Avertir le modérateur

26/07/2008

F comme Falcon

669118261.jpgConcernant ses vacances, je ne sais pas ce que Nicolas Sarkozy nous réserve cette année mais s’il fallait désigner un symbole capable de représenter les escapades présidentielles et les couacs ministériels au terme de cette première année de mandat, le Falcon, ce jet privé mythique, si cher aux stars, aux people, bref aux « grands » de ce monde conviendrait à merveille.

Tout commence bien entendu le 7 mai 2007 alors que le pote Bolloré offre son Falcon 900 EX à celui qui a été élu président la veille. Direction Malte avec Cécilia, la famille et les amis, pour passer deux jours sur le Paloma, le yacht du milliardaire et voyagiste ami. Re-belotte à Noël 2007, cette fois-ci avec Carla Bruni, pour quelques jours à Louxor largement médiatisés par la presse magazine. Souvenez-vous du fils de Carla sur les épaules de Sarko.

Autre Falcon, autre aventure, celle du Ministre Estrosi qui prétextant un agenda chargé décide de louer à la société Dassault Falcon Service, en échange de la somme rondelette de 138 000 euros, un avion privé plutôt que de voyager en classe affaire sur la ligne régulière d’Air France. La rumeur le dit mais n’est guère vérifiable, on parle aussi des allers-retours Villacoublay-Figari du ministre Kouchner en Falcon 50 (voir www.impots-utiles.com)

Mais revenons à Sarkozy. Il faut croire que la question de l’aviation est particulièrement importante pour notre président. On dit que le chef de l’Etat est très à cran et chatouilleux sur le sujet. C’est ainsi qu’à son retour du sommet de Lisbonne il convoque le staff présidentiel afin de changer le parc de zingues de la république car, arrivant quelques jours avant sur le tarmac de l’aéroport portugais, notre président s’était senti « petit » en constatant que son Falcon 900 avait l’air ridicule aux côtés des gros porteurs des autres délégations. Sachant qu’un Air Bus avoisine les 100 millions d’euros, c'est-à-dire le prix de presque trois Falcons, la République devra faire quelques efforts pour que notre Président puisse planer.

Cela étant, le pire est peut-être devant nous, car en s’offrant un A380 pour son usage privé, le prince Saoudien Walid Ibn est entrain de mettre la barre assez haute sachant que le prix catalogue de l’aéronef est de 320 millions d’euros. On dit que le milliardaire russe et patron du Chelsea F.C., Roman Abramovich serait également tenté.

En attendant, sur ses deniers, l’armée vient d’acheter un Airbus d’occase à Air Caraïbes afin d’offrir une sorte de « Air Force One » à notre Président. Cet avion viendra rejoindre la Flotte présidentielle constituée de six Falcon et sept Airbus. Ca plane pour lui.

Lyon, le 26 juillet 2008

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu