Avertir le modérateur

20/02/2010

Cochon de Brest


Sarkozy un petit cochon ? De Villepin se lâche !
envoyé par thony911. - Découvrez des webcam de personnalités du monde entier.

Les trois petits cochons veulent vivre leur vie et quittent le foyer familial pour tenter leur chance dans le monde. Le premier petit cochon se construit une maison de paille. Le deuxième petit cochon se construit une maison faite de brindilles. Le troisième petit cochon se construit une maison de briques et de ciment. Le grand méchant loup parvient à détruire les maisons des deux premiers petits cochons en soufflant dessus et les dévore. En revanche, il est impuissant contre celle du troisième petit cochon. Pour faire sortir le cochon de sa maison, le loup lui propose d’aller chercher des navets avec lui, mais le cochon sort tôt le matin et rentre chez lui avec des navets avant l’arrivée du loup. Le loup propose au cochon d’aller cueillir des pommes, le cochon lance une pomme très loin et se sauve chez lui pendant que le loup court après la pomme. Le loup propose ensuite au cochon d’aller à la foire. Arrivé le premier à la foire, le cochon achète une barrate. Sur le chemin du retour il voit venir le loup, il se cache alors dans la barrate qui dévale une pente et fait peur au loup. Ce dernier décide alors de rentrer chez le cochon par la cheminée, il tombe dans une marmite de soupe et s’ébouillante. Le cochon le mange pour son dîner.

Si ce troisième cochon se prénommait « Nicolas », Dominique de Villepin devrait donc se méfier sauf à se rêver finissant dans la soupe aux choux du Président.

Lyon, le 20 février 2010

(Texte emprunté à wikipidia)

 

10/10/2008

Blair (Eric)

GeorgeOrwells.jpg

Je ne sais pas vraiment si les voyages forment la jeunesse mais la nécessité de voyager nous conduit tous à lire et ce n’est pas le plus mince des plaisirs. Ce matin, je suis à Brest, capitale pour deux jours des Communautés Urbaines Françaises, je vais donc vous dire quelques mots d’un écrivain nommé Eric Blair plus connu sous le nom de George Orwell.

Orwell est entrain de connaître un regain d’intérêt et ce n’est pas pour me déplaire. Déjà, il y a quelques mois de cela, les éditions Plon republiaient dans une version très légèrement augmentée le « Orwell ou l’horreur de la politique » de Simon Leys, un bref mais intéressant essai indisponible depuis des années. Aujourd’hui c’est au tour des éditions Agone de remettre Orwell sous les projecteurs de l’actualité en proposant « A ma guise », le recueil des chroniques de George Orewell publiées de 1943 à 1947. Au fil des semaines, l’écrivain y aborde les thèmes d’actualité les plus divers. Même si souvent, misère, difficultés du quotidien, guerres, empire britannique sont les sujets de prédilection d’Orwell, le chroniqueur parle aussi avec répétition, du racisme, des médias, du nationalisme et bien des faits de l’actualité de l’époque qui rendent comptent de l’humanité d’un écrivain qui tout en se réclamant du socialisme n’en dénonçait pas moins les caricatures autoritaires qu’il maudissait.

Lire ces chroniques est chose passionnante mais aussi une manière de se convaincre définitivement du fait qu’Orwell ne peut se résoudre à « 1984 », au génial « Animal Farm » ou à la seule guerre d’Espagne.

Comme l’indique Simon Leys, Orwell avait dit que « ce qui fait que les gens de (son) espèce comprennent mieux la situation que les prétendus experts, ce n’est pas le talent de prédire des évènements spécifiques, mais bien la capacité de saisir dans quelle sorte de monde nous vivons ». Je souhaite à nombre de mes camarades socialistes qui au moment de préparer un congrès aiment tant par pure tactique s’extraire du réel et des contingences de ce monde, de lire ces chroniques. Ils y découvriront un humaniste jamais animé par la haine mais aussi le bonheur de lire un grand écrivain.

> George Orwell, « A ma guise », éditions Agone, 26 euros.

Brest, le 10 octobre 2008.

09/10/2008

Ca valse !

Ca valse !.jpgLes Subsistances proposent dès demain soir leur premier week-end de la saison avec un « ça valse ! » qui accueille une kyrielle de spectacles venus d’Europe et en particulier de Vienne (Autriche).
Performances, danses, cinéma, théâtre et cirque sont comme nous en avons désormais l’habitude au programme pour un tarif plus qu’accessible.
A noter qu’également demain « l’avant week-end » se termine et si vous souhaitez assister au dernier « Théâtre en immeuble » il convient de se rendre au 42, rue de la Madeleine (7ème arrondissement) à 16h et 18h pour assister à des prestations de comédiens qui, dans les cages d’escalier, les sous-sols ou les ascenseurs, hantent l’immeuble (Magali Chabroud –Compagnie Biöffique, gratuit mais sur réservation).
Depuis Brest, je me risque à vous proposer ma modeste sélection sachant que face à ce pléthorique programme il est illusoire de tout dévorer. Côté danse, je suis assez tenté, samedi et dimanche, par le spectacle de Chris Haring, « Mode Française » qui associe stylistes et chorégraphie autour du thème du vêtement et de l’identité. De vendredi à dimanche, impossible de se passer du « Solo wyn » de Thomas Lebrun improvisé sur des tubes éternels et des B.O. de films. Enfin le cirque se taille une belle part du programme de ce week-end des Subsistances. Parmi ceux des « Colporteurs », de Christophe Huysman ou de Makadam Kanibal, je compte choisir le spectacle « Ali » de Mathurin Bolze et Hedi Thabet (vendredi 21h15, samedi 19h30 et dimanche 16h30).
A propos de Brest, je vous confirme que Miossec ne traine plus dans les rades (de la rade) mais puisque nous parlons « cafés », sachez que demain soir, Jean-Philippe Ramos est au « Kraspek Myzyk » pour son spectacle « The chansons of Robert Wyatt et moi… »

Ramos Robert Wyatt.jpg
  • > KRASPEK MYZYK, 20 Montée Saint Sébastien, 1er arrondissement, 10 octobre 20h30.

Brest, le 9 octobre 2008.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu