Avertir le modérateur

28/04/2007

Réactions suite au dialogue Royal – Bayrou.

medium_Royal-Bayrou-small.jpgCe matin je vous proposais un rapide point de vue sur le dialogue à venir entre Ségolène Royal et François Bayrou sur BFM TV et RMC Info.

A lire, sur ce blog, les commentaires parfois violents de certains supporters de Nicolas Sarkozy, je constate à nouveau que, le naturel revenant au galop, la droite placée en rangs d'ognons derrière l'UMP commence à nous montrer ce que devrait être la "France de demain" en cas de victoire de l'ancien locataire de la place Beauvau.

En vérité j'ai la faiblesse de penser que le retour d'une certaine morgue de la droite dans cette campagne est un excellent thermomètre pour mesurer le coup de chaud qui frappe le camp Sarkozy dans ce début de week-end du 1er mai.

Comme probablement beaucoup d'entre vous, j'ai constaté que ce dialogue de très bonne tenue apportait de l'air frais dans une démocratie que chacun souhaite détendue et pacifiée. En abordant pratiquement l'ensemble des thèmes qui intéressent les français, j'ai la conviction que Royal et Bayrou ont situé leur dialogue à la bonne hauteur avec la volonté de parler à des électeurs libres qui veulent réfléchir par eux-mêmes.

Au regard des réactions du candidat de droite qui développe une inquiétante inclinaison à propager mépris suffisant et sectarisme, il est utile de reposer la question du verrouillage de l'information non seulement pour organiser ce débat mais aussi pour en rendre compte. Si vous en avez la possibilité, le temps et l'envie, je vous invite à mesurer la manière dont certaines télévisions, LCI par exemple, rendent compte étrangement de cet échange Royal – Bayrou.

Huit jours nous séparent du 2ème tour. Attendons-nous à ce que les amis personnels et politiques de Nicolas Sarkozy qui contrôlent l'essentiel de l'audiovisuel apportent, sur leurs antennes et dans leurs publications respectives, ce petit coup de main qui risque d'être de plus en plus utile au candidat UMP dans cette dernière ligne droite. Aux septiques sur le sujet, je suggère de se reporter au Libération de ce matin qui en dit long sur le système Sarkozy en la matière.

Histoire de me changer les idées, je vous quitte pour le stade de Gerland afin d' assister au match de l'Olympique Lyonnais qui rencontre ce soir Le Mans, une équipe qui produit souvent du beau jeu et qui apporte elle aussi un peu d'air frais dans un championnat parfois soporifique et de temps à autre violent. 

Lyon, le 28 avril 2007.

18:30 Publié dans Politique & politiques... | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : Ségolène, segolene, royal, bayrou, BFM, RMC, débat | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Sarkozy peut-il perdre ?

medium_Nicolas_Sarkozy.jpg"Sarkozy peut-il perdre ", telle est la " une " du Point de cette semaine. Poser la question c’est déjà, vous l’avez compris, s’interroger de manière très significative sur le cours des choses. Le fait qu’un hebdomadaire comme le Point s’y risque confirme qu’actuellement les lignes bougent. L’élection présidentielle est en effet de plus en plus ouverte. Tout demeure possible ce d’autant que l’affaire du débat Ségolène Royal/François Bayrou risque d’apparaître au final comme un élément plus important que Sarkozy ne le pense. En effet ce qui pour l’heure demeure une péripétie de campagne, un imbroglio subalterne, en dit en vérité beaucoup sur le cadenas médiatique français mais également sur la vraie nature du champion de l’UMP.

En expliquant que Royal et Bayrou étaient entrain de lui voler son deuxième tour et qu’il était presque illégitime que sa challenger débate avec le leader de l’UDF, Sarkozy étouffé par son ambition et sa soif de domination risque de payer cher sa suffisance. En effet pendant que Sarkozy actionne son moulin à prières devant des caméras complaisantes, j’ai le sentiment que les français, quant à eux, ne renoncent pas à réfléchir. Ce préambule du deuxième tour aux contours et à la nature inédits peut donc nous laisser raisonnablement croire, question de maturation de l’opinion, que Sarkozy ne se dirige, en pente douce, vers des difficultés qu’il n’ose encore imaginer.

Pour ce qui concerne les forces centrifuges qui hantent le paysage politique, il est raisonnable ne pas trop leur laisser le loisir d’encombrer notre réflexion. Que dix, vingt ou trente députés UDF s’alignent comme des petits soldats devant Sarkozy ne dupe personne. Qu’au Parti Socialiste, après une longue période d’indisponibilité pour cause de blessure, un Jean-Luc Mélenchon, avec quelques autres reprenne des gammes toujours aussi peu subtiles ne doit pas nous détourner de la nécessité d’avancer en rassemblant les français pour construire le changement.

Lyon, le 28 avril 2007.

Sarkozy peut-il perdre ?

medium_Nicolas_Sarkozy.jpg"Sarkozy peut-il perdre ", telle est la " une " du Point de cette semaine. Poser la question c’est déjà, vous l’avez compris, s’interroger de manière très significative sur le cours des choses. Le fait qu’un hebdomadaire comme le Point s’y risque confirme qu’actuellement les lignes bougent. L’élection présidentielle est en effet de plus en plus ouverte. Tout demeure possible ce d’autant que l’affaire du débat Ségolène Royal/François Bayrou risque d’apparaître au final comme un élément plus important que Sarkozy ne le pense. En effet ce qui pour l’heure demeure une péripétie de campagne, un imbroglio subalterne, en dit en vérité beaucoup sur le cadenas médiatique français mais également sur la vraie nature du champion de l’UMP.

En expliquant que Royal et Bayrou étaient entrain de lui voler son deuxième tour et qu’il était presque illégitime que sa challenger débate avec le leader de l’UDF, Sarkozy étouffé par son ambition et sa soif de domination risque de payer cher sa suffisance. En effet pendant que Sarkozy actionne son moulin à prières devant des caméras complaisantes, j’ai le sentiment que les français, quant à eux, ne renoncent pas à réfléchir. Ce préambule du deuxième tour aux contours et à la nature inédits peut donc nous laisser raisonnablement croire, question de maturation de l’opinion, que Sarkozy ne se dirige, en pente douce, vers des difficultés qu’il n’ose encore imaginer.

Pour ce qui concerne les forces centrifuges qui hantent le paysage politique, il est raisonnable ne pas trop leur laisser le loisir d’encombrer notre réflexion. Que dix, vingt ou trente députés UDF s’alignent comme des petits soldats devant Sarkozy ne dupe personne. Qu’au Parti Socialiste, après une longue période d’indisponibilité pour cause de blessure, un Jean-Luc Mélenchon, avec quelques autres reprenne des gammes toujours aussi peu subtiles ne doit pas nous détourner de la nécessité d’avancer en rassemblant les français pour construire le changement.

Lyon, le 28 avril 2007.

26/04/2007

Du courage, du courage, du courage (air connu)

medium_Bayrou-fushia3.jpgDans ce deuxième round de la campagne présidentielle, les lignes bougent. En décidant de faire preuve de l’ouverture nécessaire au regard de la situation politique et de ses enjeux, Ségolène Royal démontre une nouvelle fois les qualités qui sont les siennes depuis le début de cette campagne : l’audace, le courage et une volonté de liberté de pensée quasi inoxydable.

Pour ce qui le concerne, François Bayrou dans sa conférence de presse, tout en maintenant fort logiquement ses propres options, a, me semble-t-il, tout fait pour ne pas insulter l’avenir. En répondant favorablement à la proposition de rencontre avec Ségolène Royal, en se gardant bien d’exprimer sa préférence tout en critiquant sur le fond un Nicolas Sarkozy comparé à Berlusconi, le leader de l’UDF laisse la porte entre ouverte et surtout veut bien laisser croire à ses électeurs que voter pour Ségolène Royal dans ce second tour n’entrerait pas en opposition majeure avec son projet politique au centre.

Comme je vous le confiais avant hier, François Bayrou, contrairement à ce qu’il veut bien indiquer, ne peut rester sur sa montagne à contempler le deuxième tour. Qui sera le prochain Président de la république n’est pas chose secondaire. François Bayrou, comme la grande majorité de ses électeurs, sait très bien que la France de Sarkozy ne sera pas de la même nature que celle de Ségolène Royal. Le refus de trancher pourrait lui être reproché non pas aujourd’hui mais très probablement à l’orée des législatives.

Trois jours à peine après l’issue du 2ème tour, les premiers petits pas de François Bayrou sont importants ce d’autant qu’ils sont les plus difficiles à accomplir. En nous confiant ne pas avoir encore fait son choix, mais en laissant une liberté de vote à ses élus, Bayrou ménage manifestement l’avenir. Ces premiers pas sont courageux mais du courage il va lui en falloir encore quelque peu. Je souhaite donc du courage, du courage, du courage à François Bayrou (air connu).

Lyon, le 26 avril 2007. 

06:00 Publié dans Politique & politiques... | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : Bayrou, Sarkozy, Royal, Ségolène, segolene, UDF, 2ème | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Du courage, du courage, du courage (air connu)

medium_Bayrou-fushia3.jpgDans ce deuxième round de la campagne présidentielle, les lignes bougent. En décidant de faire preuve de l’ouverture nécessaire au regard de la situation politique et de ses enjeux, Ségolène Royal démontre une nouvelle fois les qualités qui sont les siennes depuis le début de cette campagne : l’audace, le courage et une volonté de liberté de pensée quasi inoxydable.

Pour ce qui le concerne, François Bayrou dans sa conférence de presse, tout en maintenant fort logiquement ses propres options, a, me semble-t-il, tout fait pour ne pas insulter l’avenir. En répondant favorablement à la proposition de rencontre avec Ségolène Royal, en se gardant bien d’exprimer sa préférence tout en critiquant sur le fond un Nicolas Sarkozy comparé à Berlusconi, le leader de l’UDF laisse la porte entre ouverte et surtout veut bien laisser croire à ses électeurs que voter pour Ségolène Royal dans ce second tour n’entrerait pas en opposition majeure avec son projet politique au centre.

Comme je vous le confiais avant hier, François Bayrou, contrairement à ce qu’il veut bien indiquer, ne peut rester sur sa montagne à contempler le deuxième tour. Qui sera le prochain Président de la république n’est pas chose secondaire. François Bayrou, comme la grande majorité de ses électeurs, sait très bien que la France de Sarkozy ne sera pas de la même nature que celle de Ségolène Royal. Le refus de trancher pourrait lui être reproché non pas aujourd’hui mais très probablement à l’orée des législatives.

Trois jours à peine après l’issue du 2ème tour, les premiers petits pas de François Bayrou sont importants ce d’autant qu’ils sont les plus difficiles à accomplir. En nous confiant ne pas avoir encore fait son choix, mais en laissant une liberté de vote à ses élus, Bayrou ménage manifestement l’avenir. Ces premiers pas sont courageux mais du courage il va lui en falloir encore quelque peu. Je souhaite donc du courage, du courage, du courage à François Bayrou (air connu).

Lyon, le 26 avril 2007. 

06:00 Publié dans Politique & politiques... | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : Bayrou, Sarkozy, Royal, Ségolène, segolene, UDF, 2ème | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

24/04/2007

Ségolène Royal à Lyon-Eurexpo le 27 avril 19h

medium_Invit_Eurexpo_Ségolène_Royal_2704-1.2.jpg
medium_Invit_Ségolène_Royal_Eurexpo_27_avril.2.jpg

Ségolène Royal à Lyon-Eurexpo le 27 avril 19h

medium_Invit_Eurexpo_Ségolène_Royal_2704-1.2.jpg
medium_Invit_Ségolène_Royal_Eurexpo_27_avril.2.jpg

23/04/2007

Les moustaches de Sarkozy

medium_Affiche_Ségolène_Royal_1er_tour.jpgComme le titre ce matin « La dépêche du midi », l’heure est au « vrai choix ». Un choix dont les conséquences vont marquer en profondeur et sur le long terme notre pays.

Un choix entre Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy. Un choix qu’il est inutile de décrire par le menu tant ce qui différencie les deux finalistes est criant. 

Ce choix est le même pour tous, y compris pour les électeurs de François Bayrou. A la lecture du sondage CSA-Cisco qui concerne les intentions de vote pour le second tour, 45% des électeurs du leader de l’UDF entendent voter pour Ségolène Royal. C’est déjà un bon point. Quant aux autres ils se réfugieraient dans l’abstention (16%) ou le vote Sarkozy (39%).

Au-delà des arguties qui relèvent de la simple arithmétique il est utile de redire qu’en presque deux semaines d’une nouvelle campagne, beaucoup de lignes peuvent bouger. Il est donc nécessaire que Ségolène Royal fasse valoir, avec la liberté qui est la sienne, son projet dont les points cardinaux sont le travail, l’éducation, l’écologie et aussi l’Europe.

A ceux qui imaginent qu’une improbable campagne « tout sauf Sarko » serait une planche de salut, je préfère dire qu’ils se trompent.

L’heure n’est vraiment pas à dessiner sur les affiches de Sarkozy des moustaches d’Hitler mais bien de créer une dynamique de rassemblement dans une campagne forte en propositions.

Lyon, le 23 avril 2007

Les moustaches de Sarkozy

medium_Affiche_Ségolène_Royal_1er_tour.jpgComme le titre ce matin « La dépêche du midi », l’heure est au « vrai choix ». Un choix dont les conséquences vont marquer en profondeur et sur le long terme notre pays.

Un choix entre Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy. Un choix qu’il est inutile de décrire par le menu tant ce qui différencie les deux finalistes est criant. 

Ce choix est le même pour tous, y compris pour les électeurs de François Bayrou. A la lecture du sondage CSA-Cisco qui concerne les intentions de vote pour le second tour, 45% des électeurs du leader de l’UDF entendent voter pour Ségolène Royal. C’est déjà un bon point. Quant aux autres ils se réfugieraient dans l’abstention (16%) ou le vote Sarkozy (39%).

Au-delà des arguties qui relèvent de la simple arithmétique il est utile de redire qu’en presque deux semaines d’une nouvelle campagne, beaucoup de lignes peuvent bouger. Il est donc nécessaire que Ségolène Royal fasse valoir, avec la liberté qui est la sienne, son projet dont les points cardinaux sont le travail, l’éducation, l’écologie et aussi l’Europe.

A ceux qui imaginent qu’une improbable campagne « tout sauf Sarko » serait une planche de salut, je préfère dire qu’ils se trompent.

L’heure n’est vraiment pas à dessiner sur les affiches de Sarkozy des moustaches d’Hitler mais bien de créer une dynamique de rassemblement dans une campagne forte en propositions.

Lyon, le 23 avril 2007

22/04/2007

Réactions à 21h45

L’heure est déjà au rassemblement. Les électeurs de gauche apprécieront le fait que l’ensemble des candidats qui figuraient dans cette compétition appellent dès ce soir à voter pour Ségolène Royal le 6 mai prochain.

Quant à ceux qui viennent de faire confiance à François Bayrou j’ai la conviction  qu’ils se retrouveront dans le rassemblement que va initier Ségolène Royal. Même si le candidat malheureux de l’UDF préférera probablement  jouer le jeu dangereux du « ni-ni ».

Que Christophe Marec se rassure, tant sur la question de la relance de la construction européenne que sur la place des PME dans la future politique économique comme pour la nécessaire réforme de nos institutions nous avons là des débats qui ne me paraissent pas être de l’ordre du clivage entre nous.

Comme le dit Torben un rassemblement  doit se construire. J’attends comme vous l’intervention de Ségolène Royal. Je vous retrouve plus tard.

Réactions à 21h45

L’heure est déjà au rassemblement. Les électeurs de gauche apprécieront le fait que l’ensemble des candidats qui figuraient dans cette compétition appellent dès ce soir à voter pour Ségolène Royal le 6 mai prochain.

Quant à ceux qui viennent de faire confiance à François Bayrou j’ai la conviction  qu’ils se retrouveront dans le rassemblement que va initier Ségolène Royal. Même si le candidat malheureux de l’UDF préférera probablement  jouer le jeu dangereux du « ni-ni ».

Que Christophe Marec se rassure, tant sur la question de la relance de la construction européenne que sur la place des PME dans la future politique économique comme pour la nécessaire réforme de nos institutions nous avons là des débats qui ne me paraissent pas être de l’ordre du clivage entre nous.

Comme le dit Torben un rassemblement  doit se construire. J’attends comme vous l’intervention de Ségolène Royal. Je vous retrouve plus tard.

20/04/2007

"Je voterais Ségolène Royal sans hésiter"

medium_Ségolène_Royal_-_France_présidente.jpgComment vous convaincre, alors que beaucoup a été dit, de voter Ségolène Royal dès le premier tour ? Comment vous expliquer ce qui peut fonder un tel engagement ? Comment vous dire, sans vous infliger un long pensum indigeste, pourquoi Ségolène Royal est la seule à pouvoir incarner le changement, l’audace et le rassemblement ? 

A quelques heures de la fermeture provisoire de mon blog, je vous confie ces quelques mots rédigés par Patrice Chéreau à l’hebdomadaire « les Inrockuptibles »  de cette semaine : 

« Je voterais Ségolène Royal, sans hésiter.

Parce que je crois en elle et parce qu’elle parle autrement, librement, un langage différent des autres candidats et des hommes politiques en général. Parce que je suis convaincu par ce qu’elle dit et que je suis bluffé par son courage. Courage parce qu’il en faut pour tenir tête face aux dirigeants du Parti socialiste, courage parce qu’il est demandé deux fois plus de preuves qu’il n’en serait demandé à un homme qui se présenterait à sa place, courage parce que dans la situation de la gauche aujourd’hui, elle sait qu’il lui faut rassembler et convaincre au-delà du possible. » 

 

medium_SR-GC.JPGLA VIE SANS SARKO, C’EST PLUS RIGOLO !

Le Maire de Lyon se rendra dans différents cafés et bars Lyonnais pour accompagner les militants mobilisés en faveur de Ségolène Royal dès le premier tour.

Voici les rendez-vous :

  • 17h30, « La Plateforme » quai Augagneur
  • 18h00, « Le Syrius »
  • 18H30, Bar « L’escalier », 8 rue de la Platière
  • 19h00, Bar « L’Apostrophe », - rue Octavio Mey à Saint-Paul
  • 20h00, « Modern Art Café », boulevard de la Croix-Rousse

Bon apéro anti-Sarko à toutes et tous.

Lyon, le 20 avril 2007.

"Je voterais Ségolène Royal sans hésiter"

medium_Ségolène_Royal_-_France_présidente.jpgComment vous convaincre, alors que beaucoup a été dit, de voter Ségolène Royal dès le premier tour ? Comment vous expliquer ce qui peut fonder un tel engagement ? Comment vous dire, sans vous infliger un long pensum indigeste, pourquoi Ségolène Royal est la seule à pouvoir incarner le changement, l’audace et le rassemblement ? 

A quelques heures de la fermeture provisoire de mon blog, je vous confie ces quelques mots rédigés par Patrice Chéreau à l’hebdomadaire « les Inrockuptibles »  de cette semaine : 

« Je voterais Ségolène Royal, sans hésiter.

Parce que je crois en elle et parce qu’elle parle autrement, librement, un langage différent des autres candidats et des hommes politiques en général. Parce que je suis convaincu par ce qu’elle dit et que je suis bluffé par son courage. Courage parce qu’il en faut pour tenir tête face aux dirigeants du Parti socialiste, courage parce qu’il est demandé deux fois plus de preuves qu’il n’en serait demandé à un homme qui se présenterait à sa place, courage parce que dans la situation de la gauche aujourd’hui, elle sait qu’il lui faut rassembler et convaincre au-delà du possible. » 

 

medium_SR-GC.JPGLA VIE SANS SARKO, C’EST PLUS RIGOLO !

Le Maire de Lyon se rendra dans différents cafés et bars Lyonnais pour accompagner les militants mobilisés en faveur de Ségolène Royal dès le premier tour.

Voici les rendez-vous :

  • 17h30, « La Plateforme » quai Augagneur
  • 18h00, « Le Syrius »
  • 18H30, Bar « L’escalier », 8 rue de la Platière
  • 19h00, Bar « L’Apostrophe », - rue Octavio Mey à Saint-Paul
  • 20h00, « Modern Art Café », boulevard de la Croix-Rousse

Bon apéro anti-Sarko à toutes et tous.

Lyon, le 20 avril 2007.

16/04/2007

La droite sait voter utile

medium_SR-Vaulx.jpgChacun doit en convenir l’essentiel pour l’heure, réside dans le vote qui interviendra dimanche prochain. Même si nous pouvons les uns et les autres demeurer expectatifs à la lecture des sondages, une chose est certaine, tout va se jouer dans un mouchoir de poche.

La tribune de Bernard Kouchner dans le Journal du Dimanche d’hier est intéressante et ceux qui savent lire constatent que l’ancien Ministre, en entourant ses propos d’éléments tout sauf nouveaux dans sa bouche, indique clairement que l’avenir passe par un vote pour Ségolène Royal dès le premier tour. Au second, pour Kouchner, de nouvelles alliances devront se nouer pour battre Nicolas Sarkozy en attendant il invite, parce qu’elle seule « peut orchestrer calmement cette indispensable mutation », à voter Ségolène et j’ajoute que tout au long de son texte Kouchner s’abstient de citer le nom de François Bayrou. C’est peut être un signe ?

Même si le mot peut choquer ou heurter certains, il est grand temps que dans la semaine décisive qui s’ouvre, une réflexion sur le vote utile s’engage. Je sais bien que parmi les électeurs de Marie-Georges Buffet, de Dominique Voynet, de José Bové et d’Olivier Besancenot la chose est difficile, non seulement à entendre, mais surtout à digérer, mais je suggère que tous examinent très concrètement cette question en fonction des enjeux réels pour le pays laissant ainsi de côté un certain patriotisme idéologique utile mais dangereux. Observation identique et donc même punition pour celles et ceux qui cherchent dans le vote Bayrou une espèce de nouvel eldorado politique construit sur le sable d’une mythique recomposition politique généralisée. 

Malgré une campagne semée d’embûches et de coups bas, Ségolène Royal trace sa route avec une détermination qui en étonne aujourd’hui plus d’un. Pour la première fois dans notre pays une femme est en situation de devenir Présidente de la République en représentant une alternative crédible et construite face à une droite dont nous sommes certains qu’elle accentuerait sa politique violente en se maintenant au pouvoir.

Cette droite, justement, sait voter utile. Malgré les aléas de la campagne, on va retrouver derrière Sarkozy une unité inscrite dès le 1er tour. Pour s’en convaincre il suffit de voir les prévisions des scores de De Villiers et d’observer avec quelle détermination les patrons de l’UMP cible les électeurs du Front National. Quand Sarkozy explique « les voix ne servent à rien quand elles se portent sur Le Pen », le message est clair. Il s’agit bien pour Nicolas Sarkozy à 7 jours de ce premier tour de cristalliser un vote utile dès le 22 avril.

En refusant d’intégrer une telle réalité électorale il serait tant de même curieux que « la gauche la plus intelligente du monde » laisse une seconde fois « la droite la plus bête du monde » triompher pour le plus grand malheur de ce pays.

Lyon, le 16 avril 2007.

La droite sait voter utile

medium_SR-Vaulx.jpgChacun doit en convenir l’essentiel pour l’heure, réside dans le vote qui interviendra dimanche prochain. Même si nous pouvons les uns et les autres demeurer expectatifs à la lecture des sondages, une chose est certaine, tout va se jouer dans un mouchoir de poche.

La tribune de Bernard Kouchner dans le Journal du Dimanche d’hier est intéressante et ceux qui savent lire constatent que l’ancien Ministre, en entourant ses propos d’éléments tout sauf nouveaux dans sa bouche, indique clairement que l’avenir passe par un vote pour Ségolène Royal dès le premier tour. Au second, pour Kouchner, de nouvelles alliances devront se nouer pour battre Nicolas Sarkozy en attendant il invite, parce qu’elle seule « peut orchestrer calmement cette indispensable mutation », à voter Ségolène et j’ajoute que tout au long de son texte Kouchner s’abstient de citer le nom de François Bayrou. C’est peut être un signe ?

Même si le mot peut choquer ou heurter certains, il est grand temps que dans la semaine décisive qui s’ouvre, une réflexion sur le vote utile s’engage. Je sais bien que parmi les électeurs de Marie-Georges Buffet, de Dominique Voynet, de José Bové et d’Olivier Besancenot la chose est difficile, non seulement à entendre, mais surtout à digérer, mais je suggère que tous examinent très concrètement cette question en fonction des enjeux réels pour le pays laissant ainsi de côté un certain patriotisme idéologique utile mais dangereux. Observation identique et donc même punition pour celles et ceux qui cherchent dans le vote Bayrou une espèce de nouvel eldorado politique construit sur le sable d’une mythique recomposition politique généralisée. 

Malgré une campagne semée d’embûches et de coups bas, Ségolène Royal trace sa route avec une détermination qui en étonne aujourd’hui plus d’un. Pour la première fois dans notre pays une femme est en situation de devenir Présidente de la République en représentant une alternative crédible et construite face à une droite dont nous sommes certains qu’elle accentuerait sa politique violente en se maintenant au pouvoir.

Cette droite, justement, sait voter utile. Malgré les aléas de la campagne, on va retrouver derrière Sarkozy une unité inscrite dès le 1er tour. Pour s’en convaincre il suffit de voir les prévisions des scores de De Villiers et d’observer avec quelle détermination les patrons de l’UMP cible les électeurs du Front National. Quand Sarkozy explique « les voix ne servent à rien quand elles se portent sur Le Pen », le message est clair. Il s’agit bien pour Nicolas Sarkozy à 7 jours de ce premier tour de cristalliser un vote utile dès le 22 avril.

En refusant d’intégrer une telle réalité électorale il serait tant de même curieux que « la gauche la plus intelligente du monde » laisse une seconde fois « la droite la plus bête du monde » triompher pour le plus grand malheur de ce pays.

Lyon, le 16 avril 2007.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu