Avertir le modérateur

10/10/2010

Amis catholiques

sarko.jpgAmis catholiques, c’est aujourd’hui dimanche et permettez-moi de vous interroger sur la façon dont le président s’intéresse à nouveau à vous. Mes Amis, je me demande donc quel effet cela peut bien faire que celui d’être dragué par Sarkozy. Il faut dire que le président doit particulièrement vous aimer à constater les efforts qu’il est entrain de produire pour vous séduire. Je ne sais pas si vous en avez conscience mais ce président déploie beaucoup plus d’activité pour vous reconquérir qu’il n’en avait développé à l’égard des paysans, une autre « catégorie », nous dit-on, qui, après les élections régionales, avaient échappé à la droite. Amis catholiques, la droite explique votre désamour à l’égard du président non pas à cause de la honteuse politique sécuritaire de l’été mais toujours par le fait que vous n’arrivez pas totalement à digérer ses errances bling-bling. Mieux, selon l’IFOP qui sonde votre âme pour le compte de la présidence, le danger, vous concernant, n’est pas tant de voter à gauche mais de vous abstenir. Pire, si l’on en croit les mêmes sondeurs, vous seriez de plus en plus de brebis égarées à ne plus hésiter à voter pour le Front National au point que parmi vous le vote pour Marine Le Pen serait particulièrement attractif. Amis catholiques qui ne semblez pas trop troublés par les agissements sécuritaires de Sarkozy mais qui doutez du comportement moral du président, j’espère que vous prenez conscience de la piètre image que vous offrez à la nation en restant de marbre face aux agissements de Hortefeux qui pourraient par ailleurs conduire certains d’entre-vous à déraper,le jour venu, face aux urnes.

Pendant que nous y sommes mes amis, si vous croisez Monseigneur Barbarin qui en ce moment bavarde beaucoup au point de donner des leçons au monde entier, demandez-lui s’il est convenable d'adhérer aux contorsions sécuritaires de Sarko, et même de voter F.N. Pour ce qui me concerne le plaisir de l’entendre sur ce thème ne m’a jamais été offert et, si j’en crois l’IFOP, il serait peut-être temps qu’il explique sont point de vue sur la question avant que la messe ne soit dite.

Lyon, le 10 octobre 2010.

Photo: DR

23/08/2010

U comme "Ulcérés"

812274608.jpgCet été, à propos du « président voyou », Jean-François Kahn nous a proposé une explication au nauséabond discours de Sarkozy suite aux événements dits de Grenoble. Pour Kahn, la thèse est simple. Sarko n’est pas un xénophobe ou un raciste, encore moins une variante des Le Pen. Pour l’ancien patron de Marianne, Nicolas Sarkozy est une sorte d’animal politique totalement désinhibé, affecté d’aucun interdit moral, politique ou idéologique. Comme le caïd dans sa cité, Sarkozy est, selon Jean-François Kahn, prêt à déclarer toutes les guerres à toutes les bandes rivales pour assurer l’avenir de son business. C’est donc un « président voyou » pas du tout effarouché qui, pour continuer à squatter l’Elysée après 2012, déploie les pires méthodes inspirées par les plus hideuses idées.

Brice_Hortefeux311008275_thumb%5B2%5D%2051DCD105.jpgBien que séduisante l’explication de Kahn peut être contestée mais il n’empêche que ce mois d’août 2010 demeurera dans la mémoire des démocrates et républicains français comme l’un des pires de la Vème république. Au nom de la défense des « honnêtes gens », les Hortefeux, Ciotti et autres Estrosi, chiens de garde du sarkozysme, ont dépassé les bornes en promettant des déchéances de nationalité, en pratiquant la chasse aux roms, en menaçant d’emprisonner les parents d’enfants délinquants, en voulant supprimer le paiement en espèces des allocations de rentrée ou en menaçant les maires (de gauche) soupçonnés de faire le lit de la violence. Le Monde daté de lundi dernier a judicieusement rappelé à ses lecteurs l’étrange similitude des formulations du Président avec celles des responsables du Front national. Au cas ou vous ne seriez pas ulcérés au terme de ce mois d’août par les vociférations gouvernementales et les propositions présidentielles, voici quelques extraits des propos tenus par la famille Le Pen et par le chef de l’Etat. A vous de faire le test, réponse demain.

Ils ont dit :

1)« La déchéance de nationalité pourra être prononcée par la juridiction concernée dans le cas de naturalisation acquise depuis moins de 10 ans et dans le cas de crime ou de délit grave ayant entrainé une condamnation à plus de 6 mois de prison, non assortie de sursis.»

Réponse A : le Front National

Réponse B : Nicolas Sarkozy

2)« La nationalité française doit pouvoir être retirée à toute personne d’origine étrangère qui aurait volontairement porté atteinte à la vie d’un policier, d’un gendarme ou de toute personne dépositaire de l’autorité publique »

Réponse A : Jean-Marie Le Pen

Réponse B : Nicolas Sarkozy

3)« Nous voulons généraliser la tolérance zéro dans certains domaines et instaurer une répression sévère contre les attaques organisées visant les forces de l’ordre, les secours ou les pompiers, notamment dans les quartiers sensibles »

Réponse A : le Front National

Réponse B : Nicolas Sarkozy

4)« Il faut supprimer l’acquisition automatique de la nationalité. L’acquisition dépendrait alors de critères reposant sur la bonne conduite et le degré d’intégration. »

Réponse A : Brice Hortefeux

Réponse B : le Front National

5)« Un terme doit être mis à l’avancée des signes ostensibles de l’Islam »

Réponse A : Nicolas Sarkozy

Réponse B : Marine Le Pen

6)« Chacun doit savoir se garder de toute ostentation, de toute provocation »

Réponse A : Marine Le Pen

Réponse B : Nicolas Sarkozy

7)« Les Français ressentent douloureusement le fait d’être bousculés dans leur identité nationale »

Réponse A : Marine Le Pen

Réponse B : Nicolas Sarkozy

8)« Le sentiment de perdre son identité peut être une cause de profonde souffrance »

Réponse A : Marine Le Pen

Réponse B : Nicolas Sarkozy

Lyon, le 23 août 2010.

Photo: DR

16/01/2010

Venir c’est partir un peu

agenda.jpgPeillon s’est donc fait porté pâle au tout dernier moment pour débattre avec Eric Besson, jeudi soir, sur France 2. Bilan de l’opération, il s’est fait taillé un costard en direct à plusieurs reprises par l’animatrice Arlette Chabot, la soutière de l’émission, Nathalie Saint-Cricq, allant même jusqu’à traiter l’euro-député de « voyou ». Comme probablement l’ensemble des téléspectateurs, j’avoue ne pas très bien comprendre le comportement de Peillon dans la mesure où reprocher à France 2 de servir la soupe au couple maudit Besson-Le Pen, Peillon n’étant en l’occurrence qu’un faire-valoir de deuxième partie de soirée, était une donnée connue depuis quelques jours. Alors, pourquoi déclarer forfait à la deuxième minute ? Seul Peillon peut répondre à la question. Souhaitons-lui bonne chance pour demeurer crédible.

Entre Royal qui vient sans être invitée et Peillon qui ne vient pas en l’étant, avouez que les mœurs politiques interrogent ce d’autant qu’ici à Lyon, lors du Forum de Libération il y a quelques semaines, c’est Martine Aubry qui s’était abstenue au dernier moment de venir pour débattre avec Cohn-Bendit expédiant en catastrophe sa doublure Bartolone pour se faire secouer par le leader écolo. Venir ou ne pas venir semble donc désormais la question qui taraude nos politiques.

Prenez le Grand-Lyon, l’hebdomadaire « La Tribune de Lyon » et « Le Progrès » viennent d’établir la liste de ceux qui viennent ou ne viennent pas assister aux séances publiques. J’observe que certains planquent les séances de la Communauté Urbaine ou du Conseil Général en expliquant curieusement qu’ils ne peuvent être partout à la fois mais je me dois aussi d’attirer l’attention de tous sur le fait que ce coupable manque d’assiduité n’est pas le seul problème. Le comportement de ceux qui viennent pour repartir illico n’est pas plus recommandable. Ce d’autant que parmi ceux-là il y a aussi ce qui viennent et qui repartent pour éviter tel ou tel débat. C’est le cas d’un élu en vue de l’UMP qui, tout en venant, n’est jamais présent dans l’enceinte quand il convient de voter à propos du dossier du « Grand stade ».

Si venir ou ne pas venir semble donc la grande question de la vie politique française, rester ou ne pas rester est aussi une dimension seconde d’une réalité qui concerne également les plus hautes autorités de l’Etat. Le Président de la République n’étant pas, de ce point de vue, à l’abri des reproches.

Lyon, le 16 janvier 2010.

26/12/2009

2002 en vrac

17 février, dernier jour d’utilisation officielle du Franc - Réélection de Jacques Chirac (82%) face à J.M. Le Pen (18%) - Raffarin est nommé premier ministre - Loi Perben - Maurice Papon libéré pour des raisons médicales - Nicolas Sarkozy fait fermer le centre de Sangatte - Le Congrès américain vote la guerre en Irak - Disparition de Lionel Hampton …

Lyon, le 26 décembre 2009.

13/10/2009

Un homme qu’on livre aux chiens.

Lynchage.jpgIl y a des lynchages – fussent-ils médiatiques – qui fleurent leur parfum d’excrément à cent lieues.

C’est le cas de celui qui vise actuellement Frédéric Mitterrand. D’abord accusé de pédophilie par la fille de l’homme du « détail », une accusation appuyée sans tarder par quelques bonnes âmes de droite, pieuses et confites genre Boutin et quelques beaux esprits (?) de gauche genre Hamon ou Hammadi (voire Valls ou Montebourg qu’on connaissait plus avisés) ; accusé ensuite de tourisme sexuel, expression qui dans l’esprit de la plupart des Français s’amalgame à la pédophilie tant il est vrai que la prostitution dans certains pays est liée à la misère et implique souvent des enfants ; accusé maintenant de soutien à de jeunes violeurs réunionnais dont l’un est le fils de son ancienne maquilleuse et son filleul…

Qu’on ne se méprenne pas, f.Mitterrand (comme certains, j’écrivais déjà l’initiale de son prénom avec une minuscule, histoire d’éviter toute confusion) n’est pas quelqu’un que j’apprécie particulièrement. Je trouve son style oratoire un peu pompeux, sa façon télévisuelle imitée de Zitrone, davantage adaptée au cirage de pompes princières qu’à la défense et à la promotion de la culture française. Sa nomination à la Villa Médicis tout comme celle de ministre de la culture ne m’ont pas paru géniales.

Mais en la matière, et comme l’écrit Eric Fottorino dans son article « Chasse à l’homme » dans le Monde de la semaine passée, il faut revenir aux faits avérés : le livre de F.Mitterrand était connu ; il n’a pas violé ; son homosexualité est respectable ; s’il n’a pas menti sur l’âge de ses jeunes amants prostitués, le lynchage médiatique dont il est victime est une tache sur tous ceux qui, au nom d’intérêts mesquins, hurlent avec les loups en s’appuyant sur un tas de faux secrets et en jouant sur ce qu’il y a de plus bas chez l’homme.

Venant de Marine Le Pen, rien de surprenant, il suffit de se souvenir de la fable de La Fontaine, « Les animaux malades de la peste », pour se rendre compte que loups, renards et autres rois des animaux se mettent toujours d’accord pour faire de l’âne qui avoue, un bouc émissaire.

Venant de Hamon, Hammadi et autres, c’est assez triste. Un porte parole qui ne porte que sa parole propre, un jeune loup en mal de reconnaissance qui se fait les dents et de déjà vieux batteurs d’estrade et de médias auraient dû, pour le moins, se renseigner avant de jouer les Lucky Luke. Heureusement il y a eu Delanoë (et toi mon cher Jean-Yves, la semaine passée sur ton blog) pour demander un peu de décence.

Les lapideurs devraient méditer sur la fonction de bouc émissaire bien théorisée par René Girard : l’accusation sur laquelle ils embraient sans réfléchir souligne la crise morale qu’une société traverse et qu’elle espère régler en sacrifiant un bouc émissaire qui n’en demandait pas tant. Et pour qu’on l’on puisse croire à sa responsabilité, on l’accuse toujours de transgresser des interdits fondamentaux. Ici, la pédophilie, le tourisme sexuel et pourquoi pas le viol quitte à convoquer à la barre un lointain filleul ou la défense de Polanski. Il faut pour que cela fonctionne, des interdits suffisamment puissants pour dégager une force explicative automatique : plus question de penser par soi-même ; plus question d’investiguer au préalable ; haro sur le baudet !

Jean-Paul Schmitt

07/04/2007

Planqué dans un buisson

Marianne de la semaine passée nous relatait une petite histoire qui n'est pas dénuée d'intérêt. Un certain Amir Vehabovic ayant quelques doutes sur la réalité et la fiabilité de l'amitié de certains proches les a invité à ses fausses funérailles. Cercueil vide, faux certificat de décès, croques-morts complices car soudoyés, le type convoque ses (vrais ?) amis à ses (fausses) obsèques et se planque derrière un buisson pour observer qui vient. Las ! Une seule personne se déplacera, sa propre mère. Imaginez qui pourrait être le seul à venir aux fausses obsèques de ces personnalités sachant que bien des réponses sont plausibles...
 
medium_Buissons_I.3.jpg
Mes réponses,ci-dessous.

Lire la suite

06/04/2007

Les footballeurs ne votent pas comme des pieds

medium_so_foot.jpgEn ce mois d'avril, l'excellente revue "So Foot" se risque à sonder les footballeurs de ligue 1 afin de savoir vers qui va leurs préférences pour les présidentielles.

Sur les 365 footballeurs en âge de voter et de nationalité française, il faut tout d'abord indiquer que les trois quarts n'ont pas répondu à ce questionnaire anonyme.

Cela étant je vous livre les résultats tels qu'ils sont publiés par le magazine. Contre toute attente c'est Ségolène Royal qui arrive en tête avec 24% devant Nicolas Sarkozy 16% et François Bayrou 9,5%.

En ce qui concerne les autres compétiteurs, ils se situent tous à plusieurs longueurs du trio de tête, Le Pen obtenant 3%, Voynet et Bové 2,7%, Besancenot et Nihous 1,5%, le vote blanc avec ses 22,9% étant sur le podium. 

Reportez vous à ce bon numéro de So Foot pour y lire aussi une interview intéressante du meilleur ennemi de Sarkozy, à savoir Lilian Thuram, ainsi que celle du seul goal UDF du championnat, l'auxerois Fabien Cool.

Hautes-Pyrénnées, le 6 avril 2007. 

07:52 Publié dans Politique & politiques... | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : Football, So Foot, foot, royal, sarkozy, bayrou, le pen | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

25/03/2007

Réponses du Quizz de l’horreur

medium_lepen-black.jpg> Voir le quizz

1 / b -   Jean-Pierre Stirbois aux Assises nationale du FN,  30 octobre 1982.

2 / b -   Jean-Marie Le Pen, « Minute », 2 juillet 1983.

3 / a -   Jean-Marie Le Pen, Discours à Balard, 13 mai 1984.

4 / c -   Jean-Marie Le Pen, « L’heure de vérité », Antenne 2, 13 février 1984.

5 / b -   Jean-Marie Le Pen, « National Hebdo », 26 septembre 1985.

6 / c -   Eric Raoult, dans un tract distribué en 1986. Information relevée dans le Canard   Enchaîné.

7 / b -   Jean-Marie Le Pen, Assemblée Nationale, 9 Avril 1986.

8 / c -   Jean-Marie Le Pen, Discours à Marseille, 1er juin 1988.

9 / c -  Valéry Giscard d’Estaing, 21 septembre 1991.

10 / c -  Bruno Mégret 

11 / b - Jean-Marie Le Pen, « Présent »,  11 septembre 1994. 

12 / b - Jean-Marie Le Pen, « Haaretz », 18 avril 2002.

13 / b - Philippe de Villiers, TF1, 16 juillet 2005.

Toutes ces informations sont issues d'un sympathique petit bouquin de Baptiste Vignol, "Cette chanson qui emmerde le FN" paru aux Editions Tournon. Vous y retrouverez non seulement l'ensemble de ces citations mais aussi les antidotes nécessaires avec des extraits de chanson de IAM, Diam's, Jean Ferrat, Louis Chedid, Jean-Louis Murat, Berrurier Noir, etc.

09:00 Publié dans Politique & politiques... | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Le pen, Sarkozy, FN, UMP, Villiers, De villiers, Pasqua | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

23/03/2007

Quizz de l’horreur

medium_Quizz_Le_Pen_Sarko_De_villiers.jpgLa noria des sondages est implacable. Le Front National est parait-il réduit. Le vieux se traîne à 10 – 12%. Bayrou sera le 2ème ou le 3ème homme.

Je ne fais pas partie, pour ma part, de ceux qui pensent que Le Pen est à l'agonie, que le temps de batifoler est revenu. Retour sur vingt années de montée du Front National en forme de petit quizz. Réponse dimanche ici même. Qui a dit …

1 – «  Immigrés d’au-delà de la méditerranée, retournez à vos gourbis »  

a  - Philippe de Villiers

b  - Jean-Pierre Stirbois

c  - Patrick Balkany

2 – «  Le travail n’est pas seulement une obligation ou un droit, c’est un besoin matériel mais aussi spirituel de l’homme »

a - Nicolas Sarkozy

b - Jean-Marie Le Pen

c - Patrick Devedjian

3 – « J’aime mieux mes filles que mes nièces, mes nièces que mes cousines, mes cousines que mes voisines. Il en est de même en politique, j’aime mieux les Français »

a - Jean-Marie Le Pen

b - Nicolas Sarkozy

c - Philippe de Villiers 

4 – «  Demain les immigrés s’installeront chez vous, mangeront votre soupe et coucheront avec votre femme, votre fille, votre fils » 

a - Philippe de Villiers

b - Charles Pasqua

c - Jean-Marie Le Pen

5 – «  La défense de l’identité nationale et donc la maîtrise de l’immigration sont une priorité absolue. Ceci passe par une réforme du code de la nationalité, l’expulsion des clandestins et des délinquants étrangers, le retour progressif des travailleurs immigrés associé au développement des pays du tiers monde. »

a - Nicolas Sarkozy

b - Jean-Marie Le Pen

c - Brice Hortefeux

6 – «  Notre pays à nous, ce n’est pas Tjibaou, Françoise Sagan, Harlem Désir ou Krasucki, c’est la France immortelle qui derrière Jeanne d’Arc, Charles Martel, Napoléon et De Gaulle, a fait notre pays une nation éternelle, admirée partout dans le monde. »

a - Bruno Mégret

b - Jean-Marie Le Pen

c - Eric Raoult  

7 – «  Ce qui nous paraît essentiel pour définir la qualité de Français, c’est l’amour de la France, c’est la capacité à la servir « .

a - Jacques Chirac

b - Jean-Marie Le Pen

c - Nicolas Sarkozy 

8 – «  Voter socialiste, cela signifie que d’ici dix à quinze ans la mairie de Marseille sera dirigée par un maghrébin. »
 

a - Eric Raoult

b - Philippe de Villiers

c - Jean-Marie Le Pen 

9 – «  Le type de problème auquel nous aurons à faire face se déplace de celui de l’immigration vers celui de l’invasion »

a - Jean-Marie Le Pen

b - Nicolas Sarkozy

c - Valéry Giscard d’Estaing
 

10 – «  Pourquoi se battre pour la préservation des espèces animales et accepter, dans le même temps, le principe de disparition des races humaines par métissage généralisé ? » 

a - Eric Raoult

b - Jean-Marie Le Pen

c - Bruno Mégret

11 – «  Le traité de Maastricht donne le droit de vote aux étrangers et par la même à tous ceux qui arriveront légalement ou illégalement à entrer à travers nos frontières » 

a - Philippe de Villiers

b - Jean-Marie Le Pen

c - Charles Pasqua

12 – « Le voile musulman il nous protège des femmes laides » 

a - Philippe de Villiers

b - Jean-Marie Le Pen

c - André Santini

13 – «  Moi je crois que l’islam est le terreau de l’islamisme et l’islamisme le terreau du terrorisme, donc on ferait mieux de faire attention. » 

a - Charles Pasqua

b - Philippe de Villiers

c - Jean-Marie Le Pen


Lyon, le 23 mars 2007 .

08:00 Publié dans Politique & politiques... | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : Le pen, Sarkozy, FN, UMP, Villiers, De villiers, Pasqua | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

06/03/2007

Débat d’idées ?

medium_lepen.jpgLibération de ce matin, pages rebonds. La Tribune de Claude Lanzmann n’y va pas par quatre chemins : « j’accuse Raymond Barre d’être un antisémite. »

Ne rentrons pas dans « le détail », si j’ose dire, des derniers propos de l’ancien Premier Ministre qui ne sont, en vérité, pas nouveaux dans sa bouche. Raymond Barre est un récidiviste.

Dans sa tribune, Claude Lauzmann aborde la question Gollnisch ou plutôt cite ce que Raymond Barre avait dit du leader lyonnais du Front National sur France Culture.

Ecoutons donc Raymond Barre : «  Moi, je suis quelqu’un qui considère que les gens peuvent avoir leur opinion, c’est leur opinion. » Raymond Barre à cet égard exprime un point de vue largement répandu à droite à savoir que le négationnisme relève de la vie des idées.

D’ailleurs d’autres que Raymond Barre ne sont pas loin de penser que le racisme et l’antisémitisme sont également l’expression d’une opinion, voire même d’une pensée. Laissons Raymond Barre et attardons-nous sur la dernière sortie de Sarkozy. Que dit le Ministre de l’intérieur en exercice ?

Que les élus locaux doivent aider Le Pen dans la collecte de signatures pour que toutes les opinions figurent dans cette élection présidentielle y compris celles du FN. Parler ainsi c’est bien considérer que ce que dit Le Pen est l’expression d’une pensée légitime dans un débat d’idées se situant dans l’exercice de la démocratie. 

Je suggère à Claude Lanzmann de laisser tomber maintenant Raymond Barre et de s’intéresser à Sarkozy car ce qui est scandaleux avec Sarkozy c’est que son message démocrassouillard et démagogique est uniquement sous-tendu par des considérations tactiques et opportunistes.

Pour Sarkozy ce qui compte avant tout c’est éviter coûte que coûte la colère des électeurs du FN en cas de disqualification de Le Pen dès avant le 1er tour.

D’ailleurs, lorsque Nicolas Sarkozy associe avec obstination le nom de Besancenot à cette opération pleine d’arrière pensée, son souci majeur est bien de montrer aux français qu’il s’agirait d’un simple geste visant à assurer la qualification de tous sans jamais évoquer sur le fond la véritable nature de Le Pen.

N’en déplaise à Sarkozy quand Besancenot parle, il s’agit bien d’idées, d’opinions et de propositions. Parfois quand Le Pen et Gollnish s’expriment il s’agit de délits.

A Le Pen de se trouver lui-même ses signatures. A Raymond Barre de se taire. A Sarkozy de s’expliquer.

Lyon le 6 mars 2007

 

16:20 Publié dans Politique & politiques... | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : Sarkozy, Le, Pen, FN, UMP, Besancenot, Le Pen | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

01/01/2007

La tournée des adieux ?

medium_Chirac.jpgDepuis 1995, à chaque Saint-Sylvestre, Jacques Chirac venait nous indiquer ses lumineuses idées pour l’année qui s’annonçait.

Pensez que les jeunes gens qui vont voter pour la première fois aux prochaines présidentielles avaient tout juste six ans quand Chirac, au nom de la fracture sociale, nous administrait en 95 ses premiers remèdes de cheval.

Hier soir donc, pour la douzième et ultime séance, il est venu nous expliquer deux trois certitudes pouvant laisser croire aux plus distraits ou naïfs de nos compatriotes qu’un rendez-vous pour la Saint-Sylvestre 2007 pouvait s’imaginer.

En vérité le show-man paleo-gaulliste entamait hier sa dernière tournée avec un nouveau décor de scène bleu-blanc-rouge, la tournée des adieux.

Hier soir il s’agissait, bons vœux obligent, de la première étape, celle des figures imposées. Un coup pour Sarko, un coup pour la gauche, un troisième contre Le Pen, comme à son habitude, Chirac s’est invité dans un débat politique qui l’ignore, pour expliquer la ligne juste et fixer les limites du prochain débat présidentiel.

 

 

Lire la suite

11:00 Publié dans Politique & politiques... | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Chirac, voeux, elysée, elysee, Le Pen, Sarkozy, UMP | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu