Avertir le modérateur

14/09/2010

Liliane, fais les valises

bettencourt_gode-7ca9a.jpgJusque-là sans doute ignorant de la chose, Eric Woerth vient de découvrir ce que le mot "pénibilité" au travail signifie pour lui-même.

Avec sa bobine de gendre idéal en comparaison de laquelle Michel Drucker a des allures de braqueur de vieilles dames récidiviste, il se sentait sans doute protégé de la sollicitude des médias et de l'attention populaire, commodément planqué qu'il était derrière les tombereaux d'ignominies antirépublicaines déversées par ses acolytes gouvernementaux dont certains, dit-on, seraient auvergnats.

Et puis il y eut Liliane et le déclenchement de mésaventures à fragmentation pour Eric Woerth. La crème Chantilly, sur laquelle il semblait ondoyer, se mit à tourner jusqu'à l'aigreur, la vérité d'un jour assénée par le ministre étant immédiatement frappée de caducité par les révélations du lendemain. La sauce à l'oseille dans laquelle il barbotait devînt rapidement une marinade cardinalice, de la couleur de ces rubans que l'on troque dans certaines civilisations primitives contre des enveloppes bourrées de verroterie ou de grisbi fraîchement importé de lointains îlots des Seychelles.

Liliane Bettencourt, submergée par le tsunami médiatique, semble en dehors du monde, prête à concourir pour le titre de Miss sous tutelle 2010, en dépit de certaines photos de vieillesse osées qui feraient bondir Mme de Fontenay et à la faveur desquelles on aperçoit sur le bureau de la douairière cosmétique les traces évidentes d'une érotomanie débridée.

Trop occupés à grimper aux honneurs le long de leur indignité, les mécènes du sarkozysme sont sur le point provoquer sa chute. Qu'ils en soient chaleureusement ici remerciés.

Comme disait le comique, bien mal acquis ne profite qu'après.

A la semaine prochaine

Stéphane Nivet

13/07/2010

B comme "Berninger (Matt)"

B Abécédaire.jpg

Alors que nous entamons à peine ce nouvel abécédaire de l’été il me fallait absolument vous dire quelques bonnes choses de The National une formation américaine peu connue mais heureusement programmée ce soir aux « Nuits de Fourvière » en compagnie des proto-Talking Heads des années deux-mille, je veux parler de Vampire Weekend. Votre « B » d’aujourd’hui est donc celui de Berninger chanteur et leader d’un groupe qui a déjà, en comptant « High Violet » un disque sorti début mai, cinq albums à son actif.

Originaire de l’Ohio, c’est à New York que The National a pris son envol et si le groupe demeure peu connu au sein du grand public il peut se vanter d’afficher une belle côte d’amour parmi la critique et les amateurs éclairés sur les deux rives de l’atlantique. Il est bien entendu difficile de décrire la musique de The National autrement qu’en essayant de la comparer à d’autres uniquement dans le but de se faire comprendre. Même si l’exercice n’est pas sans danger on pourrait dire que derrière la musique de Berninger et des deux Dessner (Aaron le bassiste et Bryce le guitariste) il y a du Velvet matiné d’un Nick Cave aux accents de Tindersticks.

The+National+2.jpgPrésent deux soirées de suite aux « Nuits de Fourvière », figurant en première partie de Pavement il y a quelques semaines à Paris, The National, engagé dans une tournée mondiale d’importance, pourrait être une des révélations (tardives) de 2010 tant l’album « High Violet » est excellent et son prédécesseur « The boxer » tristement magique. Malgré ce nom accrocheur, les amis d’Eric Besson ne seront pas autorisés à monter à Fourvière ce soir pour applaudir « The National », il convenait de le préciser.

> Vampire Weekend et The National, « Nuits de Fourvière », 13 juillet 2010, 21h00, tarif 27 euros.

--

J'étais l'invité vendredi dernier de la web TV lyonnaise Surf TV. L'émission animée par Daniel Dubois avait pour thème l'affaire Bettancourt.

JYS Surf TV.jpg
(Cliquer sur l'image pour voir la vidéo)

Lyon, le 13 juillet 2010.

Photo: DR

07/07/2010

Quel exemple

elysee.jpgComme à propos du rendez-vous avec Thierry Henry, on ne saura jamais qui de Nicolas Sarkozy ou de Joyandet a pris l’initiative de la démission du secrétaire d’Etat. Ce dernier l’avait annoncé sur son blog mais l’Elysée a voulu reprendre la main en ajoutant un nom ; celui de Christian Blanc. Du coté de chez Sarko on créait ainsi de l’exemplaire, on frappait du point sur la table. C’est raté car les français ont vite vu là une piètre manœuvre pour essayer de jeter un voile pudique sur la véritable affaire ; celle qui touche Eric Woerth. Car il n’y a pas de commune mesure entre le billet d’avion voire le permis de construire de Joyandet ou les chères cigares Christian Blanc et ce qui chaque jour se découvre un peu plus autour de l’ex-ministre du budget. A ce sujet en fin de semaine dernière ce sont nos voisins suisses qui ont rajouté une touche au tableau en détaillant par le menu les longs séjours de Madame Woerth à Genève. On y apprend qu’au moment où son mari exhibait la liste des 3000 noms d’exilés fiscaux que lui avait remise un « repenti » de la HBSC elle s’occupait du camouflage de l’argent de madame Bettancourt mais participait aussi à des soirées mondaines où les dits exilés n’oubliaient pas d’annoncer leur participation au financement de l’UMP. Pourquoi perdre son temps ? Mais là il est difficile de croire que son trésorier de mari n’était pas au courant. Car dans cette affaire nauséabonde le pire réside bien dans ce mélange de genres entre le rôle d’un ministre en charge de questions financières et le trésorier du parti majoritaire. On se demande à ce stade si cette république agonisante tombera encore plus bas. En attendant à Sarko qui voulait faire un exemple en virant deux sous ministres si importants qu’ils ne sont même pas remplacés, on peut crier dans tous les sens du terme : Quel exemple !

Philippe Dibilio

Photo: DR

03/07/2010

Charité

IMG_0079.jpgEntre affaire Bettencourt, affaire Woerth-Bettencourt et Bettencourt-Woerth, l’histoire de la prime aux résultats accordée aux préfets n’a pas fait grand bruit. Pourtant depuis l’an passé, assez discrètement, nos préfets et sous-préfets peuvent bénéficier de primes allant de 40 à 60 000 euros par an pour peu que les statistiques en matière de sécurité et, nous dit-on, d’aide à l’emploi, soient bonnes.

L’histoire n’est donc pas nouvelle puisque c’est un décret Fillon de novembre 2008, paraphé également par ce brave Eric Woerth, qui a mis en place ce Sarko-formatage de notre haute administration à l’aide de critères affinés par Brice Hortefeux. Passons sur le fait que les préfets sont les seuls fonctionnaires de ce pays à bénéficier de quelques subsides supplémentaires sans que leur nombre soit automatiquement divisé par deux et positivons. Jusqu’à présent quand on nous retirait quelques points sur notre permis de conduire et que l’amende nous frappait, nous ne savions pas exactement où allait l’argent. En sachant maintenant que nos coupables comportements aident des familles de préfet à mieux vivre, avouez que cela change la donne. Comme nos contributions au pouvoir d’achat des préfets ne sont pas minces, on nous parle en effet de sommes pouvant approcher les 60 000 euros, je suggère aux préfets et sous préfets ainsi gâtés par la république de faire preuve, en retour, de générosité. Je leur rappelle que les contributions privées au financement des partis politiques sont plafonnées à 7 500 euros. Au titre de la reconnaissance du ventre, comme l’a fait Madame Bettencourt, il m’est agréable de rappeler, à ces fonctionnaires primés, que l’UMP prépare d’ores et déjà une campagne présidentielle en 2012 et que son trésorier, Monsieur Eric Woerth, serait bien entendu disposé à accueillir leurs charitables offrandes.

Lyon, le 3 juillet 2010.

20/10/2008

Arlequin

Un beau jour le beau Mario, ancien responsable de la Banque Centrale d’Argentine apprenait que Piroska, sa tendre et légitime épouse, avait franchie la ligne blanche, un soir à Davos, avec Dominique son boss. Remonté comme une pendule, Mario qui ne digère pas le fait d’être trompé, remue ciel et terre afin de se venger. Il se confie à Aleski, le représentant russe au fonds et ennemi juré de Dominique. Aussitôt, Shakour, pensant bien faire, conduit une enquête destinée à en finir avec ce triste épisode. L’Egyptien, ami de Dominique ayant avant tout pour préoccupation de sauvegarder les intérêts supérieurs du Fonds donc l’image de son boss. Las, dans son désir de faire le ménage dans le Fonds, Dominique à viré des centaines de personnes. Dans la charrette, il y a Piroska, la femme de Mario et ancienne passade du boss. Interrogée par Morgan, Lewis et Bockius, les consultants mandatés par Shakour, Piroska à beau affirmer que son licenciement n’a rien à voir avec sa liaison avec Dominique, le scandale éclate. Même le nouveau patron de Piroska monte au créneau pour expliquer que l’ancienne amie de Dominique a été embauchée en raison de ses strictes qualités, rien n’y fait. Nicolas, celui qui avait jadis appuyé Dominique pour devenir le boss fait grise mine. Les amis de Dominique quant à eux expliquent que la baudruche va se dégonfler.

  • - Vous pensez que Dominique va se sortir par le haut de toute cette histoire. Tapez réponse A.
  • - Vous pensez que Mario n’a pas dit son dernier mot et que fort de l’appui de Aleksir il va, grâce au concours de Bertrand et François, liquider Dominique. Tapez réponse B.
  • - Vous pensez que l’amour triomphera et que Dominique et Anne vont surmonter cette épreuve, laissant Piroska à Mario, pour ouvrir ensemble des chambres d’hôte en Lozère. Tapez réponse C.
  • - Vous pensez qu’il n’y a pas de fumée sans feu et que Dominique, n’y résistant plus, épousera au final la femme de Nicolas laissant Bertrand et François dans une colère désespérée, l’ancien époux de Carla décidant de renoncer comme Lionel à la vie politique préférant épouser Piroska avant de devenir banquier. Tapez réponse D.

Lyon, le 20 octobre 2008

04/09/2008

Remake

435256510.jpg
Lyon, le 4 septembre 2008.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu