Avertir le modérateur

21/09/2009

Les auvergnats sont-ils tous des beaufs ?

JL Murat.jpgC’est aujourd’hui que sort « Le cours ordinaire des choses » le nouvel album de Jean-Louis Murat dont je vais vous dire probablement le plus grand bien d’ici quelques temps. Pour en savoir d’ores et déjà plus sur cette nouvelle aventure de l’auvergnat en Amérique on peut se reporter à « Xroads » du mois en cours qui consacre sa une à « L’enfant terrible », une interview de six pages et huit autres à une rétrospective de sa discographie. La messe semble dite, le millésime 2009 de Murat sera excellent. Les fans savent très bien par ailleurs que quand notre homme monte à Paris pour assurer la nécessaire promotion d’un nouveau disque, il se débrouille toujours pour faire un minimum de « provoc », parfois heureuse, parfois pathétique. En rencontrant Sabrina Champenois il y a quelques temps pour se faire faire le portrait dans Libération Murat semble avoir été au-delà du pathétique, il est devenu définitivement un beauf. D’après ce que l’on peut lire dans l’édition du 14 septembre dernier du quotidien forum à Lyon ce week end, c’est un Murat vautré sur le lit de sa piaule, dos tourné à la journaliste, qui a joué à la diva désagréable. Attitude calculée s’interroge la journaliste ? C’est évident. « Il est de ma responsabilité » dit le pequeneau à Libé « de rendre ce moment inoubliable » en guise de préambule après avoir pesté sur les quarante interviews à donner. Si Murat est un merveilleux auteur-compositeur-interprète, il faut savoir qu’il est doublé de talents en photographie dont il doit être le seul à être persuadé du caractère génial. Qu’à cela ne tienne, le photographe et chanteur auvergnat d’enchaîner par un définitif, la « photographie c’est pas un art, pas un métier, rien » histoire de caser un de ses minables auto portraits qui illustrera l’article en question. Passons sur « Le photographe devrait être un esclave », débouchant sur « A l’école, j’étais chef, au foot ou au rugby, j’étais toujours capitaine. J’ai jamais été sous-fifre » puis sur un, à la maison « Pareil, c’est moi le patron ».

S’en prenant « à ces abrutis de gauche » à propos de la loi Hadopi, à l’écrivaine Marie N’Diaye qui vient de produire « un pissat de femelle », à Bové, à Cohn-Bendit, à la médiocrité des autres, de tous les autres, à la terre entière.

L’histoire ne dit pas si ce jour là notre beauf était imbibé, pour sa défense on aimerait croire que oui. D’ailleurs la question de l’alcool est le dernier morceau de bravoure de Murat face à Libé car le chanteur déteste paraît-il les gens qui ne boivent pas. Je vous confie d’ailleurs en guise de conclusion cette citation qui ponctue le portrait dessiné par cette pauvre Sabrina Champenois. « J’aime bien Keith Richards » confie l’artiste, « il peut se faire dix fix, tomber une bouteille de vodka, il reste impeccable. C’est pas comme ces p’tits cons qu’ont bu trois verres de rouge et qui se pissent dessus sur scène. »

Une chose avant d’en rester là. C’est confirmé, Murat est un beauf qui fait de bons albums. Après la sortie de Hortefeux, mes amitiés aux Auvergnats qui ne méritent pas tant de honte.

Lyon, le 21 septembre 2009.

20/09/2009

Le brunch du neveu

1865459533.3.jpgCertains auraient très certainement préférés que le Ministre de la culture planche sur la loi Hadopi plutôt que sur la culture européenne. pour ce troisième jour du Forum Libération de Lyon. Il est vrai qu'un débat, avec par exemple le socialiste Patrick Bloche sur cette question aurait donné un peu de piment, mais c'est ainsi. La légendaire élégance de Libé nous a donc offert un échange entre le réalisateur Allemand Volker Schlondorff et le neveu devenu Ministre. Plat imposé "l'identité culturelle de l'Europe". On a donc connu chose beaucoup "fun" pour un brunch du dimanche matin.

Ce midi, Frédéric Mitterrand, avec nombre d'anecdotes, des témoignages personnels, des souvenirs, des touches sans retouches et de lyrisme a fait du Frédo prouvant ainsi, comme l'a probablement toujours souhaité Sarkozy, que le neuveu n'est pas dans le gouvernement pour faire le Ministre mais pour demeurer lui-même.
Je l'ai dis aux profs qui ont fait de ce forum une obligation de participation à leurs étudiants avec l'impérative nécessité de remettre une fiche dès demain matin 8h. Soyez cool, car Frédéric Mitterrand a fait plus de manière que de matière. Si vous retrouvez, chers collègues enseignants, des traces du grand oncle de la famille disparue dans cette macédoine qui ne peut plus dire son nom, mettez leur trois points. Le témoignage du grand-père qui a appris l'allemand après la Première guerre mondiale, doublez la note. Deux ou trois trucs sur l'Europe des cathédrales et celle de commerçants, la moyenne doit être acquise. Si vos poulains citent Lanzmann et le shoah, le moteur Franco-Allemand et le "9ème jour" de son ami Volker. Un seize s'impose.
Parmi les propos fortement décousus du Ministre après l'Albanie, la Macédoine, l'Inde, le TGV Madrid-Lisbonne, l'étape Turque est de loin la plus remarquable. Tendant un bâton pour mieux se faire battre, à propos de la Turquie et des frontières de cette Europe, sur l'élargissement notre Ministre a été à la peine, répondant que le matin il y était favorable et l'après-midi contre.
Le Ministre de la culture était donc présent ce midi au Forum lyonnais de Libération. Il a fait ce pourquoi Sarkozy l'a promu, du Frédo et à bien y réflechir c'est tout à fait en cela que réside sa force.

16/05/2009

Patricia-a-a-a-a…

C’est ce soir que va se dérouler la « mère des batailles », celle de l’Eurovision. Après tant de désillusions et parfois de honteuses défaites, après trente ans de dèche doublée de moquerie, devant près de 160 millions de téléspectateurs, Patricia Kaas va peut-être venger notre honneur. Dans cette difficile compétition dont le véritable enjeu est le rayonnement de notre culture nationale, la chanteuse native de Forbach pourra compter sur le soutien du gouvernement. En effet, Alain Joyandet, notre secrétaire d’Etat à la Coopération, inlassable commis voyageur de la francophonie, se rendra tout à l’heure à Moscou. Certains auraient apprécié que Madame Albanel en personne fasse le déplacement moscovite mais usée par le marathon « Hadopi » et ses nouvelles fonctions de DRH à TF1, notre ministre de la culture méritait un week end tranquille.

Sur le coup de vingt-deux heures, vingt deux-heures-trente, le palpitant des français va donc s’accélérer. Au rythme des « France, Ten points » et autres notations scélérates qui nous viendront probablement de quelques pays baltes ou de Turquie, c’est un Julien Courbet tendu comme un arc qui sera en charge, du fond de sa cabine, de nous assister sur le plan psychologique.

On dit que Vladimir Poutine, hôte de cet Eurovision 2009, est un vrai fan de Patricia Kaas. Si seulement, pour l’occasion, le leader Russe pouvait être aussi efficace ce soir qu’en Tchétchénie ou en Georgie, comme la plupart d’entre-vous je signerais tout de suite pour une victoire même étriquée.

Pour peu que le Président de la République française y aille de son communiqué de soutien à Patricia Kaas, avouez qu’avec Poutine et Joyandet sur place, si nous n’arrivons pas à triompher dans cet Eurovision 2009, il conviendra de se poser les vraies questions car un énième revers, cette nuit, du côté de Moscou en dirait long sur le rayonnement de la France.

Lyon, le 16 mai 2009.

21/04/2009

Une petite chaise électrique autour du cou

Christ.jpgGainsbourg l’affirmait : c’est ce que porteraient tous les petits Chrétiens en lieu et place de crucifix, si le Nazaréen était mort de la sorte.
Un tel Christ, mort sur une chaise électrique, vient de trôner quelques semaines dans la cathédrale de Gap. L’œuvre est de Paul Fryer et elle a suscité de vives réactions de la part des fidèles confits, si l’on en croit le journal La Provence du 8 avril dernier. Les Catholiques des Hautes-Alpes, attachés au bois des certitudes, ont réagi fortement à ce qu’ils ne sont pas loin de considérer comme un blasphème.
Jean-Michel di Falco Leandri, l’évêque local, a eu le courage d’aller à l’encontre de l’imagerie doloriste traditionnelle pour la renouveler grâce à Fryer. Son intérêt pour l’art moderne rencontre-là une spiritualité plus contemporaine que celle trop souvent prônée benoîtement. Il aurait aussi pu exposer pour l’un des saints une autre œuvre de Fryer que j’aime bien, Martyr. Oserait-il aller jusqu’à exposer certaines photographies de Bettina Rheims ?
À défaut d’écouter ses sermons, on peut l’entendre lorsqu’il affirme que parce que l’habitude banalise on ne ressent pas devant un crucifix une émotion aussi forte que devant ce « Christ et la chaise électrique ».
On sait qu’il est un homme blessé par une injuste accusation de pédophilie jetée en pâture par la revue Golias et son inévitable Christian Terras il y a quelques années de cela. À part Jean-François Revel de l’Express qu’on ne peut pas soupçonner de bigoterie, personne dans la presse qui avait relayé cette rumeur n’a jamais fait le moindre acte de contrition sur ce point.
Se sont peut-être ces blessures qui lui ont inspiré ses méditations poétiques sur les multiples visages du Christ : homme et femme, séropositif, homosexuel, torturé, prostituée, battue…
L’homme d’église, autrefois très médiatique porte-parole de l’épiscopat français, a su se démarquer du Vatican lors des affaires récentes : excommunication d’une fillette violée, réintégration d’un évêque négationniste, condamnation de l’usage du préservatif et autres bêtises papales.

Chez l’un de ces prélats trop souvent silencieux, en trouver un qui a le courage de délivrer des messages chrétiens novateurs, de contrer les affirmations papales lorsqu’elles sont des âneries et, dans le même mouvement, de montrer un goût certain pour l’art de ce temps, me rend optimiste…

…pour quelques jours.

Jean-Paul Schmitt

--

[EDIT JYS]:

touchepasmonnet.jpgComme vous le savez, la loi HADOPI « internet et création » a été rejetée en première lecture par les députés, en majorité socialistes. Toutefois, rien n'est gagnée, elle sera pourtant discutée une nouvelle fois à l'Assemblée Nationale à partir du 29 avril prochain. Cette loi répond de façon insatisfaisante aux enjeux de la création à l'heure des nouvelles technologies.  Pourquoi cette loi inapropriée et votée en urgence va être soumise de nouveau dans la précipitation jeudi. Un veritable débat public est nécessaire, d'autres alternatives sont possibles.

Je tiens à vous signaler l'initiative intéressante de l'association Artischaud, qui travaille autour des thèmes de la culture libre et de la libre diffusion et qui organise jeudi 23 avril dès 19h à la MJC du Vieux Lyon une réunion publique et de travail sur ce thème, en présence d'associations travaillant sur la culture numérique et d'élus.

L'objectif est de permettre à ces acteurs lyonnais de proposer collégialement des recommandations synthétiques destinées aux parlementaires français prenant en compte la nécessité de remettre les artistes au centre de l'économie qu'ils induisent, les notions de partage et d'accès pour tous, le respect des droits fondamentaux et universels.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu