Avertir le modérateur

28/12/2009

2004 en vrac

Loi Perben II - Le PS obtient la présidence de 21 régions – Nicolas Sarkozy ministre de l’économie et président de l’UMP – Tsunami en Asie du Sud-Est – Décès de Ray Charles – Réélection de George W. Bush face à John Kerry – Succès des choristes – Disparition de Claude Nougaro …

Lannemezan, le 28 décembre 2009.

26/12/2009

2002 en vrac

17 février, dernier jour d’utilisation officielle du Franc - Réélection de Jacques Chirac (82%) face à J.M. Le Pen (18%) - Raffarin est nommé premier ministre - Loi Perben - Maurice Papon libéré pour des raisons médicales - Nicolas Sarkozy fait fermer le centre de Sangatte - Le Congrès américain vote la guerre en Irak - Disparition de Lionel Hampton …

Lyon, le 26 décembre 2009.

04/12/2007

Avoir un bon copain.

c1f7d323a202538e26b544659f2e4be2.jpgHier le Figaro s’essayait à dessiner la galaxie centriste avec, en plein centre le Modem et à la périphérie de l’UMP une cohorte d’étoiles éteintes mais satellisées portant les noms de Morin, Cavada, Bourlanges et autres De Robien.

Dans la rondelle centrale, celle du Modem, trois personnages figuraient. François Bayrou, jusqu’ici rien à dire, Marielle de Sarnez, tout est normal, mais aussi, plus qu’étonnant, Michel Mercier autrement dit l’ami de François Bayrou.

Le problème de Michel Mercier c’est qu’il a trop d’amis au point que vendredi, jour d’ouverture du congrès de Fondation du Modem, il est passé faire un petit tour du côté de Villepinte afin de saluer l’ami François puis s’est très vite éclipsé histoire d’assister, je vous le donne en mille, au pot de départ d’un ami pompier à Thizy. Entre le pyromane qui a fait cramer l’UDF et son pote pompier de Thizy, Mercier a donc choisi le second.

Il faut dire que Michel Mercier n’a pas besoin de « meetic » pour se faire des amis. Il en a partout et les aime tous. Prenez Sarkozy, c’est également un ami de Mercier et le Président est paraît-il tout disposé à lui offrir un poste de Secrétaire d’Etat. Ami du pyromane, ami du pompier, ami du flambeur de l’Elysée, Mercier est également l’ami de tous au Modem. Il est donc l’ami de ceux qui devraient rejoindre l’alliance Perben-Millon, ici à Lyon.

Il est également l’ami de quelques naïfs qui vont se faire refiler un plat de lentilles en guise de remerciements pour leur renoncement. Au bout du compte il n’y a guère qu’Azouz Begag et Gilles Vesco pour ne plus compter parmi les amis de Michel Mercier, autant dire un truc qui vaut toutes les médailles du monde.

Lyon, le 4 décembre 2007.

29/11/2007

Leur mémoire qui flanche

22d066df368fd3b4a6a4020051613c33.jpgLe Milloniste Erick Roux De Bezieux  le dit, Philippe Genin n’aurait pas du exprimer publiquement ses réserves sur l’accord Perben-Million pour les Municipales Lyonnaises.

L’autre Milloniste, Denis Broliquier, règle quant à lui le problème autrement. Le Maire du 2ème arrondissement dit qu’une page a été tournée puisque « l’union (Perben-Million) clôt définitivement les désaccords nés au moment des élections régionales ».

Perben, Roux De Bézieux et Broliquier se sont donc installés dans la négation. Vous allez voir que d’ici quelques temps les tenants de l’alliance droitière vont nous expliquer par le détail qu’il n’y a jamais eu d’accords entre Perben et Gollnisch à la région en 1998.

Attention, loin de moi l’idée de penser que de la négation à la révision il n’y a qu’un pas mais force est de constater que cet héritage est bien lourd à assumer pour les uns comme pour les autres même si, comme l’indique Denis Broliquier à Lyon capitale, « ce débat n’intéresse plus que dix journalistes ».

Broliquier a d’ailleurs souvent des problèmes avec sa mémoire. Au point où nous en sommes, je m’attends à ce que le lieutenant de Charles Millon nous explique aussi, d’ici quelques temps, qu’il ne s’est jamais opposé avec acharnement à l’édification du monument  érigé à la mémoire des victimes des génocides sur la Place Antonin Poncet, Madame Marie-Chantal Debazeille (UMP) étant ainsi la seule à endosser la responsabilité de ce combat des plus douteux.

Je suggère à Denis Broliquier de manger du poisson, beaucoup de poisson afin de retrouver la mémoire.

21/11/2007

Reservoir Dogs 2

db1f3824a886c7c9e0c6ef85a421f726.jpg

J’ai l’impression qu’un remake étonnant du premier Tarentino, « Reservoir dogs », est sur le point de se tourner à Lyon. Malheureusement Harvey Keitel, Tim Roth, Steve Buscimi et Chris Penn sont passés à la trappe. Malgré l’improbable casting qui émerge cette histoire forte résistera sans problème au traitement provincial d’un scénario dont je veux rappeler ici le pitch.

Deux types, dont l’un est blessé, rescapés d’un hold-up qui a très mal tourné se réfugient dans un hangar qui devient le lieu de rendez-vous de toute la bande. Peu à peu la pression monte et chaque personnage s’interroge et cherche à comprendre s’il s’agit d’un piège. Qui a trahi ? Le soupçon ne cesse de croître tout au long d’un film qui combine l’art du flash back et de l’abstraction sur fond de dialogues parfois délirants. La fusillade finale est un grand moment de cinéma, une métaphore du désespoir.

Lyon, le 21 novembre 2007

10/09/2007

Il n'y a pas que les tunnels qui sont bouchés

medium_cotontige.jpgVous le savez d'importants problèmes techniques viennent de conduire le Grand-Lyon à fermer le tunnel de la Croix-Rousse. Il suffit d'être automobiliste, nous le sommes tous ou presque, pour constater que cette fermeture provoque de grandes difficultés de circulation dans notre agglomération.

Chacun sait que depuis les terribles événements intervenus dans nos tunnels alpins, la vigilance est totale et les questions de sécurité sont devenues prioritaires. Déjà en 2004 le Grand Lyon, déjà à propos du tunnel de la Croix-Rousse avait pris d'importantes mesures conservatoires et pas moins de 10 millions d'euros de travaux viennent d'être faits alors que le Conseil communautaire a adopté en juillet dernier un important plan pluri-annuel.

Faisant feux de tout bois Dominique Perben se croit autorisé, au risque de perdre toute crédibilité, d'être à l'offensive sur ce dossier. L'association LNH, qui assure sa promotion, écrivait d'ailleurs, en conclusion d'un communiqué sur le Tunnel de la Croix-Rousse, "les lyonnais sont une fois de plus victimes de l'immobilisme du Maire de Lyon et Président du Grand Lyon qui n'a pas su faire les choix nécessaires pour régler la question de la circulation dans Lyon et des liaisons entre Lyon et son agglomération."

Les automobilistes lyonnais quand ils sont dans les embouteillages pestent, comme moi d'ailleurs, mais ils ne sont pas bouchés au point de penser que le Maire de Lyon est responsable des dysfonctionnements de nos tunnels.

Lundi, 10 septembre 2007. 

04/07/2007

Perben, chef de laboratoire

medium_Perben_DOM_TOM.2.jpgDepuis 1995, la TVA Sociale chère à notre gouvernement, est appliquée dans trois départements d’Outre-mer. C’est Dominique Perben, alors Ministre des DOM-TOM qui avait fait voter cette mesure qui ne concernait pas, il faut le dire, les produits de consommation courante soumis à taux réduits.

A l’époque, le toujours très doigté Dominique Perben avait expliqué qu’il s’agissait, je cite, "de traiter avec audace" la question de l'emploi face à la « tendance naturelle de l’Outre-mer à privilégier une économie d’importation ».

Syndicats et élus de gauche s’étaient alors mobilisés pour dénoncer une mesure qui risquait de provoquer l’augmentation du coût de la vie. Malgré leur patience, les opposants sont toujours entrain d’attendre la publication d’une étude mesurant l’impact de cette TVA Sociale sur le pouvoir d’achat dans ces trois départements.

Plus tard, Jean-Jack Queyranne, Secrétaire d’Etat à l’Outre-mer avait élargi massivement les exonérations de charges sociales aux entreprises de moins de 10 salariés mais avait indiqué clairement à l’époque, son refus de faire payer cette mesure pour l’emploi par une extension de la TVA payée, de fait, par les consommateurs des DOM. Mieux, Jean-Jack Queyranne, avait rappelé qu’en métropole comme dans les DOM, le gouvernement Jospin avait, au contraire, préféré réduire d’un point le taux de TVA.

Au final, le Ministère de l’Outre-mer avait dressé un bilan pour le moins mitigé des mesures Perben. J’avoue que je connaissais les coups-bas que Dominique Perben avait fomentés quand il était en charge de la justice. De là à penser qu’il avait été chef de Laboratoire dans les DOM-TOM concernant la TVA Sociale est pour moi une découverte. On en apprend chaque jour.

Lyon, le 4 juillet 2007.

06:05 Publié dans Politique & politiques... | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : Perben, Dom, tom, TVA, sociale, outre, mer | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

19/06/2007

Revue des troupes

medium_Troupe_Armee_2.jpgNous connaissons depuis quelques heures la composition du gouvernement Fillon II. Entre les recasés, les obligés, les rescapés, les affidés et les déboutés, je note, comme vous, la présence de Fadela Amara à qui je souhaite bonne chance tant le travail sous la tutelle de Christine Boutin devrait apporter des joies et des peines jusqu'ici inconnues à l'ancienne responsable de "Ni pute, ni soumise".

Dans le même temps, Bockel rejoint Kouchner. Le quai d'Orsay devient donc illico la réserve de Peaugres. Mais ce qui me chagrine le plus ce n'est pas la présence du Blair de Mulhouse dans ce gouvernement c'est, vous vous en doutez, le fait que l'alsacien hérite de la francophonie, portefeuille qui était parait-il promis à Christian Philip (Cf. mon billet du 29 mai)

J'ai beau m'user les yeux sur l'ordinateur, point de Christian Philip. Je me faisais déjà une joie, lors du traditionnel défilé du 13 juillet, de voir côte à côte, sur le bitume de la place Foch, le Secrétaire d'Etat Philip et le Maire de Lyon Gérard Collomb passant les troupes en revue sous le regard perdu d'un Dominique Perben qui malheureusement devra désormais se résoudre à suivre la noria de nos troupes depuis la tribune en compagnie de mes amis Jean-Louis Touraine et Pierre-Alain Muet, nos deux nouveaux dévoués députés lyonnais.

Lyon, le 20 juin 2007.

Commentaires à Erick Roux de Bézieux

medium_UMP.jpgVeuillez trouver ci-dessous le commmentaire que j'ai posté ce jour sur le blog de mon collègue et Conseiller municipal Erick Roux de Bézieux suite à son billet du 17 juin intitulé   Pour qui sonne le glas ?
 
"Cher Erick,
 
Une bonne analyse, je l'imagine écrite à chaud, qui mérite tout de même d'être tempérée. En effet "fashion Collomb", pour reprendre ton expression n'est pas seulement en phase avec les tendances. Je crois que nous franchissons humblement les étapes les unes après les autres avec un fort désir de rassemblement. Ce "modèle lyonnais", comme l'écrit parfois la presse, est avant tout l'expression d'une politique qui fédère bien au-dela de sa traditionnelle zone d'influence. C'est ainsi que des lyonnais, probablement électeurs de Nicolas sarkozy lors des présidentielles, se reconnaisent déjà dans la conduite des affaires municipales de l'équipe de Gérard Collomb.Ce n'est bien entendu, de ma part, pas faire offense à la droite lyonnaise que de le dire. Chacun le reconnait, la ville bouge sur un ensemble de plans. Je crois qu'en s'opposant assez systématiquement et parfois de manière "folle" à notre politique, l'Ump fait une erreur fondamentale d'analyse sur le cours des choses à Lyon depuis au moins 10 ans. Sans vouloir donner des leçons je pense qu'en condamnant par exemple les berges du Rhône, en refusant d'apporter son soutien au festival Quai du polar, en menant des batailles incongrues sur le Mémorial Arménien, en moulinant des argumentaires sectaires sur notre politique urbaine ou économique, la droite lyonnaise n'est plus comme tu peux l'écrire "en phase". Je dois te confesser que ton groupe, malgré certains débordements qui sont souvent le fruit de délimitations idéologiques datées, me semble plus à l'écoute du réel et des évolutions sociologiques lyonnaises. A contrario, j'ai le sentiment que l'Ump n'a qu'un seul objectif "récupérer une ville". Fondamentalement en décidant de faire don de son corps à Lyon, Dominique Perben s'est autorisé à penser que la chose allait être une formalité comme si une telle perspective pouvait suffire à donner sens à un parachutage. Aujourd'hui dire aux lyonnais supposés à droite, que le sens d'une candidature c'est de "chasser l'usurpateur Collomb" pour que la ville revienne naturellement dans le giron de la droite repose sur une erreur d'analyse fondamentale mais aussi une sacré dose de suffisance. Je crois que le deuxième tour des législatives à Lyon c'est aussi cela même si mon grain de sel n'invalide pas ton propos.Désolé pour la longueur du commentaire. A bientôt. Très cordialement. Jean-Yves Sécheresse "

30/05/2007

L’homme de la synthèse

medium_Christian_Philip.jpgPlus que vingt jours pour connaître le contenu du rapport sur la Francophonie rédigé par Christian Philip à la demande express du Premier Ministre.

Vous vous souvenez que le député UMP sortant de la 4ème circonscription du Rhône s’était vu confier la rédaction de ce rapport après avoir cédé sa place à Dominique Perben.

Vous vous souvenez aussi que la véritable récompense promise à M. Philip est à venir puisqu’il doit, une fois cette étude livrée, devenir Secrétaire d’Etat à la Francophonie.

Nous sommes en pleine période des examens et sachez que rédiger une telle somme en l’espace d’une vingtaine de jours n’est pas chose facile ce d’autant que la littérature disponible en la matière est surabondante. Afin de vous convaincre de ce travail de titan, je vous livre la liste des principales études et publications sur cette question que Christian Philip digère en ce moment. Une prouesse dans ce difficile art de la synthèse.

En guise de hors d’œuvre la lecture de « l’année Francophone internationale » pour 2006, 2005, 2004 et 2003 est incontournable soit au total 1722 pages. A cela il convient, en se tournant vers la documentation française, de lire puis analyser des publications récentes comme la somme sur les mondes francophones produite sous la direction de Dominique Wolton (736 p.), l’étude de Bernard Monvalis, « Littérature et développement » (159 p.) sans oublier l’excellent, « langues, langages, inventions » de Daniel Delas (159 pages). En 2004 les travaux indispensables pour qui s’intéresse à cette question de Jacques Barrat (« Géopolitique de la Francophonie », 160p.) et de Serge Regourd (« De l’exception à la diversité culturelle » 120 pages) ne peuvent être contournés. Après avoir consulté les apports de Louis-Jean Calvet (questions internationales n°1), Abdou Diouf (Afrique contemporaine n°1) et le dossier Léopold Sédar Senghor (Afrique contemporaine n°201), comment squeezer le rapport de Josseline Bruchet (« Langue française et francophonie », 184 p.) et celui de Jean-François de Raymond (« L’action culturelle de la France », 136 p.) ?

A cela il convient d’ajouter quelques rapports édités par le Ministère de la Culture et de la communication avec en particulier celui concernant « L’évaluation de la politique en faveur du Français » rédigé par l’Inspecteur Général Hubert Astier, mais aussi les éditions 2005 et 2006 du « Rapport au parlement sur l’emploi de la langue française » (respectivement 227 et 145 p.)

Dans cet imposant gisement documentaire comment oublier le Sénat ? J’imagine que Christian Philip s’est penché sans délai sur le rapport Duvernois intitulé « Rapport d’Information sur la stratégie d’action culturelle de la France à l’étranger » (130 p.) et pour ne pas commettre d’impairs sur les rapports de l’Assemblée Nationale. Tout d’abord sur celui de Michel Merbillon intitulé « Rapport d’information sur la diversité linguistique dans l’Union européenne » (144 p.) mais aussi ceux d’Odette Turpin (sur la politique éducative), d’Yves Tavernier (sur les moyens de diffusion de la Francophonie) en ne négligeant pas, au nom de l’ouverture, le travail d’Yvette Roudy sur les droits de la personne et la Francophonie.

Je ne veux pas vous lasser mais sachez que des dizaines et dizaines d’autres rapports, textes, ouvrages et publications importantes existent sur ce sujet. Un petit tour du côté de chez Google va vous convaincre et vous permettre de mesurer l’ampleur de la tâche de M. Philip.

Comme vous tous j’ai hâte de découvrir ce rapport de Christian Philip qui sera un grand pas pour la Francophonie.

J’espère qu’en présentant son travail au Premier Ministre, Christian Philip n’oubliera pas de remercier Dominique Perben sans qui cette étude n’aurait pas été possible.

Lyon, le 29 mai 2007.  

Photo: DR

25/05/2007

Perben 3

medium_Perben_3.jpgMardi, je m'interrogeais comme tout le monde sur ce qui avait été promis à Christian Philip le député UMP sortant de la 4ème circonscription de Lyon pour laisser place nette à Dominique Perben.

Rappelez-vous, champion de la délocalisation de ses concurrents, Dominique Perben n'en n'était pas à son coup d'essai.

Perben 1, c'était la délocalisation de Millon à Rome.

Perben 2, celle d'Henry Chabert à Villeurbanne.

Restait à savoir combien valait celle de Christian Philip au titre de Perben 3.

Depuis hier nous commençons à y voir plus clair. Christian Philip est chargé d'une mission sur la Francophonie auprès du 1er ministre. En vérité si mes informations sont bonnes, dès la remise d'un rapport le 18 juin, dont l'urgence apparait immédiatement, Christian Philip serait illico nommé Secrétaire d'Etat à la Francophonie auprès de Xavier Darcos.

Si j'ai un conseil à donner à quelques élus UMP, sur le point de se faire empapaouter par Dominique Perben, c'est d'annoncer dès maintenant leur volonté de présenter des listes majorité présidentielle lors des prochaines municipales lyonnaises.  Une dans chaque arrondissement c'est 9 possibilités de reclassement pour 9 dissidents. Au train où vont les choses soyez certains que Dominique Perben trouvera 9 opportunités pour vous délocaliser définitivement mais très confortablement. En avant pour Perben 4,5,6,...

Lyon, le 25 mai 2007.

22/05/2007

Délocalisator

medium_Perben_Bleu_ciel.jpg A Lyon, je peux, sans me tromper vous dire que les coups tordus de Dominique Perben pour accéder à la Mairie n’impressionnent plus grand monde. Ailleurs, j’imagine que les agissements de l’ex-ministre indiffèrent et c’est après tout bien normal. Cela étant, les comportements de Dominique Perben méritent d’être contés tant ils sont représentatifs d’une façon de faire de la politique à l’ancienne, ici, à Lyon, mais aussi ailleurs.

Vous ne le savez donc peut être pas mais Dominique Perben était Maire de Châlon-sur-Saône. Un beau matin il décide de quitter sa ville pour s’installer à Lyon ou plus exactement pour faire don de son corps à sa ville natale.

Ce qui motive notre homme, vous l’imaginez, est assez simple. Il veut devenir Maire de la ville. Il trouve obscène qu’un Maire socialiste occupe le poste. Perben annonce donc « urbi et orbi » qu’il sera Maire de Lyon parce qu’il s’agit pour lui de favoriser une sorte de retour à l’ordre naturel des choses. Pour ce faire il décide de remettre de l’ordre au sein de la droite locale.

Vous l’avez compris c’est ici que les choses intéressantes commencent car, chez Dominique Perben l’essentiel ne relève pas de la vie des idées mais plus prosaïquement de la méthode. Très vite, celui qui va devenir patron de l’UMP du Rhône, rencontre un premier problème, il s’appelle Charles Millon. C’est là que va naître la méthode Perben, celle qui consiste à délocaliser ses concurrents car Charles Millon est un concurrent de notre Ministre.

Un beau jour, n’ayant même pas la correction républicaine d’attendre, Perben annonce lui-même sur le perron de l’Elysée, après un Conseil des ministres, que Millon est délocalisé à Rome comme ambassadeur auprès de la F.A.O. Exit Millon.

Quelques mois plus tard un ancien adjoint de Michel Noir ayant des envies municipales est quant à lui délocalisé à Villeurbanne pour tenter sa chance sous d’autres cieux. Exit Henry Chabert, c’est son nom, qui dégage illico du terrain.

Il en restait un troisième, l’ancien 1er adjoint de Raymond Barre, député UMP sortant de la circonscription sur laquelle lorgnait Perben. Après avoir proposé, dans un premier temps sans succès, à Christian Philip, c’est le nom du député sortant, la présidence d’une grande entreprise nationale, un poste d’ambassadeur pour en échange se faire refiler la circonscription, nous apprenons que Perben avait trouvé une solution, puisque le député UMP en question vient de retirer sa candidature aux législatives. Perben est donc maintenant le seul candidat UMP pour la députation. Après Millon, Chabert c’est maintenant Philip qui est délocalisé. Pour l’instant l’histoire n’indique pas où, mais l’avenir devrait nous en dire plus sur cette nouvelle délocalisation.

Vous le voyez la méthode Perben est simple. D’un côté vous avez un homme qui pour dégager le terrain délocalise des concurrents, de l’autre un appareil d’Etat riche en postes d’ambassadeurs, en présidences de sociétés nationales voire même en sous-secrétariats d’Etat. Il suffit alors, au détour d’un Conseil des Ministres, de puiser dans le bric-à-brac des niches douillettes de l’Etat pour trouver les solutions aux problèmes de Dominique Perben.

Délocalisator est donc à Lyon, imaginez une seule seconde que Dominique Perben dépense autant d’énergie pour trouver du boulot aux chômeurs, la vie serait tout de même plus sympathique.

Lyon, le 22 mai 2007.

10/05/2007

"Aigri, rageux, dégoûté"

medium_Perben_2.jpgHier, sans véritablement la comprendre, j’évoquais la joie qui emportait Dominique Perben non sans pointer les difficultés qui s’annonçaient pour lui à court terme. Dans un commentaire sur ce blog, Mikaps pensait, et il se trompe, que j’étais, je cite, « aigri, rageux, dégoûté ».

Cher Mikaps, comment vous dire que tel n’est pas le cas ? Pour vous convaincre, je vous invite à prendre en compte la déclaration du député UMP Christian Philip adversaire de Dominique Perben dans la 4ème circonscription. Pour mieux vous en pénétrer, n’oubliez pas cher Mikaps que Philip et Perben sont tous deux membres de l’UMP. A propos de Dominique Perben, Christian Philip explique donc qu’il « est venu pour rassembler. Il nous a divisé. Il n’y a pas de dialogue avec le groupe Unir Pour Lyon (Millonistes), ses relations avec Mercier sont au point mort. Mon combat » dit Monsieur Philip « c’est aussi de mettre en avant l’échec de sa stratégie ».

Après une déclaration aussi cinglante, peut-être allez-vous dire que Monsieur Philip est également « aigri, rageux, dégoûté » ?

En vérité j’ai le sentiment que la joie de Dominique Perben est entrain de s’éteindre. Pour preuve le communiqué « aigri, rageux, dégoûté » de notre homme à propos des berges du Rhône actuellement rendues aux Lyonnais. Dominique Perben parle « d’un choix idéologique d’une autre époque » (sic !), regrette le stationnement des automobiles sur les bas-ports, évoque une esthétique contestable et des fonctionnalités mal évaluées (re sic !).

Vous le voyez cher Mikaps, si vous souhaitez débusquer « l’aigri, le rageux et le dégoûté » dans la vie politique lyonnaise, par pitié ne commencez pas par moi. Sur ce plan là je suis un très mauvais client.

Lyon, le 10 mai 2007.

14:20 Publié dans Politique & politiques... | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : perben, berges, lyon, rhône, rhone, philip, UMP | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

09/05/2007

Perben en joie

medium_Perben.3.jpgIl y a quelques jours, je regardais Dominique Perben sur France 3. Il était heureux, confiant, comme porté par l’élection de Nicolas Sarkozy au point que je me dois de lui faire quelques rappels sur la situation lyonnaise.

Dans 5 des 9 arrondissements lyonnais, Ségolène Royal est en tête. Un résultat inédit dans notre bonne ville sachant que, jamais, lors d’une présidentielle le candidat de gauche avait atteint pareil score. Par exemple en 1995, le candidat Chirac était 7 points au-dessus de sa moyenne nationale à Lyon. Sarkozy est très loin d’une telle prouesse.

Pour ce qui relève des législatives, dans la 2ème circonscription (Terreaux-Croix-Rousse et Duchère), savamment découpée par Charles Pasqua, pour la première fois la gauche dépasse la droite au soir d’une élection présidentielle. Une performance qui devrait encourager Pierre-Alain Muet le candidat socialiste.

Question de tempérament, vous savez qu’il m’est toujours agréable de constater qu’autour de moi la joie et l’optimisme triomphent, le fait qu’aujourd’hui Dominique Perben rayonne de bonheur m’impressionne et me transporte. Cela étant je n’arrive vraiment pas à m’expliquer ce qui fonde une telle béatitude. Au-delà des bons résultats qui valident d’une certaine façon l’attitude d’ouverture et le sérieux de la gauche lyonnaise, je voudrais également préciser à un Dominique Perben qui annonce dans le Progrès d’hier que « le Maire a perdu », que le plus difficile pour lui commence dans sa circonscription (pour nos amis d’ailleurs une sorte de mix entre les 16ème et 15ème arrondissement de Paris). En effet, le député sortant ex-UDF devenu UMP, Christian Philip s’est fait blackbouler par Perben et compte, si mes informations sont bonnes, maintenir sa candidature probablement en compagnie d’une suppléante de qualité qui n’est autre que la Maire Milloniste de l’arrondissement.

Des Millonistes justement parlons-en. On nous annonce la candidature du Maire Milloniste du 2ème dans la 1ère circonscription de Lyon. Sauf à passer un accord avec lui, ce qui équivaudrait à une petite révolution sur le plan local, je ne vois pas dans ce panorama ce qui peut rendre Dominique Perben aussi jovial.

Comble du fun, Perben est tellement satisfait de se savoir écarté du futur gouvernement Sarkozy qu’il nous explique que cela va lui laisser du temps pour préparer les municipales. Quand on sait que ce qui avait motivé sa présence dans le gouvernement Villepin c’était justement d’acquérir du poids, face à G. Collomb, pour les dites municipales, on ne peut que s’incliner face à tant de bonheur, l’amour rendant probablement aveugle.

Lyon,  le 9 mai 2007.

16:55 Publié dans Politique & politiques... | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : Perben, Sarkozy, UMP, Lyon, Pasqua, résultats, élection | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

07/04/2007

Planqué dans un buisson

Marianne de la semaine passée nous relatait une petite histoire qui n'est pas dénuée d'intérêt. Un certain Amir Vehabovic ayant quelques doutes sur la réalité et la fiabilité de l'amitié de certains proches les a invité à ses fausses funérailles. Cercueil vide, faux certificat de décès, croques-morts complices car soudoyés, le type convoque ses (vrais ?) amis à ses (fausses) obsèques et se planque derrière un buisson pour observer qui vient. Las ! Une seule personne se déplacera, sa propre mère. Imaginez qui pourrait être le seul à venir aux fausses obsèques de ces personnalités sachant que bien des réponses sont plausibles...
 
medium_Buissons_I.3.jpg
Mes réponses,ci-dessous.

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu