Avertir le modérateur

29/07/2010

H comme "Héritiers"

H 2.jpg

Avant tout réputé et connu comme un brillant avocat défenseur de la propriété intellectuelle et de la vie privée des people qui en sont parfois privés, Emmanuel Pierrat signe cette année un heureux florilège des vies agitées que connaissent quelques personnalités après leur mort. Ce bouquin intitulé « Famille, je vous hais ! » est donc consacré à ces héritiers qui se disputent, tendent des pièges, manœuvrent pour capter, s’approprier, marchandiser ou veiller à l’image de lucratifs défunts. Avec sa plume alerte et plaisante, Pierrat examine sous formes de courts chapitres les destins post mortem de Hergé, Françoise Dolto, Charles Trenet, Lennon ou Marlet, Giacometti et Picasso. Je vous l’assure, passer un bout d’été, grâce à Emmanuel Pierrat, avec certains de ces morts célèbres et leurs parfois peu sympathiques héritiers n’est pas loin d’être un régal. Charognards, veuves abusées et veuves abusives, tribus la bave aux lèvres, héritiers plus ou moins prévisibles devraient vous accompagner pour quelques heures de lecture agréable car Pierrat est un conteur de première bourre et son humour n’est jamais en berne au point que des chapitres comme « James Joyce et les joyciens » sont de véritables délices.

9782842303686FS.gif&wmax=155&hmax=239&loupe=true> - Emmanuel Pierrat, « Famille, je vous hais ! – Les héritiers d’auteurs », hoëbeke, 18 euros.

Lyon, le 29 juillet 2010.

29/10/2009

Pauvre France

Il conviendrait tout de même qu’un jour quelqu’un nous propose les œuvres complètes de Frédéric Lefebvre le porte parole de l’UMP. Cette semaine, à propos des filouteries du gouvernement destinées à expliquer aux Français que « l’identité nationale » était la chsoe la plus importante pour eux, le caniche de l’UMP est venu hurler derrière le grillage avec le secret espoir de mordiller les mollets du premier qui passerait par là. « La défense de notre modèle culturel et de la douce France chantée par Charles Trenet passent » nous a expliqué Lefebvre, « pas la redéfinition de notre identité nationale ». Une fois dit que nous pouvons être choqués de voir l’UMP salir la mémoire de Charles Trenet, je voudrais rappeler que notre « Douce France » à nous c’est aussi celle chantée par Carte de séjour il y a bien des années de cela.

J’imagine que le simple nom de Rachid Taha n’est jamais parvenu jusqu’aux oreilles de Lefebvre et que les mots « Carte de séjour » doivent être initilisés dans la région la plus mal odorante de son cerveau. Quand le groupe Carte de séjour décide d’enregistrer « Douce France » de Trenet, nous sommes en pleine polémique « Droit du sol / Droit du sang ». Pasqua et Pandraud sont à la manœuvre comme Besson aujourd’hui. Rachid Taha l’écrit d’ailleurs dans son autobiographie « Rock la casbah » (Flammarion). La « Douce France » de Carte de séjour c’est « de l’ironie pour une France qui justement n’était pas douce pour les immigrés que nous étions. » Plutôt que de bramer en défendant leur loi Hadopi, bien des musiciens devraient être déjà en studios pour proposer une 3ème version du succès de Trenet en prenant l’engagement d’aller distribuer eux-mêmes aux députés leur enregistrement, chose qui avait été faite avec la version de Carte de séjour.

Pour terminer sur une bonne note je voudrais vous dire deux choses. Un : Rachid Taha demeure l’un de nos meilleurs rockeurs. Deux : il suffit d’écouter son tout dernier album pour s’en convaincre.

> Rachid Taha, « Bonjour », Barclay

Lyon, le 29 octobre 2009.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu