire). À quoi Badinter faisait justement remarquer que chaque fois qu’on déconnectait ainsi les problématiques sociales et sociétales c’était pour reporter ces dernières aux calendes grecques.

Ce n’est pas parce que la gauche, comme la droite, est divisée sur ce sujet – elle l’est plus encore sur le mariage que sur l’adoption et la parentalité – qu’elle doit forcément en rester au PACS.

Ou alors qu’elle l’assume clairement… en dehors des seules échéances électorales.

Jean-Paul Schmitt

Lyon, le 11 mars 2009

24/02/2009

Les comptes de Nadine Morano

Morano.jpgÀ force de sévir dans la communication, Nadine Morano prend les Français pour des sots.

Elle s’en donne à cœur joie dans la défense et l’illustration des mérites de la loi TEPA (Travail, Emploi Pouvoir d’Achat du 21 août 2007), quitte à oublier les ordres de grandeur.

On a pu la voir, sur France 2, se livrer à un calcul au résultat délirant pour tenter de faire oublier les 4,4 milliards d’euros que la calculette officielle affiche en année pleine quand il s’agit du coût de la défiscalisation des heures supplémentaires.

À défaut de comptes corrects, c’est un conte pour endormir les enfants que Nadine nous serine. C’est même un vrai conte de fée. Songez que grâce à la défiscalisation des heures supplémentaires, les travailleurs qui y ont recours s’enrichissent désormais de 1800 euros par an. Un qui a du mal à s’endormir, c’est le secrétaire général de la CFDT qui, hier encore, demandait la suppression de cette disposition pour pouvoir financer un fonds d’investissement social. Dors, mon cher François, la fée et Nicolas l’enchanteur s’occupent de tout. Pourquoi veux-tu mettre ces sous dans le social quand les cinq millions et demi de Français qui travaillent plus pour gagner plus sont si heureux ?

Morano compte bien conter encore les merveilleux tours de bonneteau du plus magicien des présidents. Hop : 750 millions d’heures supplémentaires en 2008 grâce à la loi nouvelle ! Hop : on escamote au passage une centaine de millions d’heures rajoutées en 2008 parce qu’en 2007 on ne comptait pas encore dans les bons comptes officiels les heures faites dans la restauration ! Hop : on oublie qu’en 2006 déjà on faisait 650 millions d’heures supplémentaires ! Hop : on reste bouche bée quand finit le compte – ou le conte – sur une chute qui fait rêver : « ça fait 150 euros par mois » !

Du beau conte de Morano il restera peut-être quelques chiffres dans la mémoire de certains. Des chiffres intéressants dans les comptes des entreprises qui auront bénéficié des exonérations sociales correspondantes. Des chiffres introuvables pour tous ceux qui ont fait des heures supplémentaires « supplémentaires » sans retrouver dans leur besace les 1800 euros « supplémentaires ». Ils seront les plus nombreux d’autant que pour ce qui est de la déduction fiscale dont devraient bénéficier les heureux salariés concernés, le compte n’y sera pas puisque beaucoup d’entre eux ne paient pas d’impôts.

 

Jean-Paul Schmitt

Lyon, le 24 février 2009

07:10 Publié dans Jean-Paul Schmitt | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : nadine morano, tepa | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu