Avertir le modérateur

10/11/2010

Massacre des innocents

Ben.jpgDepuis sept ans, 300.000 Chrétiens ont disparus d’Irak. Ils étaient 1,2 million sur les 23 millions que comptait l’Irak à la fin des années 80. Ils ne sont plus guère que 300.000 à 500.000 aujourd’hui. Des centaines sont, depuis 2003 notamment, les victimes d’un fanatisme terroriste. Les 52 morts de la semaine passée dans la cathédrale de Bagdad, parmi lesquels 35 fidèles et deux prêtres, rajoutent encore de l’horreur à l’horreur.

Revendiqués par une mouvance d’Al-Qaïda en Irak, ils s’inscrivent dans une volonté déterminée d’éliminer des humains, femmes et enfants compris, pour leur seule appartenance à la religion chrétienne.

De nombreux témoignages décrivent les atrocités que subissent aujourd’hui ces communautés chrétiennes irakiennes. Le Secours Catholique a recueilli en juin 2010 celui de Nageeb Mekhail, supérieur des dominicains de Mossoul. Lui n’hésite pas à parler de génocide. Le silence assourdissant sur ce sujet est habituel de la part des médias et des intellectuels de tous poils. Hormis lorsque des hauts faits d’horreur, vite oubliés, permettent un gros titre bien sanglant.

Raison de plus pour signaler le trop lointain mais néanmoins excellent article de l’ami Romain Blachier sur Lyonnitude(s) de novembre 2007. Déjà, il parlait des « Chrétiens d’Orient oubliés ». Mais – pardon Romain – permets-moi un petit tacle : à la date du 5 novembre 2010, à part les manifs, l’autocongratulation et le slow, nada sur ce sujet ? Seraient-ce tes recettes de cuisine qui ont fait grimper ton blog dans le top ten ?

Plus sérieusement, à part celle de Dalil Boubakeur, recteur de la grande mosquée de Paris, les voix des musulmans ne sont pas très fortes non plus sur ce sujet. Que je sache, à la même date du 5 novembre, je n’ai toujours rien lu de tonitruant de la part du recteur Kaptane. Me trompais-je ?

Allons, amis musulmans pratiquants ou autres, faites-vous entendre !

Jean-Paul Schmitt

29/10/2010

pendaison

trek-aziz-2221.jpg

Depuis la liquidation physique et assez expéditive de Saddam on savait le nouvel Irak libéré encore très éloigné des standards démocratiques. Alors qu’il pensait mourir incarcéré après en avoir pris pour successivement 15 et 7 ans, l’ancien ministre des Affaires Etrangères de Saddam Hussein vient d’être condamné à mort à 74 ans passés. Depuis le début de la semaine, le compte à rebours est donc en marche. Tarek Aziz dispose désormais de moins de 30 jours pour faire appel.

Longtemps affublé de qualités de fin négociateur oriental, titulaire d’un brevet de compatibilité avec l’occident et surtout comme un homme « à part » dans l’appareil du Parti Baas puisque chrétien de rite Assyro-chaldéen, Tarek a longtemps joué au dandy au milieu du club de bouchers fédéré par la dictature. D’ailleurs, contrairement à la plupart de ses collègues, l’ex diplomate s’était rendu aux américains avant la fin des combats, en avril 2003, pensant ainsi pouvoir bénéficier de quelque mansuétude. Pour une fois un peu naïf, l’ancien ministre s’était retrouvé dans les mailles des filets du nouveau pouvoir remis en main propre par les G.I à la nouvelle justice de Bagdad. Canaille certifiée pur sucre, le sort de Tarek Aziz ne doit pourtant pas nous plonger dans l’indifférence. Puisque nous sommes opposés à la peine de mort à Paris comme à Bagdad la condamnation de Tarek Aziz nous est insupportable.

Par ailleurs, les méandres de la politique irakienne ne doivent pas nous faire perdre de vue que la pendaison promise à l’ex est le produit d’une vengeance du Parti Dawa et de la communauté Chiite, Tarek Aziz n’ayant pas été le dernier sous Saddam, à couvrir la liquidation de Mohammed Baqr Sadr il y a trente ans de cela. Pilier du régime de Saddam Hussein, artisan de la politique du dictateur, Tarek Aziz ne peut en aucune façon espérer que sa responsabilité puisse passer par pertes et profit. Pourtant le condamner à mort est une autre histoire ou plutôt la terrible reconnaissance d’un échec suite au pari engagé par l’Irak après la chute de Saddam. Une histoire qui touche à sa fin et au cours de laquelle Tarek Aziz sait qu’il ne pourra compter sur l’appui de ces nombreux occidentaux qui négociaient avec lui il y a trente ou quarante ans, une centrale nucléaire par ci, de l’armement par là.

Lyon, le 29 octobre 2010

Photo:DR

02/08/2008

L comme Livres (Histoire Universelle de la destruction des)

335701084.jpg« Là où l’on brûle des livres, on finit par brûler des hommes », cette formule de Heinrich Heine est inscrite au frontispice de cette somme passionnante écrite par Fernando Baez, intitulée « Histoire Universelle de la destruction des livres », publiée par Fayard, un de ces éditeurs qui aime encore le travail bien fait.
Au cours des 500 pages, l’essayiste Vénézuélien nous entraîne de Sumer à la guerre d’Irak au fil des destructions de papyrus et de livres, dans les incendies et les massacres, de guerres en accidents, de désastres en terreur. Saccages de bibliothèques, inquisitions, censures, autodafés, cette sinistre histoire est conduite de main de maître par un érudit qui écrit avec clarté, efficacité et grand respect pour un lecteur qui peut à tout moment craindre d’être submergé par tant de connaissance et de faits.
Il aura fallu 12 ans de travail pour mener à bien ce travail de titan. La liste des remerciements suffit à comprendre l’entreprise et le croisement des réseaux mis en œuvre pour atteindre l’objectif. Intellectuel brillant, Baez est aussi une sorte de militant de la mémoire et de la conservation des biens culturels. Membre de nombreuses commissions internationales, Fernando Baez était présent dès 2003 à Bagdad pour évaluer les destructions. D’ailleurs son livre, qui fait basculer le lecteur dans les pires moments de l’humanité s’ouvre, contre toute attente, sur ce que Baez appelle l’énigme de Bagdad.
« Notre mémoire n’existe plus. Le berceau de la civilisation, de l’écriture et des lois est parti en fumée. Il ne reste que des cendres », tel est le commentaire d’un Universitaire Irakien que rapporte l’auteur dès l’introduction de son « histoire universelle ». Membre du Parti Baas, l’homme sera arrêté, laissant derrière lui une bibliothèque saccagée par les nouveaux maîtres de Bagdad. Justement, c’est au sud de l’Irak actuel, entre Tigre et Euphrate, que quelques milliers d’années plus tôt les premiers livres de l’humanité étaient apparus dans cette région de Sumer.
Destruction des poèmes d’Empédocle, papyrus d’Herculanum, censure contre Maimonide, Codex brûlés au Mexique, Révolution culturelle chinoise, Tchétchénie, attaques contre Joyce, nazis, pilon des éditeurs, tout ce qui concerne la destruction des livres ne peut échapper à Fernando Baez.
Comme le dit l’auteur au terme de cette formidable étude, « Le lecteur curieux de cette chronique de désastres pouvait-il imaginer que le XXIème siècle s’ouvrirait sur la mise à sac et la destruction du berceau de la civilisation ? » Cet aller-retour Sumer-Bagdad à travers l’histoire agitée de l’humanité est à lire.
Lyon, le 2 août 2008

08:50 Publié dans Culture & cultures... | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : fernando baez, histoire, irak, bagdad, livres, fayard | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu