Avertir le modérateur

12/09/2010

En rade

Portrait_Roger-G%C3%A9rard_Schwartzenberg.jpgLes radicaux de gauche vont-ils se réjouir du pactole récupéré par Bernard Tapie. Avouez qu’une telle somme, 210 millions alors que Christine Lagarde en prévoyait tout juste une cinquantaine, serait opportune pour peu que Baylet offre une investiture à l’ancien ministre pour les présidentielles de 2012.

Sur le plan local, cette éventuelle candidature Tapie ne semble pas faire l’unanimité puisque le conseiller général Louis Pelaez est monté au créneau contre Baylet et son " opération Tapie " non sans, au passage, égratigner son leader Thierry Braillard disposé à tout, selon Pelaez, pour revenir en odeur de sainteté auprès de l’héritier de la dépêche du midi. Le pompon radical de la semaine n’est pourtant pas dans cette querelle rhodanienne mais dans les propos d’un revenant, l’oublié Roger-Gérard Schwartzenberg.

" Il y a dans nos rangs ", a déclaré le président d’honneur des Radicaux de gauche, Roger Schwartzenberg, "plusieurs responsables susceptibles de rivaliser avec ces géants que sont Manuel Valls, Jean-Louis Bianco ou Gérard Collomb ". Venant d’un Schwartzenberg le coup est rude. Valls, Bianco et Collomb vont-ils s’en remettre, rien n’est certain. Jusqu’ici, comme tout le monde, je considérais Schwartzenberg comme un politicien subsidiaire, aux limites du " sans importance " mais aux allures de " chic type ". Ce brillant prof de droit avait, il faut le dire, un parcours politique inespéré, largement le fruit de l’amabilité du PS à son égard comme si, il y a vingt ans de cela, les socialistes s’étaient dit à son propos  "entre lui et un autre, pourquoi choisir un autre ". De fil en aiguille le Schwartzenberg en question s’était retrouvé secrétaire d’Etat puis Ministre et au final dans l’oubli. Cette charge contre Valls, Bianco et Collomb a au moins un mérite, celui de nous rappeler que ce bon vieux Roger-Gérard est toujours vivant. A l’occasion de cette attaque du Radical contre les socialistes, j’ai essayé de me remémorer quelques faits d’armes de Schwartzenberg. Deux se sont signalés à ma mémoire. Le premier consistant à me souvenir d’un type qui jadis effectuait toujours les permanences de son parti en août, profitant alors de l’occasion pour bombarder de communiqués sans importance une presse qui somnolait alors que la France bronzait. Politicien aoûtien, Roger-Gérard Schwartzenberg rentrera aussi dans l’histoire comme le seul homme de gauche à avoir, dans une lutte terrible contre Giscard, caché sa calvitie par un savant mouvement capillaire naturel. Pour ces deux raisons, Schwartzenberg mérite une reconnaissance le situant pas très loin des tous premiers géants de la gauche.

Lyon, le 12 septembre 2010.

02/06/2010

Une vraie maison de maçon

martine maçonne.jpgLe nouveau modèle de développement du PS présenté à la Plaine Saint Denis samedi dernier est sur le marché. C’est une vraie maison de maçon si l’on en juge par la réclame des promoteurs : c’est « la première pierre du programme » pour Désir (pas d’Avenir, mais Harlem) ; c’est « une brique pour 2012 » pour Mosco.

Remarquez que l’appareillage de briques et de pierres c’est le chic du chic de la construction haut de gamme. Et en même temps, la brique ça vous donne aussi un petit air ouvrier : la brique crue des vieilles banlieues du Nord avec leur maisons basses aux couleurs passées et qui sentent encore la sueur et le charbon. Voyez les corons chers à Bachelet. Je vous parle du chanteur que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître, pas de Guillaume Bachelay : celui de Solférino dont on dit qu’il est fils du peuple et de Fabius (c’est dire si la musique est différente).

Sur le plan – car la maison est vendue sur plan - il ne manque plus que la cour pavée. Histoire de rappeler l’enfer du Nord. En tout cas, on peut juger le nouveau bâtiment à ses fondations : « un vrai socle » d’après la patronne des bâtisseurs qui file la métaphore façon chantier de construction en précisant que l’ouvrage n’a rien à voir avec le « modèle libéral qui nous mène au mur ».

C’est du vrai Bouygues ! Enfin, celui d’avant la télé…

Il n’y a que notre Gérard pour ne pas maçonner à l’unisson des ouvriers. Tous des gauchers. Pas comme lui qui est un franc du tablier. Assez doué, vu ce qu’il construit sur Rhône et Saône, mais un peu ambidextre. Il marmonne Gégé. Il s’abstient. Il râle. Il gâche d’autres mortiers. C’est un pragmatique qui commence à faire l’inventaire. Car on fait toujours l’inventaire. Jospin savait faire et Gérard reprend le métier et marque les fissures dans les murs. Il en a repéré dit-il dans le crépi Mitterrand de 1983 au moment même où un autre artiste, plutôt spécialiste de la flûte, s’essaie à talocher à tout va du Mitterrand - le grand, pas le neveu - à propos de l’âge de la retraite à 60 ans.

Quand on sait qu’avant d’entrer dans la maison, on va aussi devoir passer une couche de primaire sur les boiseries et les murs intérieurs et quand on sait que les goûts et les couleurs sont plus difficiles à uniformiser que les grandes intentions, pas besoin d’être du bâtiment pour savoir que les réunions de chantier seront agitées.

Jean-Paul Schmitt

01/07/2007

Dialogues en humanité

medium_Dialogue_en_humanité.jpgCertains me disent qu’appeler un tel évènement « dialogues en humanité », c’est tarte. C’est possible. En tout cas tarte ou pas, les 6, 7 et 8 juillet l’initiative inspirée par Patrick Viveret et Gérard Collomb suite au sommet Mondial de Johannesburg reprend du service et c’est tant mieux.

Trois thèmes structurent ces trois jours de débats : défi écologique le vendredi 6, les logiques de paix le samedi 7 et le défi démocratique le dimanche 8.

Pour connaître le détail de ces dialogues 2007 se reporter au site du Grand Lyon.

A noter que la Compagnie de la Tribouille propose sa pièce « le paradoxe de l’Erika », inspirée du rapport de Patrick Viveret « reconsidérer la richesse » chaque soir vers 21 heures au parc de la tête d’or en prélude à « sous les arbres ».

Lyon, le 1er juillet 2007.

06:20 Publié dans Culture & cultures... | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : dialogues, humanités, grand, lyon, festival, Collomb | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

19/06/2007

Quelques mots

medium_Segolene_Royal_lyon_31mai07-_plateforme.jpgDimanche soir, couché tard, très tard. Lundi matin, levé tôt, trop tôt. Lundi soir Rolling Stones. Même si en Rhône-Alpes les victoires sont encourageantes, le temps d'écrire quelques mots sur ce blog est bien difficile à trouver.

Sans tomber dans un inventaire nécessairement pénible, notons que les victoires de deux adjoints de Gérard Collomb, Pierre-Alain Muet et Jean-Louis Touraine, dans deux circonscriptions lyonnaises jusqu'ici détenues par l'UMP vont marquer les esprits. Pas à pas, une adhésion sans cesse élargie à la politique municipale se construit. C'est probablement le fait marquant de cette législative.

A Saint-Etienne, avec nos amis Juanico et Gagnaire, les belles victoires de dimanche indiquent les voies d'un renouveau à gauche dans la capitale forezienne.

A Grenoble, la défaite de Carrignon devrait définitivement solder la fin d'une époque.

Les trois principales agglomérations Rhône-Alpes se distinguent donc. La victoire du Président de la Région Rhône-Alpes Jean-Jack Queyranne, qui assure de manière assez confortable sa réelection, illustre assez bien une tendance à la consolidation marquée également, dans la seconde ville Rhodanienne, Villeurbanne, où Pascale Crozon sèche l'ancien lieutenant de Michel Noir, Henri Chabert.

Manifestement tout ceci n'intéresse que peu les médias nationaux qui pour l'essentiel buzzent sur la séparation de couple Royal/Hollande. Une page se tourne mais le chapitre suivant reste à écrire. Une nouveau cycle va s'ouvrir. Nous y reviendrons.

Lyon, le 19 juin 2007. 

31/05/2007

Les jeunes pousses toussent

medium_MJS_in_vitro.2.jpgOn ne plaisante pas au M.J.S. Dans une toute récente résolution de leur Conseil National, les jeunes socialistes s’en prennent à « certains », mais aussi à « certaines », coupables selon eux de ne pas avoir « un programme clair ». Jusque là que du classique me direz-vous.
Les choses deviennent intéressantes dans le dernier paragraphe d’un texte intitulé « Aucune connexion avec le MoDem » puisque le M.J.S. exprime son refus de toute tentative de rapprochement avec le MoDem aux Législatives comme aux Municipales. Cerise sur le gâteau les jeunes socialistes mettent les points sur les « i » en annonçant « qu’ils ne feront pas campagne aux côtés de soit-disant Socialistes alliés au centre-droit ». (lien).

Désolés les jeunes mais vous avez une longueur de retard. Dans l’agglomération lyonnaise c’est déjà le cas depuis 2001. L’ensemble des élus socialistes vous expliqueront qu’à la Communauté urbaine des élus, jadis à l’U.D.F. et aujourd’hui au MoDem, participent à un exécutif à majorité socialiste et présidé par Gérard Collomb.

En ce qui concerne les prochaines échéances municipales vous pouvez toujours demander à Bertrand Delanoë ce qu’il compte faire des élus verts qui viennent de rejoindre le MoDem. Quitte à passer pour un « soit-disant socialiste », j’ai la très nette impression que le Maire de Paris n’accèdera pas à votre ultimatum même s’il doit en payer le prix, à savoir se passer des services du M.J.S. dans sa campagne.
 
Lyon, le 31 mai 2007.

06:00 Publié dans Politique & politiques... | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : MJS, PS, Collomb, Delanoë, Modem, UDF, Législatives | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

08/05/2007

Abolition de l’esclavage

medium_Esclavage.jpgLe 10 mai à 17h30, devant le mémorial de la place Antonin Poncet (2ème arrondissement), nous allons nous réunir pour commémorer l’abolition de l’esclavage. J’invite bien entendu chacun à répondre à l’invitation des associations organisatrices qui souhaitent ainsi, dans un endroit central de la ville, marquer une volonté commune de travail de mémoire et de promotion de nos valeurs humanistes et républicaines.

Jusqu’à l’abolition de l’esclavage en 1848, c’est grâce à l’inlassable travail de Victor Schœlcher que l’écho de cette revendication va progresser. Face aux colons qui expliquaient que l’économie coloniale allait s’écrouler en cas d’abolition de l’esclavage, Schœlcher assumait son choix d’abolition immédiate et inconditionnelle avec une radicalité rare dans cette première partie du XIXème siècle. « Que l’esclavage soit ou ne soit pas une chose utile, il faut le détruire » expliquait alors Schœlcher. « une chose criminelle ne doit pas être nécessaire » rajoutait ce bourgeois humaniste et socialisant qui préférait en finir avec le système colonial plutôt « qu’exister avec l’esclavage ».

On ne mesure pas toujours très bien le combat de Victor Schœlcher pour construire « ce parti » de l’abolition immédiate. Rappelons-nous ce qu’un grand esprit comme Lamartine écrivait à la même époque : « une liberté désordonnée et sans condition, c’est remplacer une oppression par une autre ; c’est fonder la tyrannie des Noirs à la place de l’empire des blancs. »

Tyrannie des Noirs ? En réalité du côté de la Martinique ou de la Guadeloupe c’est la répression sanglante qui dominait avec ses 21 exécutions en 1822, ses 22 exécutions en 1831, ses 15 exécutions en 1833 sans oublier les 10 000 morts martiniquais de 1802.

En vérité ce combat émaillé de crimes et de souffrances, d’exil pour Schœlcher et bien d’autres, fût parachevé sous la République comme pour indiquer que dans notre pays cette longue et douloureuse résistance des esclaves convergea toujours avec les aspirations révolutionnaires au travers ce que l’on appelle la première abolition de 1794 et Républicaine avec le combat si déterminant de Schœlcher.

Lyon, le 8 mai 2007.

medium_Esclavage.2.jpg

 

> Télécharger le programme_de la journée (PDF)

06:30 Publié dans Ainsi va la vie... | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : esclavage, abolition, schoelcher, victor, collomb, gérard, lyon | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

07/05/2007

Berges du Rhône

medium_Berges_Affiche.jpg Même si les Lyonnais fréquentent déjà avec assiduité les nouvelles berges du Rhône c'est le 9 mai, que très officiellement, Gérard Collomb va inaugurer ce magnifique site qui, du Pont Gallieni au Pont Morand, constitue la première tranche de cet équipement majeur.

Amis Lyonnais, je vous invite bien entendu à vous rendre mercredi prochain vers 17h30 à cette inauguration. Amis d'ailleurs, en attendant de venir visiter notre ville, je vous invite à visionner cette sélection de photos produites par le Grand Lyon.

Lyon, le 7 mai 2007.

 

Photos: Grand Lyon 

 

medium_berges6.jpg
medium_berges5.jpg
medium_berges3.JPG
medium_berges2.JPG

 

07:00 Publié dans Ainsi va la vie... | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : Berges, Rhône, Grand, Lyon, Collomb, Gérard, rhone | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

03/04/2007

Ségolène à Lyon

medium_DSC_0161.JPGA l'invitation de Gérard Collomb, Ségolène Royal est demain à Lyon. Une étape importante de sa campagne centrée sur la santé qui verra dans un premier temps la candidate de la gauche se rendre au "Centre Léon Bérard" pour aborder, avec son Directeur Thierry Philip et le personnel du Centre, la lutte contre le cancer.

Après une rencontre avec des patients, Ségolène Royal se rendra, à l'Hôpital Edouard Herriot, dans le service de Jean-Louis Touraine, pour mesurer le combat qui se mène au quotidien contre le sida. Elle y rencontrera des malades, s'entretiendra avec le personnel infirmier et les ASH puis abordera la question de la recherche en matière de "bio-technologie", Lyon étant un bon exemple du potentiel qui existe entre la mobilisation des secteurs publics et privés.

Pour finir son parcours dans un secteur de Grange Blanche qui représente une concentration importante en matière de soin, de recherche et de formation, Ségolène Royal s'exprimera devant les élèves infirmières de l'Ecole Rockfeller et leurs enseignants afin de présenter les lignes de son pacte présidentiel dans le domaine de la santé.

Aux ami(e)s qui me demandent s'il est possible d'être associé à ce programme de Ségolène Royal en terres lyonnaises, vous comprendrez que la thématique choisie et surtout la nature des rencontres programmées interdisent une participation massive de celles et ceux qui soutiennent sa candidature. Qui plus est, souhaitant s'entretenir avec des patients et des personnels hospitaliers, j'ai bien l'impression que la presse sera également maintenue à l'écart de bien des rendez-vous de cette visite lyonnaise.

Lyon, le 3 avril 2007.

08:00 Publié dans Politique & politiques... | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : Ségolène, Segolene, Royal, Lyon, Collomb, Cancer, Sida | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

26/03/2007

Bienvenue à l'hôtel Campanile

medium_Morvan.jpgC'est donc un ancien collaborateur de Dominique Perben qui va faire le job de recteur de l'Académie de Lyon suite à la révocation d'Alain Morvan par De Robien. Quand je dis De Robien c'est vraiment histoire de respecter la forme puisque chacun sait que Nicolas Sarkozy est le réel commanditaire de ce vidage en règle.

Comme il le dit lui-même, Alain Morvan, notre ancien recteur a été "karchérisé", Sarkozy n'ayant pas apprécié, paraît-il, la gestion du dossier du Lycée musulman de Décines.

Dans une réaction intervenue lors de son voyage en Israël, avec beaucoup d'opportunité, Gérard Collomb rappelle les propos de Sarkozy concernant les nominations des hauts fonctionnaires: "toute nomination qui apparaît comme l'expression d'une connivence est détestable pour la République et pour l'Etat", toujours avide de montrer qu'il a changé, notre Ministre d'Etat, ajoutait il y a environ une semaine, "je m'engage à ce que toutes les nominations que je ferai, si je suis élu Président de la République, le seront en fonction des seuls critères de compétence. Il est temps de tourner la page".

Vous ne croyez pas si bien dire mon cher Nicolas, il est grand temps de tourner la page et les Français ne sauraient supporter cinq ans de plus un énergumène comme vous aux manettes de l'Etat. Un gars qui fait peur, un type qui envoie à grand fracas sa police appréhender un grand père "sans papiers" qui attend sa petite fille à la sortie de l'école, un mec obscène qui pour piquer des bulletins à Le Pen propose la création d'un nouveau Ministère "de l'immigration et de l'identité nationale".

Pour ne pas rester sur une note belliqueuse et pour être fidèle à la tradition d'accueil et d'ouverture de Lyon et des lyonnais je voudrais dire à Monsieur Debbasch, l'ami de Dominique Perben qui vient d'arriver pour occuper le poste d'Alain Morvan, de ne pas s'engager, ni engager la République, dans de gros frais d'installation.

En effet, même si je ne peux que lui souhaiter la bienvenue à Lyon, ce job occupé par Monsieur Debbasch, est très précaire. Qu'il sache que dès le 10 ou le 12 mai 2007, le nouveau gouvernement de la France, celui de Ségolène Royal, devra envisager sérieusement son remplacement étant donné que la politique qui sera alors mise en œuvre à l'Education Nationale nécessitera le concours de collaborateurs dotés de compétences nouvelles.

Connaissant particulièrement bien, car les subissant moi-même, la maigreur des frais de déplacement octroyés aux fonctionnaires en mission, je suggère à Monsieur Debbasch, puisque qu'il s'agit grosso modo de l'affaire d'une demie douzaine de semaines, de se tourner rapidement vers un établissement hôtelier capable de l'accueillir. Même si je dois reconnaître que celui que je propose est légèrement plus cher que les indemnités journalières généralement accordées par l'administration, je conseille à ce Monsieur Debbasch l'hôtel Campanile situé place Carnot. Ce "deux étoiles" fort correct est tout à la fois proche du Rectorat et situé en centre ville. Si par ailleurs, Monsieur Perben l'invitait de temps à autre à la maison pour dîner, cet hôtel conviendrait parfaitement sachant qu'il suffirait à Monsieur Debbasch de prendre le métro dans le centre d'échange de Perrache (direction Bonnevay) et de descendre à la station Cordeliers, si possible en queue de rame.

Lyon, le 26 mars 2007.

06/03/2007

Transbordeur, première vidéo

En attendant de vous proposer la vidéo du discours d'Arnaud Montebourg au Transbordeur que nous devons encoder, voici l'intervention de Gérard Collomb lors de ce meeting. 
 
 

15:30 Publié dans Podcasts | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Montebourg, Collomb, Lyon, Transbordeur, vidéos, video, clip | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

26/02/2007

Réservez votre soirée

medium_Montebourg-Frangy-SR.jpg

Certain(e)s d’entre vous devront vendredi prochain 2 mars se décoller de leur ordinateur pour aller prendre l’air du côté du Transbordeur.

En effet, pour ce premier grand meeting de campagne, Gérard Collomb, Président du comité de soutien et membre de la nouvelle équipe du Pacte présidentiel, accueillera Arnaud Montebourg, Député de Saône et Loire et par ailleurs porte-parole de Ségolène Royal.

En guest stars Jean-Paul Bret, Maire de Villeurbanne et co-coordinateur de la campagne rhodanienne et  Jean Jack Queyranne responsable du soutien en Rhône-Alpes introduiront ce meeting.

Mon ami D.J. Praxis mais aussi Patrice Moore et quelques autres conclueront au bar du transbo une soirée gratis qui mettra sur orbite la campagne de Ségolène Royal dans le Rhône.

Réservez votre soirée. Parlez-en autour de vous.  Toute absence devra être justifiée ;-)

Lyon le 26 février 2007.


medium_Flyer_2_mars_2007.jpg

                                                           TELECHARGER: invitation (Format PDF)

26/12/2006

Visite amicale

medium_gerard_collomb.jpgJe suis allé ce matin rendre visite à Gérard Collomb aux Iris, le centre de Marcy l’Etoile, lieu de repos mais aussi de souffrances suite à son opération. L’homme est fatigué ce qui est normal, mais aussi déterminé, ce qui l’est tout autant.

Il me dit s’être fendu d’un communiqué de presse tant les habituelles rumeurs sur son état de santé parcouraient la ville. Il m’assure être d’attaque pour la séance de rentrée de la Communauté Urbaine.

Sur son bureau, un mètre trente de parapheurs dont la carte de bons vœux à François Hollande, le Premier Secrétaire du Parti qui a toujours été, en particulier avant les élections municipales de 2001, un soutien actif et sincère à celui qui allait devenir Maire de Lyon.

Au nom de mes collègues élus socialistes lyonnais je me suis dit que la meilleure façon de lui exprimer notre amitié était de lui proposer quelques instants de lectures fructueuses.

Parcourant les rayons de la librairie Passages, j’ai longtemps hésité entre la bio de Léon Blum (trop conventionnel), le dernière livraison du paysagiste gilles Clément (trop ploum-ploum), les cahiers d’Artaud publiés en Fac-similé par Gallimard, pour me rabattre au final sur le dernier Rosanvallon sur la démocratie, c’est à dire le moyen d’aller aux sources d’une des interrogations de Ségolène Royal et comme deuxième pioche le bouquin de Stiglitz, c’est à dire le complément nécessaire aux interrogations des socialistes pour ce qui concerne l’avenir de la planète. 

Lyon, le 26 décembre 2006

17:00 Publié dans Ainsi va la vie... | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Collomb, Gérard, Blum, Stiglitz, Maire, Sécheresse | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu