Avertir le modérateur

06/06/2007

Complémentaire

medium_ceciliasarkozy.jpgDu nouveau du côté de Cécilia Sarkozy. Jusqu’ici on connaissait le numéro complémentaire, le cours complémentaire, les angles complémentaires, les couleurs complémentaires. Maintenant, il faut vous y résoudre, il conviendra de parler, en diplomatie, du rôle complémentaire de l’épouse du Président de la République.

Pour l’aider à jouer ce rôle de « First lady » à l’américaine, le Figaro nous révèle dans son édition d’hier que Cécilia Sarkozy embauche un conseiller diplomatique, spécialiste des questions européennes de l’Afrique et du Maghreb, pour occuper ce poste nouveau de conseiller complémentaire auprès de celle qui jouera un rôle complémentaire.

Parmi les attributions de Cécilia Sarkozy on nous dit que les sujets féminins (sic !) comme les enfants, les femmes et l’humanitaire seront privilégiés. On nous indique aussi que la Francophonie et la culture vont faire partie du domaine de compétence de notre « Première Dame ».

Côté francophonie, nous pouvons assurer à Madame Sarkozy que, du côté de Lyon, elle possède un interlocuteur de premier choix en la personne de Christian Philip qui dans une vingtaine de jours, va proposer au Premier Ministre un rapport qui devrait faire date. Je vous rappelle que notre homme a préféré interrompre sa carrière de député pour faire avancer cette cause.

Côté culture, j’avoue avoir des difficultés à situer ce que pourrait être le rôle complémentaire de Cécilia Sarkozy. Non pas que l’épouse du Président manque de culture, au contraire, puisque son goût pour les arts et sa formation de musicienne plaident pour elle. Ce qui me chagrine c’est plutôt que l’on puisse définir un rôle de complémentarité à une personne dans le cadre d’une action culturelle dont nous ne savons rien ou pas grand chose. Avouez que l’ancienne patronne de Versailles devenue Ministre de la Culture avec comme complément Elyséen la « First lady » c’est quand même un peu court.

Lyon, le 6 juin 2007.

14/05/2007

Massacres à la tronçonneuse.

medium_Sarkozy.jpgLa victoire de Nicolas Sarkozy commencerait-elle à être difficile à digérer pour certains qui, depuis des mois voire des années, affichaient avec zèle leur soutien indéfectible au patron de l’UMP ?

En s’orientant probablement vers une équipe ministérielle ramassée obéissant aux principes de parité et intégrant des ministres venus d’ailleurs, on ne peut que comprendre les inquiétudes qui commencent à agiter le microcosme des mâles de droite.

On en saura plus d’ici huit jours et en attendant Sarkozy va faire de la casse parmi la cohorte de prétendants jusqu’ici dévoués. Ce casting ministériel va donc faire des déçus y compris parmi les « sarkozystes canal-historique ». Les Jego, Paillé, Woerth et autres Blanc devront probablement se contenter de strapontins après l’éventuelle victoire des législatives, car pour l’instant, en bon communicateur, le nouveau président va surtout afficher une volonté offensive en désignant une équipe ministérielle réduite. Le temps de l’armée mexicaine viendra plus tard avec la nomination d’une kyrielle de seconds couteaux dans l’éventuel deuxième gouvernement Fillon.

Sale temps donc pour les mâles UMP qui devront faire place à sept femmes, à deux centristes hommes (Sauvadet ? Morin ? Robien ? Leroy ? …) et à un ou deux hommes de gauche, transfuges sans conviction (Védrine ?…), avant de prétendre à une petite friandise ministérielle. Sale temps également en perspective pour certains secteurs de l’appareil d’Etat qui, justes sortis de l’euphorie électorale, attendaient des jours meilleurs.

Cette semaine dont dispose Sarkozy pour s’outiller ne concerne donc pas seulement le personnel politique. L’autre enjeu est, au travers d’un découpage des fonctions ministérielles qui risque d’être taillé à la tronçonneuse, de rendre le plus vite possible opérationnelle la suppression des postes de fonctionnaires prévus. Déjà, dans certains grands corps de l’Etat, les groupes de pressions donnent de la voix pour être épargnés de la Kärchérisation annoncée. Ingénieurs des mines, des ponts, des eaux et forêts et quelques autres crient au scandale ayant peurs d’être sacrifiés dans le futur « ground zéro administratif » que leur prépare Sarkozy. Aux finances on s’attend également au pire tant le potentiel de liquidation de postes est jugé important par le pouvoir qui arrive. Même la FNSEA  trouille à l’idée de plus avoir de ministère de référence, Sarkozy n’entendant probablement pas faire perdurer un système protégé depuis des années par son prédécesseur.

D’ici quelques semaines la tornade Sarkozy risque de faire tout autant peur dans les rangs des dirigeants d’importantes entreprises publiques qui, à l’instar de Anne-Marie Idrac la nouvelle patronne de la SNCF opposée à une loi visant à limiter le droit de grève, devront se soumettre ou se démettre.

Qu’ils soient élus UMP, membres des grands corps de l’Etat, hauts cadres d’entreprises publiques, ces responsables, pour l’essentiel d’entre eux, attendaient avec impatience l’arrivée de Sarkozy pensant que les mauvais coups de leur patron allaient être portés uniquement vers le « petit peuple ». Très vite ils vont découvrir que l’équation est de nature différente.

Nous avons tous vus ce week-end la bobine de celui qui va certainement être le nouveau porte-parole de l’Elysée, un certain David Martinon. Je l’invite de suite à constituer un bon stock de gomina. Il devrait rapidement avoir besoin de faire bonne figure devant les caméras.

Lyon, le 14 mai 2007.

10/05/2007

La soupe de Sarkozy

medium_Bayrou-fond-bleu.2.jpgC'est fait. C'est dérisoire mais c'est fait. Dans une tribune confiée hier au Figaro, les députés UDF passés armes et bagages chez Sarkozy se trouvent enfin de bonnes raisons pour laisser tomber François  Bayrou. Convergences politiques sur le rôle de l'Etat, l'économie, la proportionnelle, l'Europe... tout y passe au point que l'on peut se demander pourquoi les Leroy, Morin et autres Sauvadet se cherchent à présent des raisons de fonder politiquement ce lâchage.  Ils vont ainsi rejoindre Blanc, Santini et Robien "les traitres" du 1er tour, grand bien leur fasse.

Dans cette affaire, en guise de conclusion politique, la seule chose tangible à relever est que pour nos affamés, la certitude d'une soupe chez Sarko est préférable à un incertain velouté chez Bayrou. Nos députés qui pérorent aujourd'hui sur les grandes qualités du bouillon Sarkozyste reprochent qui plus est à leur ex-ami et leader d'avoir expliqué, entre les deux tours, son refus de Sarkozy ce qui pour eux, mais après-coup, semble être la plus terrible obscénité politique.

Alors, à vous qui, dans l'euphorie de la campagne présidentielle, avez imaginé que le centre pouvait enfanter quelque chose d'étonnant et d'original dans ce pays, je sais que cette réalité qui rattrape aujourd'hui François Bayrou doit peiner les plus résignés et révolter les autres.

Il est trop tôt pour évaluer la suite de l'aventure de François Bayrou mais les élections législatives approchent et constituent un rendez-vous crucial. En vérité c'est notre dernière chance de stopper la concentration des pouvoirs dans les seules mains de Nicolas Sarkozy et d'un appareil UMP digne héritier d'un véritable savoir faire du RPR dans ce domaine.

A vous de réfléchir à la meilleure façon d'y parvenir dans cette campagne qui s'annonce. J'y reviendrai d'ici quelques temps. 

Lyon, le 10 mai 2007. 

07:00 Publié dans Politique & politiques... | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : Bayrou, UDF, Sarkozy, Nicolas, François, députés, UMP | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

06/05/2007

Réactions à 21h

medium_SR-_Portrait_-_blanc.jpgA ceux qui espéraient que Ségolène Royal jette l'éponge ce soir la nouvelle est probablement amère. Le renouvellement engagé lors de sa campagne doit se poursuivre. Il en va de l'avenir de la politique à gauche donc de l'avenir du pays. Nous pouvons compter sur elle pour construire cet avenir.

Comme l'a déclaré Ségolène Reoyal à la Maison de l'Amérique latine sur le coup de 20h00 le mouvement esquissé doit se poursuivre et nécessairement s'amplifier au delà des contours politiques qui sont notre héritage mais qui doivent évoluer.

Prévisible, le message de Sarkozy intervenu vers 20h30 annonce la couleur. Derrière le bleu horizon du futur Président la couleur de la grisaille commence à suinter avec une démagogie habituelle à laquelle nous devons continuer à rester sourds. 

 

Lyon, le 6 mai 2007. 

08/04/2007

Histoire du méchant petit Nicolas

medium_Mark_Twain.jpgMes excuses à Mark Twain, qui de toute façon s'en contrefiche, d'avoir détourné cette histoire  et aux Editions du Mercure de France, qui ont, je l'espère d'autres chats à fouetter. Le texte original est donc disponible chez cet éditeur sous le nom de "Contes humoristiques", collection "Mille Pages", édition établie par Alain Delahaye. 

Il y avait une fois un méchant petit garçon qui s'appelait Nicolas. Cependant, si l'on veut bien le remarquer, les méchants petits garçons s’appellent presque toujours Jean-Marie ou Philippe dans les livres de l'école du dimanche. C'est bizarre, mais on n'y peut rien. Celui –là s'appelait Nicolas.

Il n'avait pas non plus une mère malade du côté de la Trinité-sur-Mer, une pauvre mère pieuse et poitrinaire, et qui eût souhaité mourir et se reposer dans la tombe, sans le grand amour qu'elle portait à son fils, et la crainte qu'elle avait que le monde fût méchant et dur pour lui, quand elle aurait disparu. Tous les méchants petits garçons dans les livres de l'école du dimanche s'appellent Jean-Marie ou Philippe, et ont une mère malade qui leur enseigne à répéter "maintenant je vais m'en aller…" et chantent pour les endormir d'une voix douce et plaintive, et les embrassent, et leur souhaitent bonne nuit, et s'agenouillent au pied du lit pour pleurer. Il en était autrement pour notre garçon. Il s'appelait Nicolas. Et rien de semblable chez sa mère, ni phtisie, ni autre chose. Elle était plutôt corpulente, et n'avait nulle piété. En outre elle ne se tourmentait pas outre mesure au sujet de Nicolas. Elle avait coutume de dire que s'il se cassait le cou, ce ne serait pas une grande perte. Elle l'envoyait coucher d'une claque, et ne l'embrassait jamais pour lui souhaiter bonne nuit. Au contraire, elle lui frottait les oreilles quand il la quittait pour dormir.

Lire la suite

08:30 Publié dans Ainsi va la vie... | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : Twain, Mark, Sarozy, Nicolas, UMP, candidat, 2007 | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

28/03/2007

Le petit Nicolas passe le bac philo

medium_Philosophie_mag.jpgDans la revue « philosophie magazine » d’avril 2007 un étrange dialogue entre Michel Onfray et Nicolas Sarkozy nous est proposé. Ayant manifestement lu les propos le concernant sur le blog du philosophe qui parle de Sarko comme « d’un démagogue animé par une obsession pathologique : jouir de la puissance donnée par le pouvoir », le candidat UMP attaque d’entrée : « Qu’est-ce que je représente pour vous ? Osez pousser jusqu’au bout la logique que vous exposez dans votre blog : vous me voyez comme un démagogue, la réincarnation de la bête immonde ? ». L’autre lui répond aussi sec, « Il y a de la démagogie dans vos derniers discours, celui de l’investiture et celui de la Mutualité. J’y ai découvert des affirmations inhabituelles chez vous ». « Par exemple » coupe Sarkozy. « Le fait que vous vous revendiquiez comme républicain, cela m’a semblé assez neuf » rétorque Onfray.

En vérité, au-delà de cette entame plutôt enlevée, l’essentiel de ce dialogue est sans véritable intérêt, nos deux interlocuteurs échangeant assez superficiellement sur le Gaullisme, les Etat-Unis, la religion et bien d’autres sujets. Lisez bien entendu l’intégralité du texte de ce magazine, vous trouverez peut-être comme moi que tout au long de ces huit pages le petit Nicolas, notamment dans une deuxième manche sous forme de petit déjeuner, est de temps à autre pathétique mais parfois une victime sympathique du professeur Onfray.

Le petit Nicolas passe donc ce mois ci le bac philo et le nietzschéen Docteur Onfray, comme bien d’autres, est au bout du compte piégé par un candidat plutôt malin, capable de caser le peu de choses qu’il a révisé.

J’espère que Nicolas Sarkozy ne sera pas président de la République mais avouons qu’il mérite la moyenne à l’épreuve de philo tant, malgré un début d’oral difficile, il a su se défaire d’un professeur émerite bien plus cultivé mais bien moins agile et roublard que lui.

Lyon, le 28 mars 2007. 

07/02/2007

Les comptes de Sarkozy

medium_nicolassarkozy.2.jpgCela fait maintenant près d’un mois que Nicolas Sarkozy a changé. Un mois c’est long et c’est tout à la fois très court. Par exemple un mois c’est court pour inaugurer en urgence une rue Jean Jaurès ou bien une Place Léon Blum à Neuilly. Mais un mois c’est suffisant pour dérouler une campagne démagogique quand on a des soutiens fidèles qui arpentent des médias déjà sous contrôle.

Nicolas Sarkozy nous prépare donc, parce qu’il a changé, un avenir radieux mais que ceux qui sont nés avec une cuiller d’argent dans la bouche se rassurent, l’avenir radieux c’est le leur. Quant à ceux qui sucent depuis des lustres leur cuiller en plastique, qu’ils se méfient.


Lire la suite

18:00 Publié dans Politique & politiques... | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : Sarkozy, UMP, candidat, Neuilly, programme, 2007, Nicolas | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

10/01/2007

Sarkozy au scanner

medium_sarkozymasque.3.jpgDans un document d’une centaine de pages publié aujourd’hui, le Parti Socialiste passe au peigne fin les faits et méfaits de Nicolas Sarkozy depuis 2002.

Disponible gratuitement sur le site du PS (Télécharger), le long réquisitoire très argumenté démontre efficacement et sans effets de manche les traits majeurs d’un projet politique libéral et néo-conservateur qui piétine avec application les derniers lambeaux du gaullisme. Une lecture qui s’impose donc à tous et en particulier à Jacques Chirac qui trouvera dans cette somme quelques bonnes raisons, toutes frappées d’un authentique esprit républicain, de stopper l’ascension de son meilleur ennemi.

Lyon, le 10 janvier 2007

> Télécharger le document 

22:00 Publié dans Politique & politiques... | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Sarkozy, PS, 2007, Royal, UMP, Projet, Nicolas | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

23/12/2006

Les sanglots de l’homme montblanc (TM)

medium_Logo-Restos_du_coeur.jpgVous ne savez pas, en cette période de fêtes, comment joindre l’utile à l’agréable ? Doté d’un pouvoir d’achat en augmentation exponentielle, vous avez du mal à gérer un vieux fond de culpabilité qui sommeille en vous et qui ronge votre moral ? Rassurez-vous la marque montblanc peut tout à la fois vous apporter la jouissance du luxe et l’exquis bonheur de faire le bien autour de vous.

Retour sur deux publicités de la célèbre marque suisse.

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu