Avertir le modérateur

04/02/2010

L'éternel féminin

trotsky1940bis.jpgSelon un sondage Ipsos commandé par la Fondation Wyeth pour « Le forum Adolescences 2010 », 29% des jeunes garçons interrogés ne sont pas d’accord pour dire que les tâches ménagères doivent être réparties équitablement entre hommes et femmes. Encore plus nombreux, mais fort heureusement pas encore majoritaires, les mêmes « Young mâles » indiquent que le rôle des femmes est de faire des enfants. Dans le même ordre d’idée 36% des ados pensent que leur mère est le meilleur symbole de la femme et au rang des people le couple Angelina Jolie et Brad Pitt semble représenter le nec plus ultra.

Surtout ne soyez pas choqués par tout cela. Il paraît que c’est normal, cela porte même un nom, « Le flottement identitaire de l’adolescence ». Pour les 15-18 ans, pour être rapide, on a donc d’un côté la femme (féminité, séduction, maternité, sensibilité), de l’autre l’homme (virilité, machisme, travail).

J’imagine que le Pape Benoît XVI, qui actuellement sème le bazar en Angleterre à propos d’un projet de loi « sur l’égalité des homosexuels » devrait se satisfaire du fait que la fille aînée de l’église tient le choc et que nos jeunes sont aussi réac que nous pouvions l’être à leur âge.

Je ne sais pas si ce sondage va satisfaire le quartier général de la IVème Internationale mais Besancenot et son NPA, intégrant des thèses largement légitimées par le regretté Daniel Bensaïd, est sur le point de faire prendre un tournant nouveau au féminisme revisité par le Trotskisme. En effet, une jeune femme voilée va intégrer la liste NPA en PACA, façon légitime, selon le facteur démagogue, d’incarner la lutte des quartiers tout en affirmant que l’on peut-être à la fois « féministe, laïque et voilée ».

Aux dernières nouvelles, le vieux Léon tourne dans sa tombe à la vitesse de 78 révolutions par minute. Si d’ici les régionales il pouvait se stabiliser à 45 ce serait déjà pas mal car, avant l’été, le NPA promet à ses militant(e)s un grand débat intitulé « la religion, l’émancipation et la liberté » et à ce train là le vieux serait capable de débouler du côté de Port Leucate à l’université d’été du NPA pour mettre une rouste au postier et une grande claque à Krivine.

Lyon, le 4 février 2010.

28/11/2009

Violences

symbole-femme.jpgIl est souvent de bon ton de persifler à propos de Zapatero, en particulier quand au sein du Parti Socialiste français on affiche volontiers des positions « de gauche » qui selon la formule de Caillois confèrent « une gloire du meilleur aloi ». Alors que la lutte contre la violence faite aux femmes est à nouveau dans l’actualité, il n’est peut-être pas inutile de rappeler que pratiquement dès son installation, le gouvernement socialiste espagnol s’est doté en 2004 d’une loi dite organique « contre la violence de genre » visant à prendre en compte l’ensemble des aspects de ces violences. Dans un pays encore particulièrement marqué par certains réflexes datés issus des rangs de l’Eglise (souvenons-nous des récentes manifestations contre l’avortement), le gouvernement Zapatero, en faisant même mention de l’oppression spécifique des femmes dans les attendus de la loi, a pris cette question frontalement au point qu’aujourd’hui la loi espagnole pourrait aller jusqu’à représenter un véritable modèle en Europe.

De toute évidence notre pays devrait trouver quelque inspiration dans une telle démarche. On nous dit qu’une proposition de loi devrait émerger suite à la mission parlementaire qui a produit l’été dernier un rapport. Comme le disait cette semaine le « collectif national pour les droits des femmes » par l’intermédiaire de ses porte-parole, en indiquant sans cesse que notre pays est celui « des lumières » on pourrait avoir la triste impression que « cela le dispense de tout ». En s’affichant comme le pays des droits de l’homme il serait vraiment temps que la France devienne aussi celui des droits des femmes.

  • Le Monde du jeudi 26 novembre, Tribune de Suzy Rotjtman et Maya Surduts, Co-Porte-parole du collectif national pour les droits des femmes.

Lyon, le 28 novembre 2009.

02/11/2007

Femmes pragmatiques

medium_symbole-femme.pngDans la très inégale collection que Gallimard consacre à la réflexion sur l’actualité (Régis Debray, Alain Finkielkraut, Jean Daniel…) on nous propose « 14 Femmes » ouvrage sous-titré « Pour un féminisme pragmatique » signé Gaëlle Bantegnie, Yamina Benahmed Daho, Joy Sorman et Stéphanie Vincent.

L’idée du recueil est de donner la parole à une nouvelle génération pour qui le féminisme est toujours d’actualité mais, je cite, « à rebours des pensées victimaires et de la morale culpabilisatrice, un féminisme joyeux, démocratique et pragmatique » et, je cite toujours, « qui considère qu’il n’y a que des situations, et des femmes qui les prennent à bras-le-corps ».

Ces auteures qui affirment d’entrée se reconnaitre dans le féminisme affirment ne vouloir tenir aucun discours du même nom, aucune théorie, mais bien d’aller à la rencontre de femmes qui par leurs vies, leurs choix ou leurs œuvres incarneraient ce « Féminisme pragmatique » loin des luttes et des discours des seventies.

Cette compilation de textes plutôt courts est donc la rencontre de nos féministes pragmatiques avec des femmes qui sont ou seraient emblématiques du propos affiché. Sans vouloir dresser la liste de l’ensemble de ces rencontres le lecteur pourra croiser, via nos auteures, Le chemin de Ovidie (faiseuse de porno), Eva Joly (Gauloise sans filtre), Catherine Ringer (boule à facettes), Dominique Voynet (l’emploi du temps) et une dizaine d’autres.

Lire la suite

17/05/2007

Mes nuits sonores (à moi)

medium_Violent_femmes.jpgDemain soir, probablement question de génération, la troisième soirée des Nuits Sonores est incontournable. Elle est à marquer pour moi d’une pierre blanche. Parmi les dizaines d’artistes qui vont se produire aux Subsistancessur l’esplanade, sous la verrière ou au hangar, je viens de faire mon choix sachant que mon parcours de demain n’est en rien représentatif des goûts et couleurs de la majeure partie des festivaliers.

Revue de détail

Je voulais, vous imaginez, débuter cette soirée en fanfare, sur le coup de 22h30, au hangar, pour assister au concert d’Heavy trash à savoir le cache-sexe de Jon Spencer (celui de Blues Explosion). Ce voyage-retour définitif aux sources de la musique américaine (Blues, country, Rockabilly) devait faire date quand on connaît avec quel irrespect le chanteur New Yorkais revisite avec passion un patrimoine musical ricain qu’il aime tant. Malheureusement Heavy Trash ne viendra, paraît-il pas. Sans a priori mais il faut le dire avec crainte, je vais assister au set des Raincoats au Hangar. Ce groupe de Londoniennes que les moins de vingt-cinq ans ne peuvent pas connaître, est représentatif de cette génération punk qui s’est mise à apprendre à jouer de la musique au fur et à mesure que le public les découvrait à la fin des années soixante-dix. Qu’en est-il aujourd’hui ? mystère ! Pour ma part je ne sais plus rien d’Ana da Silva et de ses copines depuis longtemps et ayant vu il y a deux ans le grand retour de Wire, j’avoue être sur la défensive.

Lire la suite

07:00 Publié dans Culture & cultures... | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : nuits, sonores, festival, electro, violent, femmes, raincoats | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

05/03/2007

Nuits Sonores

medium_Affiche_Nuits_Sonore_2005.jpgLe site des Inrockuptibles n’hésite pas à le dire. La 5ème édition des Nuits Sonores offre « un programme en or ».

Du 10 au 14 Mai prochain l’évènement electro Lyonnais va accueillir Agoria, les mythiques Violent femmes, Miss Kittin, Mark Cunningham et des dizaines d’autres artistes. Aujourd’hui, le Conseil municipal va voter le dossier visant à mettre à disposition des Nuits sonores la galerie des Terreaux afin d’assurer une meilleure promotion du festival.

Pendant quatre jours, des Subsistances à l’Institut Lumière avec un Cinemix de Laurent Garnier, de la Piscine de la Duchère à la chapelle de la Trinité, de la Plateforme au Marché Gare, mais aussi rue Royale ( ;-)… les décibels envoutant des Nuits Sonores vont encore une fois faire battre un nouveau beat dans notre ville. 

Merci à Arty Farty, à Vincent Carry, merci à celles et ceux qui retroussent leurs manches pour les Nuits Sonores.

Lyon, 5 mars 2007.

15:00 Publié dans Ainsi va la vie... | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Nuits, sonores, electro, garnier, laurent, violent, femmes | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu