Avertir le modérateur

09/07/2007

Barbie 1987-2007

medium_Klaus_Barbie.jpgBonne initiative que celle de Lyon Capitale de confier à Maître Alain Jakubowicz le soin, en une vingtaine de pages du journal, d’exprimer à partir de ses notes le procès Barbie de 1987.

Lea Katz qui raconte les yeux mi-dos. Gilberte Jacob qui témoigne sur la dureté de la vie, la rafle, le transport à Drancy. Michel Cojo Goldberg qui avait quatre ans à l’époque et qui ne se savait pas juif. Les témoins se succèdent à la barrre, Lise Lesevre, Ennat Léger qui est hissée sur sa chaise roulante à la barre, Marcel Stourdze engoncé dans sa prothèse suite à un coup de pelle d’un SS, le résistant Henri Toussier déporté parce qu’il avait « une salle gueule de juif ». Tout cela sous le regard de Barbie « ce sadique à l’état pur ».

Le travail d’Alain Jakubowicz est personnel, sensible donc utile. Vingt ans après (1987-2007) notre mémoire s’est déjà abîmée et le texte de l’avocat lyonnais nous replonge de manière vivante et « serrée » dans ce procès. Vergès qui parade. Vergès qui se délecte. Pierre Truche qui déclare face au silence de Barbie, « le nazi n’aime pas la lumière ». L’accent de l’avocate allemande Elfrun Andreani-Jungblut qui plaide avec son confrère Alain Gouriou, François La Phuong efficace, le « vieux routier » Charles Lebmann, mais aussi Henri Noguères, Serge Klarsfeld, Roland Dumas, Guy Bermann, Richard Zelmati, Gilbert Collard dont Jaku dit s’être « toujours demandé comment on pouvait plaider dans un dossier sans en avoir suivi les audiences ».

Un texte à lire sans attendre mais qui mériterait tout de même une édition sous forme d’un petit livre. Qu’en pense Philippe Chaslot le coordinateur de cet excellent travail ?

Lyon, le 9 juillet 2007 

07:00 Publié dans Politique & politiques... | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : Barbie, Procès, Klaus, Jakubowicz, Lyon, Capitale, lyon | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

26/06/2007

Conseil Lyonnais pour le Respect des Droits

medium_CLRD.2.gifHier en préambule du Conseil municipal, le Conseil lyonnais pour le respect des droits présentait, comme il le fait chaque année, son rapport d'activité.

Structure originale fédérant les associations qui interviennent sur le terrain des droits et des libertés, le Conseil lyonnais se veut à la fois une structure de veille et d'alerte auprès du Maire et des élus.
 
Des les premiers jours de son mandat, Gérard Collomb a souhaite que cette commission extra-municipale puisse travailler en autonomie. C'est la raison pour laquelle le Conseil est présidé par une personnalité indépendante, Maitre Alain Jakubowicz. Cheville ouvrière de l'adhésion de la ville de Lyon à la Charte européenne des droits de l'homme dans la ville, le Conseil lyonnais souhaite, comme la majorité municipale, faire de cette adhésion un moyen actif de défense des droits du citoyen.
 
Le Conseil lyonnais souhaiterait maintenant que l'expérience lyonnaise fasse école dans les autres communes de l'agglomération par l'affiliation à la Charte. C'est un des enjeux de la période qui s'ouvre. Le texte de la charte est accessible sur le site du CLRD. Une version audio sur un support CD est également disponible.

Lyon, le 26 juin 2007.

Les 37 associations membres du CLRD: ACAT, ADH, Agir ensemble pour les droits de l'homme, ALPIL, Amnesty International, ANVP, ARTAG, ASEPL, ATD Quart Monde, Barreau de Lyon, CLRD, CIMADE, CLAUDA, COSI, Croix Rouge Française, DiversCité, Enfance et Partage, FCPE69, Fédération des Centres sociaux, Fédération des Oeuvres Laiques du Rhone, Forum Refugiés, AFARA, GIHP, HIPPOCAMPE, IDHL, ISM Corum, L'Autre Cercle, Les Lyonnes,...

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu