Avertir le modérateur

04/10/2010

Noël en octobre, dettes en décembre

?id=725X1342&site=audiogrammes.wordpress.com&url=http%3A%2F%2Faudiogrammes.files.wordpress.com%2F2010%2F03%2F20100403-john-lennon.jpg&sref=http%3A%2F%2Faudiogrammes.com%2F2010%2F04%2Fpage%2F2%2FAttention ! Dans le monde merveilleux du rock, en cette saison 2010-2011, les morts devraient rapporter comme jamais. Avec John Lennon, qui aurait fêté son anniversaire le 9 octobre, et Jimmy Hendrix, dont les têtes de gondoles devraient raffoler, l’année risque d’être bénie pour une industrie du disque en manque de cash. Tout commence d’ici quelques jours avec la nouvelle édition remasterisée par EMI de huit des albums de l’ancien Beatles sachant que « Double Fantasy » devrait bénéficier carrément d’une nouvelle production signée Jack Douglas et par l’inévitable veuve . Les fans les plus malins et les plus fortunés attendront quelques temps avant de bouger afin de se procurer le mausolée, à savoir un coffret intitulé « John Lennon signature box » qui devrait réunir l’ensemble des disques réédités ainsi qu’un double album d’enregistrements inédits. Si les plus fauchés s’offriront quant à eux une compilation de 15 titres probablement sans grand intérêt, les fans les plus fondus, déjà possesseurs du fameux « Signature Box », se paieront, sans délais, « Gimme some truth », un autre coffret comprenant 72 titres remastérisés. Si d’aventure, les nostalgiques de Lennon, atteints de fringale, peinaient encore à assouvir leur faim, le 8 décembre, un biopic consacré à John Lennon sortira exactement 30 jours après l’anniversaire de la disparition du liverpuldien devenu new yorkais.

Au cas où parmi les amateurs de Lennon se nichaient des accros de Jimmy Hendrix, je préfère prévenir. Une large campagne de rééditions et de publications d’inédits devrait frapper au point, peut-être, de mettre sur la paille ces malheureux dingos de rock. Pire et avis aux familles, si l’un de vos proches, amateur de Lennon, admirateur de Hendrix mais aussi fan de Springsteen sommeillait dans l’un des recoins de votre sphère,  attendez-vous à connaitre les affres les plus dévastatrices puisque Sony, après l’édition du Bleu Ray du concert de Hyde Park, propose d’ici quelques semaines une nouvelle édition remasterisée de « Darkness on the edge of town » livrée avec un paquet d’inédits soit au total trois CD et trois DVD. De quoi, vous l’admettrez, fêter noël en octobre et, ce faisant, vous faire prendre le risque de réveillonner avec un simple cheeseburger et un Sunday caramel lors du nouvel an en raison d'une fin de mois particulièrement difficile.

Lyon, le 4 octobre 2010.

Photo: DR

06:01 Publié dans Culture & cultures... | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : rock, john lennon, jimmy hendrix, emi, lyon | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

07/09/2008

Sous le soleil, exactement

975500917.jpgAvec la publication, en l’espace d’une grosse poignée de semaines, d’une nouvelle édition remarquable du « Ocean Pacific Blue » de Dennis Wilson (voir mon billet du 6 juillet) et de la toute nouvelle production de Brian Wilson intitulée « That Lucky old sun », les amis de la famille Wilson, dont je suis, sont donc aux anges.

Ce nouvel album de l’ex leader des Beach Boys est d’ores et déjà à ranger au rayon des classiques du genre tant l’enregistrement proposé est conforme à l’univers musical de Brian Wilson. Il est donc à bien des égards sans surprise. Beau mais sans surprise.

Moulinées sur scène depuis bientôt plus d’un an, les spectateurs chanceux de la série de concerts du Royal Albert Hall puis des prestations américaines retrouveront ainsi nombre de compositions présentes sur ce nouvel album finement produit avec les inimitables et indispensables Wondermints compagnons fidèles et dévoués de la nouvelle vie de Brian. Les autres seront emportés par la découverte des mélodies « haute couture » de Wilson.

Disque de la Californie éternelle par un éternel californien, « That Lucky old sun » est une sorte de chromo nostalgique mis en musique par un Brian Wilson qui ne fait qu’un avec le décor de sa propre vie. Précise, tirée à quatre épingles, fidèle à la subtilité légendaire des arrangements, la musique de Wilson portée parfois par une voix fragilisée demeure un bonheur pour l’auditeur.

Que les choses soient claires, les accros vont à juste titre crier au génie pop de Brian Wilson quant aux autres ils demeureront au mieux de marbre. Rien de nouveau donc sous le soleil de Californie. Brian est toujours là, face à l’océan, sous le soleil, exactement.

  • .Brian Wilson, « That Lucky old sun », Capitol Records.


Lyon, le 7 septembre 2008.

06:46 Publié dans Culture & cultures... | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : brian wilson, emi, capitol, californie, beach boys | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu