Avertir le modérateur

21/10/2008

Sifflets

fred.jpgSamedi dernier à Gerland au bout d’une heure de jeu face à Lille, Fred, l’avant centre de l’OL, est sorti pour la deuxième fois consécutive, sous les sifflets du public. Mécontent, évidemment, il en veut aux supporters si l’on en croit ses réactions du lendemain. Mais il va plus loin, « je n’accepterai pas les sifflets la prochaine fois » affirme-t-il, bigre ! et quelle riposte nous prépare-t-il ? On peut s’attendre au pire. Il a peut-être déjà téléphoné à Sarkozy pour associer son cas à celui de le Marseillaise ; dès lors le risque est grand que si Fred est à nouveau sifflé par le public le match soit interrompu. Rien n’est impossible quand on connaît la réactivité du président.

Heureusement les sifflets de Gerland ne sont pas ceux du stade de France qui n’avaient pas de rapport avec le jeu et Fred n’a rien à voir avec le symbole fort que représente la « Marseillaise ». Il n’est, au demeurant, qu’un piètre avant-centre si l’on en juge par ses dernières prestations. Rarement au bon endroit sur les phases de jeu offensif, spécialiste des passes en retrait qui relancent l’adversaire (on se souvient du quart de finale de la champion’s ligue perdu à Milan) toujours dos au but et couché sur son adversaire ce qui lui vaut nombre de coups francs et l’a mis dans le collimateur des arbitres, bref pour ma part j’attends toujours que se révèle celui que l’on nous avait présenté comme un très grand joueur en devenir, et le public de Gerland aussi. Alors il siffle car au stade, où l’on a payé cher sa place, on ne peut s’exprimer que de façon binaire : applaudir quand on est satisfait ou siffler dans le cas contraire. Ce qui, en revanche, peut paraître étonnant c’est la constance avec laquelle les entraîneurs successifs donnent du temps de jeu à Fred sauf s’ils espèrent un miraculeux sursaut qui fasse remonter la côte du joueur avant le mercato d’hiver.

En tout cas, et ce n’est pas rassurant, Fred déclare aussi : « je vais rester jusqu’à la fin de mon contrat » et pour cause il ne trouverait nulle part au monde un club pour lui assurer le salaire qu’il perçoit. Enfin les derniers mots de sa déclaration nous rassurent sur son mode de rétorsion face au public ingrat : « si on me siffle encore je ne montrerai plus rien » ce qui ne changera pas grand chose à ce que l’on connaît et qui permettra au public de continuer à siffler.

Philippe Dibilio

Lyon, le 21 octobre 2008.

10/09/2008

L’ami Ricoré

1484085323.pngIl fallait s’y attendre. En jetant au placard en 2006 l’ami du petit déjeuner, autrement dit l’ami Ricoré, des publicités de la marque, rien ne va plus. Si le produit existe fort heureusement toujours, force est d’admettre que l’absence de l’ami Ricoré avec sa jovialité, sa bonne humeur et son entrain commence à se faire sentir.

Prenez l’équipe de France de football. La polémique concernant l’heure du petit déj enfle après la défaite autrichienne au point de concentrer les éléments les plus nocifs d’une crise qui semble ne plus s’arrêter.
En effet, de retour, dans la nuit de samedi à dimanche, après la claque viennoise, sous la houlette de Capitaine Henry, un vent de fronde à soufflé sur notre équipe nationale. Si j’en crois l’Equipe, suite à une décision du nouveau toubib de rendre le petit Déjeuner obligatoire à 8h30 la tension est montée dangereusement entre le groupe et le staff. Ayant fait valoir avec insistance que cet horaire était trop matinal, en bon capitaine, Thierry Henry à émis un désaccord et dans un élan de bonne volonté Raymond Domenech a souhaité ne pas rendre obligatoire le respect de cette nouvelle règle.

En fait cette question du petit déjeuner n’est pas nouvelle au sein du groupe France. Déjà en 2006, face à la contestation de la part de ses joueurs de l’heure du petit déjeuner et du port des protèges tibias lors des entrainements, le sélectionneur de l’équipe de France avait déjà fait marche arrière.

Chacun le sait dans le sport de très haut niveau c’est à ce genre de détails que peuvent se jouer les succès comme les défaites. En étant incapable de gérer le petit déjeuner des bleus, Domenech avait dès cette période montré ses limites. IL convient donc de poser la question essentielle avant de rencontrer les Serbes ce soir : faut-il oui ou non se débarrasser de Domenech. Pour ma part je propose de le garder à condition de virer Boghossian et de le remplacer par notre ami de chez Ricoré qui rouille dans un placard depuis deux ans. J’imagine déjà la scène. Sur le coup de dix ou onze heures, l’ami Ricoré arrivant à Clairefontaine sourire aux lèvres au volant de sa Renault 4L. Remontant le moral à Mexès, un mot gentil pour Nasri, une blague pour Ribéri, l’ami du petit déjeuner deviendrait ainsi le pote de l’équipe de France et nos joueurs après avoir avalé un bon bol de Ricoré allégé pourraient ainsi, dans la bonne humeur, se rendre au décrassage puis à la musculation.
Ne me remerciez pas d’apporter une solution à la crise du football français. C’est sincère et désintéressé.

Lyon, le 10 septembre 2008.

03/08/2008

L comme Leeds United

694308332.jpg

Il y a une dizaine de jours, en vous invitant à découvrir aussi tardivement que moi, les polars de Hannelore Cayre, je vous expliquais que j’avais conscience que Connely, les trois tomes de Millenium et David Peace encombraient déjà votre table de nuit.

En vérité, à propos de l’anglais, deux bouquins peuvent s’entasser en piles, le premier, volet initial d’une trilogie consacrée au Japon et intitulé « Tokyo année zéro » (Rivages), ne fait pas partie de mes lectures de l’été. Je me borne donc à vous le signaler. Le second, « 44 jours » (Rivages), sorte de bio de Brian Clough, ex joueur de Derby County et coach du club de football de Leeds, devrait contrarier certains lecteurs conquis par l’auteur de « GB84 » ou par la trilogie du Yorkshire (« 1977 », « 1980 », « 1983 »). En effet avec cette dernière livraison on plonge dans l’univers briton de Peace mais surtout dans celui du football et pas n’importe lequel, celui de la « perfide Albion ». David Peace s’attaque donc au mythique club de Leeds United, au football, mais surtout au contradictoire entraîneur du club, le compliqué et voire même odieux Brian Clough qui se débat au sein d’un Leeds United aux prises de tous les démons. Certains lecteurs aimeront détester Clough, d’autres détesteront l’aimer. Une fois dit que Peace ne se hisse peut-être pas à son meilleur niveau pour l’occasion, ce livre étonnant devrait offrir quelque plaisir à ceux qui, comme moi, ne sont pas insensibles au sujet.

L’excellent hebdomadaire culturel lyonnais « Le petit bulletin » a commis, à l’occasion de la venue de Peace aux Assises Internationales du Roman, une de ces interviews qui devraient mettre en appétit les amateurs de polars qui s’intéressent, non pas au football, mais au rock. Interrogé par Yann Nicol, David Peace évoque son travail mais aussi son intérêt pour quelques icônes du rock. Voici ce qu’il disait en juin dernier entre Saône et Rhône, de quoi rendre peut-être impatient quelques-uns d’entre-vous. « Certaines rock stars comme Johnny Rotten, Sid Vicious ou Ian Curtis » expliquait Peace « sont tellement fascinantes qu’elles feraient bien sûr d’excellents sujets pour un livre. Un jour, j’écrirai sans doute un roman sur un héros du rock, et je pense d’ailleurs que ce sera David Bowie, qui me fascine particulièrement… ». David Bowie n’a qu’à bien se tenir !

Lyon, le 3 août 2008.

07/06/2008

C'est parti

919807576.jpgC’est parti. A 18h00, en s’affrontant, Suisses et Tchèques lèvent le rideau sur cet Euro 2008 qui, jusqu’à présent, fait plus le bonheur des Darty, Carrefour et Boulanger que la joie des amateurs de ballon rond.

Comme toujours en pareille occasion, médias et sponsors attirent notre attention sur l’équipe de France comme si le groupe de la mort (Pays-Bas, Italie, Roumanie, France) n’était devenu qu’accessoire et Espagnols, Allemands, Portugais et Turcs des seconds couteaux.

Je ne veux pas porter la poisse à nos bleus, mais c’est probablement le 17 juin sur les commentaires de Thierry Rolland et Franck Lebœuf que se jouera face à nos ennemis préférés de la squadra azura leur sort. Au même moment, sur W9 (!), les Hollandais remontés comme des horloges suisses (Robben, Sneijder, Van der Vaart…) affronteront des Roumain prometteurs qui se risqueront peut-être à se payer notre tête ce soir là. Allez-savoir ?

Rendez-vous donc le 17 juin vers 23h00, heure à laquelle il nous restera peut-être plus qu’à écluser notre stock de danettes destinées à collectionner les images pieuses de l’équipe de France.

Lyon, le 7 juin 2008.

15/12/2007

Fight club

c7abffeaba7ff8d8316b46295d7ca841.jpgC’est cet après-midi, à peine remis de sa victoire écossaise, que l’Olympique Lyonnais rencontre à Gerland l’OGC Nice.

En vérité c’est malheureusement sous le signe de la violence entre bandes de supporters qu’est placée cette journée de championnat.

En effet le 15 septembre dernier, sur une aire de repos de l’A6, un sévère affrontement entre la brigade Sud de Nice et des membres de la Cosa Nostra de Lyon s’était soldé par un « crime » majeur : les niçois s’étaient fait subtiliser une banderole par les lyonnais.

La revanche est donc programmée aujourd’hui. Services de sécurité des clubs, CRS et policiers sont donc sur le qui-vive dans l’attente d’un « fight » annoncé.

Pathétique !

Lyon, le 15 décembre 2007

10:00 Publié dans Sur le stade... | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : Olympique Lyonnais, OGC Nice, Football | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

29/10/2007

Foot, business, Aulas

medium_Biographie_Jean-Michel_Aulas.jpgLa création du F.A.P. (Football-Avenir-Professionnel), sorte d’alliance des grands clubs de football professionnels, risque de marquer un tournant. Ce regroupement qui compte dans ses rangs Lyon, Monaco, Lille, Toulouse, Lens, Bordeaux et le P.S.G. est de toute évidence une machine destinée à peser sur les futures répartitions des droits de télévision sur une base nouvelle plus conforme aux intérêts des « Grands ». Les « Petits », absents de ce lobby, craignent quant à eux, que les quelques règles qui perdurent au nom de principes de solidarité finissent par s’envoler. Les « riches » s’appropriant l’essentiel de ces fameux droits de télévision.

Il faut dire que l’enjeu n’est pas mince puisque sont en jeu les 600 M d’Euros mis jusqu’ici sur la table par Canal Plus mais aussi, au bout du compte, une refonte en profondeur de l’organisation du football professionnel français.

Le foot est donc à la croisée des chemins car à l’horizon de quelques mois on pourrait voir émerger une nouvelle organisation plus proche de la ligue de Basket américaine que celle du championnat actuel. Abandon de principes de solidarité dans la répartition des droits générés par la télévision, puis compétition de ligue 1 quasi fermée, critères plus lourds en matière d’équipements, les clubs les moins nantis risquent de faire les frais d’une future structuration qui serait ainsi plus conforme au développement économique du Foot-business. C’est dans ce contexte que paraît aux éditions « Danger Public/Lyon Mag », la première biographie de Jean Michel Aulas signée par Thomas Nardone, rédacteur en chef du mensuel lyonnais.

Lire la suite

16/08/2007

R comme racisme (et football)

medium_R_1.jpgLa Ligue 1 vient tout juste de reprendre et pourtant il est nécessaire de revenir sur un triste épisode, l'affaire Milan Barros, qui a terni l'image du football et de l'Olympique Lyonnais à la fin du dernier championnat.

En mimant, à l'encontre d'un joueur africain, le geste de celui qui se pince le nez, l'avant centre tchèque a été symboliquement suspendu par les autorités du football. Une sanction scandaleuse si le geste de Barros n'est pas de nature raciste comme le dit l'intéressé. Une peine encore plus scandaleuse si le geste incriminé était raciste, puisqu'une suspension de quelques matchs pour une attitude aussi infâme serait inacceptable.

La LICRA (Ligue Internationale Contre le Racisme et l'Antisémitisme) développe depuis quelques années un travail extrêmement utile sur le sport et le racisme. En ce qui concerne le football, elle vient d'éditer avec l'UCPF (Union des Clubs Professionnels de Football) une brochure sur ce sujet. En donnant la parole à des "stars" comme Nicolas Anelka, Mickaël Sylvestre et Christian Karembeu, la Licra, qui développe chaque année dans des milliers d'écoles, de collèges et de lycées des actions de sensibilisation, démontre ainsi que le sport est également un domaine essentiel de la lutte anti-raciste.

La charte contre le racisme signée par Gervais Martel au nom de l'UCPF et Patrick Gaubert au nom de la Licra, est un premier pas, probablement décisif, pour renforcer ce combat.

Pour de plus amples informations, consulter www.licra.org et www.ucpf.fr.

Hautes Pyrénées, le 16 août 2007.

09:00 Publié dans Ainsi va la vie... | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Football, racisme, foot, licra, Milan Barros, OL, UCPF | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

25/07/2007

C comme championnat (de France de football)

medium_C_2.jpgIl n'y a pas que Sarkozy qui transpire cet été. Les footballeurs qui pour l'essentiel d'entre- eux  ont repris l'entraînement au début du mois commencent à être affûtés alors que le championnat de Ligue 1 repart pour un tour.

Ma première pensée ira aux Nantais qui vont redécouvrir le charme de contrées comme Chateauroux ou Clermont Ferrand. J'espère que le purgatoire des canaris sera de courte durée tant un championnat sans Saint Etienne, Marseille ou Nantes est bancal.

J'espère que l'intérimaire Roselyne Bachelot honorera quand même de sa présence les stades de notre championnat en attendant l'arrivée de Bernard Laporte, le seul Ministre de la République a connaître le privilège d'une pre-affectation pour raisons de service, à moins que d'ici là un incontrôlable ne vienne chercher sur son crâne rasé les poux qui pourraient s'y nicher.

Passons à l'Olympique Lyonnais dont la très moyenne deuxième partie de saison 2006-2007, bien que sanctionnée par un nouveau titre, nous laisse quelque amertume. La noria estivale et l'arrivée de Perrin vont-elles porter leurs fruits. Rien n'est certain et ce n'est pas plus mal tant l'idée qu'un championnat puisse être gagné d'avance me lasse. Comme certains d'entre-vous je serai un fidèle spectateur à Gerland tout en sachant que quelques-uns ne se priveront pas de m'envoyer quelques mails et commentaires acides à l'instar du Nizanien et de l'ami Roger du 8ème arrondissement qui se reconnaîtra. Leur très grande difficulté à intégrer le fait que Rocheteau ne joue plus chez les verts et que du côté de Geoffroy Guichard ce ne sont plus les poteaux qui sont carrés mais bien les pieds, me peine.

Enfin des remerciements pour Florent Malouda. Il était arrivé à Lyon comme un bon joueur, il repart de l'OL pour Chelsea en grand joueur pour devenir, je l'espère, un grand d'Europe. Un salut amical enfin à Dhorasoo qui va tenter une nouvelle carrière en Italie. Que le Tribunal des Prud'hommes lui octroie de justes indemnités face à Cayzac, qui quant à lui, devra connaître les affres des batailles juridiques, face à Bolloré, dans l'affaire Havas.

En bonus aujourd'hui, un coup franc de Juninho, c'était contre Ajaccio. Les supporters de Saint-Etienne qui seraient dans l'impossibilité de revoir de telles images sont invités à s'abstenir et à visionner à nouveau la chevauchée de Messi que j'avais sélectionnée il y a quelques mois de cela.

Lyon, 25 juillet 2007.

07:25 Publié dans Ainsi va la vie... | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : football, OL, foot, championnat, france, Sarkozy, Nantes | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

11/06/2007

Sonny Goal

medium_Sonny_anderson.2.jpgCe soir au stade de Gerland c’est jour de fête. L’Olympique Lyonnais organise en effet le jubilé de Sonny Anderson le célèbre avant centre brésilien qui a enchanté les supporters lyonnais de 1999 à 2003.

Après un tournoi de Benjamin, dès 20h autour de « Sonny goal », débutera le match de jubilé avec quelques-unes des grandes pointures du football puisque Ronaldinho, Thierry Henry, Riquelmé, Scifo, Dugarry, Bebeto seront de la partie rejoignant ainsi certains des anciens équipiers lyonnais d’Anderson comme Pierre Laigle ou Christophe Delmotte.

Venu pour la saison 92-93 en Europe et plus précisément au Servette de Genève en provenance de Vasco de Gama et du Guarani F.C., Sonny Anderson va, en l’espace de quelques années marquer l’histoire du football européen. Transféré à l’O.M. (16 buts en 20 rencontres) Sonny Anderson intègre rapidement l’effectif de l’A.S. Monaco et à l’issue de la saison 96-97 le buteur brésilien rejoint le Barça. Vainqueur avec l’équipe catalane de la Coupe d’Espagne, de la Liga et de la Supercoupe d’Europe il rejoint l’Olympique lyonnais en 1999-2000. Au terme de quatre saisons à Lyon (2 titres de champion, 1 coupe de la ligue, 2 fois meilleur buteur du championnat), Anderson s’envole pour Villareal avant de terminer sa carrière au Qatar (AL Rayyan) puis à Doha.

Résidant à Lyon, fidèle supporter de l’O.L. le retour de Sonny sur la pelouse de Gerland pour ce jubilé sera non seulement un grand moment d’émotion mais un geste de solidarité important puisqu’une partie de la recette sera reversée à l’association de Joël Bats qui lutte contre la maladie d’Huntington.

Comme elle la déjà fait pour Grégory Coupet ou Marc-Vivier Foe, un équipement sportif de la ville de Lyon porte désormais le nom de Sonny Anderson.

Un hommage mérité à un artiste du foot et à un homme dont le talent la jovialité et le bon esprit ont toujours été au rendez-vous. Malheureusement, absent de Lyon pour la semaine je ne serai pas à Gerland ce soir, n'hésitez pas à m'envoyer des commentaires sur vos impressions.

Sitôt le match de jubilé terminé, les techniciens des Rolling Stones seront à pied d'oeuvre dans le stade de Gerland pour configurer le lieu. Demain je vous en dirai deux mots.

Montbrison, le 11 juin 2007.

06:00 Publié dans Culture & cultures... | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : sonny, anderson, OL, football, ronaldinho, riquelme | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

06/04/2007

Les footballeurs ne votent pas comme des pieds

medium_so_foot.jpgEn ce mois d'avril, l'excellente revue "So Foot" se risque à sonder les footballeurs de ligue 1 afin de savoir vers qui va leurs préférences pour les présidentielles.

Sur les 365 footballeurs en âge de voter et de nationalité française, il faut tout d'abord indiquer que les trois quarts n'ont pas répondu à ce questionnaire anonyme.

Cela étant je vous livre les résultats tels qu'ils sont publiés par le magazine. Contre toute attente c'est Ségolène Royal qui arrive en tête avec 24% devant Nicolas Sarkozy 16% et François Bayrou 9,5%.

En ce qui concerne les autres compétiteurs, ils se situent tous à plusieurs longueurs du trio de tête, Le Pen obtenant 3%, Voynet et Bové 2,7%, Besancenot et Nihous 1,5%, le vote blanc avec ses 22,9% étant sur le podium. 

Reportez vous à ce bon numéro de So Foot pour y lire aussi une interview intéressante du meilleur ennemi de Sarkozy, à savoir Lilian Thuram, ainsi que celle du seul goal UDF du championnat, l'auxerois Fabien Cool.

Hautes-Pyrénnées, le 6 avril 2007. 

07:52 Publié dans Politique & politiques... | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : Football, So Foot, foot, royal, sarkozy, bayrou, le pen | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

07/03/2007

Questions pour un champion

medium_logo_OL.gifC’est comme le soir d’une élection perdue. Il faut se garder de jugements hâtifs et définitifs, donc éviter de tirer des plans sur la commette.

Hier soir, l’équipe de l’Olympique Lyonnais était en deçà, rarement capable de produire les accélérations nécessaires, impuissante, donc défaite. Astucieux, patients et opportunistes, les Italiens sont de logiques vainqueurs. Bonne chance à l’A.S.Roma pour la suite.

Après cette élimination, le rendez-vous de la finale de la Coupe de la Ligue risque de peser lourd et donc de conditionner l’avenir, c’est à dire la saison 2007-2008.

Quel est donc le destin de cette équipe ? Dieu seul le sait. Sommes-nous dans une logique de fin de cycle ? Au contraire l’équipe de l’O.L., version 2007, dispose-t-elle des ressources nécessaires pour dépasser la défaite de ces huitièmes de finale ? Au terme de cette saison qui verra Lyon très certainement empocher pour la sixième fois consécutive le titre de champion, les remaniements se situeront-ils à la marge ? Seront-ils au contraire d’ampleur et quel sort sera réservé au stars du club ?

Telles sont les questions qui vont se poser dans les prochaines semaines aux équipes dirigeantes et techniques d’un club qui, il faut s’en rappeler, nous enchante depuis presque dix ans. 

Lyon, le 7 mars 2007.

medium_JYS-OL-2.3.jpg
Concentration maximale, 1-0 pour Rome 
medium_JYS-OL-Szaffran.3.jpg
A côté de Maurice Szafran, journaliste à Marianne. Rome 2 - Lyon 0, la messe est dite.

10:45 Publié dans Ainsi va la vie... | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : OL, Olympique, Lyonnais, AS, Roma, football, foot | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

27/01/2007

Platoche président

medium_platini.jpgIl s’est imposé face au système verrouillé des apparatchiks. Il a soufflé de l’air frais dans une institution qui se réduit à une machine à produire des profits, une structure détentrice d’un capital de 243 Millions d’Euros. Il est resté lui-même, sa victoire est celle de l’enthousiasme. Il a montré que l’on pouvait s’imposer sans arrogance et sans manipulation. Il est qualifié pour ramener le foot au niveau du sol.

Tels sont les propos que rapportent la presse française suite à l’élection aussi inattendue que sans discussion de Michel Platini hier après-midi à Düsseldorf.

Du côté des vaincus on retiendra tout particulièrement ceux de l’Allemand Zwanziger, « maintenant, on va voir ce que donne le romantisme social à la Française quand on le confronte aux réalités économiques. »

Maintenant le G14, le lobby des clubs les plus puissants d’Europe, peut craindre en particulier la refonte de la ligue des champions basée, selon le programme de Platini, sur la suppression de la 4ème place qualificative pour les pays les plus forts, à savoir, l’Angleterre, l’Espagne et l’Italie. Il suffit d’entendre quelques-uns uns des managers des clubs anglais les plus riches pour se convaincre que la défaite est amère.

Au fait, cela ne vous fait pas penser à autre chose cette victoire de Platoche ? 

Lyon, le 27 janvier 2007

28/11/2006

Prix Nobel de foot

medium_ballon_or.jpg"Cannavaro, or concours’’, Cannavaro vaut de l’or’’, ce matin l’Equipe ne fait pas dans la dentelle pour célébrer le choix contestable de sa filiale France football de décerner au défenseur Italien le Ballon d’or 2006. Tout du long des quatre pages consacrées par le quotidien à l’évènement, on évoque du bout des lèvres ce qui pose problèmes. En vérité seules quelques lignes perdues dans un océan hagiographique viennent rompre le charme. De quoi s’agit-il ?

France football honore cette année l’ex-capitaine d’une équipe, la Juventus de Turin, rétrogradée en série B italienne, en raison de l’organisation avérée des matchs truqués et de la mise sous influence d’arbitres.

France football fête un joueur qui partage avec son ami Buffon, goal de la même équipe et deuxième du même classement, le triste privilège d’avoir fait banquette chez un juge d’instruction.

Lire la suite

22:55 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : football, UEFA, Foot, l'équipe, equipe, France, Henry | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu