Avertir le modérateur

25/06/2010

13 août

75462-claude-gueant.jpgLes sondages actuellement réalisés vont tous dans le même sens. La politique économique du gouvernement est sanctionnée par les français et, quant aux retraites, à plus de 60% nos compatriotes refusent de voir le pays embarqué dans la réforme Sarkozy-Woerth. Il parait que le président de la république misait beaucoup sur quelques performances de notre équipe de football sur le sol sud-africain pour faire passer la potion amère des retraites. Raté. D’ailleurs s’il lisait plus régulièrement le quotidien l’Equipe, Claude Guéant, le « premier ministre » de Sarkozy, se serait aperçu que cela sentait le pâté en matière de football et qu’il convenait donc d’y aller avec douceur. Pourtant, totalement libéré Guéant vient en effet de donner une interview au « Financial Times » que l’on devrait porter à la connaissance des français à quelques semaines des premiers départs en vacances. Que nous dit la voix de son maître ? Tout d’abord que les gels et coupes budgétaires allaient continuer et que le chef raboteur Fillon n’entendait pas y aller avec retenue. « Il y aura d’autres annonces » a indiqué au célèbre journal Guéant qui en a profité pour dire que « Nous devons en faire d’avantage, évidemment beaucoup plus ». En conclusion depuis quelques jours, avec Guéant, les Lagarde et Fillon entonnent le même refrain. On juge les futures performances de la France comme « incertaines », que les prévisions pourraient se révéler comme « trop audacieuses », bref que les chiffres qui allaient être publiés par l’Insee le 13 août prochain seraient probablement peu optimistes.

Alors le 13 août prochain si sur la plage vos gosses demandent des friandises, une glace, un coca ou un tee-shirt de Lady Gaga, offrez-leur tout cela. Il s’agit peut-être de la dernière fois avant bien longtemps.

Lyon, le 25 juin 2010.

Photo: DR

22/06/2010

Le maillot et le fromage

equipe-de-france-multi-machin.jpgLes amis avec qui je regarde et donc commente les matchs de foot le savent je n’ai jamais aimé cette équipe de France là et ce depuis le début de l’ère Domenech. Venus essentiellement de clubs européens dans lesquels ils peuvent briller ce ne sont, en équipe nationale, que des mercenaires indignes du maillot et qui d’ailleurs ne chante même pas la Marseillaise. On découvre aujourd’hui ces personnages malhonnêtes ou mal finis pour les plus excusables qui, à de rares exceptions, composent l’équipe de France. Par ailleurs les systèmes mafieux existent aussi dans l’équipe de France où les caïds font et défont la composition de l’équipe. Hier ils s’appelaient Zidane ou Dugary et ils avaient un certain niveau, aujourd’hui on est tombé au plus bas avec Anelka ou Ribery. Et face à eux un sélectionneur sans classe, incapable d’imposer ses choix au point d’oublier Benzema ou Nashri et de laisser Gourcuff sur le banc. Mais tous ces gens là sont grassement payés et ont passé un beau séjour dans un très bel hôtel sans être ennuyé par les supporters ces emmerdeurs qui veulent des poignées de main et des autographes. Tout cela au fond n’est que le reflet de la société bling bling d’aujourd’hui où seul le fric règne…et ils en ont beaucoup. Les français qui dans leur majorité ne manquent pas de bon sens ont bien compris tout ça et ont vite ignorée cette équipe qui n’a de France que le nom. Aussi le résultat du match contre l’Afrique du Sud n’a plus d’importance car même en cas d’impossible miracle personne ne croit plus en ces joueurs. Il est donc temps de revenir aux fondamentaux et de constituer un groupe de joueurs ambitieux pour eux même et pour le pays. Un groupe dont l’ossature repose sur le club qui s’impose en championnat. Ce sera la charge de Laurent Blanc. Pour réussir il aurait besoin d’un grand renouvellement à la tête de la Fédération où sévissent des hommes ayant dépassé la limite d’âge et surtout de compétence. Il faudrait leur faire lâcher leur fromage, mais c’est là une autre affaire.

Philippe Dibilio

Photo: DR/FFF

 

21/06/2010

Bad boys

nicolas%20anelka-thumb.JPGPauvre Dominique de Villepin, son appel du 19 juin prévu depuis des lustres s’est perdu dans un week end vampirisé par l’équipe de France de football ou plutôt ce qu’il en reste. Le faux « Bad boy » de la droite française s’est fait piqué la vedette par un Anelka viré, le quotidien de référence du sport français ayant décidé de fabriquer l’évènement en publiant sa « une » grotesque. Cela étant tout le monde pensait en rester là mais en vérité, comme le révèle le site de Libération, l’affaire Anelka n’est que le début du commencement. Alors que le limité Evra, capitaine de l’équipe, nous expliquait, samedi, dans une pitoyable conférence de presse, qu’un traître, au sein du groupe, fournissait des informations à la presse, Grégory Schneider de Libé affirmait quant à lui que Saint-Zidane était probablement à la tête d’un complot contre Domenech. Traître, complot, l’odeur du pâté envahissait le club France et d’ici la rencontre face à l’Afrique du Sud on a la très nette impression que tout peut arriver. Insultes, clans, refus de s’entraîner, disputes, coups, gestes obscènes à l’égard de la presse, les ados attardés et friqués du football français sont définitivement meilleurs pour le bling-bling que pour le foot et Nike qui vient de se payer la tunique bleue pour quelques quarante millions d’euros l’an devrait faire grise mine.

Quant à Laurent Blanc entre la probable volonté de reconstruire avec Gourcuff, son désir de ne pas rompre avec Zidane, nous préférons lui souhaiter bonne chance ce d’autant que peu à peu les langues vont se délier avec comme toile de fond un champ de ruines jonché des cadavres d’Escalette, Domenech, Anelka, Houiller et quelques autres. D’ailleurs si Blanc veut réussir, il doit se convaincre de repartir de zéro en se passant définitivement non seulement de Anelka mais aussi de Henry, Ribéry, Gallas, bref de toute cette vieille garde avariée. Avec les Toulalan, Gourcuff, Lloris, Diabi et Malouda, le retour des tricards comme Benzema, Nasri et voire même Ben Arfa ainsi que l’intégration de plus jeunes, Blanc peut envisager reconstruire sur la durée à condition bien entendu de rompre définitivement avec le « yaourt qui pense » et toute la génération 98.

Bonne fête de la musique à tous.

Lyon, le 21 juin 2010.

05/09/2009

La tête à Raymond

foot-euro-2008-raymond-domenech.1213101503.jpgCe soir contre la Roumanie, mercredi contre la Serbie, les Bleus jouent gros, puisqu’il s’agit de leur qualification pour le Mondial Sud-Africain. Battus 3 à 1 en Autriche dès l’ouverture de ces éliminatoires, les Gourcuff, Henry, Anelka, Benzéma, restent sur un pitoyable 1- 0 aux Iles Féroé.L’affaire se présente donc mal.

Cette élimination annoncée par certains, souhaitée par tant d’autres, offre tout de même une vraie perspective de satisfaction a beaucoup : la tête de Domenech. A lire entre les lignes des déclarations des uns comme des autres, tout montre que derrière cette probable élimination, passer par les armes le sélectionneur est le seul enjeu qui vaille. Tout est d’ailleurs bon pour charger Domenech. Sa personnalité insaisissable, ses attitudes perverses, son arrogance, son ton méprisant, son insolence sont pointés du doigt sans oublier sa désormais légendaire incompétence. Rendez-vous compte, ce type dispose des meilleurs joueurs du monde - c’est normal, ils sont Français - et il n’est même pas capable de les faire gagner. 4-4-2, 4-3-3, dans les rades et les rédactions du pays on démontre chaque jour que Domenech est le maillon faible du football français. Le débat est donc clos ce d’autant que les vieux sages de 1998 veulent aussi sa peau et que Saint-Zidane lui-même se serait fait lui aussi sa religion alors qu’il s’est retiré au pays des yaourts.

Face à une telle adversité, que pourrait donc faire ce diable de Domenech pour s’en sortir ? Que pourrait-il dire à sa troupe pour l’électriser avant la rencontre d’aujourd’hui ? Au stade ou nous en sommes, je ne vois qu’un seul argument à suggérer au renégat. Dire aux jeunes loups de l’équipe de France, destinés à pantoufler encore quelques années chez les bleus, qu’en cas d’élimination la première conséquence les concernant serait une baisse de leurs primes et émoluments vu, qu’avant juillet prochain, la Fédération doit renégocier les droits TV de l’équipe de France et ça s’est imparable pour les motiver.

Lyon, le 5 septembre 2009.

Photo: DR

10/09/2008

L’ami Ricoré

1484085323.pngIl fallait s’y attendre. En jetant au placard en 2006 l’ami du petit déjeuner, autrement dit l’ami Ricoré, des publicités de la marque, rien ne va plus. Si le produit existe fort heureusement toujours, force est d’admettre que l’absence de l’ami Ricoré avec sa jovialité, sa bonne humeur et son entrain commence à se faire sentir.

Prenez l’équipe de France de football. La polémique concernant l’heure du petit déj enfle après la défaite autrichienne au point de concentrer les éléments les plus nocifs d’une crise qui semble ne plus s’arrêter.
En effet, de retour, dans la nuit de samedi à dimanche, après la claque viennoise, sous la houlette de Capitaine Henry, un vent de fronde à soufflé sur notre équipe nationale. Si j’en crois l’Equipe, suite à une décision du nouveau toubib de rendre le petit Déjeuner obligatoire à 8h30 la tension est montée dangereusement entre le groupe et le staff. Ayant fait valoir avec insistance que cet horaire était trop matinal, en bon capitaine, Thierry Henry à émis un désaccord et dans un élan de bonne volonté Raymond Domenech a souhaité ne pas rendre obligatoire le respect de cette nouvelle règle.

En fait cette question du petit déjeuner n’est pas nouvelle au sein du groupe France. Déjà en 2006, face à la contestation de la part de ses joueurs de l’heure du petit déjeuner et du port des protèges tibias lors des entrainements, le sélectionneur de l’équipe de France avait déjà fait marche arrière.

Chacun le sait dans le sport de très haut niveau c’est à ce genre de détails que peuvent se jouer les succès comme les défaites. En étant incapable de gérer le petit déjeuner des bleus, Domenech avait dès cette période montré ses limites. IL convient donc de poser la question essentielle avant de rencontrer les Serbes ce soir : faut-il oui ou non se débarrasser de Domenech. Pour ma part je propose de le garder à condition de virer Boghossian et de le remplacer par notre ami de chez Ricoré qui rouille dans un placard depuis deux ans. J’imagine déjà la scène. Sur le coup de dix ou onze heures, l’ami Ricoré arrivant à Clairefontaine sourire aux lèvres au volant de sa Renault 4L. Remontant le moral à Mexès, un mot gentil pour Nasri, une blague pour Ribéri, l’ami du petit déjeuner deviendrait ainsi le pote de l’équipe de France et nos joueurs après avoir avalé un bon bol de Ricoré allégé pourraient ainsi, dans la bonne humeur, se rendre au décrassage puis à la musculation.
Ne me remerciez pas d’apporter une solution à la crise du football français. C’est sincère et désintéressé.

Lyon, le 10 septembre 2008.

07/06/2008

C'est parti

919807576.jpgC’est parti. A 18h00, en s’affrontant, Suisses et Tchèques lèvent le rideau sur cet Euro 2008 qui, jusqu’à présent, fait plus le bonheur des Darty, Carrefour et Boulanger que la joie des amateurs de ballon rond.

Comme toujours en pareille occasion, médias et sponsors attirent notre attention sur l’équipe de France comme si le groupe de la mort (Pays-Bas, Italie, Roumanie, France) n’était devenu qu’accessoire et Espagnols, Allemands, Portugais et Turcs des seconds couteaux.

Je ne veux pas porter la poisse à nos bleus, mais c’est probablement le 17 juin sur les commentaires de Thierry Rolland et Franck Lebœuf que se jouera face à nos ennemis préférés de la squadra azura leur sort. Au même moment, sur W9 (!), les Hollandais remontés comme des horloges suisses (Robben, Sneijder, Van der Vaart…) affronteront des Roumain prometteurs qui se risqueront peut-être à se payer notre tête ce soir là. Allez-savoir ?

Rendez-vous donc le 17 juin vers 23h00, heure à laquelle il nous restera peut-être plus qu’à écluser notre stock de danettes destinées à collectionner les images pieuses de l’équipe de France.

Lyon, le 7 juin 2008.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu