Avertir le modérateur

11/04/2010

Les listes de Besson

legion-honneur.jpgIl y a des instants dans la vie où l’oisiveté et le mauvais esprit peuvent nous conduire à nous intéresser à l’inintéressant. C’est ainsi, il y a quelques jours de cela, je suis tombé à retardement sur le numéro du lundi de Pâques du Figaro qui titrait fièrement « Légion d’honneur, l’intégralité de la promotion de Pâques ». Pris subitement d’intérêt pour la chose, je me suis vautré dans la lecture des noms et fonctions des heureux vainqueurs du jackpot républicain pour y constater la présence légitime de Monsieur Marin, procureur de la république, un magistrat particulièrement cher à Dominique de Villepin, d’Alain Bauer, le criminologue post-rocardien préféré du président, de Jean Amadou et Denise Fabre, deux artistes dont la dévotion au gaullisme n’est plus à présenter. Pris subitement d’une envie pressante de détailler la liste des heureux bénéficiaires relevant d’Eric Besson je me suis précipité en page quatorze du quotidien le plus protocolaire de France histoire de savourer la liste du dit ministre qui, tel un inventaire à la Prévert, alterne avec mesure, policiers et fonctionnaires dédiés à la cause, à des responsables d’associations dont nous ne savons rien mais dont nous imaginons tout le bien qu’ils ont fait au drapeau national. En voici le détail …

Une membre active d’associations/ Un président de forum contre les discriminations/ Une directrice des accueils de loisirs d’une ville/ Le secrétaire général du haut conseil à l’intégration/ La directrice territoriale de la politique de la ville d’Antony/ Le coordinateur des communautés religieuses d’Amiens/ Le commandant de police de Livry-Gargan/ La présidente d’une association/ Le sous-directeur de l’administration des étrangers à la préfecture de police/ La trésorière d’une association de quartier/ La présidente d’un groupement professionnel/ La directrice d’un musée/ La présidente d’une association/ Le directeur du centre d’accueil pour demandeurs d’asile/ Le directeur adjoint d’une agence de sécurité sociale/ Un commandant de police de la police aux frontières…

Sachant qu’avec Besson tout peut aller très vite, voici la liste de ceux qui devraient figurer sur d’autres listes avant la publication de celle de la promotion de la légion d’honneur du 14 juillet.

Un manœuvre du bâtiment/ Un grutier et son épouse/ Une grue d’origine africaine/ Un plongeur dans un restaurant gastronomique/ Un agent d’entretien probablement sénégalais/ Une famille nombreuse/ Un Afghan/ Un conducteur d’engins de levage/ Un agent d’entretien/ Un autre agent d’entretien / Un footballeur exclu d’un centre de formation…

Lyon, le 11 avril 2010.

03/02/2010

Honorable légion

Légion sanglante.jpgLa France et son éminent président prennent pleinement la mesure de l’honorabilité des élites chinoises. Grâce en soit rendue à l’UMP, désormais parti frère de celui de Mao, depuis que Xavier Bertrand a signé en octobre 2009 un manifeste d’accord avec le PCC. Il est d’ailleurs question de rééditer en bleu le petit livre qui fit la joie des « mao » de tous poils de ma jeunesse.

À Pékin, dans la suite d’un processus bien rodé, Alain Bauer, ancien Grand Maître du Grand Orient de France, conseiller officieux en matière de sécurité et d’anti-terrorisme de l’illustre révolutionnaire de la commune de Neuilly, ex rocardien et pote à Valls, vient de décorer de la légion d’honneur l’honorable He Bingsong, criminologue de son état.

Déjà habitués à ce que l’insigne ruban rouge, synonyme d’honneur ou de bravoure, orne la boutonnière de nombre de chanteurs et de sportifs, vous me direz peut-être qu’il vaut mieux l’accrocher au veston d’un criminologue qu’à celui d’un criminel comme Vladimir Poutine décoré en 2006. Sauf que le dénommé He Bingsong est aussi celui qui justifiait il y a peu la condamnation à mort d’Akmal Shaik, ce Britannique souffrant de troubles psychologiques arrêté en Chine pour trafic de stupéfiants et exécuté depuis. La « patrie des droits de l’homme » décore ce faisant un partisan chinois de la peine de mort qui vient juste de contribuer par ses affirmations à une exécution capitale.

Que ceux qui se nourrissaient encore de quelques illusions quant au cynisme de nos gouvernants sans complexes, apprécient et jeunent en signe de deuil. Ils se referont au moins des amis chez les Britanniques qui s’étaient émus du sort réservé en décembre dernier à leur compatriote. J’entends déjà fuser les habituels « incorrigible droit-de-l’hommiste naïf !».

Si on peut concevoir qu’un dialogue ininterrompu soit mené avec les États qui bafouent les droits des humains, des honneurs aussi indignement rendus à leurs élites sont inacceptables. Pourquoi ne pas honorer les résistants des droits de l’homme dans ce pays ? Parce qu’ils sont en prison ? Parce que cela mettrait en péril nos relations économiques ? Parce que des « agitateurs » menacent le parti frère ? Alors si, au nom de la réal politique, on refuse de donner la légion d’honneur à des avocats des droits civiques comme Chen Guangcheng, à des résistants comme Hu Jia, à des écrivains comme Liu Xiaobo tous emprisonnés, pourquoi la donner à des He Bingsong en 2010 ou, comme en 2007, à des Long Xinmin, ce haut responsable de la censure ?

Honneur, vous avez dit honneur ? Les temps électoraux viendront où l’image d’un petit timonier sera affichée sur nos dazibao municipaux. Souvenons-nous de lui rendre les honneurs. Les occasions ne sont pas légion.

Jean-Paul Schmitt

11/02/2009

Grand Frère veille

Frère bauer (1).jpgCrime de lèche majesté dans la douce France du bon roi Nicolas : aux ordres de son suzerain, Dame Pecresse vient de doter l’enseignement supérieur d’une chaire de criminologie. L’étude du crime n’est certes pas encore en Sorbonne, mais rassurez vous, enseignants et chercheurs, le salut arrive : un premier poste est créé.

Dès après laudes, la voix de frère Alain Bauer va désormais résonner au chapitre du CNAM. L’ex Grand Maître du Grand Orient, adoubé par le monarque et ami d’icelui est aussi un ex-rocardien qui oncques n’aima Jospin et le fit savoir. Il rejoint la cohorte des sinistres séduits. Pour moi, c’est aussi un vilain qui refusa sa voix à Dame Ségolène, pourtant royale et qui, là encore, le fit savoir, enragé qu’il était de n’avoir pas été reçu à temps en audience par la belle qui querellait son ami et maître. De toute façon, le ban et l’arrière-ban savaient déjà à qui il allait faire allégeance tant il était souvent en cour Beauvau où siége le lieutenant chargé de haute police. Il est bardé de contrats que la société qu’il dirige passe avec moult villes en France et en Navarre : surtout des contrats locaux de sécurité qu’il remplit naguère pour des collectivités de senestre. De nos jours, l’homme est sans conteste de dextre, conseiller officieux du super lieutenant de police et Grand Observateur de la Délinquance. Comme le dit si bien Christophe Carèche, l’échevin senestre de Paris « Il a construit une carrière à la limite du politico-public, de l’élu et du fonctionnaire, sans avoir jamais été ni l’un ni l’autre ; c’est une figure unique, assez curieuse ».

Par grâce du roi, voilà frère Bauer titulaire d’une toute nouvelle chaire sans avoir à passer le barrage de la commission des magistères qui doit évaluer les apports scientifiques du candidat. À la trappe, l’évaluation. Une fois de plus, le roi est inconséquent. N’avait-il pas dit - certes un peu rapidement - que les enseignants chercheurs ne sont pas assez évalués ?

Ceci étant, voir quelqu’un trouver un poste à vie en ces temps de crise, voilà qui prouve s’il en était besoin, le vrai penchant social de la cour. Circulez manants.

Et puis, notre frère Alain est méritant qui, en décembre dernier, remettait à MAM notre Grande Inquisitrice, 26 propositions pour améliorer le contrôle de fichiers de basse police. Quoi qu’à y regarder de plus près, ses préconisations sur « l’apparence » des suspects et sur le fichage des mineurs dès 13 ans ne fassent pas l’unanimité ; comme celle de recenser des mineurs pour « des activités susceptibles de porter atteinte à la sécurité publique », recommandation baueresque à la formulation si vague qu’elle permet en fait le fichage préventif des frères mineurs. Cela ne vous rappelle rien ?

Bon, j’arrête d’être mauvaise langue, le pilori me guette si la basse police lit ce libelle.

Et puis, nous sommes bien gardés puisque MAM vient de décider, suite au rapport de frère Bauer la création d’un « service d’audit et de contrôle interne des fichiers » de la police et de la maréchaussée. Frère Alain va pouvoir prospérer sur la peur durant de nombreuses années.

Grand Frère Nicolas veille… Et Petit Alain gagne.

Jean-Paul Schmitt

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu