Avertir le modérateur

09/11/2009

Money Maker

jpg_Patrick-Buisson-6848e-1f84c.jpgD’ici quelques temps à la question, « Petit, qu’est-ce que tu veux faire comme métier quand tu seras grand ? », le premier gamin que vous croiserez répondra, « Je veux faire Patrick Buisson ». La réponse pourra probablement vous surprendre, voire même vous choquer, mais il faut se rendre à l’évidence, le Money-Maker Patrick Buisson est sur le point de devenir un exemple pour notre jeunesse.

Dès que l’info va se savoir dans nos quartiers, nos jeunes risquent donc de phosphorer pour fourguer à Nicolas Sarkozy des tas de trucs dont il a besoin, mais revenons au génial Buisson. Le type achète en gros des sondages pour même pas 200 000 euros et les refacture près de 1,1 million à Sarko, récupérant au passage plus de 900 000 euros. Ce qu’il y a d’épatant dans ce business réside dans le fait que la police regarde ailleurs pendant que s’opère le deal puisque la commission des sondages se déclare incompétente en la matière. Surfacturation, absence de contrôle, si un député socialiste n’était pas passé dans le coin, il est clair que le business continuerait de prospérer. Au cas où certains souhaiteraient en savoir plus sur le petit commerce de Buisson avec l’Elysée, la Ministre de la Justice vient de mettre les points sur les « i », la chose n’est pas possible. Fermez le ban.

Interrogé par quelques journalistes sur l’activité de sa petite entreprise, Patrick Buisson refuse de se justifier et l’Elysée nous explique aujourd’hui que ce léger dysfonctionnement est désormais du passé. Fermez le dossier.

Une fois dit que les Français devraient être reconnaissants envers le député socialiste Jean Launay, une fois constaté que pour le pouvoir, l’affaire est désormais close, reste tout de même une question. Que fait Patrick Buisson de tant d’argent ?

Lyon, le 9 novembre 2009.

Illustration: source Bakchich.info

28/10/2008

Dati, une justice à prix discount

dati.png

Ce matin, réveil difficile. Je cauchemarde encore. Impossible d’émerger d’un speed dati avec Rachida. Cela fait des jours que j’essaye de me réveiller de ce mauvais rêve. Même en déjeunant, les images continuent à couler et prennent plus de temps à se dissiper que ma tartine n’en met à se déliter dans le café crème qui, sans que je m’en rende compte, me rince les doigts.

Un rêve plein de hurlements. Je vous en raconte quelques éclairs. Peut-être que cela sera ma thérapie. Cela commence par un rendez-vous avec Rachida Dati. Déjà rien que cela, me direz-vous c’est mauvais signe et aurait dû m’alerter et me réveiller en sursaut.

Bon, bref, elle m’a donné rendez-vous à Metz, mon pays d’origine. Pour être disponible, elle a fait donner son chef de cabinet face aux délégués des gardiens de prison. Leurs hurlements m’arrivent curieusement depuis Paris : «Votre ministre, elle se fout de nous ! ». À Metz, elle a décidé de s’inviter dans une rencontre avec des magistrats. Là aussi, ça hurle.

Comme les robes d’hermine fripées l’ont quitté plus tôt que prévu, elle me rejoint.

On est installé – le rêve est décidément glauque – au fond d’un vieux bar du quartier Saint Louis. Je m’attends à ce qu’elle me parle des choses qui sont si importantes pour elle : sa grossesse, ses escarpins Dior ou son amitié avec Nicolas, mais elle me raconte des contes de sa Mère Loi. Elle dit que tout plein de méchants racontent des choses fausses sur ses prisons dont seulement 6% sont surpeuplées. À ce moment-là, Georges, mon instituteur, se dresse comme un di

able derrière elle et me dit en me regardant d’un œil sévère : « Problème : soit 231 prisons en France. Si seulement 86 sont occupées à 100% ou moins, quel est le pourcentage des prisons surpeuplées ? Vous avez 5 minutes».

 

Jean-Paul Schmitt

Lire la suite

05/09/2008

Pilon

1669035178.jpgJosé-Maria Aznar vient de donner des consignes précises à ses avocats. Au cas où les rumeurs indiquant qu’il pourrait être le père du futur bébé de Rachida Dati continuaient à se propager, il intenterait illico une action en justice. Je le dis haut et fort, José-Maria Aznar n’est en rien concerné par toute cette histoire. Fermez le ban.

Il faut dire qu’en utilisant une formule particulièrement malheureuse, sur sa « vie privée compliquée » Rachida Dati risque fort de se voir attribuer mille et un prétendants. Que voulez-vous on ne peut squeezer l’imaginaire de nos congénères.

D’ailleurs une autre rumeur, cette fois d’origine marocaine, indique que c’est le Président de la République Française (himself) qui serait le papa de ce futur bébé. Je le dis tout aussi haut et fort, ce n’est pas parce que Rachida Dati à « une vie privée compliquée » que le président est concerné par toute cette affaire. Fermons une dernière fois le ban.

Le site Yahoo vient de prendre heureusement les choses en main en posant la question essentielle, « Qui est le père de l’enfant de Rachida Dati ? ». Je vous laisse y découvrir les suggestions moqueuses des internautes, mais l’essentiel n’est pas là.

En vérité, la seule interrogation qui vaille est de savoir si la maison Dior est outillée en matière de « ligne grossesse » car les Français n’apprécieraient pas que notre ministre de la justice puisse être conduite à s’habiller aux « 3 suisses » ou chez « Vert baudet ». Concernant la garde robe du chérubin, nous pouvons être confiants. La ligne « baby Dior » avec ses bavoirs brodés, ses pyjamas et grenouillères systématiquement griffés avec le « logo sur le devant » pourra convenir. Elle n’est pas belle la vie ?

Lyon, le 5 septembre 2008.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu