Avertir le modérateur

16/04/2010

Elvis vs Bambi

1921790222.jpgLe phénomène a beau être désormais habituel et planétaire, il n’en demeure pas moins imparable. A la question, comment peut-on mesurer la vraie place d’une star sur l’échelle de Richter de la dévotion, il suffit d’attendre tout simplement le passage de la grande faucheuse. Voyez Elvis, ils étaient un certain nombre, le King n’étant pas encore tout à fait froid, à nous prédire un avenir incertain et voire même l’oubli éternel pour le pensionnaire de Graceland. Erreur. En l’espace de quelques années, Elvis Presley est devenu plus populaire mort que vivant au point que sa gloire posthume n’a d’égal que son avenir éternel. Mieux, quelques allumés demeurent persuadés que le rockeur le plus adulé du monde est même vivant. Il est passé par ici, il repassera par là, certains croisant à l’occasion Presley au Fast Food, à la fête foraine ou au cinoche.

Ici à Madrid, point d’Elvis, mais au train où la rumeur se développe actuellement sur le web, à chaque fois que je passe devant le Corte Ingles je scrute la sortie m’attendant à voir débouler Mickael Jackson, poursuivi par les fans, les bras chargés d’achats. Soyons clair, si j’évoque aujourd’hui ces stars éternelles c’est avec le plus grand sérieux car depuis quelques semaines Bambi s’est lancé dans la mère des batailles, celle visant à contester la domination sans partage de Presley au pays des morts-vivants. Peu importe la manière dont Jackson est décédé, au diable le Docteur Murray et ses traitements de cheval, « Bambi est vi-vant ! » hurlent en chœur les fans les plus atteints, ceux acharnés qui refusent la mort du King of Pop en expliquant que Bambi est toujours parmi nous puisqu’il a été vu, lors de son propre enterrement, au Staples Center.

Vous l’avez compris, cette guerre se situe au sommet et l’affrontement entre le King et le King of Pop relègue loin, très loin, les Lennon, Freddy Mercury, Marilyn ou Jim Morrisson, les Sinatra, Tupac ou autres Jimi Hendrix. Avec ces deux là on change de dimension.

A propos d’ailleurs de disparition, me voici subitement à m’inquiéter du sort de certains qui demeurent oubliés. Je pense aux Christine, Albanel et Boutin, aux Xavier, Darcos et Bertrand ou à ce cher Bernard Laporte qui, loin des sunlights du gouvernement, brûlent dans l’enfer du quotidien le plus banal. Une pensée pour eux en ce jour de Saint Benoît-Joseph.

Madrid, le 16 avril 2010.

11/05/2009

Réalistes

Tout va décidemment bien pour Alain Marleix le charcutier-traiteur du gouvernement. Il vient de transmettre sa copie à son ami Yves Guena qui devrait confirmer, en tant que sage parmi les sages, que la découpe de la carte électorale est parfaite. Parfaite car la gauche devrait avec certitude y perdre quelques plumes, au bas mot une douzaine de circonscriptions. Bruno Le Roux, le député socialiste de Seine-Saint-Denis estime même qu’en fonction de ce nouveau tripatouillage il faudrait que l’opposition obtienne 51,2% pour espérer l’emporter en sièges. En attendant le plan de découpe de Marleix est invisible puisque il a été transmis à Guena de façon confidentielle afin que le sage puisse, je cite, « travailler en dehors de toute pression ».

Parmi des dizaines, une circonscription devrait quitter le giron de la gauche, c’est celle d’Arcachon, perdue par l’UMP lors d’une législative partielle il y a quelques mois. Après le charcutage de Marleix elle devrait revenir dans l’escarcelle UMPiste en couvrant le pourtour de ce bassin si cher à Nicolas Sarkozy. Bénéficiaire de l’opération le Secrétaire d’Etat aux Sports Bernard Laporte qui pourrait ainsi se recaser dans le cas de figure où le conte de fée gouvernemental prendrait fin. Histoire de se mettre en jambes, Laporte serait désigné candidat aux régionales sur la liste que pourrait conduire Xavier Darcos l’an prochain.

Laporte justement était au Stade de France samedi soir, niché dans la pénombre, laissant ainsi dans la lumière sa Ministre de tutelle trôner à côté d’un Nicolas Sarkozy contraint et forcé de venir assister à la finale bretonne de la coupe. Le Président est donc passé par Saint-Denis samedi mais, comme tout le monde l’a remarqué, il s’est abstenu de descendre sur la pelouse avant le coup d’envoi afin, comme l’exige pourtant la tradition, de se faire présenter les équipes.

Réaliste le Président !

PS: Demain, dans le cadre de la campagne des européennes aura lieu un meeting en présence des candidats de la liste de Sud-Est

Europeennes Meeting 12 mai 2009.jpg

13/09/2007

Mouiller le maillot

medium_Logo_XV_de_france.JPGLe site de Bernard Laporte nous en dit long sur les pratiques de celui qui est en pré-affectation au Ministère des Sports. En jonglant entre les pubs Auchan, Orange et autres Vocalcom vous pouvez vous procurer une offre exceptionnelle à savoir un maillot du XV de France avec une remise de 20%. Le problème c'est que la tunique dédicacée par l'entraineur est vendue 130 €. Le produit des ventes des 10'000 exemplaires numérotés et signés du maillot est, selon Laporte, destiné à alimenter en partie (sic!) sa fondation si l'on se réfère aux déclarations faites par coach Laporte dimanche soir à Toulouse. Autre son de cloches sur le site puisque la notice de vente précise que "les bénéfices des droits d'image de cette opération selon intégralement reversés à une oeuvre caritative qui sera communiquée à l'issue de la coupe du monde" (re-sic!).

Comme la dit Laporte, "j'irais pas signer 10'000 maillots sans quoi j'aurais un mal au poignet et concernant les prix je ne sais pas du tout. Ce que je sais, c'est que j'en ai déjà beaucoup offerts des maillots signés ! Pour moi c'est une péripetie et c'est pas qui me perturbe, loin de là".

Fondation, organisation carritative qui semble être "greffe de vie", droit à l'image... ce vaste imbroglio ne laissait pas, hier midi,Serge Benaïm, son "homme d'affaire", totalement inerte puisque dans un communiqué il précisait que "tous les droits d'images afférents à la vente de ces maillots seront intégralement reversés à une oeuvre caritative".

A 130 euros (frais de port non inclus), un maillot commercialisé sans la signature de Laporte 75 euros en boutiques, on ne peut que rester dubitatif sur ce commerce qui fait un minimum "tâche" dans le panorama de l'ovalie.

Déjà ambassadeur de Duracel, Madrange, Bic, Sport Elec et Phoenix, il conviendrait que le futur Ministre indique clairement les contours financiers de ce commerce de maillots du XV de France sans quoi la tunique d'entraineur pourrait avoir des allures de veste pour le futur Ministre. 

 


Bernard Laporte 10 septembre
envoyé par Grand_schtroumpf_83

08:00 Publié dans Sur le stade... | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : rugby, france, bernard laporte, XV, maillot | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

08/08/2007

L comme Laporte (Bernard)

 

medium_L.jpgDans le cadre de son casting ministériel, Nicolas Sarkozy a choisi Bernard Laporte pour occuper le poste de Secrétaire d'Etat en charge des sports. Le pari est risqué dans la mesure ou l'homme de Gaillac est un sacré loustic doublé d'un néophyte absolu.

La chose est tout bonnement extravagante. Nommé par anticipation, histoire de préparer la coupe du Monde de Rugby, le sort ministériel de Laporte est d'une certaine façon suspendu à sa réussite à la tête de la sélection nationale. Par ailleurs sa connaissance extrêmement vague du mouvement sportif et l'absence quasi-totale de convictions font de cette nomination amicale un facteur à risques.

Autre problème, autres risques, Sarkozy en le désignant Ministre ne pouvait ignorer que son poulain était l'objet d'interrogations sur ses multiples activités économiques. L'homme du jambon Madrange qui se vente tel un Sarko d'avoir été à la rencontre des ouvriers de l'entreprise de salaison avant d'accepter de faire la pub, est un démagogue et un arriviste. C'est aussi, si on consulte le dossier intéressant produit par L'Equipe Magazine il y a quelques mois de cela, un homme d'affaire redoutable et paraît-il "border line".

Laporte sera-t-il le premier maillon faible du gouvernement? En attendant si vous voulez lire son autobiographie publiée par Michel Lafon, je vous assure quelques moments de franches rigolades au milieu d'un ensemble pathétique faisant passer Dominici pour un futur prix Goncourt.

Je quitte Lyon demain matin pour le pays du rugby, vers ces contrées ou le député UMP est devenu chose rare et où l'on préfèrera toujours le jambon de Bayonne au Madrange. Un vaste sujet de méditation pour Bernard Laporte.

 


Lyon, 8 août 2007.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu