Avertir le modérateur

06/11/2010

Souvenirs pour demain

reine-elizabeth-2-angleterre.jpgHeureusement que la Reine continue de donner des ordres pour relever sa garde parce que Londres est sur le point de virer au banal. Adieu Marks & Spencer, Virgin Mégastore et boutiques de disques à profusion, adieu aux Fish & chips graisseux et aux restaux les plus improbables qui servent leur « pie » sur leurs tables en formica. Ici comme ailleurs, place nette est faite aux H&M, Starbucks, aux sushis et à la mal bouffe branchouillée. Même dans Soho ou sur Oxford street, croiser un de ces originaux que seule l’Angleterre pouvait jadis enfanter est devenu d’une rareté inquiétante. Une sorte de vent de tristesse convenue, comme si Londres était rentré dans le rang, souffle sur une ville qui se coltine la préparation des J.O. comme une sorte de fardeau.

Désormais cornaqué par un type qui ressemble à un chef des ventes dans la promotion immobilière, ce merveilleux pays file à nouveau du mauvais coton au point que d’ici quelques temps je vous mets mon billet qu’une « Blair nostalgie » va envahir les esprits. Pour l’heure, l’impact du plan Cameron-Osborne promis à Birmingham n’est vraiment pas évalué y compris par ses promoteurs. Pourtant les conséquences pour les moins nantis risquent d’être tragiques d’ici quelques mois suite à la purge promise. Londres sera d’ici quelques années encore plus une réserve pour indiens électeurs de Cameron, et pour financiers arrogants, le reste de l’immense métropole étant suffisamment vaste pour y faire prospérer, sans limites, les millions de déclassés et de pauvres gens que l’Angleterre se prépare à engendrer.

Londres, le 6 novembre 2010.

00:05 Publié dans Politique & politiques... | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : londres, reine, blair, birmingham, angleterre, lyon | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

31/12/2006

A chacun sa honte

medium_Saddam_Hussein_320x240_.jpgL’ignoble Saddam a été pendu. Même pour ce qui concerne un tel dictateur, l’application de la peine capitale demeure une honte.

Les propos de Margaret Beckett, la ministre des affaires étrangères de Blair transpirent eux aussi la honte, une autre honte. Après avoir expliqué que Saddam Hussein avait « payé », elle se sent dans l’obligation de rajouter notre bonne Margaret que «le gouvernement britannique ne soutenait pas le recours à la peine de mort en Irak ni nulle par ailleurs. »

Avec Douste-Blazy, comme de bien entendu, il s’agit d’une autre honte, la notre. En déclarant avoir « pris acte » de l’exécution de Saddam il invite des Irakiens « à regarder vers l’avenir ». Pauvre Douste, pauvre de nous.

Avec Bush, c’est plus simple. La Maison Blanche nous a dit, qu’après avoir passé une rude journée à élaguer des cèdres dans son ranch, le Président s’était couché de bonne heure « non sans savoir que la dernière phase de la condamnation de Saddam Hussein était en route. »

Dans je ne sais plus quel discours, Victor Hugo avait dit en substance que les écrivains du 18ème siècle avaient détruits la torture et que ceux du 19ème allaient détruire la peine de mort. Le pauvre Victor Hugo s’était trompé de près d’un siècle en ce qui concerne notre pays. Combien faudra-t-il d’écrivains pour faire tomber la peine capitale du côté de Dallas et de Bagdad ?

Hautes-Pyrénnées, le 31 décembre 2006.

09:00 Publié dans Ainsi va la vie... | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Hussein, Saddam, Irak, Douste-Blazy, Bush, Blair, exécution | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu