Avertir le modérateur

15/12/2008

Morale et Moral

Thierry_Breton.jpgParce que le capitalisme français a décidé de se moraliser, Philippe Germond, l’ancien patron d’Atos vient de perdre près de 4 millions d’euros d’indemnités de départ après son « remerciement » au terme des 15 mois qu’il venait de passer à la tête de l’entreprise. Quinze mois, 4 millions, avouez que le ratio est sympathique. Le hic dans l’histoire c’est que Germond se rebiffe, jugeant cette décision illégale. Il va donc demander à la justice de trancher.

Parce que le capitaliste Français Philippe Germond s’est fait virer, on a recruté pour lui succéder l’ancien ministre Chiraquien, l’oublié Thierry Breton. Pas fou, Breton à tout de suite expliqué qu’il ne toucherait ni prime d’arrivée, ni parachute le jour de son départ, histoire de démontrer que le capitalisme français se moralisait. Le hic dans l’histoire c’est que Breton touchera tout de même 1,2 millions d’euros de fixe, une deuxième couche de 1,2 millions de bonus sous conditions de résultats, 233 000 euros d’options basées sur les performances chaque année, dès 2008. Quand on sait que le chiffre d’affaire de l’entreprise est de 5,6 milliards d’euros, avouez que le ratio demeure sympathique.

Il faut dire que ça moralise sec dans le capitalisme français. D’ailleurs suite à ce que l’on pourrait assimiler à un « acharnement » du Medef alors en pleine crise, on nous annonce que plus de la moitié des dirigeants du CAC 40 viennent de renoncer à d’éventuelles indemnités de départ. Ce n’est pas suffisant explique l’UMP dont des esprits malveillants disent qu’elle est entrain de courir au secours des grands patrons. Le député UMP Houillon, soutenu en l’espèce par Lagarde exige du Medef d’étendre la mesure aux 700 entreprises cotées c'est-à-dire à ce qui constitue la base du syndicat patronal.

Flûte, encore une revendication que le PS français, le plus à gauche de l’univers, s’est encore fait chiper par Sarkozy. Ça casse le moral des trucs pareils.

Lyon, le 15 décembre 2008.

14/10/2008

Saisissant

capitalism.gifPar ces temps de crise financière un cri monte comme une prière, car le vœu est pieux : il faut moraliser le capitalisme. Vaste programme ou plutôt vaste illusion car un système fondé sur l’exploitation du travail des uns au bénéfice d’autres ne rencontrera jamais ni la morale (chrétienne ou pas) ni la justice (sociale ou pas). Un cri relayé par Laurence Parizot samedi soir chez Ruquier. Un cri qui se veut indignation face à ce qui n’est qu’une exagération du système. Certes il y a ceux qui comme Bernard Accoyer, ci-devant président de l’Assemblée Nationale, n’ont rien entendu. Sa proposition de lancer un grand emprunt d’Etat abondé, entre autre, par le retour de capitaux partis à l’étranger et qui dès lors bénéficieraient d’une amnistie fiscale est, en effet, aux antipodes de la morale. Face à ce vrai-faux évangélisme j’ai trouvé saisissant ces propos de Jean Marc Rouillan dans l’Express. Interrogé sur comment il a retrouvé la société française après vingt ans de prison dont plusieurs à l’isolement, il répond : « J’ai été catastrophé. Dans les années 50/60, le gros de la société était fortement politisé. Un militant socialiste pouvait sortir une analyse politique.

Aujourd’hui j’ai l’impression que le marxisme et toutes les théories qui nous permettaient d’appréhender les situations ont été oubliées.. Nous sommes dans une société de classes, dans une société où le conflit impérialisme/anti-impérialisme est crucial. On se perd dans l’aide aux pauvres, à ceux qui souffrent. Non, les pauvres , ceux qui souffrent, les exploités et les opprimés sont des pro-lé-taires ! Aujourd’hui il faut bosser énormément pour convaincre les gens de la réalité du système. Si vous allez dans une cité pour parler de religion vous aurez plus d’attention que si vous venez parler d’oppression, d’exploitation de classes. Cela vient de la dépolitisation qui a été inscrite dans les couches populaires, cette pression médiatique terrible qui a rendu toute tentative d’analyse des situations has been. On a tout résumé à des images d’Epinal. » Au delà d’une certaine nostalgie pour cette phraséologie, moi qui ai toujours combattu l’idéologie et les actes des Rouillan ou autres gauchistes, j’avoue que je trouve ce constat saisissant. Un constat qui appelle à reprendre le chemin de la reconquête de l’opinion en lui donnant les clés qui lui permettront de se prendre en main.

Philippe Dibilio

Lyon, le 14 octobre 2008

--

Guillaume+Depardieu.jpg
[EDIT JYS]: Hier très bon concert de Suzanne Vega mais triste nouvelle...
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu