Avertir le modérateur

15/06/2010

Centre ?

Morin bascule.jpgÀ en croire feu Chaban-Delmas « le centre est immobile, la roue avance, son centre ne bouge pas ».

Quand c’est Bedos qui s’y met, « la gauche est au centre, le centre est à droite et la droite à l’extrême. Faut suivre… »

Mon maître d’école avait du mal à me faire comprendre que le centre est un point situé à égale distance de chacun des points d’un segment de droite !... Pour enfoncer le clou dans ma caboche, il insistait le bougre en me faisant apprendre par cœur que le centre c’est aussi un point situé à égale distance de chacun des points d‘un cercle ou de la surface d’une sphère. De là date pour moi cette perception que le centre est une chose étrange qui tourne en rond pour tenter de vous faire perdre la boule.

Morin, notre militaire en chef, vient d’avoir des élans de tribune qui me rappellent le même sentiment d’étrangeté. À ce Nouveau Centre pas vraiment centré qui l’a élu avec 93% des voix (score extraordinaire quand on sait la notoriété de son hyper médiatique challenger, Tayeb Touazi, conseiller municipal de Dreux) il tente de faire comprendre que c’en est fini avec le marais ; qu’il s’agit désormais de se « hisser pour sortir des sables mouvants » que sont l’UMP et Sarkozy, ce président qui traitreusement caresse Bayrou tout en tentant de convaincre Borloo de ne pas y aller.

Sarkozy et l’UMP Bayrou-compatibles ? C’en est sûrement trop et c’est probablement pour cela que le Morin nouveau se rebiffe. Oh un petit, tout petit peu ! Dans un élan rhétorique qui prendra place dans les manuels d’histoire et à côté duquel l’appel du 18 juin paraît une aimable pochade, il vient de déclamer lyrique : « Si nous n’allons pas jusqu’au bout, c’est que nous aurons échoué. »

Frisson dans les foules. Roulements de tambours.

Jean-Paul Schmitt

02/06/2009

Bayrou, l’ambidextre

Bayrou coucou.jpgLa démarche est habituelle en période électorale : « je m’adresse à vos électeurs, mais votre parti ne m’intéresse pas » (si ce n’est pour en dire au passage un petit de peu de mal).

La formule a déjà servi et sert toujours aux candidats de tous bords. Cette fois-ci, c’est François le Béarnais qui nous la sert dans Libé du 26 mai dernier.

Comme tout le monde le sait, son ambition est avant tout française. C’est son droit. C’est respectable. Ce n’est pas tout à fait ma tasse de thé, même si certains de ses amis lyonnais me sont sympathiques. Quand il traite PS et UMP de gangs d’hypocrites - ce que lui et ses amis ne sauraient être, bien entendu - il est tentant de lui répondre, formule contre formule, comme Martin Schultz, le président du groupe socialiste : « François Bayrou parle comme Karl Marx en exil lorsqu’il est à la maison, mais à Bruxelles, il est avec les sauvages néo-libéraux ». Mais, foin des bons mots, voyons les actes.

Le groupe avec lequel votent les 11 et désormais 6 députés Modem à Bruxelles est l’ALDE (Alliance of Liberals and Democrats for Europ). Il compte un bon nombre d’ultra-libéraux et 75 des 99 membres sont inscrits à l’ELDR, véritable parti libéral européen pour lequel la liberté du marché prime. Malgré la ligne fluctuante des votes du Modem et au-delà des affirmations générales du Béarnais, dont une des perles roses est « l’Europe doit se faire autour d’un projet de société, pas d’un marché », voyons ce qu’il en est en réalité au Parlement européen.

Quel est ce projet de société ? Celui où règnent la concurrence sans frein et le dumping social? Il ont voté contre les amendements socialistes qui voulaient limiter la concurrence fiscale déloyale et installer un salaire minimum en Europe. Celui du nivellement par le bas des droits sociaux ? Ils ont voté pour les amendements ou les projets qui baissent les charges patronales sur les salaires. Celui où les services publics sont livrés à la seule rentabilité de court terme ? Ils ont voté contre l’adoption d’une directive cadre qui garantissait la pérennité de leur mission d’intérêt général. Ils ont voté avec l’UMP contre l’exclusion explicite de ces services des règles de concurrence « pure et parfaite ».

Et demain, qui croire ? Quand les Socialistes affirment que des normes sociales et environnementales doivent être introduites dans les règles d’échanges externes, le Modem, lui, y va carrément d’un « les produits qui entrent en Europe doivent être soumis aux mêmes règles que ceux que nous fabriquons chez nous » !… C’est presque du Besancenot dans le texte. Et tant pis si cela tue les échanges avec les pays en développement. De toute façon, François ne s’est jamais engagé à quitter les ultra-libéraux de l’ALDE. Alors…

François, barre à bâbord et feu de tribord, c’est un coup à chavirer !

Jean-Paul Schmitt

31/08/2008

Go !

1496110690.jpgAprès le succès de la Convention démocrate et la désignation consensuelle de Barak Obama, la contre-offensive républicaine ne s'est pas fait attendre. En désignant comme candidate à la Vice-Présidence la Gouverneur de l'Alaska, Sarah Balin, John Mc Cain envoie deux messages distincts à l'Amérique.

Le premier, à destination de l'électorat républicain qui a porté à deux reprises Bush à la Maison Blanche, démontre qu'en choisissant la télégénique Balin, mère de 5 enfants dont deux actuellement sous les drapeaux, adversaire irréductible de l'avortement et membre de la National Rifle Association (NRA), la barre est résolument fixée à droite. Le second, à destination des électeurs orphelins d'Hillary Clinton, consiste à jouer la carte femme manière par le biais de ce ticket inédit de permettre à certains démocrates de sécher leurs larmes.

L'ouverture de la Convention républicaine risque ainsi de changer de nature. Tout porte à croire qu'en désignant Sarah Balin comme co-listière, Mc Cain s'est montré plutôt malin, essayant ainsi de limiter les effets positifs de l'étape de Denver de Barak Obama. A 66 jours de l'élection, la pré-campagne présidentielle s'achève. Les deux camps sont désormais en ordre de bataille pour en découdre et il ne nous reste plus qu'à espérer qu'Obama reprenne sa trajectoire conquérante après un été difficile, passé à patauger dans les sondages. Go Barak, Go !

Lyon, le 31 août 2008.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu