Avertir le modérateur

15/11/2010

Chaud et froid

matiere_transporte_a_chaud.jpgIl y a fort à parier que la nomination du gouvernement nouveau ne fasse ni chaud ni froid aux français à l'instar du match OL-Nice d'hier soir qui a laissé de marbre tout Gerland. Cela étant, pour en rester aux différences de températures c'est aujourd'hui à Lyon que s'ouvre "Sibérie inconnue" ce festival de création russe imaginé par la Fondation Mickhail Prokhorov et sa fondatrice Irina Prokhorova, un événement qui s'achèvera, le 21 novembre prochain. Comme le disent les Inrockuptibles de la semaine l'initiative de la manifestation, "La Sibérie est une métaphore de la Russie puisque elle a toujours été le centre symbolique du pays, le point névralgique de tous ses paradoxes culturels et historiques". Russie et Sibérie, pourrait-on dire, sont toutes deux malheureusement aussi des territoires de censure, de soumission à cet ordre aux allures de pas de l'oie qui règne à Moscou, à cette poutinisation intolérable mais aussi fort heureusement, à des actions de résistance. L'événement lyonnais qui se veut et est, aussi divers que varié, s'il tient ses promesses, devrait donc faire date.

Pendant que le froid Sibérien s'installera dans l'atrium de l'Hôtel de Ville avec l'exposition "Qui devenir ?", le Conseil Municipal, quelques mètres plus loin, sous la chaleur des spots de la télévision, éclusera, heure après heure, l'égotisme pesant des uns plus que des autres. Sauf s'ils aspirent à ressembler à leur propre caricature, il convient donc de mettre en alerte ceux qui souhaitent faire de l'art de pérorer le degré ultime de la politique. Une tuile arrivant rarement seule, l'idée saugrenue de l'exécutif de réduire le nombre de séances publiques risque dans les temps qui s'annoncent de provoquer un allongement insupportable et inutilement à risque de nos Conseils Municipaux qui ressembleront ainsi à ces pérégrinations devenues désuètes de l'Orient Express vers la Russie éternelle, du chaud vers le froid.

> "Sibérie inconnue", du 15 au 21 novembre 2010 à l'Opéra, les Célestins, l'Auditorium, l'Hôtel de Ville, le Conservatoire National supérieur de musique, la Galerie des Terreaux, les Subsistances…Renseignements sur le site culturel de la Ville, sur www.france-russie2010.fr et www.prokhorovfund.rv

> Séance publique du Conseil Municipal, 15 heures, Hôtel de Ville, entrée place de la Comédie

> Le Collectif des Morts sans toi(t) et le Conseil Lyonnais pour le Respect des Droits organisent le mercredi 17 novembre à 18h30 leur traditionnelle cérémonie annuelle d'hommage aux lyonnais disparus dans la solitude. C'est à l'Hôtel de Ville et ouvert à tous.

Lyon, le 15 novembre 2010.

23/04/2010

Roulez jeunesse

Begaudeau Sorman.jpgPeut-être avez-vous assisté à la piètre prestation de François Bégaudeau et Joy Sorman, face au vieux couple Zémour-Naulleau, un de ces samedi soir tardifs, dans l’émission de télé de Ruquier. Si tel est le cas, surtout n’en tirez pas de conclusion définitive à propos du bouquin de ces duettistes inattendus intitulé « Parce que ça nous plaît », sous-titré « l’invention de la jeunesse » et édité par Larousse. Leur bouquin est en vérité beaucoup plus intéressant que ne peut le laisser croire l’émission. Intéressant mais cependant irritant dans la mesure où le bouquin de Bégaudeau et Sorman ne s’en tient pas vraiment à une approche rigoureuse en alternant démarches théoriques, la plupart du temps justes, et engouements personnels et parfois superficiels sans grands intérêts. Bref leur bouquin à de quoi gonfler, énerver, irriter, il n’empêche qu’il a l’immense avantage de s’attaquer à un sujet la plupart du temps laissé jusqu’ici aux réacs de gauche, je pense à Debray ou Finkielkraut. Parfois brouillon ou superficiel, tantôt soporifique, soyez tout de même certain que ce « Parce que ça nous plaît » mérite lecture. Croisant parfois de façon hasardeuse au large des sciences humaines tout en s’embourbant dans une sorte d’écriture « magazine », ce livre écrit par de faux-jeunes n’en demeure pas moins utile et donc fortement recommandé n’en déplaise à Zemour, Naulleau et aux Inrocks. A ce propos les abonnés aux Inrockuptibles recevaient avec leur livraison hebdomadaire la brochure de présentation des Nuits Sonores 2010. Je vous en dirais quelques mots dimanche.

« Parce que ça nous plaît – l’invention de la jeunesse » de François Bégaudeau et Joy Sormaz, Larousse, 2010

Lyon, le 23 avril 2010.

18/12/2009

Pigasse Président ?

14905457:jpeg_preview_medium.jpgIl y a une ou deux semaines de cela, Matthieu Pigasse, faisait l’objet d’un portrait dans « Le Point » qui, avouons-le, rendait le personnage plutôt sympathique. Repreneur des « Inrockuptibles » et néanmoins Directeur Général de la banque Lazard, on nous disait que le rachat de l’hebdo était destiné à servir de marche-pied à Pigasse pour rentrer dans la course à l’Elysée. Ancien de Bercy sous Fabius, proche de DSK, inspirateur des Gracques, pas fâché avec Royal, Matthieu Pigasse est tout à la fois l’ami des banquiers et le conseiller du bolivien Morales. Notre homme pèse paraît-il 15 millions de dollars mais distille à propos de notre président une formule qui ne souffre pas d’ambiguïté : « Nicolas Sarkozy est battable en 2012 à conditions d’être combattu. »

Personnage respecté mais étrange, Pigasse a au moins deux qualités. Il nous dit que « La vieille génération du PS incarne le passé » et écoute Antony and the Johnsons. Je ne sais pas si ses goûts musicaux qui semblent pourtant sûrs lui seront d’une grande utilité pour la castagne qui se prépare au sein du PS, mais il conviendrait que le banquier, s’il souhaite toujours d’ici un an figurer dans la compétition des primaires, se prépare sérieusement à cette échéance.

A ce propos, un de ses rivaux, Pierre Moscovici donnait, toujours dans ce numéros du « Point » quelques bons conseils à Pigasse. « Il faut qu’il commence modestement » conseillait Mosco. « Je ne prétends pas pouvoir diriger Lazard » poursuivait-il en concluant par un définitif, « Lui ne peut pas sérieusement penser être candidat à la présidentielle ».

Que Pigasse se rassure. S’il est certain que Moscovici ne peut avoir la moindre qualité pour diriger Lazard, il n’en a pas d’avantage pour être président de la république. Je suggère d’ailleurs à Pigasse d’envoyer à Moscovici quelques enregistrements d’Iggy Pop ou des Ramones. Le député de Montbéliard constatera ainsi que sur le terrain du rock and roll il a également quelques énormes lacunes.

Lyon, le 18 décembre 2009.

14/08/2009

P comme « Presse »

P 2.jpgComme je le suggérais il y a huit jours, l’année qui s’annonce risque d’être à haut risque pour Libération. Au cas, que je n’ose envisager, ou sa nouvelle maquette prévue d’ici quelques mois s’avérait un coup d’épée dans l’eau, l’avenir du quotidien pourrait s’annoncer noir.

Côté hebdos, l’avenir est également incertain. Avec les Inrockuptibles, si l’arrivée de Bernard Zekri (Actuel et Canal+) offre quelques garanties sur le plan rédactionnel, il convient de ne pas oublier que Pigasse, sympathique banquier de gauche chez Lazard Europe, en prenant en main les destins financiers de l’hebdo culturel risque de se trouver dans l’obligation d’orienter le titre vers des contrées plus markétées. Avec Télérama, en proie aux visées de Lagardère, l’enjeu est encore plus décisif et l’indépendance de la rédaction une interrogation. Si l’on ajoute à cela la curieuse trajectoire que le Sarko-compatible Olivennes est entrain de faire prendre au Nouvel Observateur, avouez qu’il y a de quoi être inquiet en particulier après la publication d’une interview du Président de la République concoctée par la direction de l’hebdomadaire en tenant à distance la rédaction.

Plus généralement, quand on ajoute aux problèmes économiques cette tendance néfaste de recentrage d’une partie de la presse, on retrouve en permanence l’ombre d’un Sarkozy et parfois d’une Carla « de gauche » Bruni servant de passerelle. La publicité institutionnelle de l’Etat Sarkozyen arrose depuis quelques temps de façon pas toujours parcimonieuse de nombreux titres au point que rares sont les lecteurs de dizaines de publications à être ignorants des affaires de l’année de terre ou de certains effets des politiques gouvernementales.

Ici à Lyon la raréfaction ou les difficultés de certains titres dans la période la plus récente demeurent des problèmes. Les disparitions successives de « Lyon Figaro », de la page lyonnaise du Monde. Le retrait de quelques radios nationales, les difficultés de TLM, les mésaventures de « Lyon Mag » ne peuvent que rendre inquiet.

Certains, en toute cordialité, m’ont fait le reproche de soutenir, face aux menées du propriétaire du Groupe Fiducial, l’équipe de « Lyon Mag ». Ceux là, persuadés par ailleurs que ma démarche est bien naïve, admettent que mon soutien à « Lyon Mag » serait identique à l’égard de tout autre titre dans la difficulté.

Il n’empêche, constatant comme chacun, qu’un magazine comme « Lyon Capitale », affiche comme une médaille son refus d’accueillir désormais de la publicité des collectivités tout en s’abstenant de nous en dire plus sur ses comptes et son actionnariat, est un problème.

Profitons de cet été pour acheter et lire la presse écrite. C’est le plus sûr soutien que nous pouvons lui apporter. Depuis quelques temps sur ce blog je me suis autorisé à mettre en lien la plupart des titres de la presse lyonnaise, allez-donc les visiter. Pour se quitter sur une note agréable, n’oubliez pas de vous procurer « Le coup de grâce », de vous y abonner. En pareil contexte, se lancer dans une telle aventure est une telle folie que c’est un acte quasi citoyen que d’aider cette nouvelle revue à s’imposer.

Lyon, le 14 août 2009.

 

09/07/2009

Bazooka

kikiloulou4.JPGLa semaine passée, les Inrockuptibles, sous la plume de Christophe Conte rendaient un très justifié coup de chapeau à Loulou et Kiki Picasso, ex guérilleros graphiques de Bazooka et auteurs du remarquable « Engin explosif improvisé » récemment et luxueusement édité par « L’association ». A mi-parcours l’article évoquait l’exposition ayant précédé la publication de l’ouvrage comme un simple témoignage du passé. Après avoir quitté leur banlieue versaillaise les Inrocks sont devenus de bons petits parisiens et en bons petits parigots nos amis des Inrocks ne peuvent, on s’en doute, imaginer qu’une telle exposition puisse franchir le périphérique au point d’aller rouiller en « province » (à Paris en vérité on dit « en région » pour parler des ploucs).

Cette exposition de Loulou et Kiki Picasso est pourtant à partir de ce soir à portée de regard (moderne) des Lyonnais puisque la librairie Le Bal des Ardents la présente jusqu’au 5 septembre 2009. De cet « Engin explosif improvisé » placé sous l’égide de l’ « Office Central des Inégalités » le visiteur pourra scruter avec minutie les planches « black and white » de nos deux artistes dont la gouache et l’encre de chine sont des armes de première catégorie.

En près de deux mois ne me dites pas que vous ne pourrez pas consacrer une petite trentaine de minutes pour aller croiser du côté de la rue neuve.

  • Loulou et Kiki Picasso, « Engin explosif improvisé », Librairie Le Bal des Ardents – 17 rue Neuve – Lyon 1er arrondissement. Du 19 juillet au 5 septembre 2009

Bal-des-ardents@wanadoo.fr - 04 72 98 83 36

Lyon, le 9 juillet 2009.

29/05/2009

Pousse mousse, on presse et ça mousse

suite hotel.jpgMême si c'est le privilège des "petits", il n'empêche que la chronique hebdomadaire de Nelly Kaprielan dans les Inrockuptibles est en général tout sauf de l'eau tiède. Celle de la semaine intitulée "Objectif pub", frappe fort et dit tout haut ce que nous constatons tous dans notre coin. Que dit l'incorruptible inrockuptible ? Que chacun à leur manière, Franz-Olivier Giesbert (Le Point), Jean Daniel (le Nouvel observateur) bénéficient, à l'occasion de la sortie de leur énième bouquin, d'une couverture hors norme et d'une complaisance presque généralisée et grossière qui malheureusement est habituelle. Mieux la journaliste se demande comment des personnalités aussi "bookées" en arrivent à trouver le temps d'écrire des "bouquins". Pire pourquoi de tels auteurs ne rougissent pas de honte en se mettant en valeur dans leurs hebdos respectifs. L'un dialoguant avec un écrivain connu, l'autre se faisant tresser des lauriers par un collaborateur de sa propre publication.

En mettant ainsi les pieds dans le plat Nelly Kaprielan ne pouvait pourtant dénoncer une chose probablement encore plus étonnante, à savoir un papier de Bertrand de Saint Vincent apparu mardi dans Le Figaro c'est à dire quelques jours après la sortie des Inrockuptibles. On savait nombre de journalistes enclins à renvoyer l'ascenseur suite à quelques douceurs, autrement dit à avoir la reconnaissance du ventre, mais avec Bertrand de Saint-Vincent on dépasse les espérances les plus folles de nombre d'annonceurs. Son éditorial du cahier "Le Figaro et vous" sobrement titré "Sur invitation" on ne fait rien moins que raconter par "le menu" un week-end à Malte manifestement payé par Moët Hennessy.

On connaissait le journalisme "Relais et châteaux", les journalistes "relais du château", avec le Figaro on vient d'inventer "la vie de château" puisque, et j'ose espérer que c'était de la part de Bertrand de Saint Vincent un pari arrosé avec des confrères, on décrit avec "luxe" de détails les délices et les charmes de l'hospitalité maltaise.

Avec Bertrand de Saint Vincent un nouveau genre, le "gonzo journalisme mondain" est après tout peut être né ?

Lyon, le 29 mai 2009.

15/06/2008

B.O. de Lyon

623035902.jpgComme chaque année depuis trois ans, la ville de Lyon édite un DVD intitulé « La B.O. de Lyon » destiné à promouvoir la jeune scène locale des musiques actuelles.
En 2008, c’est également le jour de la Fête de la musique que ce DVD d’une durée de 2h30 et édité à 4000 exemplaires, sera mis gratuitement à la disposition du public. Notons que très probablement cette année les abonnés Rhône-Alpins des Inrockuptibles recevront ce bel objet qui compile les genres musicaux les plus divers.
 
Voici la liste des artistes qui figureront sur la B.O 2008:
  • Jazz: Novox, Stéphane Vincenza Trio
  • Hip hop: Trepann, BARJ, Dialect, Scratch Bandits Crew, Kosh
  • Chanson: Hervé Lapalud, Duo Bab-L
  • World: Tram des Balkans, Ekoun Sekta, Matanga
  • Rock: Stereotypical Working Class, Leitmotiv’Blastik Pertran, Fun Carmen, Triste Sire, XX Mariani
  • Pop rock: PM’s Better, Red Castle Addiction, Suomi6, Celo
  • Electro: Para-lel, Cosmos 70, Mango Gadzi & No mad ?, Panda transport, Filastine, Siméo, Monsieur Hiii!
Lyon, le 15 juin 2008.

05:45 Publié dans Culture & cultures... | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : musiques actuelles, lyon, inrockuptibles | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu