Avertir le modérateur

18/09/2008

Dans le besoin

Bamby.gifDepuis hier après midi 17h et des poussières, Marseille est donc la ville retenue pour être Capitale Européenne de la Culture en 2013. La proclamation du résultat était tout juste faite au Musée d’Orsay que le Maire de Marseille était déjà, quant à lui, rue de Valois pour délivrer avec la Ministre de la culture sa joie communicative. Premier enseignement, Jean-Claude Gaudin est un rapide.

Deuxième enseignement, et il devrait interroger les uns et les autres, on vient d’inventer pour l’occasion une nouvelle génération de concours. Il faut dire que même quand Danone et Cadbury organisent des concours un minimum d’encadrement des critères est obligatoire. Tel n’est semble-t-il pas le cas pour ce qui concerne le choix d’une Capitale Européenne de la Culture. D’ailleurs en lisant la presse hier matin on pouvait légitimement s’interroger sur ce qui fondait le choix de Marseille plutôt que celui de Bordeaux, Toulouse ou Lyon. Il semblerait que le critère mis en avant, mais jamais revendiqué tout au long du parcours, est assez simple. C’est la ville la plus « dans le besoin » qui devait l’emporter. Que les autres s’écartent. Que Juppé, Cohen et Collomb passent leur chemin, il s’agissait de donner un coup de pouce à un Gaudin à la tête d’une cité qui, si on en croit le jury, n’avait pas les moyens de mener à bien son projet. Choisir la ville qui en a le plus besoin ne me pause à priori aucun problème. Encore fallait-il l’afficher. Le troisième enseignement est, vous vous en doutez, beaucoup plus intéressant. Avec sa fausse candeur Madame Albanel nous livre l’essentiel du problème. En déclarant que le projet de Marseille « correspond à un Engagement de l’Etat » le doute s’insinue. Robert Scott, président du jury, en précisant que le choix de la ville de Marseille avait été fait «  à condition que l’Etat apporte les aides de financement prévues dans le dossier » il confirme notre interrogation et un contexte louche.

En vérité, Marseille est une ville que nous aimons et nous ne serons pas les derniers à nous rendre de temps à autre dans la capitale phocéenne pour assister aux manifestations programmées mais par pitié que jury et autorités gouvernementales ne se compliquent pas la vie pour nous expliquer ce qui fonde leur choix. Marseille est une ville qui méritait le titre mais n’avait pas nécessairement les moyens de se l’offrir. Parce que ce choix est compatible avec ceux de l’Etat, Marseille est depuis hier désignée Capitale Européenne. Qui plus est avec un Maire qui va aussi vite nous sommes tous certains que ce choix est le bon. Ce ne sont pas Juppé, Cohen et Collomb qui vont me contre-dire.

Lyon, le 18 septembre 2008.

15/09/2008

Imagine

Dans un effort louable de s’ouvrir sur le rock’n’roll et donc peut-être sur la jeunesse, « Lyon Citoyen » l’excellent mensuel d’information de la ville de Lyon nous propose, en guise d’illustration de la « Une », un pastiche de l’album des Beatles « Abbey Road » sous titré « Imagine 2013 » afin d’attirer l’attention des Lyonnais sur la candidature de la ville au titre de « Capitale Européenne de la Culture ».

Lyon Citoyen 0908.jpg

Je veux bien admettre que pour montrer la légitimité de la ville de Lyon de succéder à Liverpool, actuelle Capitale européenne de la culture, il convienne d’adapter le visuel d’ « Abbey road », le seul problème est que le titre « Imagine » ne figure pas parmi les titres de cet album des Beatles pour la simple raison qu’il s’agit d’une composition enregistrée par John Lennon.

abbey.road_beatles.jpg

Comme vous le savez probablement cette pochette d’« Abbey Road » occupe une place particulière dans la mythologie délirante des Beatles. En effet, dès la sortie de l’album en question, les rumeurs les plus fantaisistes se mirent à courir. La plus répandue, colportée par un animateur d’une Radio locale de Détroit, affirmait que le McCartney qui figurait sur la photographie de la pochette n’était qu’un sosie du bassiste Liverpuldien. Le véritable McCartney étant décédé quelques années auparavant dans un accident de voiture au volant de son Aston Martin. Avec un tel sens du détail, la rumeur ne pouvait que prospérer. D’ailleurs, puisqu’il s’agissait d’un sosie, les plus fins limiers avaient observé que le Popaul de la photo était nu-pieds. Autant dire que la mort rodait. Pour mieux se faire comprendre, sachant qu’Abbey road se situait entre le cimetière du même nom et la cathédrale, on en avait conclu que les trois Beatles et le sosie de McCartney venaient de rendre visite à leur mort.

john_lennon_imagine.jpg

Soyons clair, que la jeune femme qui se trouve en troisième position à gauche sur la photo de Lyon citoyen à la place de McCartney rassure ses proches rien ne devrait lui arriver. Que le concepteur de cette « Une » ne culpabilise pas. Si, pour illustrer cette « imagine 2013 » il avait utilisé la pochette de l’album de John Lennon les choses auraient été justes sur le plan historique mais bien décevantes sur le plan esthétique. En effet la pochette d’Imagine est aussi joyeuse que la campagne 2013 sur le réseau JC Decaux et tout compte fait il n’y a pas mieux pour illustrer 2013 que ce pastiche d’ « Abbey road ». Come together !

Lyon, le 15 septembre 2008.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu