Avertir le modérateur

23/12/2008

Supermarket

510.gifUn cadeau pour votre nièce.

Il faut la calmer. La petite s’imagine déjà vétérinaire, Top Model ou Docteur Kouchner, il est donc grand temps, puisque elle a déjà 5 ans, de lui faire rentrer dans la tête quelques principes de réalité. Cette caisse équipée de supermarché devrait commencer à lui donner le goût du service et l’entraîner au travail partiel. Avec un sens du détail qui honore ce fabriquant, votre petite nièce disposera d’une caisse électronique, d’un lecteur de carte bleue mais aussi du linéaire de friandises qui piège les enfants à la caisse. Bien entendu pour 54€90 on aurait aimé aussi un détecteur de faux billets mais également une carte d’identité destinée à contrôler les chèques des clients à la mine pas très nette.

Ce magnifique « supermarket » proposé à des enfants de plus de 3 ans devrait accompagner votre petite nièce pendant toutes ses études car une fois obtenu son Bac+3 elle pourra postuler à un emploi d’hôtesse de caisse et bénéficier ainsi d’une sacrée avance sur ses collègues débutantes.

Si par malheur vous n’avez pas de nièce mais un neveu reportez-vous au billet d’hier. Avec son poste de police, le petit pourra prétendre faire valoir quelques qualités le jour ou il souhaitera occuper un job dans la sécurité d’un « supermarket ».

Lyon, le 23 décembre 2008.

07/09/2007

Gens de lettres

medium_UHU.jpgJ'attends avec impatience la lettre du Président aux enseignants. Ce matin, il n'y avait toujours rien dans ma "boite à la lettre". Il paraît, si j'en crois le Monde, que la présentation est sobre, le style élégant et le propos humaniste. Pour tout vous dire, je salive.

Comme le Président, on écrit comme jamais dans ce pays. Hubert Védrine qui n'est pas membre du gouvernement, mais il en avait tellement envie que c'est comme si, vient de livrer le rapport que Kouchner n'a vraiment pas le temps d'écrire. Les mots sont taquins car Sarkozy avait demandé à Védrine de lui rédiger un rapport "pour faire bouger les lignes" (sic !) et l'autre en soixante pages vient de relever le défi. S'il avait écrit un "Que sais-je ?" de 120 pages, Védrine aurait problablement "brouillé les lignes". Passons maintenant à un écrivain, un vrai, Eric Besson.

Eric Besson est en train d'inventer un nouveau concept, celui du best seller jamais mis en vente. En effet, notre prosateur prospectif sait que son rapport sur la TVA sociale est déjà sous embargo. Vous me direz qu'il pourra toujours se consoler en constatant le raffût médiatique fait autour du bouquin de sa fille. En attendant, il est bien triste de constater que la littérature perd tout à la fois un écrivain et son manuscrit.

Sarkozy, Védrine, Yasmina Reza qui n'écrit pas à Sarko mais à cause de son point G, le père de la fille, cette nouvelle République des lettres va s'enrichir bientôt du rapport d'Attali sur la croissance. Avec Attali, c'est du lourd car l'ex de tonton est une véritable machine à écrire et comme l'art d'écrire un rapport demande d'énormes capacités de synthèse, je suis certain en constatant la liste impréssionnante des oeuvres de l'auteur, que la livraison devrait "coller" à la demande Elyséenne.

Après Christian Philip dont le rapport sur la francophonie laisse un goût amer, les lyonnais seront fiers de constater que dans cette nouvelle académie des gens de lettres figure Dominique Perben qui, pour l'instant, couve un rapport sur l'avenir des métropoles qui devrait faire date.

Face à un tel phénomène, je suggère qu'un nouveau prix littéraire puisse récompenser ces talents que notre Président fait émerger. Je lance aujourd'hui l'idée que la société des colles UHU finance un prix du "copié-collé" qui pourrait être remis la veille du Goncourt sous la forme d'un "Glue stick d'Or".

Lyon, 7 septembre 2007. 

30/08/2007

Réfugiés

medium_tentes_refuges.jpgCet été, plus précisément le 10 août, Olivier Brachet responsable de "Forum Réfugiés" signait une tribune dans Libération intitulée "Des actes pour le droit d'asile" destinée à promouvoir la nécessité d'engager notre pays dans un véritable effort international pour protéger les réfugiés.

Partant des fracassantes déclarations de Nicolas Sarkozy au soir de son élection indiquant que la France serait aux côtés "des persécutés et des martyrisés" mais aussi du constat d'inaction du Ministre Hortefeux, Olivier Brachet s'interrogeait sur la politique d'un pays qui dans les faits est avant tout mobilisé et obnubilé par une espèce de chasse aux "faux réfugiés".

Dans un contexte international qui voit le nombre de réfugiés atteindre aujourd'hui selon le HCR les 10 millions de personnes, comment interpréter ce cri de victoire des autorités françaises qui ne cessent de se féliciter d'une baisse de 40% des demandes d'asile dans notre pays. Comment qualifier une Union Européenne qui fait intercepter des bateaux en pleine mer leur ordonnant de rebrousser chemin sans s'assurer qu'à leur bord de possibles réfugiés figurent parmi les passagers ? Comment juger une politique européenne qui collabore avec un pays comme la Libye, non signataire de la convention de Genève de 1951, qui emprisonne des réfugiés avant de les renvoyer vers des régimes répressifs ? Enfin comment ne pas s'interroger sur ces 2,2 millions de réfugiés Irakiens qui s'entassent dans les pires conditions en Syrie ou en Jordanie. Un chiffre que nous devons comparer à celui dérisoire des 99 personnes qui ont été en situation de demander l'asile dans notre Pays.

La France et l'Europe ne peuvent plus se contenter de distribuer quelques subsides pour que sous l'égide des nations Unies, la Syrie, la Jordanie et d'autres pays limitrophes de l'Irak "gèrent" cet afflux impressionnant.

Dans les années soixante-dix, en accueillant quelques 15 000 réfugiés du Sud-Est Asiatique, la France avait fait face à ses responsabilités. Plus près de nous  en évacuant les camps de réfugiés kosovars, notre pays avait participé de façon active à une politique de protection  internationale et de "réinstallation".

Aujourd'hui dans notre pays comme dans l'ensemble de l'Europe il est grand temps de reposer cette question urgente qui n'est pas seulement morale. Des pays comme l'Argentine, l'Uruguay, le Brésil prennent quant à eux une part active dans l'accueil des réfugiés et l'on ne peut s'expliquer que notre pays se dédouane, comme le dit Olivier Brachet, "d'une obligation internationale que la France a souscrite".

Après tout peut-être qu'un de ces jours, un certain Bernard Kouchner croisera dans un couloir son collègue Brice Hortefeux pour lui parler de tout cela mais j'ai l'impression qu'Hortefeux préfèrera toujours les chiens de garde aux Saint-Bernard. Allez savoir pourquoi.

Pour plus d'informations il est utile de se tourner vers les excellentes et précieuses publications de Forum Réfugiés (www.forumrefugies.org). 

Lyon, le 30 août 2007.

18/05/2007

OK pour le quai

medium_Bernard_Kouchner.gifIl est inutile d'habiller idéologiquement le dernier acte de la bien triste fin de carrière politique de Bernard Kouchner. A67 ans, ne pouvant plus attendre des jours meilleurs, l'ex a décidé de nous dire "après moi le déluge" formule polie qui peut se traduire aussi par "allez vous faire foutre". Un homme de gauche seul va donc se retrouver seul dans un gouvernement de droite. Après tout chacun a bien le droit d'être un opportuniste solitaire.

Ce job au quai, Kouchner en rêvait paraît-il depuis longtemps et certains de ses amis n'hésitent pas à nous dire aujourd'hui qu'une telle attitude est humaine. Que Kouchner puisse être humain c'est à n'en pas douter une réalité. Mais comme certains hommes, que Kouchner puisse avoir en cette circonstance un comportement minable, c'est également une réalité. Après tout chacun a bien le droit d'être minable.

"Pour un job avec toi, je ferais n'importe quoi" chantonne désormais Kouchner à un Sarkozy qui n'en attendait sûrement pas tant. Qu'il en profite bien notre Doc car il ne faut pas être grand clerc pour savoir qu'une fois le temps de la roucoulade passé, cette charge risque de devenir un fardeau avant de se transformer en souffrance. J'espère juste que notre nouveau Ministre aura encore quelques amis quand l'heure de démissionner viendra. Après tout chacun a le droit d'avoir des amis qui vous épaulent quand cela ne va pas très fort.

Enfant gâté des médias mais aussi électron libre du PS, je ne suis pas certain que Kouchner s'habituera facilement à avaler des couleuvres et à faire preuve de cette discipline très pre-68 que son nouveau chef exigera d'un collaborateur affecté au domaine réservé. Mais après tout, entre adultes consentants, tout peut s'envisager.

Nous sommes hélas tous un peu triste de voir Kouchner s'en aller. Pour ma part je dois vous confier que j'aimais plutôt ce sympathique emmerdeur ingérable qui, il faut l'avouer, nous cassait parfois sérieusement les pieds. Ce qui est étonnant dans cette étrange affaire étrangère c'est que, de très loin, le plus emmerdeur d'entre-nous devienne chef de la diplomatie. Mais après tout Sarkozy n'a peut être trouvé qu'une seule qualité réelle à Kouchner, celle de nous emmerder.

Lyon, le 19 mai 2007.

16/05/2007

48 heures chrono

medium_baylet.jpgJe crois que dans ses rêves les plus fous, Sarkozy ne pouvait imaginer une telle bénédiction. Les uns après les autres, à coups de promesses ministérielles, de missions plus ou moins floues et d’échanges sur lesquels l’avenir nous dira sur quoi ils sont fondés, les rats quittent les grands et petits navires. Après l’UDF des Morin, Leroy et autres Bourlanges, on nous annonce maintenant à gauche, après le chiffreur chiffonné devenu traitre et le grossier Allègre, le départ vers d’autres rives des Jouyet, Védrine, Kouchner sans oublier Attali et quelques autres. Cerise sur le gâteau, histoire d’apporter sa contribution personnelle à l’opération de communication de Sarkozy, le patron des radicaux de gauche, cornaqué parait-il par Tapie, s’est fait inviter pour deviser avec le nouveau président.

Objet du délit, le rapprochement des troupes de Borloo avec celles du PRG. A 48 heures du dépôt des candidatures aux législatives, ce comportement de Baylet pose de toute évidence un grave problème politique. En effet, en agissant ainsi, les radicaux encore à gauche risquent de faire voler en éclat l’accord PS-PRG signé il y a quelques mois. Autrement dit, les électeurs de gauche, si ce rapprochement se confirmait, seraient conduits à chausser de nouvelles lunettes pour se confronter à une nouvelle réalité. Vendredi, 18h, dans toutes les préfectures de France la messe sera dite. Il ne reste plus que 48 heures pour tirer cette affaire au clair.

Lyon, le 16 mai 2007.

Photo: DR

14:00 Publié dans Politique & politiques... | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Baylet, PRG, Kouchner, Allegre, Sarkozy, UMP, UDF | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

15/05/2007

En attendant les législatives.

medium_Sarkozy_NB.2.jpgLe piège imaginé par Sarkozy à quelques semaines des élections législatives se met en place. Celui qui demain va s’installer à l’Elysée manœuvre, il faut le dire, avec un certain succès. Sa seule obsession est de faire de l’image jusqu’au soir du 2ème tour des législatives, il fait donc de l’image.

Pour l’heure Sarkozy offre donc le visage de l’ouverture organisant la noria des visiteurs du côté de la rue St Dominique, propulsant avec doigté ces rumeurs et contre-rumeurs qui font saliver les médias, s’offrant même quelques petits accros au sein de l’UMP qui au final rapporteront beaucoup au futur président.

Qu’ils soient ce week-end membres ou non du futur gouvernement Fillon I, les Védrine, Kouchner, Allègre, participent de façon active et gourmande à l’épanouissement de cette image consensuelle, objectif principal de Sarkozy dans la période actuelle.

Alors que le grand chantier de la destruction-reconstruction de l’Etat se prépare activement en coulisse, avec les conséquences que les Français mesureront après les législatives, Sarkozy actionne aussi la deuxième mâchoire de son piège-tabou. En organisant, avant son entrée à l’Elysée, une consultation purement cosmétique avec les organisations syndicales, il s’offre, en complément de celle de l’ouverture et de l’apaisement, une image destinée à rassurer de façon quasi subliminale autour de l’idée d’un pseudo consensus social fondé sur pas grand chose voir sur n’importe quoi. Cette posture également utile dans cette campagne législative sera, il faut aussi le préciser, décisive le jour ou Sarkozy autorisera Fillon II à entrer dans une phase active à haut potentiel calorifique.

Pendant ce temps, le PS avec la délectation habituelle qui est la sienne « pense »  au risque de ne pas se concentrer sur l’élection qui se profile.

Comme l’écrivait Bernard Kouchner en exergue de son dernier opuscule édité avant les présidentielles, « c’est dur d’être de gauche, surtout quand on n'est pas de droite ». Pour l’instant je fais mienne cette déprimante pensée tout en vous promettant de revenir rapidement sur le cas de l’ex-french doctor devenu aventurier en politique.

Lyon, le 15 mai 2007.

14:35 Publié dans Politique & politiques... | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : sarkozy, UMP, Kouchner, Fillon, Allegre, Vedrine, PS | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

16/04/2007

La droite sait voter utile

medium_SR-Vaulx.jpgChacun doit en convenir l’essentiel pour l’heure, réside dans le vote qui interviendra dimanche prochain. Même si nous pouvons les uns et les autres demeurer expectatifs à la lecture des sondages, une chose est certaine, tout va se jouer dans un mouchoir de poche.

La tribune de Bernard Kouchner dans le Journal du Dimanche d’hier est intéressante et ceux qui savent lire constatent que l’ancien Ministre, en entourant ses propos d’éléments tout sauf nouveaux dans sa bouche, indique clairement que l’avenir passe par un vote pour Ségolène Royal dès le premier tour. Au second, pour Kouchner, de nouvelles alliances devront se nouer pour battre Nicolas Sarkozy en attendant il invite, parce qu’elle seule « peut orchestrer calmement cette indispensable mutation », à voter Ségolène et j’ajoute que tout au long de son texte Kouchner s’abstient de citer le nom de François Bayrou. C’est peut être un signe ?

Même si le mot peut choquer ou heurter certains, il est grand temps que dans la semaine décisive qui s’ouvre, une réflexion sur le vote utile s’engage. Je sais bien que parmi les électeurs de Marie-Georges Buffet, de Dominique Voynet, de José Bové et d’Olivier Besancenot la chose est difficile, non seulement à entendre, mais surtout à digérer, mais je suggère que tous examinent très concrètement cette question en fonction des enjeux réels pour le pays laissant ainsi de côté un certain patriotisme idéologique utile mais dangereux. Observation identique et donc même punition pour celles et ceux qui cherchent dans le vote Bayrou une espèce de nouvel eldorado politique construit sur le sable d’une mythique recomposition politique généralisée. 

Malgré une campagne semée d’embûches et de coups bas, Ségolène Royal trace sa route avec une détermination qui en étonne aujourd’hui plus d’un. Pour la première fois dans notre pays une femme est en situation de devenir Présidente de la République en représentant une alternative crédible et construite face à une droite dont nous sommes certains qu’elle accentuerait sa politique violente en se maintenant au pouvoir.

Cette droite, justement, sait voter utile. Malgré les aléas de la campagne, on va retrouver derrière Sarkozy une unité inscrite dès le 1er tour. Pour s’en convaincre il suffit de voir les prévisions des scores de De Villiers et d’observer avec quelle détermination les patrons de l’UMP cible les électeurs du Front National. Quand Sarkozy explique « les voix ne servent à rien quand elles se portent sur Le Pen », le message est clair. Il s’agit bien pour Nicolas Sarkozy à 7 jours de ce premier tour de cristalliser un vote utile dès le 22 avril.

En refusant d’intégrer une telle réalité électorale il serait tant de même curieux que « la gauche la plus intelligente du monde » laisse une seconde fois « la droite la plus bête du monde » triompher pour le plus grand malheur de ce pays.

Lyon, le 16 avril 2007.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu