Avertir le modérateur

23/09/2009

Cohn rit à l’Opéra

Cohnerie d'Aubry1.jpgVendredi dernier, à l’Opéra. La pièce s’intitulait « Quels termes pour une alliance ? ». Histoire de ne pas pleurer, je vous la fais façon gala Karsenty-Herbert pour les plus anciens et, pour les plus jeunes, façon Tête d’Or.

Le programme annonçait « Mise en scène : Laurent Joffrin ; décors : Jean Nouvel ; dans le rôle du trublion donneur de leçons impénitent : Daniel Cohn-Bendit ; dans le rôle de l’administrateur des biens de la Gauche Plurielle et remplaçant au pied levé la diva Martine Aubry : Claude Bartolone. »

Laurent Joffrin est sur scène et dort. À sa droite Dany désormais plus gris-bleu que rouge, mais toujours flamboyant, vitupère l’absence de la diva absente et empêche Claude, à la mine coincée et au sourire jaune, de défendre la gauche plurielle morte il y a cinq ans. Les deux hommes, habitués à battre les estrades, se tutoient. Extrait :

« Claude, avec ta gauche plurielle tu m’agaces. Avec elle, on est tous morts ! »

« Ah mais pardon… »

En expert du feu nourri et à l’instinct, Dany le coupe. Il pratique un tir aux pigeons tous azimuts, un art qu’il partage avec d’autres habitués des chasses présidentielles. « Ne me parle pas de Mélenchon ! »

Lire la suite

18/09/2009

Les François

Forum_Liberation_Lyon-v2.jpgA ceux qui n’assistent pas à ce Forum lyonnais de Libération, rappelons, alors que le débat entre les François Bayrou et Hollande vient de se terminer, qu’une vingtaine de rencontres viennent d’avoir lieu. Du côté des acteurs politiques, Rama Yade, Daniel Cohn-Bendit, Claude Bartolone, Jean-Luc Mélenchon, Dominique Voynet, Gérard Collomb et bien d’autres se sont succédé mais force est de constater que cette rencontre entre « Les François » faisait office de sommet.

En ouvrant la discussion autour de l'idée, pour préparer l'alternance à Sarkozy, de "se rencontrer et de débattre", François Bayrou a tiré une première cartouche appelant de ce fait à la nécessité d'oeuvrer à la création d'un socle commun après selon François Hollande  "plus de 35 ans de vie séparée". Si le constat sur la caractérisation du pouvoir Sarkozyste semble commun, François Hollande a, quant à lui, insisté sur la division de ceux qui s'y oppose.

En vérité dans cette rencontre Hollande-Sarkozy, tout était dit, dans la première demi-heure. En effet, pour l'un comme pour l'autre, il y a accord pour débattre entre ceux qui  en ont le désir , autant dire qu'on est loin de la position paleo-programme commun exprimée par Bartolone ce matin même.

Deuxième élément de convergence, la nécessité de conduire un débat transparent et sans tractations.
Troisième point ne pas hésiter à aller au coeur des clivages et des antagonismes.

Cette rencontre lyonnaise, bien que positive, n'est en aucune façon "historique". Ce premier pas, qui indique une convergence forte sur la nécessité de débattre, cache encore mal les postures tactiques nichées dans le panorama politique d'une opposition qui entame un long cheminement. D'ailleurs histoire de ne pas se bercer d'illusions, François Hollande a invité le public à se convaincre qu'il n'y aura pas de candidat commun lors des prochaines présidentielles. Il a ainsi clairement pensé à François Bayrou mais probablement aussi... à lui.

Jean-Yves Sécheresse

Daniel "show" Bendit

Forum_Liberation_Lyon-v2.jpgHorreur ! Malheur ! Je me faisais une joie d’assister au débat « Le zapping aura-t-il la peau de la civilisation » qui devait réunir Bertrand de Saint-Vincent, l’excellent chroniqueur du Figaro qui exerce l’épatant métier qui consiste à nous raconter ses week-end « relais et châteaux » financés par des partenaires dont il dit toujours le plus grand bien et Joy Sorman dont le bouquin sur NTM (Gallimard) est une merveille. Vous l’avez compris l’écrivaine et chroniqueuse de Paris Première était zappée au profit du Directeur de la rédaction de France 24. Le charme étant rompu, je voulais donc aller poser mes oreilles du côté du débat des stars de la journée, je veux parler de Martine Aubry et Dany Cohn-Bendit. La Première Secrétaire du PS étant absente, c’est Claude Bartolone qui était commis d’office. Cette absence a, vous vous en doutez, provoqué des remous, dans un public venu en nombre et qui s’est bien amusé des réparties d’un Cohn-Bendit très en forme persiflant sur l’absence de l’absente.

Deux doigts d’humour, un zeste de démagogie, quelques fondamentaux écolos déclinés à l’envie, Daniel Cohn-Bendit a donné le tempo dans un débat qu’il a écrasé souvent d’ailleurs avec des arguments embrouillés. Comme me le disait Gérard Collomb venu jeter un œil dans le premier quart d’heure, « Ça commence bien ! », au sens ou parfois la joute était plutôt « cheap ».
Plus intéressante était la confrontation sur la contribution « climat-énergie » et la possibilité de convergences avec le Modem. En proposant de réunir au Pic du Midi la gauche et « Europe-Ecologie » autour de ce thème, Claude Bartolone a été bien en peine de justifier le fait d’écarter Bayrou d’une telle initiative. Poussant son avantage, Daniel Cohn-Bendit a même proposé de rassembler autour d’un projet de loi reposant sur le rapport Rocard, socialistes, écologistes et amis de F. Bayrou, c'est-à-dire les forces qui acceptent la logique de taxation-Carbone excluant ainsi le PCF et le NPA. Moulinant un discours épuisé et épuisant, Bartolone s’en est tenu au catéchisme de Solferino. Parfois avec frime et suffisance Cohn- Bendit a encore une fois démontré des qualités de débatteur, anesthésiant souvent sa crédibilité en privilégiant uniquement le « show ».

Jean-Yves Sécheresse (www.jysecheresse.com)

Face au labyrinthe

Forum_Liberation_Lyon-v2.jpg« Une mutation est en cours » indiquait jeudi l’éditorial de Laurent Joffrin et Max Armanet dans le supplément présentant le forum. On verra bien si au terme de ces trois jours d’échanges, la promesse de débats et d’idées neuves pour mieux comprendre ce changement étaient de ce rendez-vous lyonnais.

En attendant, me voici, comme vous, face à un programme labyrinthique dans lequel il s’agit de faire des choix qui, pour ce qui me concerne ne sont dictés par aucun arrière plan tactique. Je compte donc « attaquer » par la rencontre sur la thématique du sport entre notre ministre Rama Yade et Arnaud Mourot de « Sports sans frontière ». A lire le billet de présentation de la Secrétaire d’Etat, je m’attends à un véritable festival de généralités, de bons sentiments et de langue de bois. Pour rédiger ce billet, les scribes de son cabinet ont convoqués Jean-Luc Godard, Coubertin, Giraudoux et Jean Prat (ce qui devrait faire plaisir au Thierry du même nom et néanmoins directeur adjoint du Musée d’Art Contemporain de Lyon).

Je vous dirais tout à l’heure ce que cela donne en « direct-live », mais pour tout vous dire je ne me fais pas d’illusions. Avant d’y aller, permettez-moi de remercier Olivier Bertrand pour cette invitation à donner mon grain de sel tout au long de cet impressionnant forum que je vais également relayer sur « de Lyon et d’ailleurs » (www.jysecheresse.com)

Jean-Yves Sécheresse

06/08/2009

L comme « Libé »

L3.jpg

L’année qui vient nous en dira plus sur la nouvelle maquette de Libé dont nous avions pu voir quelques essais lors de la soirée organisée par l’Association des Lecteurs le 9 juin dernier à l’amphi de l’opéra de Lyon. Une année qui sera probablement également marquée par un nouveau site à l’accès payant. En attendant d’en savoir plus sur ce nouveau dispositif destiné à assurer la pérennité du quotidien cher à nos cœurs, Libération organise à la rentrée un forum à Lyon intitulé « L’Europe, vingt ans après la chute du mur ».

Vingt ans après la chute de l’Empire, alors que la crise mondiale démultiplie problèmes et interrogations, « Libération » et « La Republica » entendent, avec ce forum, favoriser le débat pour qu’idées neuves et voix les plus diverses contribuent à un nécessaire débat. Comme à son habitude Libé ouvrira ce forum aux sensibilités les plus diverses puisque Lech Walesa pourra y côtoyer le Général aux lunettes noires, Jaruzelski, ainsi qu’une kyrielle de participants venus d’Europe de l’Est (Michnik, Mazowiecki …), d’Italie avec Umberto Eco, Walter Veltroni ou Gianfranco Fini. Coté France la présence d’Edgar Morin, Marcel Gauchet, Guy Sorman ou la pubarde Mercèdes Era ne peut que donner l’eau à la bouche ce d’autant qu’en invitant les syndicalistes François Chérèque et Bernard Thibault et quelques voix de leur maître (Henri Guaino, Raymond Soubie) Libé nous assure quelques confrontations, espérons-le constructives.

header.gif

Les « politiques » ne seront par absents de ce forum puisque Jacques Delors, Daniel Cohn-Bendit, François Hollande, Alain Juppé, François Bayrou devraient faire le voyage de Lyon en compagnie des « baby-Sarko » que sont Rama Yade, Nathalie Kosciusko-Morizet ou Valérie Pécresse.

Les inscriptions à ce forum lyonnais devraient s’ouvrir début septembre. A vos agendas.

  • Forum Libération, « L’Europe, vingt ans après la chute du mur », les 18, 19 et 20 septembre 2009, Hôtel de Ville et Opéra de Lyon.

Amsterdam, le 6 août 2009.

30/08/2007

Réfugiés

medium_tentes_refuges.jpgCet été, plus précisément le 10 août, Olivier Brachet responsable de "Forum Réfugiés" signait une tribune dans Libération intitulée "Des actes pour le droit d'asile" destinée à promouvoir la nécessité d'engager notre pays dans un véritable effort international pour protéger les réfugiés.

Partant des fracassantes déclarations de Nicolas Sarkozy au soir de son élection indiquant que la France serait aux côtés "des persécutés et des martyrisés" mais aussi du constat d'inaction du Ministre Hortefeux, Olivier Brachet s'interrogeait sur la politique d'un pays qui dans les faits est avant tout mobilisé et obnubilé par une espèce de chasse aux "faux réfugiés".

Dans un contexte international qui voit le nombre de réfugiés atteindre aujourd'hui selon le HCR les 10 millions de personnes, comment interpréter ce cri de victoire des autorités françaises qui ne cessent de se féliciter d'une baisse de 40% des demandes d'asile dans notre pays. Comment qualifier une Union Européenne qui fait intercepter des bateaux en pleine mer leur ordonnant de rebrousser chemin sans s'assurer qu'à leur bord de possibles réfugiés figurent parmi les passagers ? Comment juger une politique européenne qui collabore avec un pays comme la Libye, non signataire de la convention de Genève de 1951, qui emprisonne des réfugiés avant de les renvoyer vers des régimes répressifs ? Enfin comment ne pas s'interroger sur ces 2,2 millions de réfugiés Irakiens qui s'entassent dans les pires conditions en Syrie ou en Jordanie. Un chiffre que nous devons comparer à celui dérisoire des 99 personnes qui ont été en situation de demander l'asile dans notre Pays.

La France et l'Europe ne peuvent plus se contenter de distribuer quelques subsides pour que sous l'égide des nations Unies, la Syrie, la Jordanie et d'autres pays limitrophes de l'Irak "gèrent" cet afflux impressionnant.

Dans les années soixante-dix, en accueillant quelques 15 000 réfugiés du Sud-Est Asiatique, la France avait fait face à ses responsabilités. Plus près de nous  en évacuant les camps de réfugiés kosovars, notre pays avait participé de façon active à une politique de protection  internationale et de "réinstallation".

Aujourd'hui dans notre pays comme dans l'ensemble de l'Europe il est grand temps de reposer cette question urgente qui n'est pas seulement morale. Des pays comme l'Argentine, l'Uruguay, le Brésil prennent quant à eux une part active dans l'accueil des réfugiés et l'on ne peut s'expliquer que notre pays se dédouane, comme le dit Olivier Brachet, "d'une obligation internationale que la France a souscrite".

Après tout peut-être qu'un de ces jours, un certain Bernard Kouchner croisera dans un couloir son collègue Brice Hortefeux pour lui parler de tout cela mais j'ai l'impression qu'Hortefeux préfèrera toujours les chiens de garde aux Saint-Bernard. Allez savoir pourquoi.

Pour plus d'informations il est utile de se tourner vers les excellentes et précieuses publications de Forum Réfugiés (www.forumrefugies.org). 

Lyon, le 30 août 2007.

02/02/2007

Dépechez-vous !

medium_nuages_carré.3.gif

Ils étaient hier au soir plus de 4000 à Grenoble pour assister au dernier débat participatif animé par Ségolène Royal. D’après les échos que j’ai pu avoir ce matin, c’est devant une salle attentive et mobilisée que Ségolène Royal s’est exprimée avec détermination sur le thème de la jeunesse.

Un dernier débat participatif, cette fois ci sur la mixité sociale, sera proposé à Lyon quelques jours avant la réunion nationale de Montreuil.

Logement, école, emploi, culture seront les principales têtes de chapitre de cet ultime échange participatif que j’aurai le plaisir d’introduire et dont la conclusion sera assurée par Gérard Collomb.

Rendez-vous donc mercredi prochain, 7 février, à 19h30, salle Jean Couty dans le 9ème arrondissement (métro gorge de loup).

> Télécharger l'invitation

Lyon, le 2 février 2007. 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu