Avertir le modérateur

04/05/2010

A méditer

elysee.jpg« On n’endosse pas comme ça d’un claquement de doigt le costume présidentiel, c’est au contraire une longue évolution qui fait que tout d’un coup les gens vous regardent, vous reconnaissent et vous donnent cette identité là » ; ce n’est pas parce que, selon l’AFP, cette phrase est répétée depuis des années par François Bayrou qu’elle n’en est pas moins frappée au coin du bon sens. Un bon sens qu’auraient dû garder Michel Noir ou Alain Carignon abattus en vol par Chirac du fait de leurs velléités présidentielles. Une phrase que pourraient méditer feu Raymond Barre et Edouard Balladur qui, de toute évidence, n’ont pas attendu assez longtemps pour être reconnus comme tels. Une phrase toujours d’actualité malgré la dévaluation de la fonction après le passage à l’Elysée de Chirac et de Sarkozy. Certes aujourd’hui le jeu peut paraître plus ouvert mais l’essence de la Vème République demeure et la fonction présidentielle reste l’expression d’un rapport direct entre l’électorat et un homme ou une femme, un rapport qui se construit avec le temps et sur des idées fortes. Certes la perspective de primaires peut laisser penser que le champ des possibles s’est élargi mais cette méthode, bien rodée aux Etats Unis état fédéral, ne fera que ses premiers pas chez nous, avec quel succès ? On ne peut, vu sous cet angle, que s’interroger sur la précipitation mise par Gérard Collomb à se lancer dans une campagne pré-primaires en affichant d’ailleurs sa candidature par défaut c'est-à-dire en cas de défection de DSK ce qui constitue un positionnement totalement antinomique avec l’objectif déclaré. Etre candidat à la présidence de la république sous la Vème c’est développer une idée de la France et des idées pour la France dans tous les domaines et directement avec le peuple. C’est seulement dans ce cas que les gens « vous regardent, vous reconnaissent et vous donnent cette identité là ». Et, c’est sur, cela prend du temps.

Philippe Dibilio

13/04/2007

Bayrou enterre Barre

medium_Raymond_Barre_NB.jpgBayrou vient donc d’enterrer Barre. Dans cette campagne, François Bayrou fait feu de tout bois. Hier, alors que les agences annonçaient l’hospitalisation de l’ancien Premier Ministre, Bayrou, toujours à l’affût des micros et des caméras, livrait à l’AFP l’oraison funèbre de Raymond Barre.

« Bien sûr je pense à lui, je pense à ce chemin, je pense à ce qu’il a représenté pour beaucoup de Français, comme un repère ». (...) Je pense à cette épreuve qu’il est en train de traverser, c’est pour moi une grande émotion. J’espère qu’il va franchir ce pas. » 

Puisqu’il ne lui reste plus qu’une semaine de campagne, je suggère à François Bayrou d’écrire ce week-end l’hommage funèbre à Giscard, son ancien mentor.

Lyon, le 13 avril 2007.

07:00 Publié dans Politique & politiques... | Lien permanent | Commentaires (22) | Tags : Bayrou, Barre, UDF, Ministre, hospitalisation, AFP | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu