Avertir le modérateur

17/03/2010

Cuba libre

 

Cuba libre !.jpgDécidément Cuba ne me lâchera pas. Voici que, la semaine passée, un autre gréviste de la faim et de la soif, Guillermo Farinas, a pris le risque de laisser sa vie sur l’ile. Il n’est pas en prison comme Orlando Zapata Tamayo récemment : Cyberjournaliste de 48 ans, Guillermo est libre, mais à l’hôpital de Santa Clara. Déjà malade, il a entamé sa grève après la mort d’Orlando pour réclamer la libération de 26 prisonniers politiques, malades eux aussi, que le gouvernement cubain refuse de reconnaître comme tels les qualifiant de mercenaires à la solde de ces États Unis.

Les médias s’en émeuvent et l’UE en appelle au régime castriste.

Redoutable admonestation à ce gouvernement cubain qui accuse Farinas de délits de droit commun. Redoutable parce qu’elle met une fois de plus le régime face à la nécessaire évolution vers plus de droits humains pour les Cubains alors même que ses capacités à le faire sont très faibles : Raul le petit frère serait prêt à plus d’ouverture face au conservatisme de son frère ainé et du gouvernement en place. Rien ne bouge semble-t-il dans ce pouvoir congelé dans ses reflexes de défense face aux menées US et à l’embargo qui étouffe Cuba depuis 48 ans. Redoutable aussi car c’est la 23ème grève de la faim de Guillermo.

Il y a-t-il une soixantaine de détenus pour délit d’opinion à Cuba comme le dit Amnesty International ? Le chiffre de 200 donné par la dissidence, essentiellement réfugiée aux États Unis, est-il crédible ? Quoi qu’il en soit, il est fort peu probable qu’il n’y en ait aucun, comme l’affirment les dirigeants cubains qui montrent du doigt les droits de l’homme bafoués à Guantanamo et à Abou Graib.

En soulignant uniquement les manquements de Cuba, fait-on le jeu de tous ceux qui ont intérêt à démontrer que la révolution cubaine (ou ce qu’il en est advenu) a mis en place le pire des goulags ? Et faut-il alors noyer nos dénonciations dans je ne sais quel « Cuba est loin d’être le plus mauvais des élèves de la classe mondiale en matière de respect des droits de l’homme » comme l’affirmait le journaliste français Salim Lamrani, spécialisé dans les relations entre Cuba et les États Unis dans son livre « Double morale : Cuba, l’Union européenne et les droits de l’homme » (Paris, Editions Estrella, 2008) ? Non. Notre devoir est de réagir et de dénoncer, sans pour autant jouer les idiots utiles.

« Allons Raul, encore un pas : libère tes prisonniers d’opinion et évite que ce nouveau gréviste de la faim ne meure ! »

« Lorsque quelqu'un a décidé de mettre fin à ses jours et qu'il est très déterminé à le faire, qu'il soit en liberté ou en prison, […] aucune mesure ne l'empêchera ». Ce n’est pas la réponse de Raul. C’est celle d’un secrétaire d’Etat à la Justice français, Jean-Marie Bockel, à propos des 122 suicides dans les prisons françaises en 2009. Prisons où l’on compte annuellement près de 1000 tentatives de suicide et près de 1000 débuts de grève de la faim…

Hasta la libertad siempre !

Jean-Paul Schmitt

26/06/2009

Salsa

Y_Salsa_09.jpgAmi(e)s d’ailleurs, ne croyez pas une seule seconde que l’Ile Barbe (9ème arrondissement) qui accueillera ces trois prochains jours le festival « Y Salsa » s’appelle ainsi pour rendre hommage à Fidel, le plus célèbre des barbus cubains. Pourtant c’est bien de Cuba dont est originaire le légendaire Orquestra Aragón qui devrait soulever un festival lyonnais qui fêtera cette année son 6ème anniversaire. Véritable machine mise au point en 1939, « l’orchestre Aragon » est rassurez-vous tout sauf une vieille Buick rafistolée. C’est toujours une mécanique de précision, une distillerie musicale millésimée qui devrait faire évènement pour cette édition 2009.

Entre Cuba, les « barbudos » et Orquestra Aragon tout n’a d’ailleurs pas toujours été simple. Alors que Castro arrivait au pouvoir entraînant une sérieuse mise au pas de la vie musicale du pays, Orquestra Aragon, comme d’ailleurs Celia Cruz, la lupe et tant d’autres, firent partie de ces musiciens qui décidèrent de ne pas rentrer au pays. A ceux donc qui voudraient pour l’occasion faire prendre l’air à leur T-shirt du Che lors du set du groupe, contentez-vous, puisqu’il vous faut afficher de fortes inclinaisons révolutionnaires, de sortir de l’armoire celui de Manu Chao ou de Rage Against the Machine qui devraient faire l’affaire.

Parmi les têtes d’affiches d’Y Salsa 2009 un autre Cubain, Paulito FG, est particulièrement attendu par les « aficionados ». Produisant une musique aux confins de la salsa, du rock, du jazz et de la ballade, le chanteur est une star de la musique cubaine actuelle et sa présence à Lyon ce week end est un évènement.

La troisième sensation du festival est une formation de Bogota portant le nom mystérieux de « LA 33 » c'est-à-dire celui d’une rue de la capitale colombienne (Calle 33). Avec LA 33 c’est paraît-il l’assurance d’une salsa énergique puisant sa force dans l’univers urbain. La quatrième tête d’affiche vient je crois de Porto Rico. Il s’agit de Roberto Roena le plus endiablé des joueurs de Bongó qui demeure une référence incontestée dans l’art de pratiquer cet instrument, le « plus funky des salseros » comme le qualifie le programmateur du festival. Bon week end du côté de l’Ile Barbe.

  • - « Y Salsa Festival » - 26,27 et 28 juin – Ile Barbe, Lyon 9ème arrondissement.
  • - Renseignements sur www.y-salsa.com pour connaitre l’ensemble de la programmation, les animations, les activités du village.

Lyon, le 26 juin 2009.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu