Avertir le modérateur

16/02/2010

Qualificatif

PhilippeCochet.jpgInterviewé dans le dernier numéro de Lyon People, Philippe Cochet le député maire de Caluire et président départemental de l’UMP apparaît toujours aussi agressif mais beaucoup moins péremptoire. On est loin de 2007 où, dans Lyon Capitale, au lendemain de son élection comme secrétaire national à je ne sais quoi de son parti, il se prétendait plus important qu’un ministre. C’était le temps béni des lendemains de victoire. Depuis la vie a fait son œuvre. Pour les municipales de 2008 Cochet avait lancé une véritable fatwa contre les élus du groupe Synergies au Grand Lyon intimant à tous les maires de sa circonscription de rejoindre l’UMP. Résultat : tous les nouveaux élus sont allés à Synergies entrainant même avec eux un maire sortant du groupe UMP. Le genre de claque qui rend modeste et qui fait dire aujourd’hui à l’intéressé qu’il ne pense pas à la présidence du Grand Lyon tous les matins en se rasant. Mais il ne supporte toujours pas la présidence de Gérard Collomb dans cette assemblée qu’il situe à droite. Alors il cherche les angles d’attaque et après avoir dit tout le bien qu’il pense de la gestion de Michel Noir puis de Raymond Barre il reproche au président actuel son exécutif ouvert à l’opposition et ses 40 vice-présidents présentés comme un armée mexicaine. Seul détail c’est Raymond Barre lui-même qui a inauguré ce mode de gouvernance et son exécutif d’alors n’écartait que les représentants du FN et du Parti Communiste, encore que puisque Maurice Charrier y siégeait. Certes il n’était plus encarté au PC mais l’avenir a montré qu’il n’a jamais coupé les ponts en laissant au moment de son départ volontaire les clés de Vaulx en Velin à un membre très officiel de ce parti. Certes Barre avait ses raisons : il lui fallait contenir l’influence qu’il jugeait trop forte des amis de Noir regroupés autour d’Henri Chabert cela valait bien une alliance avec la gauche. Pourtant Philippe Cochet ne rechigne pas à prendre appui sur le passé pour poser la question qui lui paraît fatale : quel qualificatif donneriez vous aux années Collomb ? Pour Noir dit-il c’était propreté et lumière, pour Barre l’UNESCO, pour Collomb il ne voit rien même pas les Berges du Rhône par exemple ou peut-être a-t-il oublié ce qu’elles étaient avant. Mais son objectif aujourd’hui est de faire de Caluire un modèle pour le dupliquer au niveau de l’agglomération alors attendons et on verra bien quel qualificatif on pourra donner à la gestion Cochet en 2014.

Philippe Dibilio

Photo: DR

05/11/2007

Déménageurs

medium_demenageurs_2.JPGPhilippe Genin, le porte-parole de Dominique Perben nous livre "ses rêveries et digressions" (sic!) qui devraient servir de base au programme de l'UMP pour les municipales.

Entre démagogie, délire et sectarisme, l'avocat lyonnais neophyte en politique ressemble étrangement à ces débutants en planche à voile qui friment le long de la plage pour attirer le regard des filles. Tel un Aldo Macione de la politique, Genin en fait trop, beaucoup trop quand il fait l'éloge de son mentor, trop quand il massacre le Maire de Lyon, trop quand il tente de faire du neuf tantôt avec du vieux, tantôt avec du "n'importe quoi". Nous reviendrons un de ces jours sur "le laboratoire astronomique de la création" proposé par Philippe Genin, sur son "carnaval des mots", sur sa "médina des cuisines". Je voudrais insister aujourd'hui sur le péché mignon de la droite lyonnaise quand elle enfourche sa monture de prédilection, la démagogie.

Déjà en 1989, Michel Noir avait promis, mais l'homme ne manquait déjà pas d'air, de supprimer le Port Edouard Herriot afin de construire un port de plaisance. Pour cela, je crois me souvenir que Michel Noir entendait télétransporter le dit port vers Villefranche-sur-Saône. Aujourd'hui Dominique Perben via son ami Genin, nous refait le même coup en voulant déménager cette fois-ci Feyzin nous ne savons trop où. Mais écoutez nos rêveurs de l'UMP: "il faut régler le problème de Feyzin. Il n'est pas possible d'accepter que l'on continue à entrer à Lyon par le sud en se bouchant le nez et les yeux. Feyzin mérite de renaître. Il faut donc envisager une migration des activités les plus polluantes, repenser le paysage, travailler avec le pôle de compétitivité AXELERA sur des solutions permettant de conserver et même de développer cette activité économique en supprimant la pollution chimique et visuelle."

Mefiez-vous des déménageurs qui déménagent. Pour les reconnaitre c'est assez simple, ils disent toujours "yaka". 

Lyon, le 5 novembre 2007.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu