Avertir le modérateur

01/07/2010

Dans le coup

couv3.jpgAlors que le cinquième numéro du « Coup de grâce » est livré dans nos boites aux lettres, Guillaume Tanhia l'inspirateur et barreur en chef de la revue lance un avis de tempête enattirant notre attention sur la fragilité financière de sa revue. Pourtant dans un édito plutôt vitaminé, l'ami Guillaume nous la joue héroïque en dénonçant l'Etat qui se désengage et,grand classique des élites, l'invasion du divertissement et du spectaculaire qui tient lieu depolitique culturelle de la part des édiles. Bref, il y a encore de la vie du côté du « Coup de grâce » et ce n'est pas moi qui songe à m'en plaindre. Préparation, du côté de Bron, de la biennale de la danse, interview de Bill T. Jones, c'est tout de même en s'interrogeant sur l'avenir des politiques culturelles que ce « Coup de grâce » estival monte au créneau non sans avoir donné la parole à un DRAC qui, ce qui est bien normal, s'autorise à faire le service après vente de l'Etat. Comme c'est désormais la tradition,au travers sa découpe, le magazine culturel lyonnais ne craint pas la dispersion avec des articles sur le Quatuor Debussy, un beau zoom sur le travail de Denis Serre et le plasticien Pierre David qui s'aventure dans un retour étonnant vers la commande. A fourrer dans le sac de plage ou la valise il est important d'acheter ce numéro ne serait-ce que pour soutenir une aventure journalistique qui ne mérite pas de rester en rade. Comme vous n'aurez plus un rond à votre retour de vacances et que le gouvernement nous prépare à affronter le pire pour septembre, abonnez-vous dès maintenant au « Coup de grâce ». Pour se quitter sur une bonne note c'est ce matin vers 11 heures qu'à l'Institut Lumière, Thierry Frémeaux présente la 2ème édition du festival du film piloté par le Grand Lyon. Un de ces évènements imaginé par les édiles dont le caractère divertissant déplait tant à l'ami Tanhia.

Lyon, le 1er juillet 2010.

13/12/2009

Disette

Quelques mots aujourd’hui relatifs aux rares concerts et manifestations culturelles programmés alors que la trêve des confiseurs s’annonce.

Le 11 décembre, retour de Philippe Prohom au Marché-Gare avec des invités de marque comme Fake Oddity et Aston Villa (20 heures – 13 euros). Le lendemain, Zen Zile et Scratch Bandit Crew continuent de croiser dans la région. Pour ceux qui n’étaient pas à Saint-Priest c’est l’occasion de se rattraper ce soir-là aux Abattoirs de Bourgoin (20h30 – 15 euros). Je vous précise à nouveau que Marcus Miller se produit le 22 décembre à l’Auditorium de la Part-Dieu recréant « Tutu » l’album qu’il avait enfanté pour Miles Davis.

Gueule de bois ou pas, n’oubliez-pas que le 3 janvier la Xème Biennale d’Art Contemporain baisse définitivement le rideau et à y regarder de près il faudra se rendre à l’évidence : mise à part la galette des rois il n’y aura pas grand-chose à se mettre sous la dent pendant le mois de janvier. De quoi attendre en toute sérénité le 6 février car l’Epicerie Moderne de Feyzin programme ce jour là Emily Jane White et les étonnants minos de Zak Laughed.

Lyon, le 13 décembre 2009.

31/10/2009

Hexa-gône

820.jpgAujourd'hui, de midi jusqu'à 20h, dans le cadre de la 10ème biennale d'art contemporain on nous propose une révolution dans l'art du football. En effet, "Veduta" organise une sorte de tournoi de foot sur un terrain hexagonal occupé par trois équipes. L'auteur de ce geste artistique majeur est un collectif du nom de "Pied la biche". Je ne sais pas si ce truc, à priori sympathique, est de l'ordre du "footage de gueule" en tout cas c'est au stade Laurent Gerin, avenue Jacques Duclos (le petit patissier stalinien de Tarbes) à Vénissieux.

Puisque cet après midi on va jouer sur un terrain hexagonal, je propose à ce collectif d'inviter les organisateurs du Tour de France de prévoir un tracé en forme de seringue qui pourrait faire, Lille-Paris pour l'aiguille et ensuite Troyes-Lyon-Marseille-Montpellier-Toulouse-Limoges et Chartres pour le réservoir. Quitte à faire de l'art contemporain on pourrait également imaginer un jeu de pétanque "en rosace", huit branches s'imposeraient, avec un seul cochonnet au milieu. Pourquoi pas également du curling sur gazoil sur la portion Bron-Villeurbanne du périphérique ainsi que du tir à l'arc, la cible étant placée en haut de la tour du Crédit lyonnais. Vive l'art contemporain !

> "Veduta" (Vivre l'art contemporain), le 31 octobre 2009, Stade Laurent Gérin, Vénissieux, entrée gratuite.

Lyon, le 31 octobre 2009.

11/09/2009

Papa Malick

Affiche-Papa-Malick.jpgEntre les avions de Dassault, vendus pas vendus, par Sarkozy aux Brésiliens, la réforme territoriale qui semble avoir pour le moment un peu de plomb dans l’aile, les tripatouillages électoraux du congrès socialiste de Reims qui remontent à la surface, le retour en force de la « Françafrique » ou l’offensive nauséabonde de la droite américaine contre Obama, les sujets et occasions ne manquent pas en cette rentrée. Cela étant je m’étais promis de vous dire quelques mots sur l’exposition de rentrée du Musée Africain de Lyon qui présente depuis le 9 septembre, et jusqu’au 4 octobre, « Guissané : la poésie du signe », le travail de l’artiste contemporain Papa Malick, plus connu dans certaines contrées du Sénégal sous le nom de « Vieux » Niang.

« Guissané » est un terme wolof qui signifie « sorcier » ou plutôt un sorcier lisant l’avenir par une interprétation de traces dessinées dans le sable avec les doigts. Partant de ces gestes du sorcier, Papa Malick, sur ses toiles, propose donc des œuvres faites de pigments et sciures qui entendent renouer avec la tradition, la culture sénégalaise, la mémoire. Ces œuvres faites de traces, signes indéchiffrables, pictogrammes mystérieux, sont visibles dans le Musée Africain du cours Gambetta qui demeure malheureusement un lieu peu connu que j’invite chacun à visiter.

Avec l’exposition consacrée à François Maspero par le Musée de l’Imprimerie que je compte évoquer demain, il convenait de signaler ces deux manifestations qui risquent de peser bien peu lourd face à la Biennale d’Art Contemporain qui déboule avec ses gros « Ça beau ! ».

  • Papa Malick, Musée Africain de Lyon – 150, Cours Gambetta, Lyon 7ème arrondissement – Métro Ligne D, Garibaldi. Renseignements au 04 78 61 60 98 et sur www.musee-africain-lyon.org

Lyon, le 11 septembre 2009.

28/11/2008

Design

20080910113923.jpgJe plaide coupable car passant mes soirées à voter avec mes amis socialistes j’ai oublié de vous parler de la Biennale Internationale du Design de Saint-Etienne qui bat son plein depuis le 15 novembre. Il est temps d’en dire quelques mots car le dernier weekend s’approche, l’évènement stéphanois fermant ses portes dimanche soir.

C’est donc sur le site de la manufacture d’armes, là où la future « Cité de Design » ouvrira l’an prochain, que St-Etienne fête les 10 ans de sa manifestation la plus exceptionnelle. Comme c’est devenu l’habitude, la biennale stéphanoise qui allie fréquentation populaire et démarche de très grande qualité, accueille une kyrielle de jeunes créateurs et en particulier ceux qui ont fait les beaux jours des éditions précédentes. Tel est par exemple le sens de « Flight n°10 » avec ses projets expérimentaux, ses prototypes, ses applications industrielles mais aussi les objets du futur.

Le design ce n’est pas, loin s’en faut, uniquement l’intérieur de nos logis de demain. Dans le cadre du « City Eco Lab », la manifestation propose projets et démarches tournés vers le développement durable comme ce « So Watt » du Musée d’Art et d’Industrie. Les démarches plus expérimentales et alternatives du « Garage », notamment situées autour des logiciels libres, valent aussi le détour tout comme les parcours conçus par les organisateurs dans certains commerces de la ville et dans des friches. Enfin le cinéma documentaire trouve toute sa place dans cette édition 2008, le cinéma « Le Melies » (04 77 32 63 47) et « Le France » (04 77 32 71 71) assurant des projections sur le design manière de tout savoir sur l’aspirateur Hoover ou la Fiat 500.

A noter que les Lyonnais du « Village des Créateurs » présentent « Germination » dans le cadre de la biennale façon de montrer que mode et vêtement traboulent à merveille à la lisière du design (www.villagedescreateurs.com).

. Biennale Internationale du design de Saint-Etienne. Renseignements sur www.citedudesign.com et au 04 77 33 55 60.

Nocturne ce soir jusqu’à 22 heures.

Lyon, le 28 novembre 2008.

06/09/2007

Le temps de la BAC

medium_Biennale2007.jpgL’édition 2007 de la Biennale Internationale d’Art Contemporain de Lyon revient sur un de ses thèmes de prédilection, le temps. Sous la houlette du triumvirat Thierry Raspail – Stéphanie Moisdon – Hans Ulrich Obrist, la B.A.C. lyonnaise souhaite répondre à une question difficile, ambitieuse et piègeante mais ô combien intéressante : «  Quel est l’artiste qui selon vous représente le mieux la décennie en cours ?. » Pour tenter d’y voir plus clair, près de soixante spécialistes du monde de l’art ont été soumis à la question. Reste à savoir si leurs réponses seront non seulement à la hauteur de notre espérance mais surtout résisteront……. au temps.

C’est excités comme des puces par leurs propositions que nous irons découvrir, dès le 19 septembre prochain, une biennale qui fédère en plus du Musée lyonnais, de l’Institut villeurbannais et de la sucrière, la Fondation Bullukian située place Bellecour.

Les Indiennes Shelpa Gupta et Ranjani Shettar, les totems de Brian Jungen, la Fresque de Josh Smith, la balançoire de Liu Wei ou le « Flying Garden » de Saraceno sont annoncés comme les œuvres fortes de l’exposition sans oublier, de manière salutaire, la présence de la danse avec les œuvres de Franck Apertet et Annie Vigier mais aussi le très attendu « show must go on » de Jérôme Bel proposé à l’Opéra National de Lyon.

Le site www.biennale-de-lyon.org vous en dira plus sur les mille et une manières de se perdre dans une biennale 2007 séduisante qui intègre à Lyon et dans la région 120 manifestations sans oublier le 29 novembre la très prometteuse « Nuit Résonance ».

Certains diront que du 19 septembre au 6 janvier, la biennale a bien tort de s’étirer autant dans le temps. On peut effectivement s’interroger sur un tel étalement qui n’apporte peut-être pas suffisamment de tonus et de nervosité à un événement qui n’en finit pas d’en finir. Nous jugerons sur pièce avec un a priori très favorable même si après ces longues semaines il sera toujours temps de donner notre grain de sel.

Lyon, le 6 septembre 2007

21/07/2007

B comme Bron et ses mille et une nuits

medium_B_Abécédaire.2.jpgBron fête cette année le 10ème anniversaire de sa biennale du Fort de Bron imaginée en 1987 par André Fornier avec l'appui de la municipalité. Au fil de ces deux décennies des spectacles utilisant ces lieux magiques ont été proposés avec succès en associant de manière régulière la population Brondillante. Avec pour mémoire, "Les mystères de Paris", "Gargantua", "Capitaine Fracasse" ou "Les histoires extraordinaire" d'Edgar Poe, Bron occupe depuis vingt ans une place originale dans l'offre culturelle estivale. Cette année, l'évènement ne déroge pas à la règle en montant "les mille et une nuits". Jusqu'au 4 août, le metteur en scène André Fornier et le musicien Adel Salameh proposent, fidèle à la tradition instaurée dès 1987, un spectacle déambulatoire qui conduit le public de décor en décor dans les lieux les plus divers du fort sans oublier l'incontournable repas.

En famille, avec des amis, la biennale Brondillante est une excellente destination vers les nuits magiques de l'orient. Une fois dit que le spectacle débute à 19h30 et que le dimanche et le lundi sont relâche, il ne vous reste, pour en savoir plus, qu'à vous diriger vers www.biennale-fort-de-bron.com.

Lyon, le 21 juillet 2007.

07:10 Publié dans Culture & cultures... | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Bron, biennale, musique, concerts, festival, lyon, ville | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu