Avertir le modérateur

25/09/2010

Petits emprunts

450px-2008.06.09._Michel_Houellebecq_Fot_Mariusz_Kubik_01.jpgLe grand et nécessairement immense Michel Houellebecq dont la dernière production, « La carte et le territoire » (Flammarion) est saluée unanimement par le monde des lettres comme un chef d’œuvre définitif s’est pourtant fortement « inspiré » de notices de Wikipedia sur la ville de Beauvais, Frédéric Nihous le leader des chasseurs ainsi que sur les mouches. Du côté de l’encyclopédie en ligne on devrait être fier de figurer dans un tel monument de la littérature mondiale. D’ailleurs j’en arrive même à me demander si Wikipedia n’est pas, avec toute cette histoire, sur le point d’accéder lui aussi au statut, inédit et rare, d’encyclopédie littéraire internationale.

Dans un article du Monde consacré à cet emprunt, Alain Beuve-Méry relevait le fait que Houellebecq s’était abstenu de remercier et même de citer Wikipedia à la fin de l’ouvrage. Sonnant d’ailleurs presque comme un reproche, alors que le mot « remercier » n’est probablement pas initialisé dans le cerveau du génie, la remarque du journaliste pourrait s’appliquer à bien d’autres domaines. On comprendrait par exemple fort mal que Sarkozy, Besson ou Hortefeux se sentent dans l’obligation de remercier Marine Le Pen à chaque fois qu’ils pompent dans le programme du F.N. A propos de ce qu’à chipé Houellebecq chez Wikipedia on dit que « Les parties empruntées sont d’une certaine banalité rédactionnelle ». En est-il de même concernant Sarkozy et le Front National ?

Lyon, le 25 septembre 2010.

Photo: (C) Mariusz Kubik.

25/04/2009

Pop

couv_voxpop9smallweb.jpgUn petit billet aujourd’hui qui devrait réjouir tout particulièrement ceux, et je sais qu’ils sont nombreux, qui ne peuvent voir Michel Houellebecq en peinture. Vous le savez peut-être, non content d’être un écrivain reconnu et un cinéaste raté, Michel Houellebecq s’est toujours rêvé une vie de pop-star. La plupart du temps les gens enclins dans leur adolescence à de tels penchants se limitent à pratiquer le difficile art de l’« Air-guitar » devant l’armoire à glace en la seule présence de leur chien. Pour Houellebecq, il en est allé tout autrement puisque notre homme s’est risqué, pendant un laps de temps fort heureusement très court, à mener une carrière musicale sous la houlette de Bertrand Burgalat.

Dans son numéro d’avril-mai, le magazine Voxpop nous rappelle ces grands moments en lançant deux de ses plus fins limiers, Nico Prat et Jean-Vic Chapus, dans une enquête hilarante relatant les aventures popisantes d’un écrivain en tournée avec ceux qui ne s’appelaient pas encore AS Dragon. « Rock around the glauque », tel est le titre du papier, nous décrit à grand renfort de citations de son mentor de l’époque, Bertrand Burgalat, et de l’entourage de la pop-star naissante la vraie vie de Houellebecq « on tour ».

Posé sur scène à déclamer ses textes, actif en coulisse, souvent à l’ouest, branleur et prétentieux, le Houellebecq décrit par nos deux privés de Voxpop est pathétique, radin et trouillard.

Tout ce qu’on aime lire.

Voxpop, n° 9, avril-mai 2009, en vente en kiosques, 5 euros

www.voxpopmag.com 62 rue Turbigo – 75003 Paris

Lyon, le 25 avril 2009.

06/09/2008

Voyage au bout de l’ennui

1388882055.jpgPhilippe Vecchi, dans sa rubrique de « L’Obs Télé » de la semaine, nous rapporte des propos qui pour ma part m’étaient passés au dessus de la tête. Il s’agit de ceux de Carla Bruni (Sarkozy) parus dans VSD. L’épouse présidentielle y parlait de Louis-Ferdinand Céline même si c’est une drôle d’idée que de parler de Céline dans VSD. Bref, Carla Bruni indiquait que Céline « était dans la poésie » et comparable à Houellebecq, car ces deux là donnent «  dans le romantisme et la douceur » au point d’aboutir à quelque chose de « presque intolérable de beauté ».

Puisque notre actuel Ministre de l’Education, Xavier Darcos, s’imagine de temps à autre successeur de François Fillon, je lui suggère, la lèche n’étant pas inutile en pareille situation, de formuler à partir des propos de Madame Bruni un sujet pour le Bac de français.

Si pris de honte Darcos hésitait à se lancer dans une telle opération, il pourrait toujours se rabattre sur ceux de Bernadette Chirac qui, grâce au concours de Patrick de Carolis avait écrit dans son ouvrage « Conversation » (disponible en livre de poche), « Aimer, c’est forcement être optimiste ». Inviter nos élèves de Terminales philo à commenter la pensée de l’ex-première dame de France aurait également de la gueule.

Lyon, le 6 septembre 2008.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu