Avertir le modérateur

06/02/2010

Sa différence

joxe.1203944263.jpegEn quittant le Conseil constitutionnel, Pierre Joxe a décidé, en publiant un livre intitulé "Cas de conscience" de rompre le silence qui entoure les décisions prises dans ce type de conclave. Ce "cas de conscience" est en fait "une étude de cas" puisque l'ancien ministre socialiste traite dans son ouvrage de trois dossiers, la loi Perben 2, le contrat première embauche (CPE) et la nomination de responsables de l'audiovisuel public par le Président de la République, pour évoquer les nombreux désaccords qu'il a eu à surmonter.

N'oublions pas que Joxe était bien seul dans le grand bain politiquement monocolore du Conseil constitutionnel. L'exercice consistant aujourd'hui à éoquer quelques secrets de délibérations est donc une première qui mériterait bien évidemment de faire école. En effet contrairement à ses homologues d'Allemagne, d'Espagne et surtout des Etats-Unis, l'expression en France d'"opinions différentes" est prohibée. En proposant de faire évoluer cette pratique, Joxe a de toute évidence mis les pieds dans le plat et il convient de saluer l'initiative. Cela étant, compte tenu du départ de Joxe et de ce que va être d'ici quelques temps la composition du Conseil constitutionnel on peut toujours s'interroger sur la probabilité d'expression "d'opinions différentes". Mis à part Jean-Louis Debré, je ne vois pas quant à moi grand monde. C'est dire !

> Le Nouvel observateur, 4/02

> "Cas de conscience", éditions Labor et Fides, 245 pages, 19,50 €.

Lyon, le 6 février 2010.

29/01/2010

Narquin N1

roselyne_bachelot_reference.jpgAlors que l’on annonçait le week end dernier la fermeture des centres de vaccination contre la grippe A, je recevais enfin ce foutu bon accompagné de la missive de celle qui aurait dorénavant intérêt à se faire appeler Roselyne Narquin histoire de se faire oublier. Adieu « Pandemrix », « Humenza », « Panenza », « Focetria », « celtura » ou « Celvapan » destinés en une seule injection à estourbir A-H1N1. Je me souviens que fin août, lors de la pré-rentrée des enseignants, le ministère avait pris grand soin de nous expliquer, entre autre, comment il convenait d’éternuer dans son coude. Tout l’automne, Madame Narquin s’était magnifiquement mise en scène espérant probablement que grâce à H1N1 l’occasion de passer la sur-multipliée était enfin arrivée et que sa carrière était à la relance. Depuis quelques semaines nous ne voyons plus malheureusement le sourire éclatant de Madame Narquin à la télévision. Cela fait un bail que Claire Chazal et David Pujadas ne nous annoncent plus notre mort quotidien. On nous explique qu’il ne faut pas être trop dur avec Madame Narquin. Pour nous en convaincre on nous demande si d’autres auraient mieux fait à sa place dans la même situation. Bien sûr que non ! Au hasard, prenons la gauche. Il est clair que si les socialos-écolos-communistes avaient été aux affaires, j’aurais reçu mon bon d’ici cinq ou six mois, juste le temps pour me rendre parmi les premiers dans les centres de vaccination qui auraient été opérationnels au 15 août 2010. Côté nombre de morts n’en parlons même pas et quant au coût global il aurait explosé au point très probablement d’atteindre des sommes pharaoniques. En vérité ce pays peut aujourd’hui se féliciter de s’être doté d’un président qui a eu la lumineuse idée de nommer Madame Narquin aux Sports et à la Santé. Imaginez une seule seconde que ce ne fût pas le cas ?

Lyon, le 29 janvier 2010.

Photo: DR

25/11/2009

Etre Français

SuperBesson.jpgTout le monde peut aller en préfecture ou sur un site dédié donner son point de vue sur ce que c’est qu’être Français.

Je n’irai pas au café Besson poser de doctes propos d’après pastis.

Je vais moi, au bar Sécheresse dont vous reconnaîtrez que c’est un drôle de nom pour un lieu où souvent vous venez vous désaltérer, que vous soyez de Lyon ou d’ailleurs.

L’ivresse me prenant, je ne vous épargnerai rien et vous la fais en vers, un peu - un tout petit peu - à la façon Mahmoud Darwich (cf. un de ses poèmes de 1964 : « Identité») :

Inscrit Préfet :

Je suis Lorrain.

Inscrit Préfet :

Et Alsacien.

Ecris Préfet

Ce que tu veux.

Tire les faits

Par les cheveux.

Un peu Allemand,

Luxembourgeois

Par ma maman

Et son patois.

Tu ne pourras

Départager

Mon embarras

D’être étranger

Dis simplement

Que je suis juif

Et musulman.

Un brin passif.

Dans mon pays

Quand tant de frères

Sont reconduits

Vers les frontières.

Et catholique

Un peu papiste

Bien que laïque.

Presque bouddhiste.

Écrit Préfet

Va dénoncer.

Écrit Préfet :

J’étais Français.

Jean-Paul Schmitt

30/10/2009

Pour un Noël « identité nationale »

hommemoderne.jpgChacun connaît le magnifique et célèbre catalogue « L’homme moderne » sous-titré « objets originaux du monde » qui nous propose des produits utiles dans les moindres moments de notre pauvre vie. Noël approchant, je vous propose aujourd’hui une sélection « identité nationale » parmi les centaines d’objets proposés. Voici mon Top 10 :

  • 1- Une reproduction de la Renault 12, voici post-Pompidolienne, cette réplique au 1/18ème (24x9x8,5cm hors socle) est vendue 39,5 €.
  • 2- Pour célébrer les 120 ans de la célèbre Tour Eiffel, un objet en métal et socle en résine, 29 €. Si vous disposez de quelques Playmobil vous pourrez aussi reproduire le concert de Johnny financé par le Président
  • 3- Un lot de deux angelots lumineux qui « veillent sur notre intérieur » comme Brice Hortefeux sur le pays, 25 €.
  • 4- Le DVD de l’année de naissance de Eric Besson notre saint-ministre, 16 € (au lieu de 19,82€ !)
  • 5- Un aspiro broyeur mobile qui « aspire et broie » juste en appuyant sur un bouton. Cette métaphore de la politique gouvernementale vous coûtera tout de même 129 €.
  • 6- Un paillasson « country-house » qui imite magnifiquement les pierres de taille et qui, nous dit le catalogue, se nettoie simplement au jet d’eau mais aussi au Kärcher, 29,5€.
  • 7- « Le remède anti-morosité » du catalogue est un coffret de 5 CD intitulé « Les jours heureux des années 50 ». En écoutant cette compile vendu 29,5 € vous oublierez les jours de crise.
  • 8- La barrière invisible qui éloigne les (animaux) indésirables, 39,9€ seulement.
  • 9- Une paire de mules « ultra light » incroyablement légères (130 gr chacune) avec doublure en tissu écossais. Du 40 au 45, 29,5€.
  • 10- Un alambic de collection en parfait état de marche qui, avec son look entre-deux guerre vous permettra de repenser au bon vieux temps des bouilleurs de cru. 99 € au lieu de 125€.

Cette sélection, bien que n’étant pas homologuée officiellement par le Ministère, n’en demeure pas mois idéologiquement parfaite.

Lyon, le 30 octobre 2009.

09/09/2009

Subliminal soutien à Bongo

Subliminal Kouchner.jpgÀ peine Ali Bongo était-il devenu le vraisemblable président du Gabon et avant même la déclaration officielle des résultats, Paris rabâchait déjà son cantique. Le même toujours. Celui des jours noirs, qu’on chante autour des pseudo catafalques de la Françafrique. Prévisible, Kouchner barytone qu’il « condamne très fermement les atteintes à l’ordre public ». Normal. Des ressortissants français risquent d’être en danger.
Crânement et avec un effet du plus beau grégorien, les voûtes des Affaires Étrangères vibrent d’un « la France n’a pas eu de candidat, n’a défendu personne et n’est pas intervenue, jamais, jamais, jamais… Nous avons respecté complètement la neutralité nécessaire, c’est un pays souverain ».
Point d’orgue !

Silence. Méditation.

La France n’a pas eu de candidat. D’ailleurs, le conseiller de Nicolas Sarkozy pour les relations avec les pays africains, (le Monde du 30 août 2009), ne disait rien d’autre quand il affirmait : « Au Gabon, la France n’a pas de candidat, mais le candidat de Robert Bourgi, c’est Ali Bongo. Or je suis un ami écouté de Nicolas Sarkozy. De façon subliminale, l’électeur comprendra »…

Subliminal quand tu nous tiens.
Subliminales, les interventions de l’État français : les mécanismes commerciaux et les enjeux financiers, y compris ceux des sociétés nationales suffisent à l’efficacité.
Subliminal, le pétrole (53% du PIB, 79% des recettes d’exportation du pays) : Total ne contrôle que 30% de sa production.
Subliminales, les ressources minières, manganèse en tête, exploité par Comilog : le Français Eramet, n’en contrôle que 66% aux côtés de l’État (attention, les Indiens et les Chinois guettent).
Subliminale l’exploitation des bois tropicaux dominée par le groupe français Rougier.
Subliminale la réception d’Ali Bongo par Nicolas Sarkozy et Claude Guéant en 2008 : à ne pas confondre avec un adoubement du fils prodigue.

Le père d’Ali, feu Omar Bongo, « ami fidèle de la France » selon Nicolas Sarkozy et grand dispensateur de mannes électorales devant l’Eternel ne disait-il pas : « La France sans le Gabon, c’est comme une voiture sans essence et le Gabon sans la France, c’est comme une voiture sans chauffeur » ?

Jean-Paul Schmitt

29/06/2009

Quelque chose de Michaël

michael-jackson.jpgNouveau Ministre de la Culture, l’une des premières déclarations de Frédéric Mitterrand me laisse presque sans voix. Qu’à donc dit notre Frédo national ? « Nous avons tous un Michaël Jackson en nous ». Certains diront que cette parole est autant définitive qu’obscure mais pour tout vous dire je suis toujours expectatif à la lecture de ce propos néo-ministériel me demandant dans la foulée, même inscrit au plus profond de l’âme du neveu, ce que Mitterrand peut bien avoir en commun avec Bambi. Comme dirait l’autre, « ça ne nous regarde pas ».

S’il n’avait pas été nommé ministre, Mitterrand détenait alors avec ce pauvre Jackson matière à faire un de ces docus aux envolées lyriques surfaites ponctué par une mort tragique presque aussi féconde que celles de Lady Diana et Marilyn réunies. Pensez-donc, s’il n’avait pas été ministre, un de ces jours, Mitterrand nous aurait probablement concocté avec sa façon si « old school » une histoire revisitée de la trajectoire de la star venue de l’Indiana. L’histoire du petit Jacko élevé à la dure et devenu enfant prodige puis déchu. Il nous aurait raconté en bon racoleur cathodique les coups reçus, les souffrances, les médocs avalés, Peter Pan, le caisson, les attouchements, les frais d’avocats et le passage imprévu de la grande faucheuse.

En vérité, dans son malheur, la dernière chance de ce pauvre Michaël est, ascension ministérielle oblige, d’échapper aux péroraisons signées Frédo. Avec un peu de chance notre documentariste, quand Mick Jagger ira prendre rendez-vous avec le diable, ne sera plus ministre. Il pourra ainsi nous raconter l’existence d’un fils de prof de gym devenu star planétaire envoûtant les foules par son ambigüité fascinante. On a tous quelque chose de Mick Jagger...

Lyon, le 29 juin 2009.

Photo: DR

 

23/05/2009

Prenez-le !

claude_allegre.jpgIl parait que dans la perspective de voir Claude Allegre rejoindre le gouvernement lors du remaniement en juillet c'est presque la panique dans les rangs de la majorité. A l'idée de voir débarquer l'ami de Jospin, qui plus est à un poste important dont la rumeur dit qu'il pourrait ressembler à un MITI français, on ne compte plus les réactions négatives. La simple idée de le savoir peut être demain membre de la future garde rapprochée de Sarkozy commence à pomper l'air des plus dévots de l'UMP.

Rassurez-vous Messieurs de la majorité, Allègre est tout sauf de gauche. Prenez-le ! Il est dispo ! Dans cette affaire, le seul qui risque d'en pâtir c'est Bernard Kouchner. Le Doc peut légitimement se dire que la période faste est sur le point de toucher à sa fin. Complètement démonétisé, Kouchner représente désormais moins que lui même un simple Ministre d'ouverture votant maintenant UMP. L'arrivée d'Allègre dans ce magasin de porcelaine risque de briser les dernières potiches et c'est tant mieux.

Alors un effort. Arrêtez vos simagrées et prenez Allègre dans votre futur gouvernement. Ca ne peut que nous faire plaisir.

Lyon, le 23 mai 2009.

08/08/2007

L comme Laporte (Bernard)

 

medium_L.jpgDans le cadre de son casting ministériel, Nicolas Sarkozy a choisi Bernard Laporte pour occuper le poste de Secrétaire d'Etat en charge des sports. Le pari est risqué dans la mesure ou l'homme de Gaillac est un sacré loustic doublé d'un néophyte absolu.

La chose est tout bonnement extravagante. Nommé par anticipation, histoire de préparer la coupe du Monde de Rugby, le sort ministériel de Laporte est d'une certaine façon suspendu à sa réussite à la tête de la sélection nationale. Par ailleurs sa connaissance extrêmement vague du mouvement sportif et l'absence quasi-totale de convictions font de cette nomination amicale un facteur à risques.

Autre problème, autres risques, Sarkozy en le désignant Ministre ne pouvait ignorer que son poulain était l'objet d'interrogations sur ses multiples activités économiques. L'homme du jambon Madrange qui se vente tel un Sarko d'avoir été à la rencontre des ouvriers de l'entreprise de salaison avant d'accepter de faire la pub, est un démagogue et un arriviste. C'est aussi, si on consulte le dossier intéressant produit par L'Equipe Magazine il y a quelques mois de cela, un homme d'affaire redoutable et paraît-il "border line".

Laporte sera-t-il le premier maillon faible du gouvernement? En attendant si vous voulez lire son autobiographie publiée par Michel Lafon, je vous assure quelques moments de franches rigolades au milieu d'un ensemble pathétique faisant passer Dominici pour un futur prix Goncourt.

Je quitte Lyon demain matin pour le pays du rugby, vers ces contrées ou le député UMP est devenu chose rare et où l'on préfèrera toujours le jambon de Bayonne au Madrange. Un vaste sujet de méditation pour Bernard Laporte.

 


Lyon, 8 août 2007.

07/08/2007

K comme Kouchner (Bernard)

medium_K.jpgQuelques mots pour m'inquiéter du sort prochain du Ministre des affaires étrangères, Bernard Kouchner, dont la marge de manœuvre risque de se réduire sensiblement dans les mois qui viennent.

Inutile de revenir sur le cas Kouchner dont j'avais parlé en son temps, mais plutôt, sachant que Kouchner ira jusqu'au bout du bout de sa participation au gouvernement, m'interroger, sur la mise en place du Conseil National de Sécurité souhaité par Nicolas Sarkozy lors de la campagne présidentielle et sur la portion congrue qui risque de revenir à l'ex-french Doctor.

Jean-David Lewitte est, vous le savez, destiné à présider cette nouvelle structure inspirée du modèle américain. Futur tuteur de Bernard Kouchner, notre ancien Ambassadeur à Washington et actuel sherpa du Président, ne sera probablement pas mandaté pour faire de la figuration. C'est tout le contraire qui va très certainement se passer, l'action diplomatique et militaire de la France étant destinées à être de plus en plus concentrées à l'Elysée.

Ce nouveau Conseil qui disposera de moyens réels, on parle d'une trentaine d'experts en provenance du Quai d'Orsay et de la Défense, constituera la structure permanente à disposition de Lévitte, donc de Sarkozy. Domaine plus que réservé du Président, il ne faut pas être grand clerc pour imaginer la place limitée qui reviendra à un Kouchner qui jouera son rôle traditionnel sur le terrain des Droits de l'Homme et d'inlassable voyageur spécialiste des tarmacs. Simple produit de communication le Ministre des Affaires Etrangères est destiné à mettre du fun dans une politique qui se décidera ailleurs.

Lewitte en place, Kouchner jouera les utilités comme si la fin du début correspondait au début de la fin.

Lyon, 7 août 2007.

17/07/2007

Le cas Dati

medium_rachida-dati-2.jpgY a t il un cas Dati? Depuis quelques jours, alors que la mollesse estivale s'installe peu à peu, la Ministre de la Justice, Rachida Dati, est au centre des interrogations les plus incongrues et parfois les plus glauques. Hier, Dominique Sopo de SOS Racisme montait au créneau dans Libération pour dénoncer l'acharnement dont serait victime la Ministre. Aujourd'hui c'est Patrick Gaubert, le patron de la Licra, qui s'y colle.

Une fois dit que Rachida Dati mérite, comme l'un de ses prédécesseurs Dominique Perben, de recevoir quelques volées de bois vert, tant sa politique en matière de justice et de dérive sécuritaire est à combattre, force est de constater que les attaques qui fusent aujourd'hui en direction de Dati relèvent d'autre chose.

Je veux bien admettre que l'arrogance de la Ministre Dati puisse  être pour beaucoup dans cette offensive. Dati fait des jaloux à l'UMP, c'est un fait. Bonne Sakozyste, Rachida Dati incarne d'une certaine façon le meilleur du pire dans le cours actuel des choses. Si telle était la raison invoquée, on ne peut s'expliquer pourquoi le sinistre Hortefeux échapperait quant à lui à de virulentes critiques. Vous l'avez compris l'explication se situe ailleurs.

On reproche à Dati d'être "caractérielle" suite aux démissions en chaîne qui viennent de frapper son cabinet. C'est bien connu en politique les femmes sont toujours "caractérielles" alors que les hommes "ont de la personnalité". Ce genre d'attaques est un classique du genre à gauche comme à droite, Edith Cresson, Ségolène Royal, Martine Aubry et quelques autres pourraient en témoigner. Dati est peut-être insupportable mais après tout nul n'est obligé d'aller bosser avec elle qui plus est pour mettre une politique aussi néfaste en place.

Dati doit aussi assumer les agissements de certains membres de sa famille, Ségolène Royal a également connu ce type d'attaques. Celle qui nous impose aujourd'hui sa scandaleuse loi sur la récidive devrait être disqualifiée par le simple fait que l'un de ses frères serait en passe de subir les conséquences de cette loi une fois le jugement du tribunal de Nancy, le concernant, prononcé. On cauchemarde.

Je passe bien entendu sur le fait que certaines bonnes âmes sont allées vérifier que les diplômes de Rachida Dati n'étaient pas des faux, pour attaquer le vif du sujet. Convenons-en entre nous, le fait que Madame Dati se prénomme Rachida n'est pas un détail dans cette affaire. Ambitieuse, arrogante, méprisante Rachida Dati semble donc avoir toutes les qualités pour faire de la politique du côté de chez Sarko, le seul hic c'est que le Président de la République en mettant essentiellement en avant ses origines et son parcours pour la sélectionner dans son casting gouvernemental a mis la native de Saône-et-Loire dans de sales draps, et ce n'est manifestement qu'un début. Une pareille mésaventure ne serait jamais arrivée à Michelle Alliot-Marie, vous comprenez pourquoi.

Il suffit de relire certains passages du bouquin d'Azouz Begag pour se convaincre qu'il est difficile de faire de la politique à droite quand on représente cette composante que l'on appelle curieusement "diversité". Begag et Dati ne sont en rien comparables mais ils partagent en commun des éléments que certains jugent comme rédhibitoires.

Rachida Dati est Ministre pour mettre en place une politique qui n'est en vérité pas si éloignée que cela de celle de Le Pen. C'est ici que se situe pour nous le problème. Le fait que ses origines ne correspondent pas aux standards traditionnels du cheptel Umpiste c'est un autre problème qui nous concerne tout autant.

Lyon, 17 juillet 2007.

25/05/2007

Perben 3

medium_Perben_3.jpgMardi, je m'interrogeais comme tout le monde sur ce qui avait été promis à Christian Philip le député UMP sortant de la 4ème circonscription de Lyon pour laisser place nette à Dominique Perben.

Rappelez-vous, champion de la délocalisation de ses concurrents, Dominique Perben n'en n'était pas à son coup d'essai.

Perben 1, c'était la délocalisation de Millon à Rome.

Perben 2, celle d'Henry Chabert à Villeurbanne.

Restait à savoir combien valait celle de Christian Philip au titre de Perben 3.

Depuis hier nous commençons à y voir plus clair. Christian Philip est chargé d'une mission sur la Francophonie auprès du 1er ministre. En vérité si mes informations sont bonnes, dès la remise d'un rapport le 18 juin, dont l'urgence apparait immédiatement, Christian Philip serait illico nommé Secrétaire d'Etat à la Francophonie auprès de Xavier Darcos.

Si j'ai un conseil à donner à quelques élus UMP, sur le point de se faire empapaouter par Dominique Perben, c'est d'annoncer dès maintenant leur volonté de présenter des listes majorité présidentielle lors des prochaines municipales lyonnaises.  Une dans chaque arrondissement c'est 9 possibilités de reclassement pour 9 dissidents. Au train où vont les choses soyez certains que Dominique Perben trouvera 9 opportunités pour vous délocaliser définitivement mais très confortablement. En avant pour Perben 4,5,6,...

Lyon, le 25 mai 2007.

18/05/2007

OK pour le quai

medium_Bernard_Kouchner.gifIl est inutile d'habiller idéologiquement le dernier acte de la bien triste fin de carrière politique de Bernard Kouchner. A67 ans, ne pouvant plus attendre des jours meilleurs, l'ex a décidé de nous dire "après moi le déluge" formule polie qui peut se traduire aussi par "allez vous faire foutre". Un homme de gauche seul va donc se retrouver seul dans un gouvernement de droite. Après tout chacun a bien le droit d'être un opportuniste solitaire.

Ce job au quai, Kouchner en rêvait paraît-il depuis longtemps et certains de ses amis n'hésitent pas à nous dire aujourd'hui qu'une telle attitude est humaine. Que Kouchner puisse être humain c'est à n'en pas douter une réalité. Mais comme certains hommes, que Kouchner puisse avoir en cette circonstance un comportement minable, c'est également une réalité. Après tout chacun a bien le droit d'être minable.

"Pour un job avec toi, je ferais n'importe quoi" chantonne désormais Kouchner à un Sarkozy qui n'en attendait sûrement pas tant. Qu'il en profite bien notre Doc car il ne faut pas être grand clerc pour savoir qu'une fois le temps de la roucoulade passé, cette charge risque de devenir un fardeau avant de se transformer en souffrance. J'espère juste que notre nouveau Ministre aura encore quelques amis quand l'heure de démissionner viendra. Après tout chacun a le droit d'avoir des amis qui vous épaulent quand cela ne va pas très fort.

Enfant gâté des médias mais aussi électron libre du PS, je ne suis pas certain que Kouchner s'habituera facilement à avaler des couleuvres et à faire preuve de cette discipline très pre-68 que son nouveau chef exigera d'un collaborateur affecté au domaine réservé. Mais après tout, entre adultes consentants, tout peut s'envisager.

Nous sommes hélas tous un peu triste de voir Kouchner s'en aller. Pour ma part je dois vous confier que j'aimais plutôt ce sympathique emmerdeur ingérable qui, il faut l'avouer, nous cassait parfois sérieusement les pieds. Ce qui est étonnant dans cette étrange affaire étrangère c'est que, de très loin, le plus emmerdeur d'entre-nous devienne chef de la diplomatie. Mais après tout Sarkozy n'a peut être trouvé qu'une seule qualité réelle à Kouchner, celle de nous emmerder.

Lyon, le 19 mai 2007.

13/04/2007

Bayrou enterre Barre

medium_Raymond_Barre_NB.jpgBayrou vient donc d’enterrer Barre. Dans cette campagne, François Bayrou fait feu de tout bois. Hier, alors que les agences annonçaient l’hospitalisation de l’ancien Premier Ministre, Bayrou, toujours à l’affût des micros et des caméras, livrait à l’AFP l’oraison funèbre de Raymond Barre.

« Bien sûr je pense à lui, je pense à ce chemin, je pense à ce qu’il a représenté pour beaucoup de Français, comme un repère ». (...) Je pense à cette épreuve qu’il est en train de traverser, c’est pour moi une grande émotion. J’espère qu’il va franchir ce pas. » 

Puisqu’il ne lui reste plus qu’une semaine de campagne, je suggère à François Bayrou d’écrire ce week-end l’hommage funèbre à Giscard, son ancien mentor.

Lyon, le 13 avril 2007.

07:00 Publié dans Politique & politiques... | Lien permanent | Commentaires (22) | Tags : Bayrou, Barre, UDF, Ministre, hospitalisation, AFP | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

23/02/2007

Il cause, alors causons

medium_SarkozyPerbenVF.2.jpg

Voici quelques heures, Dominique Perben a présenté, à la presse, ses griefs sur le bilan de l’actuelle équipe municipale. Reconnaissons-le, en cette période d’élection, il est de bon ton de prodiguer avis et conseils sur la gestion des affaires publiques. Je ne sais pas encore précisément ce que Dominique Perben a bien pu dire sur Lyon mais quant à moi, je souhaite dire deux trois choses concernant celui qui a été Maire de Chalon-sur-Saône de 1983 à 2001.

18 ans à la tête d’une municipalité, 3 mandatures, vous me direz que ca donne tout de même le temps de réaliser des projets d’envergures, de développer sa ville, notamment lorsqu’on prétend avoir une vision pour elle. Chalon, durant ce laps de temps, a t'elle véritablement changée de visage ? Jugez-vous-même.

Parlons, tout d’abord, attractivité et urbanisme, puisque le sujet semble intéresser notre homme. Depuis 1983, la ville de Chalon a perdu, selon l’INSEE, près de 20% de sa population. La perte d’habitants, comme chacun le sait, est le signe tangible du dynamisme d’une ville et aussi une solution efficace pour résoudre les problèmes liés au logement et à l’habitat. J’irais même plus loin ! La récession démographique amorcée au début des années 80 est le fruit d’une stratégie politique sur le long terme, puisque Chalon est sans doute l’une des villes qui, à l’heure actuelle, en France, est la moins touchée par la crise du logement.

Il y a une semaine de cela, le Ministre des transports s’inquiétait, par voix de presse, de la bonne tenue de la politique de renouvellement urbain menée dans l’agglomération lyonnaise. La mixité sociale, l’amélioration de l’habitat, notamment social, la construction de véritables quartiers de vie dans ce que l’on appelait, autrefois, les grands ensembles, et le développement d’un cadre de vie agréable sont autant d’éléments qui participent à la bonne gestion d’une ville. C'est-à-dire autant d’éléments que l’ancien Maire de Chalon peut méditer, lui qui est le champion pendant 18 ans du renforcement de la ségrégation spatiale. En concentrant la plupart des efforts d’équipements, en termes d’urbanisme, sur les quartiers du centre de Chalon, et en regroupant le logement social en périphérie, il a sans équivoque contribué à construire une ville de moins en moins solidaire et équilibrée. Les résultats sont là. Certains quartiers, comme par exemple le Prés Saint-Jean, qui a pourtant fait l’objet d’une opération de renouvellement urbain, a perdu près 2.000 de ses habitants. La faute, sans doute, à la malchance.

Parlons emploi. C’est important l’emploi. Et notre Ministre, ne peux souffrir d’une réputation de laxisme en la matière, lui qui a participé activement à l’effort d’un gouvernement qui, en l’espace de 5 ans a un bilan catastrophique. A Chalon-sur-Saône, les résultats sont probants. Entre 1983 et 2001, Kodak ou Ravensburger, par exemple, ont fait le choix de partir de Chalon pour le premier, et de ne pas s’y implanter pour le second. Nous pourrions évoquer les nombreuses difficultés d’entreprises telles Piffaut ou Zolpan. En 2005, la ville comptait 12,5% de demandeurs d’emplois. Un taux de chômage des jeunes supérieurs à 21%, et un nombre de chômeurs de longue durée en progression constante. Les Chalonnais ne s’y sont pas trompés. Eux qui, lors d’une enquête de l’institut Sofres intitulée « Chalon 2020 », reconnaissaient à 74% que le principal point faible de Chalon est l’emploi exigeant aussi à 70% qu’il convenait de s’occuper en priorité de l’arrivée de nouvelles entreprises et de la création d’emplois.

Hier je m’étonnais de la récente conversion du prétendant UMP à la Mairie de Lyon à la défense de la cause arménienne et me demandant ce que l’ex-boss de Chalon-sur-Saône avait pu bricoler sur la question pendant plus de vingt ans.

Aujourd’hui, comme vous pouvez le constater je veux rafraîchir la mémoire de tous sur un sujet éminemment important.

Ne vous inquiétez pas, je vous vois frétiller d’impatience, nous aurons l’occasion de revenir au fil des mois sur certains fondements élémentaires qui constituent le background d’une campagne.

Lyon, le 24 février 2007.

22/02/2007

Arméniens mes amis. Arménie mon amie.

medium_Perben.jpg

C’est fou ce que Dominique Perben peut aimer l’Arménie depuis quelques temps. Lundi soir il était à Paris au dîner annuel du CCAF (Conseil de Coordination des organisations arméniennes de France). Il représentait Jacques Chirac. Sur son blog, Dominique Perben parle bien entendu d’une « soirée chaleureuse et émouvante » car pour Dominique Perben il faut savoir que les rencontres avec nos amis arméniens sont toujours « émouvantes ». C’est curieux car me concernant, au fil de mes nombreuses rencontres et soirées avec nos amis arméniens, ce n’est pas systématiquement l’émotion qui nous submerge. C’est parfois « drôle », « sympa », bref tout simplement des soirées entre amis.

Quelques lignes plus bas notre blogueur-né rappelle qu’il accompagnait il y a quelques mois le même Chirac lors du voyage officiel du Président en République d’Arménie pour évoquer leur visite au mémorial de Erevan il parle d’un « moment très fort ». Ouf !

En vérité depuis la sinistre guerilla visant à s’opposer à l’édification d’un mémorial place Antonin Poncet on a l’impression qu’ils sont nombreux dans cette ville à sur-jouer leur amitié à l’égard de nos compatriotes d’origine arménienne, comme s’il s’agissait à quelques encablures des élections municipales de faire oublier quelques errances. (voir mon billet du 15 décembre 2006)

En fait, cet amour de Dominique Perben pour la cause arménienne me va droit au cœur et me satisfait mais certains de mes amis arméniens qui ont de la jugeote me demandaient l’autre jour ce qu’avait fait, pendant 3 longs mandats, dans sa bonne ville, le Maire de Châlon-sur-Saône, un certain Dominique Perben en matière de reconnaissance du génocide ou de coopération avec l’Arménie ? Allez savoir !

Lyon, le 22 février 2007. 

> Lire également l'ensemble des billets publiés sur le thème de l'Arménie

> Voir également la gallerie photos lors de ma dernière mission à Erevan en février 2007 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu