Avertir le modérateur

04/02/2010

L'éternel féminin

trotsky1940bis.jpgSelon un sondage Ipsos commandé par la Fondation Wyeth pour « Le forum Adolescences 2010 », 29% des jeunes garçons interrogés ne sont pas d’accord pour dire que les tâches ménagères doivent être réparties équitablement entre hommes et femmes. Encore plus nombreux, mais fort heureusement pas encore majoritaires, les mêmes « Young mâles » indiquent que le rôle des femmes est de faire des enfants. Dans le même ordre d’idée 36% des ados pensent que leur mère est le meilleur symbole de la femme et au rang des people le couple Angelina Jolie et Brad Pitt semble représenter le nec plus ultra.

Surtout ne soyez pas choqués par tout cela. Il paraît que c’est normal, cela porte même un nom, « Le flottement identitaire de l’adolescence ». Pour les 15-18 ans, pour être rapide, on a donc d’un côté la femme (féminité, séduction, maternité, sensibilité), de l’autre l’homme (virilité, machisme, travail).

J’imagine que le Pape Benoît XVI, qui actuellement sème le bazar en Angleterre à propos d’un projet de loi « sur l’égalité des homosexuels » devrait se satisfaire du fait que la fille aînée de l’église tient le choc et que nos jeunes sont aussi réac que nous pouvions l’être à leur âge.

Je ne sais pas si ce sondage va satisfaire le quartier général de la IVème Internationale mais Besancenot et son NPA, intégrant des thèses largement légitimées par le regretté Daniel Bensaïd, est sur le point de faire prendre un tournant nouveau au féminisme revisité par le Trotskisme. En effet, une jeune femme voilée va intégrer la liste NPA en PACA, façon légitime, selon le facteur démagogue, d’incarner la lutte des quartiers tout en affirmant que l’on peut-être à la fois « féministe, laïque et voilée ».

Aux dernières nouvelles, le vieux Léon tourne dans sa tombe à la vitesse de 78 révolutions par minute. Si d’ici les régionales il pouvait se stabiliser à 45 ce serait déjà pas mal car, avant l’été, le NPA promet à ses militant(e)s un grand débat intitulé « la religion, l’émancipation et la liberté » et à ce train là le vieux serait capable de débouler du côté de Port Leucate à l’université d’été du NPA pour mettre une rouste au postier et une grande claque à Krivine.

Lyon, le 4 février 2010.

03/10/2008

Krivine-Rouillan, le débat

besancenot.jpgEn entendant la déclaration d’Alain Krivine, à défaut de celle de Besancenot, au sujet de l’adhésion de Jean-Marc Rouillan au futur Parti Anti Capitaliste (NPA) on se dit qu’on n’est pas sourd, ce qui est une bonne chose. Que dit le leader historique de la LCR ? « Je note » explique Krivine, « qu’à chaque fois que le NPA a le vent en poupe, comme en ce moment avec la crise financière mondiale, on tente de nous criminaliser. Or je vous le répète, si Rouillan veut adhérer, il le peut dès lors qu’il est sur notre ligne ».
Vous le noterez, Krivine est légèrement parano autrement il faut qu’il nous explique qui sont ces forces obscures qui manipulent Jean-Marc Rouillan afin de faire de l’ombre au parti d’extrême gauche qui s’ébauche.
Plus intéressant est la deuxième partie de cette citation car dans son interview à l’Express, l’ex leader d’Action Directe en posant la question de son adhésion au NPA fait « mumuse » avec Besancenot et ses amis. En effet le problème de Rouillan n’est pas tant d’adhérer au NPA que de démontrer que Besancenot et Krivine ne sont pas « d’authentiques révolutionnaires ». Rouillan s’interroge donc dans l’Express sur un Besancenot qui dénoncerait d’un côté la violence et de l’autre « se dit guévariste ». C’est « un petit peu paradoxal » précise même Rouillan qui pousse même l’avantage en indiquant que « quand on se dit guévariste, on peut simplement répondre que la lutte armée est nécessaire à certains moments ».
La leçon de rhétorique de J.M. Rouillan va même plus loin puisqu’il dit que son adhésion au NPA donnerait « de la crédibilité » quand Besancenot parle d’action révolutionnaire. D’ailleurs Rouillan convoque les « Guignols de l’Info » pour illustrer son propos, des guignols qui, vous le savez, brocardent régulièrement le postier en faisant dire à sa marionnette, « la révolution lundi ? Non je ne peux pas, je travaille ! ».
Le dialogue « au sommet » entre Rouillan et Krivine n’est pas si subalterne que cela. En d’autres termes la question posée est simple : Quel est le projet politique de la LCR ? Qu’est-ce que faire la Révolution ? Qu’est-ce que se dire révolutionnaire ? Etre anti-capitaliste ?
En s’affichant comme une force anti-capitaliste on se doute que la LCR, et demain NPA, veulent mettre à bas le système. Mais au-delà de la démagogie agitatoire du postier prêt à tout, sous l’œil bienveillant de Krivine, pour s’installer sur le segment de la protestation, de quel projet politique nous parlent Besancenot et Krivine ?
Il conviendrait donc que Krivine précise à J.M. Rouillan de quoi il s’agit. De lui expliquer des choses aussi simples que la prise du pouvoir, l’éventuelle période de transition et les contours de la société post-capitaliste qu’il conviendra d’édifier. Comme le suggère J.M. Rouillan sans cela le NPA ne serait « qu’un petit parti électoral ».

Lyon, le 3 octobre 2008.

06/03/2007

Débat d’idées ?

medium_lepen.jpgLibération de ce matin, pages rebonds. La Tribune de Claude Lanzmann n’y va pas par quatre chemins : « j’accuse Raymond Barre d’être un antisémite. »

Ne rentrons pas dans « le détail », si j’ose dire, des derniers propos de l’ancien Premier Ministre qui ne sont, en vérité, pas nouveaux dans sa bouche. Raymond Barre est un récidiviste.

Dans sa tribune, Claude Lauzmann aborde la question Gollnisch ou plutôt cite ce que Raymond Barre avait dit du leader lyonnais du Front National sur France Culture.

Ecoutons donc Raymond Barre : «  Moi, je suis quelqu’un qui considère que les gens peuvent avoir leur opinion, c’est leur opinion. » Raymond Barre à cet égard exprime un point de vue largement répandu à droite à savoir que le négationnisme relève de la vie des idées.

D’ailleurs d’autres que Raymond Barre ne sont pas loin de penser que le racisme et l’antisémitisme sont également l’expression d’une opinion, voire même d’une pensée. Laissons Raymond Barre et attardons-nous sur la dernière sortie de Sarkozy. Que dit le Ministre de l’intérieur en exercice ?

Que les élus locaux doivent aider Le Pen dans la collecte de signatures pour que toutes les opinions figurent dans cette élection présidentielle y compris celles du FN. Parler ainsi c’est bien considérer que ce que dit Le Pen est l’expression d’une pensée légitime dans un débat d’idées se situant dans l’exercice de la démocratie. 

Je suggère à Claude Lanzmann de laisser tomber maintenant Raymond Barre et de s’intéresser à Sarkozy car ce qui est scandaleux avec Sarkozy c’est que son message démocrassouillard et démagogique est uniquement sous-tendu par des considérations tactiques et opportunistes.

Pour Sarkozy ce qui compte avant tout c’est éviter coûte que coûte la colère des électeurs du FN en cas de disqualification de Le Pen dès avant le 1er tour.

D’ailleurs, lorsque Nicolas Sarkozy associe avec obstination le nom de Besancenot à cette opération pleine d’arrière pensée, son souci majeur est bien de montrer aux français qu’il s’agirait d’un simple geste visant à assurer la qualification de tous sans jamais évoquer sur le fond la véritable nature de Le Pen.

N’en déplaise à Sarkozy quand Besancenot parle, il s’agit bien d’idées, d’opinions et de propositions. Parfois quand Le Pen et Gollnish s’expriment il s’agit de délits.

A Le Pen de se trouver lui-même ses signatures. A Raymond Barre de se taire. A Sarkozy de s’expliquer.

Lyon le 6 mars 2007

 

16:20 Publié dans Politique & politiques... | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : Sarkozy, Le, Pen, FN, UMP, Besancenot, Le Pen | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

30/12/2006

On avance

medium_Michel_Onfray_Juin_05.jpgMichel Onfray, on s’en souvient, s’était fait secoué il y a quelques jours, au nom du « Fond », par Daniel Bensaïd, au sujet de la candidature unique de la gauche dite anti-libérale.

Ce 30 décembre, dans Le Monde, le philosophe n’y va pas par quatre chemins en réglant tout d’abord et respectivement leur compte aux « Trois B » (Buffet – Besancenot –Bové) puis en exposant son sentiment pour l’élection présidentielle.

Que dit Onfray ? 

« On peut alors choisir de rester pur et se cantonner à la seule éthique de conviction en votant blanc aux deux tours. On peut aussi mettre les mains dans le cambouis, composer une éthique de responsabilité : voter blanc au premier tour et Royal au second ; ou voter utile deux fois en choisissant Ségolène Royal. » 

C’est bien, on avance.

Hautes-Pyrénnées, 30 décembre 2006

11/12/2006

Ambiance

medium_Melenchon-PRS93.jpgMélenchon agent d’ambiance? Il parait que ce week-end à l’Ile-Saint-Denis, dans un climat lourd, le seul moment de franche rigolade s’est produit après l’intervention de René Revol proposant la candidature d’union du sénateur socialiste aux élections présidentielles pour représenter « la gauche de la gauche ».

La chose peut passer pour bien modeste mais on ne peut que se féliciter de ce moment de détente et de générosité à mettre à l’actif du Parti Socialiste au cours d’une messe antilibérale à l’atmosphère pesante et sectaire.

En attendant que ce pauvre Mélenchon puisse enfin faire don de son corps à la gauche dite antilibérale, ce rassemblement improbable de Seine-Saint-Denis, chevauché avec sa dextérité légendaire par le PCF, mérite une revue de détail.

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu